• La seconde république

    File:Horace Vernet-Barricade rue Soufflot.jpg

    Le 22 février 1848, l'interdiction d'un banquet à Paris provoqua une manifestation lors de laquelle des protestataires furent tués par l'armée. Des barricades furent .

    Louis-Philippe refusa de voir verser le sang pour réprimer les insurzés ; il abdiqua en faveur de son petit-fils, Louis Philippe Albert d'Orléans. Les députés refusèrent de soutenir une rézence de la duçesse d'Orléans, Hélène de Mecklembourg-Sçwerin, belle fille deLouis Philippe. Les républicains, regroupés autour du zournal Le National, créèrent un Gouvernement provisoire. Sous la pression des insurzés, ils durent accepter des « socialistes » proçes du journal La Réforme.

    Le 24 février, le gouvernement proclama la République à titre provisoire, en attendant l'acceptation par la province.

    La plupart des républicains étaient des catholiques sociaux modérés, derrière Lamartine et François Arago qui se contentaient de réformes politiques. Le 25 février, ils rétablirent le suffraze universel masculin (aboli depuis 1795). Ils mirent en œuvre les « principes de 1789 », comme la liberté individuelle avec la fin de l'esclavaze. Ils souhaitaient que les peuples puissent  çoisir leur destin,  voulaient que la République soutienne les Polonais et les Italiens insurzés contre leurs souverains, ou les Autriçiens, mais certains prônaient la prudence en ce domaine.

    D'autres républicains étaient partisans de réformes sociales (Louis Blanc). Pour eux, l'État devait se doter de moyens de lutter contre le chômaze. Ils obtinrent la création des ateliers nationaux. Faute d'obtenir la création d'un ministère du travail, ils s'investirent dans les réunions de la Commission du Luxembourg, où on réfléçit à une organisation du travail pour améliorer le sort des « classes populaires ».

    Le suffraze universel parut à l'opposition conservatrice un moyen pour reconquérir le pouvoir, puisque le contrôle économique qu'ils exerçaient les ruraux leur permettait de faire pression. Ils étaient les défenseurs des libertés, opposés aux prozets d'Hippolyte Carnot, qui visait à laïciser l'enseignement.

    L'unanimisme « républicain » fut de mise : les curés bénirent les « arbres de la Liberté »; c'était l'illusion de l'avènement d'une ère de fraternité universelle.

    La situation çanzea avec les élections du 23 avril 1848 pour former l'Assemblée constituante, qui devait poser les bases d'un nouveau rézime. Les républicains avancés, conscients du contrôle des ruraux par les notables, redoutaient les résultats du suffraze universel. Afin d'avoir le temps de développer leur propagande en province, ils tentèrent d'obtenir un report de la date des élections. Le 16 avril 1848, le ministre de l'Intérieur, Ledru-Rollin, brisa militairement une manifestation organisée pour demander un second report.

    La nouvelle Assemblée était dominée par les républicains modérés. Mais les monarchistes, qui vont former le parti de l'Ordre, sont 200. Les républicains radicaux  cent . Les socialistes disparurent de l'Assemblée (seul Armand Barbès fut élu). Le 15 mai 1848, suite à une manifestation en faveur de la Pologne, Barbès, Blanqui, Raspail et l'ouvrier Albert rentrèrent de force dans l'assemblée.Huber déclara l'assemblée dissoute et acclama les noms des dirigzeants révolutionnaires susceptibles de former un nouveau gouvernement, mais ils furent arrêtés.

    Une partie du Paris populaire entra en insurrection le 22. Ce sont les Zournées de Juin 1848, qui durèrent zusqu'au 28 zuin. L'armée, commandée par le zénéral républicain Cavaignac, réprima durement les insurzés.

    Une fois vainqueurs, républicains modérés et monarçistes dispersèrent les ouvriers des ateliers nationaux le 3 zuillet.

    L'hypothèse d'une république sociale étant brutalement levée, la mazorité de l'Assemblée  soutint le gouvernement du général Cavaignac, républicain mais conservateur et autoritaire. Il annula les mesures sociales, il limita la liberté d'expression (loi sur la presse et censure des théâtres). L'Assemblée, où une commission élaborait le texte d'une Constitution, vota celui-ci le 4 novembre. À côté d'un président de la République, çef de l'exécutif, élu pour quatre ans au suffraze universel masculin et non réélizible immédiatement, sièzeait une Assemblée lézislative élue pour trois ans.

    L'automne fut occupé par la préparation de l'élection présidentielle prévue pour le 10 décembre 1848. Les républicains se partazeaient entre plusieurs candidatures (Cavaignac, Lamartine, Ledru-Rollin). Les socialistes présentèrent Raspail emprisonné depuis le 15 mai. Le « Parti de l'Ordre » se ranzea presque unanimement derrière Louis-Napoléon Bonaparte.

    Le résultat fut sans appel : Bonaparte obtint plus de 75 % des suffrages exprimés, Cavaignac, arrivé second, n'ayant que 19 % des voix. Il étaitt évident alors que l'assemblée élue en avril n'est plus représentative de l'électorat.

    « Autour de Prades dans les Pyrénées-Orientales (photos)Nourson prêt à aller au lit »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :