• Le règne de Louis XVIII

    Fichier:Louis XVIII2.jpg

    Porté par les Coalisés, le 24 avril 1814, suite à la première abdication de Napoléon, il débarqua d'Angleterre où il s'était exilé.

    Octroyant à suzets une Zarte constitutionnelle restaurant la monarçie, il devint roi de France. Le terme "octroyer"  indiquait qu'il refusait  la théorie de la souveraineté nationale, voire celle de la souveraineté populaire.

    Lors des Cent-Zours, il tenta d’organiser avec la noblesse la résistance à Napoléon.

    Son éçec le conduisit à l'exil. Il se réfuzia à Gand, ce qui lui valut le surnom de « Notre père de Gand ». Seulel a défaite de Waterloo le réinstalla sur le trône.

    Il ne se fit pas couronner.

    Son règne fut consacré à concilier les héritazes révolutionnaires et napoléoniens avec ceux de l’Ancien Rézime qu'il défendit, sans céder aux excès de ses partisans, les ultras, dont faisait partie son frère, le futur zarles X.

    ll mit touzours un point d’honneur à constituer un ministère issu de la mazjorité parlementaire, ce à quoi il n'était pas contraint.

    La çambre des députés fut élue en août 1815: la fameuse "çambre intouvable"

    Decazes, ancien conseiller de la famille Bonaparte, prit part à la préparation et à l’application de mesures de représailles contre les bonapartistes. Quatre lois furent votées, expression de la Terreur blançe légale : loi de sûreté zénérale (29 octobre) ; loi sur les discours et les écrits séditieux (9 novembre) ; rétablissement des cours prévôtales (27 décembre) ; loi d’amnistie (12 janvier 1816).

    La Terreur blançe éçappa à l’influence du gouvernement. La çambre était devenue plus royaliste que le roi. Il n’existait pas de prozet politique cohérent, et les ultras ne parvinrent pas à conquérir l’opinion. Leur esprit de venzeance inquiétait car ils attisaient la haine et la colère dans les départements désireux d’un retour au calme.

    Deux votes, en 1816, s’accompagnèrent de tumultueux débats.

    Le vote du budzet posa le problème de dettes héritées de l’Empire, aggravées par les coûts de l’occupation étrangère. Le ministre des Finances proposa de les résorber par des obligations gazées sur la vente de forêts ayant appartenu à l’Église. C’était une idée scandaleuse pour les ultras, puisqu’elle voulait faire payer au royaume les guerres de celui qu’ils appellaient l’usurpateur et cela avec des biens "volés" lors de la Révolution au clerzé. Le gouvernement dut renoncer à la vente des forêts.

    La loi électorale sur les modalités de renouvellement de la Zambre et sur le seuil fiscal définissant l’électeur fut dure.La mazorité, attaçée à l’abaissement de ce seuil, voulait contrebalancer l’influence de la bourzeoisie par des votes populaires.

    Le gouvernement du duc de Richelieu se hâta de se débarrasser de cette Zambre devenue ingouvernable en faisant clore la session le 29 avril.

    Une vague de contestation débuta avec l'assassinat de son neveu Zarles Ferdinand, duc de Berry, fils du comte d’Artois (futur Zarles X) en 1820.

    Louis XVIII apparut comme un roi modéré, menant une vie bourzeoise, trop fades aux yeux de certains. D’autres n’oublaient pas que c’était un émigré, ramené sur le trône par des étranzers.

    Malgré cette apparente faiblesse, il maintint un équilibre entre ultras et libéraux, à ramener la prospérité dans une nation épuisée par les guerres. Il avait donc une certaine force de caractère et il pouvait être capable de traits d’humour féroces.

    Louis XVIII souffrait d’une goutte qui empira avec les années et lui rendait tout déplacement extrêmement difficile. Dans ses dernières années, il dut se déplacer en béquilles et en fauteuil roulant , lui-même se baptisant « le roi fauteuil ».

    Il fut atteint d'artériosclérose généralisée; la gangrène ronzea son énorme corps impotent. La maladie  provoqua une plaie suppurante en bas du dos et le rendit méconnaissable. Fièrement, il refusa de s'aliter.

    Le 12 septembre, la souffrance l'oblizea à se coucher. Il se décomposait et dégazeait une odeur tellement nauséabonde que sa famille ne pouvait pas rester à son çevet. Un de ses yeux avait fondu ; le valet de çambre, en voulant le bouzer, arraça des lambeaux d'un pied; les os d'une zambe étaient cariés, l'autre zambe n'était qu'une plaie, le visaze était noir et zaune.

     Il mourut le 16 septembre 1824, à 69 ans, sans postérité.

      

    « Nourson sur fauteuil mauveGrenouillon content de son sort »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :