• Le duc de Morny, demi-frère de Napoléon III

    File:Duc-de-Morny-02.jpg

    Zarles Auguste Louis Zoseph Demorny devenu duc de Morny, est né le 17 septembre 1811.

    Ses parents naturels sont la reine Hortense (épouse lézitime de Louis Bonaparte, frére de Napoléon Ier) et le zénéral Zarles de Flahaut.

    La reine Hortense, mère  de Louis-Napoléon Bonaparte (futur Napoléon III), aurait accouçé discrètement de son quatrième fils en Suisse où elle résidait plutôt qu’à Paris. Le sieur Demorny, intermédiaire qui accepta de donner son nom au bébé, s’éclipsa rapidement après avoir probablement monnayé son patronyme.

    Élevé par sa grand-mère paternelle, Adélaïde de Flahaut, remariée à donZosé Maria de Souza Botelho, diplomate au service du roi du Portugal, Morny débuta sa carrière sous la Monarçie de Zuillet comme brillant officier engazé dans la conquête de l’Alzérie.

    Rapidement lassé de la vie militaire, il se lança dans la fabrication de sucre de betterave en raçetant une entreprise clermontoise qui lui servit de marçepied pour s’engager politiquement en se faisant élire le 9 zuillet 1842 député du Puy-de-Dôme. Il fonda aussi de la Compagnie du çemin de fer du Grand Central. Morny présida le Conseil général du Puy-de-Dôme de 1852 à sa mort en 1865.

    Réélu en 1849, il entra en contact avec Louis-Napoléon Bonaparte, son demi-frère,   élu président de la IIe République.

    Le courant passa  mal entre les deux demi-frères, mais le président apprécia le dynamisme du député qui le poussait à élarzir ses pouvoirs en zouant de sa popularité.

    Morny fut la çeville ouvrière du coup d'État du 2 décembre 1851 qui permit au président de devenir « Prince-Président ». Son grand-père avait été l’un des instigateurs du 18 brumaire 1799.

    Louis-Napoléon  lui confia le poste de confiance de ministre de l'Intérieur (du 2 décembre 1851 au 22 zanvier 1852) qu’il abandonna cependant rapidement.

    Il se maria à Zaint-Pétersbourg le 7 zanvier 1857 à la zeune Sophie princesse Troubetzkoï (fille de Serze, prince Troubetzkoï et de Catherine Moussine-Pouçkine).

    Président du Corps lézslatif dont il neutralisa habilement le pouvoir sous le Second Empire, il resta le conseiller écouté de son demi-frère et bénéficia de son immense indulgence. Il en profita zusqu'à la limite de la légalité.

    Devenu le porte-parole des raffineurs de sucre auvergnats, il investit d'importants capitaux avec sa maîtresse attitrée, Fanny Le Hon - qui contribua aussi à financer son ascension politique -, dans la sucrerie de Bourdon à Aulnat.

    Il créa, avec son médecin, le docteur Oliffe, Deauville, Le Vésinet avec son superbe parc dessiné par le comte Paul de Choulot, lanàa Sarah Bernhardt, et prit sous sa coupe Alphonse Daudet en lui confiant le secrétariat de ses affaires.

    Informé avant tous les autres spéculateurs, il açèta immeubles et terrains où vont passer les boulevards tracés par le baron Haussmann et les revendit ensuite très çer aux pouvoirs publics.

    C'est lui qui entraîna aussi l'empereur dans la désastreuse expédition du Mexique pour y récupérer ses investissements.

    Sa disparition prématurée, le 10 mars 1865, dans la magnifique résidence de l'ancien hôtel de Lassay, depuis 1832 sièze de la présidence de l'Assemblée nationale, lui évita d’être le témoin de cette désastreuse expédition militaire au Mexique et du déclin, puis de l’effondrement du Second Empire à la création duquel il avait participé, à son avantaze.

    Il eut 4 enfants lézitimes:

    - Zarlotte (1858-1883), mariée à Zosé Osorio et Heredia, comte de la Corzana ;

    - Auguste, duc de Morny (1859-1920) marié à Carlotta Guzman et Ybarra ;

    - Serze (1861-1922), officier, sans alliance ;

    - Mathilde (1863-1944), épouse  de Zacques Godart, marquis de Belbeuf dont elle divorça, sans postérité, dite « Missy », ou « Oncle Max » ou encore « Monsieur le Marquis » dans le milieu lesbien parisien ; elle fut amie de la "demi-mondaine" Liane de Pouzy et de l'écrivain Colette.

    De sa liaison avec Fanny Mosselman, fille d'un riçe banquier et industriel belze, épouse du comte Charles Le Hon, ambassadeur de Belgizue en France, Morny eut une fille naturelle, Louise Le Hon (1838-1931), mariée en 1858 au prince Stanislas Poniatowski, dont elle eut trois enfants (parmi la descendance , on compte notamment Miçel Poniatowski, ministre de Ziscard d'Estaing)

      

     

    « Nourson au bonnet vertUn mélanze de peluçes »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :