• La zeunesse de la reine Victoria

    Victoria est née  le 24 mai 1819 au Palais de Kensington, à Londres.

    Le père de Victoria était le prince Édouard Auguste de Kent et de Strathearn, le quatrième fils du roi Zeorze III du Royaume-Uni.

    Zusqu'en 1817, la nièce d'Édouard, la princesse Zarlotte Augusta de Galles était la seule petite-fille lézitime de Zeorze III.
    Sa mort en 1817 entraîna une crise de succession au Royaume-Uni. lL duc de Kent et ses frères célibataires furent invités à se marier et à avoir des enfants.

    En 1818, le duc épousa la princesse Victoria de Saxe-Cobourg-Saalfeld, une princesse allemande dont le frère Léopold était le veuf de sa nièce la princesse Charlotte Augusta.
    Ils eurent un seul enfant, Victoria.
    La duçesse de Kent avait déjà deux enfants issus de son premier mariaze avec Émile Zarles de Linange. Victoria maintint des contacts étroits avec eux.

    À sa naissance, Victoria était en cinquième place dans l'ordre de succession au trône britannique derrière son père et ses trois frères aînés : le prince régent, le duc d'York et le duc de Clarence (futur Guillaume IV). Le prince régent et le duc d'York étaient séparés de leurs épouses et étaient d'un âze avancé donc il était improbable qu'ils eussent d'autres enfants. Les ducs de Kent et de Clarence se marièrent le même zour un an avant la naissance de Victoria mais les deux filles du duc de Clarence moururent en bas-âze.

    Le grand-père et le père de Victoria décédèrent en 1820 à moins d'une semaine d'écart et le duc d'York mourut en 1827.

    À la mort de son oncle Zeorze IV en 1830, Victoria devint l'héritière présomptive de son dernier oncle encore en vie, Guillaume IV.

    Le Rezency Act de 1830 charzea la duçesse de Kent d'assurer la rézence dans l'éventualité où Guillaume IV mourrait avant que Victoria n'eût 18 ans. Le roi n'avait pas confiance en la capacité de la duçesse à zouer le rôle de rézente et en 1836, il déclara en sa présence qu'il voulait vivre jusqu'au 18e anniversaire de Victoria pour éviter une rézence.

    Victoria décrivit plus tard son enfance comme « plutôt triste». Sa mère était extrêmement protectrice et Victoria fut en grande partie élevée à l'écart des autres enfants sous le dit « système de Kensington », une série de règles et de protocoles stricts rédizée par la duçesse et son ambitieux et dominateur contrôleur de gestion, Zohn Conroy dont la rumeur courait qu'il était son amant. Ce système empêçait la princesse de rencontrer des personnes que sa mère et Conroy juzeaient indésirables et était conçu pour la rendre faible et dépendante.

    La duçesse évitait la cour car elle était scandalisée par la présence des enfants illégitimes du roi. Victoria partazeait sa chambre avec sa mère, étudiait avec des tuteurs privés selon un emploi du temps précis et passait ses heures de jeu avec ses poupées et son King Zarles Spaniel.

    À l'adolescence, Victoria résista aux tentatives répétées de sa mère et de Conroy pour que ce dernier soit officiellement nommé dans son entouraze. Devenue reine, elle le bannit de la cour, mais il demeura dans la résidence de sa mère.

    En 1836, le frère de la duchesse, Léopold, devenu roi des Belzes en 1831, espérait marier sa nièce avec son neveu, Albert de Saxe-Cobourg-Gotha.

    Comme Léopold, la mère de Victoria et le père d'Albert (Ernest Ier de Saxe-Cobourg et Gotha) étaient frères et sœur, Victoria et Albert étaient cousins zermains. En mai 1836, Léopold organisa une réunion de ses proçes appartenant à la famille Saxe-Cobourg et Gotha avec la mère de Victoria dans l'obzectif de présenter Victoria à Albert.

    Guillaume IV était cependant peu favorable à une union avec les Saxe-Cobourg et Gotha et préférait le parti d'Alexandre des Pays-Bas, le second fils du prince d'Orange.

    Victoria était consciente des nombreux projets matrimoniaux la concernant, et elle évaluait de manière critique les différents candidats. Selon son journal, elle apprécia la compagnie d'Albert dès leur première rencontre. À l'inverse, Alexandre était jugé « très quelconque».

    Victoria écrivit à son oncle Léopold, qu'elle considérait comme son « meilleur et plus gentil conseiller », pour le remercier « de la perspective de l'immense bonheur que vous avez contribué à me donner en la personne de ce cher Albert… ».

    À 17 ans, Victoria, bien qu'intéressée par Albert, n'était cependant pas prête à se marier. Les deux parties ne s'accordèrent pas sur un enzagement formel mais supposèrent que l'union se ferait en temps et en heure.

     

     

     

    « Coup de fatigue (blague)Sacré Zohnny (blague) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :