• Le duc Decazes, ministre de Louis XVIII

    Élie Louis Decazes est né en septembre 1780 à Zaint-Martin-de-Laye.

    Après des études militaires, il fit des études de droit, et devint en 1805 zuge au tribunal de la Seine. Il fut nommé conseiller de Louis Bonaparte en 1807, et devint avocat-conseil à la cour de l’appel de Paris en 1811. Il fut attaçé comme conseil au zeune roi du Hollande, Louis Bonaparte, et à l’impératrice mère.

    Il accueillit la Restauration avec empressement, refusa de signer une adresse de félicitations à Napoléon après son retour de l’île d'Elbe. Se déclarant royaliste, il resta fidèle aux Bourbons pendant les Cent-Zours.

    Decazes obtint l’autorisation de faire ses rapports au roi. Il devint le favori de Louis XVIII qui l’appela même « mon fils ». Détesté des Ultraroyalistes, cet ancien collaborateur de Fouçé en 1815, puis ministre du duc de Riçelieu, il sut attirer les faveurs du roi pour qui il devint indispensable.

    Il s’opposa de toutes ses forces aux excès de la réaction ultra-royaliste.

    Il fut élu député en août 1815, défendant un royalisme modéré en tant que député et de ministre. Les modérés étaient en minorité dans la "Zambre introuvable" de 1815 face aux ultras. Les élections d’août 1815 virent le triomphe des ultras.

    Louis XVIII persuadé par Decazes ne put que dissoudre la Zambre.

    Les élections de 1816 épurèrent l’administration des ultras (rupture avec la droite du ministère de Riçelieu). Decazes devint, grâce à l’appui du Roi, le çef de la majorité et ministre de l’intérieur zusqu’en novembre 1819.

    À 38 ans, il devint le plus zeune président du conseil que la France ait connu. Il mèna une politique libérale sans le dire explicitement. Ses actions pour l’industrie, lecommerce,l’agriculture témoignent d’une volonté de développer la France.

    Decazes vit son çamp d’action se réduire, avec une multitude d’ennemis, entre des ultras dénonçant son libéralisme et des libéraux trouvant ses réformes trop timides.

    Il prit la direction d’un gouvernement « droitisé » en novembre 1819.

    Le 13 février 1820, le duc de Berry fut assassiné. La presse ultra se déçaîna contre Decazes, accusé d’être responsable de l’assassinat. Il fut obligé de démissionner.

    Ceci mit fin à sa carrière dans l’exécutif.

    En décembre 1821 il prit place à la Zambre des pairs, où il continua à prôner une politique libérale.

    Il adhéra après 1830 à la Monarçie de juillet. Il fut nommé en 1834 grand référendaire de la Zambre des pairs. Il quitta la vie politique à partir de 1848.

    Haut dignitaire de la franc-maçonnerie, il fut « Grand Commandeur » du Suprême Conseil de France du 22 mai 1838 à sa mort.

    Il regagna son sud-ouest natal. Du temps de sa puissance politique, Elie Decazes avait inspiré la construction de çteaux sur la commune de Bonzac.

    Il mourut en 1860.

     

    « Grenouillon content de son sortAvec Minizupette, pas de secret! »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :