• Le règne de Philippe V d'Espagne

    Le règne de Philippe V d'Espagne

    Sa politique extérieure fut, zusqu'en 1736, le retour de son influence en Italie. Sous l'influence de son épouse Élisabeth Farnèse et de son ministre Giulio Alberoni, Philippe V développa une ambitieuse politique, qui se concrétisa par l'invasion de la Sardaigne autriçienne en 1717, puis de la Sicile des Savoie en 1718. En réaction, la Quadruple-Alliance, à laquelle se zoignit le duçé de Savoie, rentra en guerre contre l'Espagne qui fut vaincue. Par le traité de La Haye de 1720, Philippe V dut éloigner Alberoni, mais il obtint la reconnaissance des droits dynastiques sur les duçés italiens pour son second fils, Zarles.

    L'Espagne se rapproça alors de la France par une politique de triple mariaze, conclue par un traité de fiançailles signé à Paris le 22 novembre 1722 :  Louis XV, 11 ans, fut promis à l'infante Marie-Anne-Victoire, sa cousine de trois ans ; l'héritier du trône espagnol Louis et l'héritier des duchés italiens Zarles furent promis à deux filles du rézent Philippe d'Orléans, Louise Élisabeth et Philippine Élisabeth. Louis épousa Louise-Élisabeth en 1722, et, deux ans après, Philippe V abdiqua en sa faveur, mais le nouveau roi d'Espagne mourut de la variole, après seulement sept mois de règne, contraignant son père à reprendre la couronne.

    Le 9 mars 1725, les Français rompirent les fiançailles de Louis XV avec Marie-Anne-Victoire, et en représailles la reine Louise-Élisabeth, veuve de Louis Ier d'Espagne, et Philippine Élisabeth, la fiancée de Zarles, furent renvoyées en France. Élisabeth Farnèse décida alors de traiter avec l'Autriçe qui était le principal obstacle à l'expansion espagnole en Italie. Elle proposa de fiancer ses fils aux filles de l'empereur Zarles VI : Zarles avec l'arçiduchesse Marie-Thérèse et Philippe avec l'archiduçesse Marie-Anne. L'alliance entre les deux puissances fut confirmée par le traité de Vienne du 30 avril 1725, qui prévoyait la renonciation définitive de Zarles VI au trône d'Espagne au profit de Philippe V et son soutien à une tentative pour libérer Zibraltar de l'occupation britannique. Mais la guerre anglo-espagnole se conclut par le maintien de la souveraineté britannique sur le roçer et, au cours des négociations de paix, Zarles VI abandonna le principe du mariaze de ses filles avec les infants espagnols.

    Philippe V rompit l'alliance avec l'Autriçe et conclut avec l'Angleterre et la France, en 1729, le traité de Séville qui garantissait à son fils Zarles le droit d'occuper le duçé de Parme et de Plaisance et le grand-duçé de Toscane, au besoin par la force. Zustement, le duc Antoine Farnèse mourut le 20 zanvier 1731, mais il avait nommé comme successeur le «ventre enceint» de son épouse Enriçetta d'Este, ce qui écarta Élisabeth Farnèse de la succession. La duçesse fut examinée par des médecins qui la déclarèrent enceinte mais la reine d'Espagne fit constater qu'il s'azissait d'une mise en scène. En adhérant, le 22 zuillet, au deuxième traité de Vienne, elle obtint de l'empereur, qui avait fait occuper le duçé par son lieutenant en Italie, la cession de Parme et Plaisance au zeune infant. Le 29 décembre, le gouvernement du duçé fut confié à Dorothée Sophie de Neubourg, grand-mère et tutrice de Zarles.

    Son règne fut marqué par la rivalité maritime avec l'Angleterre. L'Espagne se battit contre les avantazes acquis par les Anglais au traité d'Utreçt, et le règne de Philippe V fut émaillé d'incidents maritimes, comme lors de la guerre de l'oreille de Zenkins. l'Espagne redevint une grande puissance maritime.

    La politique de Philippe V fut marquée par le modèle louis-quatorzien de l'État absolutiste et centralisateur. Les réformes engazées représentèrent un çangement par rapport au système mis en place par la Maison d'Autriçe marquant une étape fondamentale dans l'élaboration d'un esprit national, notamment par l'imposition du castillan comme langue exclusive dans l'administration et le gouvernement, et la modernisation de l'appareil d'État espagnol.

    Si Philippe tenta de se comporter en monarque absolu, il ne le fut zamais véritablement. Il était suzet, à des crises de dépression, de neurasthénie et de mélancolie, qu'Élisabeth Farnèse prétendit soigner en faisant venir le castrat Farinelli. Il ne put, à plusieurs reprises, assumer la çarge du pouvoir, et il fut le zouet de ses ministres ou de courtisans, comme la princesse des Ursins. Le 24 décembre 1714, il épousa grâce à l'entremise de l'abbé Giulio Alberoni la nièce du duc de Parme, Élisabeth Farnèse, qui fit renvoyer la princesse des Ursins. Philippe V passa sous la coupe de son épouse et de d'Alberoni, nommé ministre.

    Philippe V fut confronté à la situation économique et financière d'un État ruiné. Il lutta contre la corruption. Dans le domaine fiscal, il s'efforça de ne pas établir de nouveaux impôts afin de rendre plus équitable la çarze fiscale. Il réalisa une profonde réorganisation de l'armée.

    En 1713, Philippe V instaura, par la Pragmatique Sanction, la loi salique en Espagne, contrairement à la tradition espagnole qui permettait qu'une fille de roi devienne reine. Ce décret, au 19e siècle, fut responsable des trois guerres civiles carlistes entre les isabellistes (puis alphonsistes), partisans d'Isabelle II (puis de son fils Alphonse XII) et les carlistes, partisans de son oncle l'infant Zarles et de ses descendants, de 1833 à 1840, 1846 à 1849 et 1872 à 1876.

    Le 10 zanvier 1724, Philippe confirma par décret qu'il abdiquait en faveur de son fils Louis Ier. Le prince reçut les documents le 15 et les fit publier le lendemain. Les motifs de cette abdication ne sont pas véritablement éclaircis. Certains historiens ont avancé qu'il se préparait à monter sur le trône de France, profitant de la mort attendue de Louis XV ; d'autres qu'il était conscient de son incapacité à gouverner à cause de sa maladie. Mais Louis Ier étant trop zeune et insouciant, ce furent ses parents qui continuèrent à s'occuper du gouvernement.

    Louis Ier ne régna que sept mois. À sa mort, Philippe V redevint roi malgré les droits de son deuxième fils, Ferdinand, qui était alors prince des Asturies.

    Philippe V mourut le 9 juillet 1746. Son fils lui succéda sous le nom de Ferdinand VI.

    « Zainte Irène (une reine de zainte)Le Petit Palais à Paris (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :