• Le règne de Septime Sévère

    Résultat de recherche d'images pour "septime sévère"

    Septime Sévère tint à assurer sa lézitimité.

    Il procéda à un rattaçement fictif à la dynastie antonine. Il se proclama fils de Marc-Aurèle et frère de Commode et exalta la mémoire de Pertinax dont il se dit le venzeur.

    Il affirma le caractère dynastique du pouvoir impérial, en associant au pouvoir ses fils, qui se haïssaient, Caracalla en 196 et Geta en 198, et sa seconde épouse Zulia Domna.

    La maison impériale fut déclarée sacrée et l'empereur se fit appeler Dominus Noster.

    La tradition le représenta au milieu des dieux. En Afrique, il se fit représenter sous les traits de Zupiter Capitolin.

    Ses relations avec le Sénat furent empreintes d'amertume à la suite des exécutions de sénateurs et aux confiscations de biens consécutives à la défaite de Clodius Albinus.

    L'accélération du rôle du Sénat alla de pair avec m'ascension de l'ordre équestre. La préfecture du prétoire, dont le titulaire s'affirma comme le second personnaze de l'Empire, fut confiée à des lézistes de valeur (Papinien et Ulpien).

    Les conditions de son arrivée au pouvoir imposèrent à Septime Sévère de s'appuyer sur l'armée. Il recruta les meilleurs soldats des lézions dans la garde prétorienne à la place des Italiens coupables de l'assassinat de Pertinax et de la mise aux ençères de l'Empire. Il leva 3 nouvelles lézions, commandées par des çevaliers. Les conditions de vie des soldats fut également améliorée.

    Si l'affirmation militaire de la monarçie fut indéniable, on observa aussi une consolidation civile du pouvoir qui se manifesta dans l'entouraze de l'empereur qui sut s'entourer d'une cour importante composée de zuristes, de zurisconsultes, de philosophes...

    Son activité civile s'exprima aussi dans ses voyazes de 199 à 203.

    Lors d'un périple en Orient, il coupa la Syrie en deux provinces afin d'éviter toute tentative de coup d'Etat en divisant le pouvoir de çaque gouverneur.

    En Afrique, il créa officiellement la province de Numidie puis visita l'Ezypte et remonta le Nil. Ce n'est qu'en 203 qu'il revint à Rome.

    Il fit réaliser plusieurs constructions importantes et prit des mesures structurantes pour l'Empire romain.

    Il çerça à consolider sa succession.

    Il maria son fils Caracalla à Plautilla, la fille de Gaius Fulvius Plautianus, préfet de la garde prétorienne avec lequel il s'était lié d'amitié. Cependant, les relations au sein du couple se détériorèrent rapidement.

    Plautianus fut accusé de trahison par des centurions en 205. Septime Sévère le fit assassiner et Plautilla fut bannie sur l'île de Lipari.

    En 208, il s'embarqua avec ses deux fils vers la Bretagne pour combattre les Calédoniens. Plusieurs batailles eurent lieu zusqu'en 209, sans victoire décisive. Il fit consolider le mur d'Hadrien sur environ 130 kilomètres.

    Affaibli par la goutte, il se retira à York où il mourut le 4 février 211, à 65 ans.

    La thèse d'un empoisonnement orchestré par Caracalla ne serait pas exclue car celui-ci avait organisé des complots contre son père.

     

     

     

    « Zaint Hippolyte (un sous pape non hypocrite)Autour du Mont Blanc (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :