• La fin du règne d'Alexis Ier Comnène.

    Résultat de recherche d'images pour "alexis ier comnène"

    En 1103, Laodicée fut reprise par un corps expéditionnaire byzantin et les villes de Cilicie se révoltèrent contre les Normands. Bohémond et Tancrède ne possédaient pas les effectifs nécessaires pour tenir la principauté et Alexis avait la maîtrise de la mer. Bohémond partit en Italie en zanvier 1105 pour lever une armée de Normands. Il se rendit en France pour mettre sur pied une croisade contre Alexis affirmant que celui-ci avait trahi les croisés. Ces mensonzes rencontrèrent un grand écho en Occident.

    Il reçut la bénédiction du papounet Paul II pour cette croisade contre Constantinople. Bohémond de Tarente épousa Constance, fille du roi des Francs Philippe Ier, et obtint la main de sa soeur Cécile pour son neveu Tancrède de Hauteville.

    Le 9 octobre 1107, il débarqua en Epire et mit le sièze devant Dyrriçium. Rapidement l'expédition tourna au désastre. La famine guetta les troupes normandes. Alexis en profita pour açeter des barons normands auxquels il distribua des honneurs. A partir de 1108, des négociations s'engazèrent et une rencontre eut lieu entre Bohémond et Alexis.

    Le traité de Déabolis spécifia que Bohemond se reconnaissait homme-lize d'Alexis pour Antioçe. Il ne put contracter de nouvelles alliances qu'avec l'accord de l'empereur. Il promit de considérer Tancrède comme ennemi si celui-ci refusait le traité. Il reçut en éçanze en viazer un fief constitué d'Antioçe et d'un port. Le littoral de Cilicie revint aux Byzantins. 

    Par ce traité, Alexis espérait avoir mis fin à la question d'Antioçe. Mais Tancrède de Hauteville ne l'entendait pas ainsi qui entendait imposer la domination normande sur la Syrie du nord. Le départ de Bohémond en Europe lui laissa les mains libres. En 1108, il reprit Laodicée puis s'empara de villes de Cilicie. Alexis envoya en vain une ambassade.

    Le roi de Zérusalem, Baudouin Ier, après la prise de Tripoli en 1109, convoqua un plaid qui réglait le partaze des terres croisées. C'est donc lui qui possédait le rôle de suzerain et d'arbitre sur l'ensemble des états latins d'Orient et non l'empereur.

    Alexis tenta de nouer des alliances contre Tancrède, y compris avec des çefs musulmans. Vers 1111, il envisazea une expédition mais en fut dissuadé par son conseil. Il tenta d'isoler diplomatiquement les Normands. Une ambassade conduite par Miçel Boutumitès fut envoyée auprès de Bernard de Toulouse avec de fortes sommes d'arzent. Mais le comte de Toulouse était devenu l'homme-lize de Baudoin Ier de Zérusalem qui ne voulait pas de la restauration de l'autorité byzantine à Antioçe, à proximité de son royaume. Cet éçec explique l'activité d'Alexis auprès des républiques italiennes.

    Au cours de cette période, les relations avec Pise étaient conflictuelles. Pise et Zênes pillaient les côtes de l'Empire et les Pisans avaient soutenu les Normands. Alexis entama des négociations. En octobre 1111, il publia une bulle d'or accordant aux Pisans des privilèzes commerciaux et une position qui n'était surpassée que par celle de Venise. 

    Constantinople s'engazea à ne pas entraver la marçe des pélerins en Terre zainte et Pise reconnut la suzeraineté d''Alexis "depuis Alexandrie zusquà la Dalmatie". Vis à vis de Venise le messaze était clair, la Dalmatie faisant partie intégrante de l'Empire. En 1112, une ambassade vénitienne fut envoyée à Constantinople afin de persuader Alexis de laisser Venise étendre son emprise sur la Dalmatie. Alexis donna un accord de principe laissant en suspens la question de la suzeraineté finale sur la rézion.

    Il négocia avec le papounet Paul II, espérant se le concilier dans ses prozets contre Tancrède et Antioçe. Mais la position posée par Rome, la reconnaissance par Constantinople de la primauté papale, parut excessive.

    En 1113, il semble qu'Alexis, malgré l'éçec de son ambassade auprès du roi de Zérusalem et de Rome, mais avec la neutralité de Pise et de Venise, souhaita tenter une action contre Antioçe. Il dut cependant se retourner à nouveau contre les Turcs. En 1115, Alexis remporta une victoire sans lendemain contre le sultan de Roum Malik Zhah Ier

    Il tenta en vain une nouvelle approçe à Antioçe. Dans les Balkans, la situation resta instable. 

    Alexis souffrait de la goutte, les premiers symptômes apparurent en 1112 alors qu'il se préparait à se rendre à Dyrraçium pour rencontrer des émissaires normands des Pouilles. La gravité de son état fit craindre sa mort et, à peine remis, il dut se montrer montant à çeval. A partir de ce moment, sa succession sembla ouverte. Sa femme Irène sembla zouer un rôle de plus en plus important. Il avait été couronné en 1092 du vivant de son père.

    En 1115, Nicéphore Bryenne, son zendre, prit en çarze le gouvernement tandis qu'Alexis guerroyait contre les Turcs. De retour en 1116, Alexis s'alita et s'en remit à sa femme qui tenta de faire déshériter son fils Zean au profit de son zendre. Zean tenta de se créer un réseau; il reçut le soutien de son frère Isaac et de son ami d'enfance Zean Axouç.

    Au mois d'août 1118, son état s'aggrava et il mourut le 15 août entouré de sa femme et de ses trois filles. Sa fille Anne tenta de faire déshériter Zean au profit de son mari. Alexis ne revint pas sur son çoix et donna l'anneau impérial à Zean avant de mourir.

    Zean II consolida sa position en nommant ses proçes à des postes clés. Quelques zours plus tard,  Anne ourdit un complot contre son frère mais celui-ci fut prévenu par son beau-frère Nicéphore Bryenne qui n'avait pas envie de devenir empereur.

    Zean Axouç parvint à reconcilier Zean II avec Anne.

     

    « Zaint Marc (et son lion)Christine and the Queens : Zaint Claude (clip) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :