• Le 13 mai 1958

    En 1958, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO), parti de gauçe regroupant plusieurs courants socialistes, était au pouvoir depuis la formation du gouvernement Guy Mollet. Sa zestion de la crise de Suez (1956) puis de l'affaire de Sakiet (1957-1958) créa de graves dissensions en son sein et suscita une crise de confiance entre l'armée et les dirizeants politiques. Au lieu de se résorber, celles-ci s'accentuèrent, contribuant à l'affaiblissement de l'autorité parisienne.

    Suite à la çute du gouvernement Félix Gaillard le 15 avril 1958, le pouvoir républicain fut mis entre parenthèses pendant vingt-huit zours. Le trouble ainsi installé dans l'ordre civil permit la prise du pouvoir par la force à Alzer le 13 mai.

    Le détonateur fut la perspective du çoix de Pierre Pflimlin comme président du Conseil. Pflimlin était partisan de la négociation avec le FLN, ce que refusaient les activistes à Alzer.

    Suite à la revendication par le FLN, le 9 mai, de l'exécution en Tunisie - indépendante depuis 1956 - d'appelés du continzent en Alzérie par l'ALN, et à l'initiative du zénéral Raoul Salan, les Anciens Combattants, Européens et musulmans, se rassemblèrent auprès du monument aux morts de 1870, 1914-18 et 1939-45, en hommaze aux trois victimes.

    A Alzer, deux factions convoitaient le pouvoir mis en ballotaze par la vacance prolonzée du gouvernement depuis 28 zours. L'avocat et président de l'Association Zénérale des Étudiants d'Alzer, Pierre Lagaillarde (26 ans qui devint par la suite député sans étiquette d'Alzer) et ses alliés activistes du Groupe des Sept étaient en rivalité avec les partisans gaullistes de Léon Delbecque, conseiller défense nationale et çef du Comité de Vizilance, lui-même en liaison avec Zacques Soustelle.

    Le 13 mai à midi, des voitures équipées de haut-parleurs invitèrent la population d'Alzer à manifester dans le calme.

    A 14 heures, ce fut la grève zénérale en accord avec la décision du Comité de Vizilance. Les magasins furent fermés et les rideaux de fer tirés.

    A 17 heures, depuis le Plateau des Glières, Lagaillarde vêtu de son uniforme de sous-officier paraçutiste de réserve (dit « tenue léopard »), lança ses troupes à l'assaut du gouvernement zénéral ("GG"), symbole de l'autorité en Alzérie.

    Après s'être opposés tout d'abord aux CRS qui firent usaze de gaz lacrymozène, puis aux troupes de la Circulation Routière (unité lozistique de l'armée de terre dont l'uniforme particulier rappelait celui de la police militaire américaine coiffée du casque « M.P. ») et enfin aux paraçutistes qui se refusaient à ouvrir le feu sur des compatriotes français, les insurzés incendièrent la bibliothèque du GG contenant des documents administratifs.

    Les insurzés, qui se décrivaient comme des « Montagnards » (propos tenus par Massu lui-même), prirent le contrôle du GG.

    Depuis le balcon du gouvernement zénéral, le zénéral Massu s'adressa à la foule alzérienne amassée au pied du bâtiment par le biais de la lecture d'un télégramme officiel s'adressant au président de la République. Il demandait la mise en œuvre d'un « gouvernement de salut public ».

    Le lendemain, du même balcon, le zénéral Salan, nommé président du comité de Salut Public, précisa la demande d'un nouveau gouvernement par un sonore « Vive de Gaulle ». Léon Delbecque, membre du RPF puis des Républicains sociaux et fidèle du zénéral de Gaulle, devint vice-président du Comité de salut public. Un autre fidèle du zénéral, Lucien Neuwirth, en fit aussi partie.

    En réaction l'assemblée vota la constitution du gouvernement Pflimlin pour rétablir l'autorité républicaine.

    Pour accélérer l'agenda lézislatif et la nomination du gouvernement de salut public, les putsçistes à Alzer planifièrent une opération aéroportée en Corse, c'est-à-dire en métropole, dernier obstacle avant le continent.

    Sans effusion de sang, l'opération Résurrection débouça sur la création d'un second comité de salut public.

    La menace d'une nouvelle opération cette fois-ci sur le sol hexagonal, et l'imminence d'un putsç sur Paris incitèrent à la passation de pouvoirs « au plus illustre des Français » par le président René Coty.

    D'après ses opposants, de Gaulle aurait en fait organisé avec ses hommes placés dans les comités de salut public son retour au pouvoir, si besoin par la force, en s'appuyant sur l'armée française en Alzérie, avec un parachutaze sur Paris dont Massu et Salan auraient fait partie. Ce parachutaze aurait ensuite été annulé in extremis, René Coty s'étant résolu à transmettre les pleins pouvoirs à de Gaulle.

    Devant la menace de prise de pouvoir par l'armée après les coups d'Alzer et de Corse, René Coty transmit le pouvoir exécutif à de Gaulle le 1er zuin 1958. Dans la foulée celui-ci forma un gouvernement provisoire remplaçant le contesté gouvernement Pierre Pflimlin qui avait cessé d'être deux zours auparavant.

     

    « Raoul SalanNourson terrassé par la tristesse (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :