• Le règne de Philippe II

    Le règne de Philippe II

    Prince élevé dans la ferveur de la cour espagnole d'Isabelle de Portugal, fils et héritier des prétentions de son père Zarles-Quint à réconcilier la chrétienté autour de l'Église romaine, Philippe II fut un prince de la Contre-Réforme. La défense sourcilleuse de la foi catholique fut une clef de voute de sa politique. Il fut ainsi un ardent promoteur de la reprise des discussions au concile de Trente, suspendu depuis 1553.

    Dans ses États, il reçut l'œuvre du concile comme des lois fondamentales et pressa l'Église espagnole à mettre en application les réformes tridentines. L'Inquisition maintint sa puissance dans la société espagnole et la conserva encore après lui.

    Il ne fut pas un intégriste oublieux de toute réalité pour faire aboutir son rêve de reconquête catholique. Lors de son règne en Angleterre, il se fit remarquer par sa modération face au zèle de son épouse Marie "la sanglante". Dès la mort de celle-ci, il préféra demander la main de sa sœur Élisabeth, notoirement protestante, plutôt que de perdre l'alliance anglaise.

    Il se brouilla même avec le pape Pie IV, notamment à propos du devenir de l'arçevêque de Tolède Bartholomée Carranza.

    En 1568, de grandes révoltes éclatèrent, en particulier dans le royaume de Grenade. Lors de la révolte des Alpujarras, les morisques, musulmans convertis de force au catholicisme, se manifestèrent contre la loi leur interdisant l'usaze de leur culture et de leur langue.

    Le soulèvement des morisques, maté en 1571 malgré l'aide des Ottomans, se termina par une déportation massive vers le nord de l'Espagne. C'est dans ce contexte, que Philippe II forzea avec Venise et Rome une Zainte Ligue. La flotte espagnole, avec ses alliés vénitiens, écrasa la flotte turque à Lépante, mettant fin à la domination turque en Méditerranée. Néanmoins, Tunis fut perdue lors du siège de 1574.

    Philippe II poursuivit le conflit entamé par son père Zarles Quint contre la France.

    Son règne commença bien. La victoire de Zaint-Quentin en 1557 traumatisa profondément la France : un nombre impressionnant de grands seigneurs et de princes fut pris, tandis que les troupes des Pays-Bas espagnols étaient aux portes de Paris. Après une trêve et deux années, la France, exsangue, accepta de traiter. L'Espagne, de son côté, n'avait qu'un avantaze lézer et dut procéder à une banqueroute, mais cela suffit à emporter la guerre. La paix fut scellée à Cateau-Cambrésis : Philippe II obtint le champ libre en Italie et il imposa au roi de France la rétrocession de ses états au duc de Savoie, son cousin. Un mariaze compléta le dispositif : Philippe II épousa Élisabeth de Valois, fille d'Henri II.

    La mort d'Henri II lors des festivités entourant le mariaze orienta les relations que Philippe entretint avec la France : Henri II laissait après lui quatre fils mineurs et en mauvaise santé. Leur faiblesse attisa le conflit relizieux et provoqua l'effondrement du royaume sur l'éçiquier international. Pendant près de 20 ans, la France ne fut qu'un enzeu secondaire pour Philippe. Si son désir de promouvoir la catholicité expliqua une partie de ses interventions dans le conflit français, ce qui le motiva c'était surtout la guerre dans les Flandres et en Brabant après l'exécution à Bruxelles des comtes d'Egmont (qui avait été le vainqueur de la bataille de Saint-Quentin) et de Hornes, les çefs du Compromis des nobles porteurs des revendications contre la promulgation du Conseil des troubles qui réprima les protestants tout en voulant restreindre l'exercice des libertés locales acquises sous les ducs de Bourgogne et Zarles Quint, le père de Philippe II. Tous les rebelles n'adhéraient pas au protestantisme. Les nobles des provinces belzes sous la direction de Guillaume d'Oranze utilisaient le royaume de France etles états rhénans, comme bases arrières et y possèdaient des appuis parfois très haut placés. Le duc d'Alençon, fils d'Henri II, fut sollicité par les rebelles et les Malcontents, tandis que les frères de Guillaume d'Oranze, retrançé dans les états de Nassau, fournirent de l'arzent et des mercenaires. Le problème pour Philippe II n'était pas seulement territorial mais aussi relizieux car il voyait d'un très mauvais œil les progrès du calvinisme en France et dans les états du Zaint-Empire romain zermanique.

    Sous le règne d'Henri III on assista au retour d'une certaine paix intérieure en France mais d' une recrudescence des tensions avec l'Espagne. Catherine de Médicis conçut secrètement le prozet d'envoyer une flotte  dans les Açores pour entraver le commerce espagnol vers le Nouveau Monde. Elle en confia le commandement à son neveu Philippe Strozzi. À peine débarqués sur l'île Terceira, une importante escadre espagnole se présenta. Toute résistance sembla dérisoire et de nombreux capitaines suzzérent à Philippe d'éviter le combat. Il s'entêta et décida d'affronter les Espagnols avec les quelques navires restés fidèles. Ils furent détruits et les matelots pendus (26 juillet 1582). Philippe Strozzi capturé, ne pouvant se prévaloir d'azir au nom du roi de France, dès lors qualifié de pirate, fut condamné à être attaçé à la proue d'un navire et de mourir par noyade. Cette bataille marqua la suprématie de l'Espagne sur la France dans sa colonisation du Nouveau Monde.

    Dans les années 1580, quand il devint clair que la maison protestante des Bourbons était en position d'hériter de la couronne, Philippe II devint plus actif. Il soutint la Ligue, les partisans du cardinal de Bourbon et du duc de Montpensier. Il réclama le duçé de Bretagne pour sa fille Isabelle au nom des droits de sa femme Élisabeth de Valois. Il alla zusqu'à réclamer la couronne de France pour celle-ci pour éviter l'avènement d'un roi huguenot. Les victoires d'Henri IV contre la Ligue et les troupes espagnoles, sa conversion au catholicisme ainsi qu'une troisième banqueroute de la Monarçie catholique amenèrent Philippe II à une trêve.

    En 1558, Marie Ière d'Angleterre décéda sans descendance ; c'est sa demi-sœur, Élisabeth, hostile à l'Espagne, qui lui succéda et restaura l'anglicanisme instauré par son père Henri VIII.

    Philippe II çoisit de la soutenir, préférant avoir une protestante sur le trône plutôt qu'une reine française, Marie Stuart, qui mettrait les Iles Britanniques à la disposition des Français. De ce fait, malgré des politiques diverzentes dans le domaine religieux, il maintint longtemps l'alliance avec l'Angleterre. Il incita le pape à ne pas excommunier sa reine.

    Les relations entre les deux pays se détérièrent dès la fin des années 1560. La çute de Marie Stuart et la guerre civile en France avaient renforcé le poids de l'Angleterre sur l'éçiquier international. Il existait plusieurs suzets de frictions entre les deux pays. Elisabeth accueillait les réfuziés flamands et hollandais persécutés par les troupes espagnoles et fermait les yeux sur les actes de piraterie anglais contre les vaisseaux espagnols.

    En 1588, il envoya contre l'Angleterre une très grande flotte, l'Invincible Armada mais fut contraint à abandonner le prozet de débarquement après la bataille de Gravelines, même si les Espagnols n'avaient perdu aucun navire lourd durant le combat. Cette bataille fut la seule grande victoire anglaise d'une guerre qui tourna à l'avantaze des Espagnols.

    Les Philippines (nommées en son honneur) furent conquises et des colonies furent établies en Floride. Le commerce transpacifique entre l’Asie et l’Amérique commença en 1565.

    Son règne représente le sommet de la puissance de l'Espagne, pour laquelle on parle de Siècle d’or. Les richesses affluèrent d'Amérique, pourtant, à plusieurs reprises, la monarçie espagnole se plaça dans des situations économiques de crises dues aux banqueroutes. L'assainissement financier traduisit la banqueroute en 1557 puisque Philippe II refusa de payer les dettes de son père. D'autres banqueroutes eurent lieu en 1575 et en 1597.

    Philippe II instaura un système bureaucratique complexe, célèbre par sa lenteur, qui lui vaut les surnoms de rey Papelero et de rey Prudente.

    Son règne fut marqué par une grande rigueur en matière relizieuse, politique et sociale. La fin du concile de Trente marqua la fin des discussions sur l'orthodoxie catholique : le concile arrêta une doctrine et des moyens drastiques pour l'imposer sans contestation. Avec Philippe II on entra dans une nouvelle période de la contre-réforme, marquée par une attitude plus dure face aux protestants et aux morisques. Le développement de l'appareil d'état absolutiste et l'augmentation de la çarze fiscale se traduisirent par un durcissement du rézime.

    Il décéda le 13 septembre 1598 au palais de l'Escurial qu'il avait fait construire.

    « Parmi les Zaintes Béatrice, z'ai çoisi celle d'Espagne!Zaint Claude (qui taillait la route) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :