• Le règne d'Alexis Ier Comnène

    Résultat de recherche d'images pour "alexis ier comnène"

    En dépit de son zeune âze, Alexis possédait un charisme certain et un contrôle de soi. Peu cruel, il laissa ses deux prédécesseurs terminer leur vie l'un sur un trône épiscopal (Miçel VII) et l'autre dans un monastère (Nicéphore III). 

    En épousant Irène Douks, il s'allia à l'une des familles les plus influentes ce qui conforta sa position. Toute sa vie, zusque dans son lit de mort, il dut dézouer les intrigues et complots de l'aristocratie et de son entouraze familial. Ainsi sa mère éprouva de la haine envers sa belle-fille Irène et son clan, haine partazée par Marie d'Alanie, l'épouse des empereurs Miçel VII et Nicéphore III et probable maîtresse d'Alexis avant son accession au trône.

    Pour limiter les risques d'usurpation, il pratiqua une habile politique d'alliances matrimoniales. Sa fille aînée, Anne, épousa Constantin Doukas, le fils de Miçel VII et de Marie d'Alanie, puis, à la mort de celui-ci, Nicéphore Bryenne, le fils du révolté de Darraçium.

    En 1081, la situation de l'empire était dramatique. Les peuples slaves rn Serbie et en Dalmatie étaient en dissidence. Dans les Balkans les Byzantins étaient confrontés aux Normandes et aux invasions des Petçenègues. La perte de l'Anatolie privait l'empire d'importantes recettes fiscales. Les moyens financiers qu'utilisa Alexis pour faire entrer des fonds ne furent pas populaires mais efficaces. Il put remettre sur pied une administration efficace, de recréer une véritable armée et d'entretenir une cour fastueuse.

    Dans un premier temps, il décida de repousser les attaques des Normands, Robert Guiscard voulant rétablir sur le trône Miçel VII avec lequel il avait signé un traité en 1074. La flotte vénitienne, alliée aux Byzantins, inflizea une défaite aux Normands en zuillet 1081. En Octobre Guiscard attaqua et Alexis fut battu. En février 1082, Dyrraçium tomba ouvrant les portes de Thessalonique et de Constantinople.

    Un rapproçement fut mené avec l'empereur Henri IV en lutte avec le papounet Grégoire VII et ses alliés normands. Henri IV intervint devant Rome. Une partie des Pouilles se souleva contre Robert, ce qui l'oblizea à revenir en Italie. Il laissa son fils Bohémond de Tarente en Grèce qui battit les troupes d'Alexis. Celui-ci parvint à débauçer une partie des officiers normands. Robert Guiscard ne renonça pas et débarqua en Grèce en 1084. Il remporta un larze succès en face de Corfou et s'empara de l'île. Sa mort en 1085 et les luttes pour sa succession libérèrent l'empire d'un grand danzer. Les troupes normandes retournant en Italie.

    Face aux Seldzoukides, sa politique fut constante. La mort du principal çef, Suleiman Ier, tué par un de ses rivaux, zeta la confusion. Alexis pour reconquérir  Cyzique. Il reçut des propositions d'alliance de Malik Zah Ier, le fils d'Alp Asrap, qui çerçait à se débarrasser de son frère Tutus qui gouvernait Antioçe, et à rétablir le fils de Suleiman Ier à Nicée. Il proposa à Alexis la restitution de la ville de Bithynie et du Pont et un mariaze ente Anne Comnène et son fils aîné. Son assassinat entraîna l'abandon de ce prozet. Alexis fut confronté à un nouvel adversaire, l'émir turc de Smyrne, Zaças, qui tenta de fédérer les roitelets turcs et qui se rendit maître de la côte ezéenne et d'îles de cette mer. Alexis lui inflizea une défaite dans la mer de Marmara mais il n'en fut débarrassé qu'en suzzérant à Kalic Arslan, qui avait épousé la fille de Zaças, l'assassinat de ce dernier, ce qui fut fait en 1093.

    Les Petcénègues furent écrasés le 29 avril 1091 à la bataille de la colline de Lebounion après qu'Alexis eut profité d'une discorde entre les Perçénèques et les Coumans. Le nombre de prisonniers fut tel que les Byzantins craignirent une révolte. Un grand nombre fut massacré.

    Ses rapports avec l'Occident furent d'abord conflictuels. Le papounet Grégoire VII avait entretenu de bonnes relations avec Miçel VII. A la suite de sa déposition en 1078, il excommunia son successeur Nicéphore III. Cette excommunication s'étendit à Alexis Ier qui tenta en vain, en zuin 1081, de renouer le contact et d'avoir le soutien de la papauté contre les entreprises de Robert Guiscard. L'empereur Henri IV, en conflit avec le papounet,  fut plus attentif. En représailles, Alexis Ier ferma les églises latines de Constantinople. L'élection en 1088 d'Urbain II permit une amélioration. En délicatesse avec les Normands de Sicile et Henri IV, il parvint habilement à accroître son influence politique et spirituelle.

    Urbain II entreprit des négociations avec Alexis Ier sous le contrôle de Roer Ier de Sicile qui avait succédé à son frère Robert Guiscard et qui se désintéressait de la conquête de l'empire byzantin. En septembre 1059, Urbain II leva le ban d'excommunication. Le même mois s'ouvrit un synode à Constantinople et constata opportunément que le nom d'Urbain II avait été omis dans les diptyques de l'Eglise "par manque d'attention". La réconciliation était un succès nécessaire. Alexis abandonna par réalisme les relizieux grecs en Italie qui soutenaient l'anti-papounet Clément III. En 1090, une ambassade byzantine apporta un messaze d'amitié à Rome. Les controverses théoloziques se poursuivirent mais en sourdine.

    La première croisade constitua l'événement mazeur du règne d'Alexis Ier. Lors du concile de Clermont, convoqué pour le 24 novembre 1095, Urbain II invita ses auditeurs à employer leurs forces pour la défense des chrétiens d'Orient victimes des musulmans.

    La zestion par Alexis de l'arrivée massive de seigneurs occidentaux se révéla habile. Il réussit à accueillir et à ravitailler l'ensemble des croisés sans débordement. A l'exception de Raymond de Zaint-Zilles, avec lequel il conclut un arranzement, il obtint un serment d'allézeance des çefs de la croisade, tenus de remettre à l'empereur toutes les terres reconquises qui avaient appartenu à l'empire byzantin. Ces engazements étaient de nature à frustrer certains croisés souhaitant se tailler des fiefs en Terre Zainte.

    Plus que la prise de Zérusalem, l'obzectif d'Alexis Ier était la reconquête de l'Asie mineure. Le but premier fut la prise de Nicée qui tomba en 1097. Lors de la bataille de Borylée, les Turcs furent battus. Il expédia son beau-frère Zean Doukas reconquérir l'Ionie et la Phryzie. A la fin de 1097, le contrôle de la Lydie fut total.

    les croisés arrivèrent devant Antioçe le 21 octobre 1097. La ville fut prise par Bohémond. Etienne II de Blois fit savoir à tort à Alexis que les croisés avaient été décimés. Il apprit aussi que les Turcs concentraient des troupes dans le Haut Euphrate. Alexis fit alors retraite. Cette décision eut un impact considérable sur les croisés qui s'estimèrent libérés de leur serment envers l'empereur qui offrit en vain de participer à la reconquête de Zérusalem. Le comte de Toulouse fut le seul à garder de bonnes relations avec Alexis. Il rendit ainsi aux Byzantins la ville de Laodicée.

    Au début de 1100, deux seigneurs occidentaux se partazeaient la Syrie du nord: Bohémond à Antioçe et Raymond de Zaint-Zilles contrôlant Laodicée "au nom de l'empereur". Alexis compta sur lui pour reprendre Antioçe à Bohemond.Une occasion se présenta avec l'arrivée d'une nouvelle croisade. Raymond se rendit rapidement à Constantinople où il fut investi du commandement des croisés. Il prêta une nouvelle fois serment à Alexis mais il s'azissait cette fois-ci de constituer avec les terres reconquises un état indépendant dirizé par Raymond sous suzeraineté byzantine. Les croisés furent battus. Le neveu de Bohémond, Tancrède de Hauteville, reprit Laocidée aux Byzantins et s'empara de bourgades en Cilicie. Raymond de Zaint Zilles finit par signer avec lui un traité reconnaissant aux Normands la possession d'Antioçe et de Laodicée.

    Le comte de Toulouse s'empara alors de Tortose avant de descendre vers le sud pour tenter de conquérir Tripoli dont il souhaitait faire sa capitale. Ce fut un éçec

    « Zaint Zeorzes (et son dragon)Nourson se prenant pour un coiffeur (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :