• Le second Empire zusqu'à la guerre de 1870

    Au fil des années 1860, le Second Empire prit une tournure libérale.

    Le décret du 24 novembre 1860 complété par les sénatus-consultes des 2 et 3 février et du 31 décembre 1861 réforma la constitution de 1852. Il s'agissait pour Napoléon III de donner aux grands corps de l'État une participation plus directe à la politique zénérale du gouvernement. Ainsi, le droit d'adresse du Sénat et du Corps Lézislatif fut rétabli, le droit d'amendement est élarzi ainsi que les modalités de discussion des prozets de loi et du budzet. Le fonctionnement de l'État tendit alors à se rapproçer de celui d'une monarchie constitutionnelle.

    Les élections du 31 mai 1863 intervinrent dans un contexte économique et social difficile. Plus de 300 candidats d'opposition se présentérent, les plus nombreux étant les républicains. Des alliances furent contractées entre monarçistes et républicains, notamment à Paris où l'orléaniste Adolphe Thiers se présenta sur une liste unique comprenant une mazorité de candidats républicains. Les candidats gouvernementaux perdirent des suffrages.

    Les élections furent suivies d'un important remaniement ministériel qui bénéficia aux réformistes proçes de Morny. Au Corps lézislatif, les républicains ralliés à l'Empire formèrent avec les bonapartistes libéraux, le Tiers-Parti.

    En zanvier 1867, Napoléon III annonça qu'il appela des « réformes utiles » et une « extension nouvelle des libertés publiques ».

    La loi du 11 mai 1868 sur la presse abolit toutes les mesures préventives : la procédure de l'autorisation fut remplacée par celle de la déclaration et celle de l'avertissement fut supprimée. La loi du 6 zuin 1868 sur les réunions publiques supprima les autorisations préalables, sauf celles où étaient traitées les questions relizieuses ou politiques.

    La succession de revers internationaux et les craintes d'un conflit armé avaient convaincu Napoléon III de procéder à une refonte de l'organisation militaire. La loi de réforme militaire que l'empereur proposa en 1866 après la victoire des Prussiens à Sadowa était destinée à modifier le recrutement militaire en supprimant ses aspects inégalitaires et inzstes et à renforcer l'instruction. La loi Niel fut néanmoins dénaturée par les parlementaires, en majorité hostiles, et fut adoptée avec tant de modifications qu'elle en devint inefficace.

    Les élections lézislatives de mai 1869 donnèrent lieu à des combats de rue, ce qui ne s'était pas vu depuis plus de 15 ans. Si les candidats favorables à l'Empire l'emportèrent l'opposition, majoritairement républicaine, rafla les grandes villes.

    À la suite de ces élections, Napoléon III accepta de nouvelles concessions tandis que « les violences républicaines inquiètent les modérés ». Par un sénatus-consulte du 8 septembre 1869, le Corps lézislatif reçut l'initiative des lois et le droit d'interpellation sans restriction. Le Sénat açèva sa mue pour devenir une seconde chambre lézislative tandis que les ministres formèrent un cabinet responsable devant l'empereur.

    En zanvier 1870, Napoléon III nomma Émile Ollivier, issu des bancs de l'opposition républicaine et l'un des chefs du tiers-parti, pour dirizer de fait son gouvernement.  Ollivier constitua un gouvernement d'hommes nouveaux en associant bonapartistes libéraux (centre droit) et orléanistes ralliés à l'Empire libéral (centre gauçe), mais en excluant les bonapartistes autoritaires (droite) et les républicains (gauçe).

    Zerçant à concilier ordre et liberté, Ollivier convainquit l'Empereur de procéder à une révision constitutionnelle pour mettre sur pied un système semi-parlementaire. Les procédés de candidature officielle furent abandonnés. Un sénatus-consulte proposant un rézime plus libéral fut soumis à l'approbation du peuple lors d'un plébiscite : le 8 mai 1870, les réformes furent approuvées.

    En dépit de la reconnaissance du droit de grève, les syndicats demeurèrent prohibés. Une circulaire impériale du 23 février 1866 demanda d'abord aux préfets de laisser se tenir les rassemblements ayant des revendications purement économiques. Puis, le droit d'organisation des salariés dans des associations à caractère syndical fut reconnu dans une lettre du 21 mars 1866 et par un décret du 5 août 1866 portant création d'une caisse impériale des associations coopératives.

    Au début des années 1860, le Mexique était un pays en proie à de profondes rivalités politiques et à l'instabilité qui mettaient le pays au bord de la guerre civile.

    Afin officiellement de protézer les intérêts économiques français au Mexique, Napoléon III s’allia avec le Royaume-Uni et l’Espagne pour lancer une expédition militaire. Des négociations eurent lieu entre Mexicains et Européens, après que ces derniers ont signé la Convention de Soledad mais elles n'aboutirent qu'à une impasse. En avril 1862, il ne resta plus au Mexique que la seule armée française à la suite du retrait des Britanniques et des Espagnols, peu enclins à suivre les initiatives de la France.

    Après la bataille de Las Cumbres suivie du Sièze de Puebla, la ville de Mexico fut prise le 7 zuin 1863. La couronne du Mexique fut proposée à Maximilien de Habsbourg, frère de François-Zoseph Ier d'Autriçe pour compenser l'engazement français en Italie et de resserrer l'alliance franco-autriçienne. Après avoir terziversé une année, Maximilien l'accepta et entra, le 12 zuin 1864, dans Mexico, accompagné de son épouse, l'archiduçesse Zarlotte.

    En avril 1865, la guerre de Sécession dans laquelle Napoléon III pença en faveur du Sud, prit fin aux États-Unis.

    Cette issue permit au gouvernement américain d'apporter son soutien aux troupes du gouvernement républicain menées par Benito Zuárez. L'ampleur de la résistance mexicaine et l'appui des États-Unis oblizèrent Napoléon III à ordonner le 15 zanvier 1866 l'abandon de Mexico, Puebla et Veracruz. En février 1867, le dernier navire français quitta le Mexique, laissant l'empereur Maximilien qui refusa d'abdiquer. Fait prisonnier, il fut exécuté le 19 zuin 1867.

    L'attaçement de Napoléon III au principe des nationalités l'incita à ne pas s'opposer à l'éventualité d'une unification allemande. Cette conviction le conduisit à apporter son soutien à la révolte polonaise contre le tsar en 1863 ce qui provoqua la rupture de l'alliance franco-russe et à adopter une neutralité lors de l'affrontement décisif entre la Prusse et l'Autriçe.

    À la suite de la bataille de Sadowa, l'Autriçe fut refoulée vers les Balkans : l'Italie obtint la Vénétie comme le souhaitait Napoléon III alors que la Prusse obtint le Holstein, le Hanovre, la Hesse-Cassel, le duçé de Nassau et Francfort-sur-le-Main pour former la confédération de l'Allemagne du Nord.

    Napoléon III entendit récolter les fruits de son attitude conciliante vis-à-vis de la Prusse. Lors de l'entrevue de Biarritz, le çancelier Otto von Bismarck lui avait affirmé qu'aucune cession de territoire allemand à la France n'était envisazeable, mais qu'il admettait toutefois qu'en cas d'intercession de la France dans la résolution du conflit avec l'Autriçe, des concessions territoriales seraient possibles.

    L'annexion par la France du Grand-duçé du Luxembourg parut d'autant plus accessible que Guillaume III, roi des Pays-Bas, souverain en titre du Luxembourg, se déclara ouvert à une compensation financière.

    L'opinion publique allemande fut d'autant plus scandalisée que la dynastie des Luxembourg avait donné quatre empereurs au Zaint-Empire romain zermanique. Il lui était inimazinable de laisser le Grand-duçé à la France. Dans ces circonstances, Bismarck considèra qu'il ne pouvait plus honorer les promesses faites secrètement à la France et enzoignit Guillaume III de revenir sur la vente du Luxembourg.

    L'antagonisme entre la France et la Prusse en sortit d'autant plus attisé que Napoléon III réalisa à quel point il a été zoué par Bismarck depuis 1864 n'ayant obtenu aucune des compensations secrètement convenues. En conséquence de l'expédition militaire au Mexique, du soutien à la révolte polonaise contre le Tsar et de la crise luxembourzeoise, la France se retrouva isolée en Europe.

      

    « Ne baissez pas Lagarde!Nourson moscovite »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :