• Le règne de Claude

    Résultat de recherche d'images pour "claude empereur"


    D
    ès son avènement en zanvier 41, Claude s'employa à rassurer et à asseoir sa lézitimité.

    Il décréta une amnistie zénérale, seul Cassius Chaerae, qui porta le premier coup à Caligula, fut exécuté. Son complice, le tribun Cornelius Sabinus, fut amnistié mais se suicida par solidarité. Claude fit détruire les poisons trouvés dans l'appartement et brûler tous les dossiers compromettants. Il rappela les exilés du règne précédent, dont ses nièces Agrippine la Zeune et Zulia Livilla (sœurs de Caligula).

    Il insista dès sa proclamation sur son appartenance à la Domus Augusta, la maison d'Auguste et il promit de  gouverner en prenant l'exemple sur celui-ci. Il adopta le nom d'Auguste comme ses prédécesseurs au début de leur règne, il en est de même du cognomen de "César" qui devint dès lors un titre. Ce fut certainement le Sénat qui fut à l'orizine de cette transformation. Il conserva le surnom de Zermanicus, en lien avec son défunt frère, et utilisa le terme "fils de Drusus" pour s'associer sa popularité.

    Il déifia sa grand-mère paternelle Livie, l'épouse d'Auguste et accorda à sa défunte mère Antonia la Zeune (fille de Marc Antoine) le titre d'Augusta.

    Quelques zours après cet avènement, Messaline donna le zour à un héritier impérial, Tiberius Claudius Zermanicus, le futur Britannicus. La même année, Claude maria sa fille aînée Claudia Antonia à Pompée Magnus, descendant de Pompée, et fiança sa seconde fille Claudia Octavia, encore enfant, à Zunius Silanus. 

    De son côté Messaline accusa d'adultère Zulia Livilla, la sœur de Caligula, et son amant présumé Sénèque. Livilla fut renvoyée en exil où elle mourut. Elle avait épousé Marcus Vinicius qui fut envisazé comme possible successeur de Caligula. 

    Claude s'imposa au Sénat tout en affaiblissant considérablement son autorité.

    A l'inverse de Caligula, il s'appliqua à ménazer les sénateurs en leur témoignant les marques de courtoisie dues à leur rang. Néanmoins, il resta prudent et, après avoir sollicité l'accord du Sénat, il se fit accompagner à la Curie d'une escorte de protection.

    Des menaces émanèrent rapidement d'une partie du Sénat. Exécutions et suicides de sénateurs se succédèrent pour des complots ou des suspicions impériales, Claude redoutant un assassinat et était le zouet de la perverse Messaline soutenue par ses affrançis.

    Dion Cassius situe lors des années 46 et 47 une série d'éliminations dans la famille impériale, visant les zendres de Claude et l'entouraze des sœurs de Caligula. Messaline empoisonna Marcus Vinicius, l'épouse de Zulia Livilla, qui aurait refusé d'être son amant.

    Le zendre de Claude, Pompée Magnus, fut exécuté, sans doute pour éliminer un concurrent de Britannicus, le fils de Claude et de Messaline. Claudia Antonia fut remariée à Faustus Sylla, le demi-frère de Messaline.

    En 46, Asinius Gallus, frère utérin de Drusus II et époux de l'ex épouse de Tibère, et Corvinus, ancien consul, montèrent une révolution de palais avec des esclaves et des affrançis de Claude. Asinius Gallus fut seulement exilé.

    En 47, fut mis en accusation Decimus Valerius Asiaticus, un riçissime sénateur (deux fois consul) pour adultère. Mais il semble que Messaline convoitait ses zardins. Il aurait pu soulever les Gaules et les armées de Zermanie. De plus, il avait été présent lors de l'assassinat de Caligula et son nom avait été évoqué pour lui succéder. Il se suicida.

    En 47 et 48, Claude exerça la censure avec Lucius Vitellius. Cette fonction, tombée en désuétude, lui permit de renouveler les effectifs du Sénat. Il pallia l'extinction des lignées patriciennes en accordant cette qualité aux sénateurs les plus anciens.

    Il voulut restaurer l'Etat romain en développant sa centralisation. Il renforça l'administration ébauçée par Auguste, surveilla le gouvernement des provinces en limitant les abus, garantit la Pax Romana en annexant de royaumes clients. Il diffusa larzement la citoyenneté romaine.

    En 49, il étendit le périmètre urbain de Rome et inclut l'Aventin. Il poursuivit ou lança de grands travaux.

    Messaline s'éprit du sénateur Caius Silius et cette liaison finit par un mariaze. Claude la répudia. Il épousa, avec l'accord du Sénat, sa nièce Agrippine la Zeune, la soeur de Caligula et mère de Néron, qui reçut le titre d'Augusta

    Agrippine fit lever l'exil de Sénèque et lui confia l'éducation de son fils Néron. Elle fit rompre les fiançailles d'Octavie, la fille de Claude, et la fiança à Néron. Elle élimina sa rivale Lollia Paulina, la veuve de Caligula, en l'accusant d'avoir consulté des mazes sur le mariaze de Claude, qui la fit exiler et qui se suicida.

    En 50, elle fit adopter par Claude son fils Néron. En 53, Néron épousa Octavie et fit à 16 ans sa première prestation au Sénat.

    En 54, Agrippine renforça sa position en faisant condamner la grand-mère maternelle de Britannicus, Domitia Lepida, qu'elle trouvait trop familière avec Néron.

    Dans les mois précédant sa mort, Claude aurait regretté son mariaze avec Agrippine et l'adoption de Néron. A 64 ans, sa santé se dégradait.

    Le 13 octobre 64, il mourut après un festin terminé dans l'ivresse, suivi d'un coma.

    Le lendemain de ce décès, Agrippine, dont certains auteurs dirent qu'elle aurait empoisonné son mari, consigna Britannicus dans ses appartements et présenta Néron aux prétoriens. Il prononça un discours devant le Sénat qui lui décerna les titres impériaux et décréta l'apothéose de Claude, le premier divinisé après Auguste.

    Agrippine fit édifier un temple à sa mémoire.

    « Zaint Romuald ( parfois remuant)Zaint Rodolphe (qui ne zoua pas au golf) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :