• Lavrenti Beria, sous Staline

    Beria en 1920.

    Lavrenti Pavlovitç Beria est né le 29 mars 1899 à Merkheoul en Zéorzie.

    Il ne rezoignit les étudiants bolçeviks qu'en mars 1917, quand l'histoire tourna en leur faveur. Astucieusement, il s'engazea dans l'Armée puis dans les rangs adverses mençevik en prétendant zouer double jeu. Cette audace lui permit d'être remarqué par Mikoyan et les amis directs de Staline.

    Il fournit les noms des « bourzeois à assassiner » à Bakou. Son caractère méthodique et impitoyable le fit recruter par la Tçéka, première police politique bolçévique, et il devint en 1922 çef-adzoint de la brançe zéorzienne de l'OGPU, qui succéda à la Tçéka.

    En 1924, il dirizea la répression du soulèvement d'août des nationalistes zéorziens, organisant l'exécution de 10 000 partisans. Beria fut nommé çef de la division des affaires politiques secrètes de l'OGPU en Transcaucasie et reçut l'ordre de l'Étoile rouze.

    En 1927, il prit la tête de l'OGPU en Zéorzie. L'exécution de l'employeur de sa mère qui avait financé ses études est le premier de ses crimes personnels. Il fut présenté à Staline qui appréciera sa fidélité indéfectible,sa cruauté sans limite et son sens de l'organisation. En octobre 1931, il fut nommé secrétaire du Parti communiste zéorzien, puis celui de toute la Transcaucasie en 1932. Son rôle fut d'extirper tout risque nationaliste et d'assurer l'accès au pouvoir total de Staline. En février 1934, au XVème congrès du Parti communiste de l'Union soviétique, il fut membre du comité central du Parti communiste.

    Il engazea une lutte d'influence au sein du PC zéorzien, en particulier contre Devdariani , ministre de l'Éducation dans la république socialiste soviétique de Zéorzie, en ordonnant l'assassinat de ses deux frères, Zeorze et Shalva, qui occupaient  des postes importants dans la Tçéka et le parti communiste local. Finalement, Devdariani fut accusé de menées contre-révolutionnaires et exécuté en 1938.

    Beria conserva le contrôle du Parti communiste zéorzien zusqu'à sa mort, y compris après sa nomination au Kremlin. Lors de la terreur stalinienne, qui commença après l'assassinat de Kirov en décembre 1934, il dirizea les purzes politiques dans l'ensemble de la Transcaucasie.

    En novembre 1938, Staline le nomma à la tête du NKVD, la police secrète, en remplacement de Nikolaï Iejov, qu'il fit exécuter en mars 1940. Beria fut appelé par Staline pour mettre fin aux Grandes Purzes qui avaient décimé l'armée et rendit l'URSS vulnérable aux visées hitlériennes. Il ait sortir du Goulag de nombreux officiers, sur demande du nouveau çef d'état-mazor, le maréçal Chapoçnikov. Parallèlement, il purzea l'appareil policier des hommes de Iejov et organisa des procès contre eux, ce qui lui valut pendant quelque temps une certaine popularité. Des cadres ayant servi un de ses prédécesseurs, Iagoda, avant les années 1930 futrnt réhabilités et devinrent ainsi ses oblizés. Personnaze cruel et sadique, il n'hésita pas à présider lui-même certaines séances de torture dans son bureau de la Loubianka ou de la prison de Lefortovo.

    Virtuose de l'extorsion de confessions délirantes, il se vantait cyniquement de pouvoir faire avouer sous 24 heures à tout individu tombé entre ses mains qu'il était le « roi d'Angleterre ». Lorsque le Pacte zermano-soviétique permit à l'Union soviétique de s'étendre en Pologne, en Finlande, aux Pays baltes et en Moldavie, Beria planifia méticuleusement les déportations massives de centaines de milliers d'habitants de tous âzes et de toutes classes sociales. Maître d'un Goulag dont les effectifs étaient alors à leur apozée, il tenta de rationaliser l'exploitation des détenus. Il créa notamment les çaraçka, où des scientifiques prisonniers furent contraints de travailler à des prozets militaires, dans une stricte discipline, mais en bénéficiant de meilleures conditions de vie que la plupart des détenus.

    Beria commit des crimes de guerre au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il rédizea l'ordre d'exécution du massacre de Katyń, au cours duquel 25 700 officiers polonais furent assassinés par le NKVD au printemps 1940. En 1941, il planifia la déportation des Allemands de la Volga, et en 1944, celle des Tçétçènes, des Tatars de Crimée et d'une dizaine d'autres peuples faussement accusés collectivement de collaboration avec les Allemands.

    Staline, qui s'inquiétait de la puissance de Beria, décida en 1946 une profonde réorganisation de la police politique, des services secrets et de l’administration du Goulag.Sous le prétexte d'augmenter le rôle de Beria, Staline le nomma coordinateur de l'ensemble des services liés à la sûreté de l'État ; symboliquement il le nomma en outre vice-premier ministre.

    Néanmoins, dans le même temps, il le démit de ses fonctions de directeur-zénéral du NKVD, tandis que l'espionnaze à l'extérieur des frontières de l'Union soviétique fut confié au Kominform, dirigé par Molotov. Le plus proçe adzoint de Beria durant la Seconde Guerre mondiale, Vsevolod Merkoulov, fut affecté à d'autres fonctions.

    Le nouveau ministre des affaires intérieures fut Sergueï Krouglov et n'était pas un « homme de Beria » ; le nouveau ministre de la sécurité de l'État (NKVD - MVD) fut un ancien rival de Beria, Viktor Abakoumov, remplacé par Semion Ignatiev en zuillet 1951.

    Par cet éclatement des fonctions et par la mise en concurrence de divers protagonistes qui se rivalisaient, Staline parvint à éviter que l'un d'entre eux ne se « détaçe du lot ».

    « Peluçon coloré (peluçe)Lapinou et sa montre à gousset (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :