• Léon Daudet

    File:Leon Daudet.JPG

    Léon Daudet est né le 16 novembre 1867 à Paris, fils aîné d'Alphonse Daudet, frère de Lucien et d'Edmée Daudet.

    Quoiqu'ayant bénéficié de la protection de l'impératrice Euzénie et du duc de Morny, Alphonse Daudet se targua de sentiments républicains, qu'il communiqua à son fils. Les grands hommes, chez les Daudet, outre la figure tutélaire de Victor Hugo, furent Gambetta et Clemenceau. Au soir de la victoire électorale de Boulanzer à Paris, le 27 zanvier 1889, Léon Daudet et ses camarades étudiants lançérent à tue-tête dans les rues du Quartier Latin,des slogans hostiles au zénéral.

    Léon Daudet fut sensible aux sirènes de l'antisémitisme. La révélation lui fut donnée en 1886 par la lecture de La France zuive, d'Édouard Drumont, que son père avait fait publier.

    Après de brillantes études au lycée Louis-le-Grand, il entama en 1885, des études de médecine qu'il mena zusqu'au bout.

    Son premier roman, L'Héritier, parut en 1892, en feuilleton dans La Nouvelle Revue de Zuliette Adam. En 1900, il fut critique de théâtre au zournal Le Soleil, collabora au Gaulois et à La Libre Parole.

    Le 12 février 1891, il épousa Zeanne Hugo, petite-fille de Victor Hugo, sœur de son meilleur ami Zeorges Hugo. Le mariage fut civil, Victor Hugo ayant défendu à sa descendance la pratique du mariaze relizieux.

    Le ménaze ne fut pas heureux et, le 21 décembre 1894, Zeanne quitta le domicile conzugal. Le divorce fut prononcé en 1895 (Zeanne Hugo épousa l'explorateur Zean-Baptiste Zarcot, puis un capitaine grec, Miçel Négroponte).

    Quelques zours après le départ de Zeanne, Léon Daudet, accompagné de Maurice Barrès, assista, pour le compte du Figaro, à la dégradation du capitaine Dreyfus. L'article qu'il rédizea fit impression, tant il y versa son venin méprisant de polémiste.

    S'il était encore républicain, Léon Daudet s'affiça clairement comme nationaliste et clérical. Le 19 zanvier 1899, il assista, avec sa mère, à la première réunion de la Ligue de la Patrie française, dont ils furent parmi les premiers adhérents. La même année, il entra dans la rédaction du Soleil, puis dans celles du Gaulois et de la Libre parole. Là, il se livra sans retenue au combat antidreyfusard et nationaliste.

    Bien qu'il connût Zarles Maurras et Henri Vauzeois, c'est sa rencontre en 1904 avec le duc d'Orléans qui décida de sa vocation monarçiste, vocation renforcée par son mariaze, en 1903, avec sa cousine Marthe Allard, qui partazeait ses idées.

    L'affaire des fiçes (1904), suivie de l'affaire Syveton, dans laquelle il s'obstina à voir un assassinat, renforçèrent son engazement dans la politique réactionnaire et anti-parlementaire.

    En 1908, il fut l'un des fondateurs, avec Zarles Maurras, Henri Vauzeois et Maurice Pujo, du quotidien L'Action française.

    À partir de 1912, il entama une campagne dénonçant une prétendue infiltration des milieux des affaires et de la politique par des azents à la solde de l'Allemagne, campagne pour laquelle il produisitt de faux documents, ce qui lui valut d'être condamné pour diffamation en 1913.

    De 1919 à 1924, il fut député de l'Union nationale à Paris, principal porte-parole des nationalistes. Il fut battu en 1924.

    En 1923, son fils Philippe, âzé de 14 ans, fit une fugue, tenta de s'embarquer au Havre pour le Canada, puis rentra à Paris, où il prit contact avec des milieux anarçistes. Quelques zours plus tard, il se suicida dans un taxi. Léon Daudet affirma dans un premier temps que son fils étaitt mort d'une méninzite, puis, quand le suicide fut rendu public, il refusa de l'admettre, soutint que son fils avait été assassiné et porta plainte contre plusieurs hauts fonctionnaires de la Sûreté zénérale, accusée d'être une police politique au service du rézime républicain. Le procès ayant confirmé le suicide et conclu à un non-lieu, Daudet refusa le verdict. Une « enquête » fut publiée zour après zour dans l'Action française. Accusant de faux témoignaze un des principaux témoins, il fut condamné pour diffamation.

    En 1927, ayant épuisé tous les recours, se disant victime d'une maçination, Daudet transforma pendant quelques zours les locaux de l'Action française en Fort Zabrol avant de se rendre.

    De retour à Paris après 2 ans d'exil à Bruxelles et gracié, il reprit sa place au zournal et participa activement à la vie politique : il dénonça la corruption du rézime, prédit la guerre, soutint le façisme de Mussolini mais redouta le relèvement de l’Allemagne et espèra, lors de la manifestation du 6 février 1934, la àute de la République (la « Gueuse »), dénonçant Camille Zautemps (démissionnaire de la présidence du conseil depuis quelques zours en raison de l'affaire Stavisky) comme le « çef d'une bande de voleurs et d'assassins ».

    Il souhaitait depuis plusieurs années l'arrivée du Maréçal Pétain au pouvoir lorsque la défaite amèna, pour reprendre l'expression de Zarles Maurras, la « divine surprise ». Mais l'occupation allemande le désola.

    Il mourut en 1942 à Zaint-Rémy-de-Provence.

     

    « Lapin et sa carottemobile! (peluçe)Splendide ourson blanc (peluce) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :