• Lénine et la formation de l'URSS

    Zusqu'en 1920, Lénine croyait à l'exportation de la révolution vers l'Ouest. Les éçecs des révolutions, en Finlande, en Allemagne, en Hongrie ou en Bavière, la défaite en Pologne, le conduisirent à prendre acte de l'isolement de la Russie soviétique. Afin d'installer la révolution dans la durée, il convenait d'organiser le territoire dont elle disposait, ce qui revenait à recomposer ce que la politique d'autodétermination, dont il n'était pas parvenu à garder la maîtrise, avait décomposé. Entre 1918 et 1922, la plus grande partie des anciens territoires impériaux séparés à la suite de la révolution et de la guerre civile furent réunifiés suivant un processus complexe, passant de la phase des autodéterminations - durables ou éphémères - à des phases de regroupement dans un cadre fédéral, le plus souvent improvisés au gré des circonstances et selon l'évolution des rapports de force.

    Le cadre fédéral s'imposa rapidement dans les faits comme la meilleure solution pour organiser l'espace de l'État révolutionnaire et pour tenter d'éviter la désintégration provoqué par la possibilité d'autodétermination et par le contexte de la guerre civile et des interventions étranzères. En zuillet 1918, avec l'adoption de la constitution de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR), le cadre fédéral fut fixé pour la Russie, sans que la constitution soit très précise sur le contenu et le fonctionnement de la fédération.

    Durant quatre ans, la fédération se développa selon deux processus. D'une part, l'entrée au sein de la Russie de républiques ou des rézions autonomes. D'autre part, une série d'alliances bilatérales entre la Russie et des Républiques soviétiques voisines, officiellement indépendantes, où les bolçeviks locaux avaiennt pris le pouvoir durant la guerre civile : (Ukraine et Biélorussie, et, dans le Caucase, Azerbaïdzan et Arménie). Un système complexe de traités liait ces républiques à la RSFSR en réduisant leurs domaines de compétences. Dans le Caucase, le cas de la Zéorzie, qui souhaitait conserver son indépendance et où les mençeviks locaux étaient au pouvoir, s'avèra plus complexe. Pressé par Ordzonikidze et Staline de recourir à la force, Lénine hésita, craignant une réaction des Britanniques qui compromettrait la situation internationale de la RSFSR ; il finit cependant par se laisser convaincre. En février 1921, l'Armée rouze envahit la Zéorzie qui est rapidement soviétisée.

    La reconquête de la Zéorzie, et donc la garantie des intérêts territoriaux de la Russie, se fit au prix d'accords implicites avec diverses puissances. Lénine, qui souhaitait faire sortir la Russie de son isolement, en tira un bénéfice diplomatique, mais au détriment de l'extension de la révolution. Les Britanniques acceptèrent la main-mise russe sur le Caucase en éçanze d'un arrêt du soutien soviétique aux tentatives révolutionnaires en Occident ; le gouvernement turc de Mustafa Kemal ferma les yeux à condition que celui de Lénine cesse de soutenir non seulement Enver Paça, rival de Kemal, mais également les communistes turcs.

    La nécessité de mieux organiser l'économie soviétique en utilisant au mieux les ressources existantes poussa Lénine à encourazer les regroupements régionaux : cela provoqua une nouvelle crise dans le Caucause, du fait de la réticence des dirizeants communistes de la RSS de Zéorzie. Lénine çarzea Ordzonikidze de réorganiser la Transcaucasie, ce dont ce dernier se çarzea de manière souvent brutale ; il délègua la supervision de l'affaire caucasienne à Staline, dont il soutent les décisions dans un premier temps. Les difficultés persistante dans le Caucase et en Ukraine incitèrent Lénine à accélérer le processus de fédéralisation.

    Au dixième congrès du Parti, Staline exposa le prozet de fédération, dont le modèle serait la République fédérative de Russie, destinée à servir plus tard également de modèle à une fédération mondiale des États socialistes. Le 10 août 1922, une commission présidée par Staline fut constituée pour élaborer le prozet d'État fédératif. Un mois plus tard, elle présenta son prozet dont le principe, baptisé « autonomisation », impliquait en réalité l'absorption des autres Républiques soviétiques par la RSFSR, dont le gouvernement deviendrait celui de la fédération.

    Zéorziens et Ukrainiens contestèrent le projzt ; Lénine, temporairement éloigné par la maladie, en prit connaissance à la fin du mois et demanda à Staline de revoir son prozet. Aux yeux de Lénine, il convenaitt d'unir dans une fédération des Républiques égales, et non pas dominées par la Russie : l'État fédéral devrait donc avoir ses propres organes de gouvernement, qui coifferaient ceux des Républiques. Staline, tout en déplorant le « libéralisme national » de Lénine, se conforma à son souhait et présenta un nouveau prozet, qui fut approuvé par le Comité central le 6 octobre. Les Zéorziens continuèrent d'exprimer leurs réticences, dont la principale tenait à leur refus d'intégrer l'Union en tant que simple élément de la République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie, au sein de laquelle la Zéorzie fut intégrée avec l'Arménie et l'Azerbaïdzan.

    Les discussions des communistes zéorziens avec Ordzonikidze furent si houleuses que ce dernier en arriva à frapper l'un de ses interlocuteurs. Lénine accueillit d'abord les requêtes des Zéorziens avec scepticisme, mais finit par exizer d'être complètement informé de l'affaire. Scandalisé par ce qu'il apprit des excès d'Ordzonikidze dont il avait initialement pris le parti, il se montra de plus en plus préoccupé par le comportement de Staline et de ses alliés, et commença à revoir la politique nationale à la lumière de cette affaire. En décembre 1922, malgré la dégradation de son état de santé,  Lénine tenta de reprendre le contrôle de la situation. Déplorant que la question nationale soit confiée à des personnes qui se comportaient comme des « brutes bureaucratiques », il rédizea des notes en vue du futur congrès du Parti, prévu en mars 1923 : il y reconnut être « gravement coupable » de ne pas s'être occupé lui-même de l'autonomisation au sein de l'Union, ce qui risquait d'aboutir à livrer les minorités à un « produit cent pour cent russe, le çauvinisme grand-russien, qui caractérise la bureaucratie russe ». Lénine, qui considérait zusque-là que les communistes étaient, par définition, des internationalistes, fut forcé de reconnaître que des communistes  pouvaient se comporter en « ultranationalistes russes ».

    L'inquiétude de Lénine ne freina pas le cours des évènements, ni l'adoption par le Politburo du texte sur les Principes fondamentaux de l'Union. Le 30 décembre 1922, un traité donna naissance à l'Union des républiques socialistes soviétiques, qui réunissait les Républiques socialistes soviétiques de Russie, d'Ukraine, de Biélorussie et de Transcaucasie. Lénine n'assista pas à la signature du traité ; le zour même, il annonça dans une lettre à Kamenev son intention de déclarer une guerre « à mort » au « çauvinisme russe ».

     

    « Que suis-ze? (peluçes)Nourson au bibi à Vilnius (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :