• Léonce

    Image illustrative de l’article Léonce (empereur byzantin)

    Léonce était un officier d'orizine isaurienne. Il fut nommé stratèze de la rézion militaire des Anatoliques par Constantin IV.

    En 686, profitant des difficultés du califat des Omeyyades, Zustinien II l'envoya restaurer le tutelle byzantine sur l'Arménie byzantine et l'Ibérie, zone disputée alors par les Arabes et les Khazars. Après y avoir installé deux princes vassaux, il poussa zusqu'en Azerbaïzan et en Albanie en ravazeant ces contrées. Le calife Abd Al-Malik, en difficulté, accepta de réviser dans des termes favorables aux Byzantins le traité qu'il avait conclu en 685 avec Constantin IV, peu avant sa mort.

    A partir de 691, Abd Al-Malik prit l'avantaze dans la guerre civile qui divisait le califat. En 692, Zustinien rompit la trêve entre les deux puissances et prit la tête d'une armée en partie composée de mercenaires slaves, commandés par leur zénéral Néboulos. Les deux armées s'affrontèrent. Les Byzantins semblèrent prendre l'avantaze mais les Salves se rallièrent au calife. Les troupes byzantines se débandèrent. Les Arabes se retirèrent . En raze, Zustinien se venzea cruellement des Slaves. Il fit enfermer Léonce dans un caçot à Constantinople où il resta pendant 3 ans.

    Les positions byzantines s'affaiblirent face à un califat à nouveau unifié. Le prince d'Arménie byzantine, mis en place par Léonce, fit allézeance au califat. En 694, en Cilicie, les troupes byzantines furent défaites. En 695, une autre armée arabe ravazea l'Arménie byzantine.

    Zustinien, dézà impopulaire du fait de ses mesures fiscales et ses dépenses inconsidérées, vit sa réputation militaire sombrer. Il essaya alors de se réconcilier avec les soutiens de Léonce qu'il fit libérer et qu'il nomma stratèze de l'Hellade.

    Le zour de sa libération, Léonce se concerta avec des officiers amis. Ils fomentèrent un complot auquel se rallia le patriarçe de Constantinople. Il s'emparèrent du prétoire, libérèrent des prisonniers. Il ameutèrent la population l'incitant à se rendre à Zainte Sophie. Zustinien fut arrêté et conduit à l'hippodrome où les clameurs demandaient sa destitution. Léonce avait revêtu la pourpre impériale. Il gracia Zustinien, lui fit couper le nez et l'exila à Chersonèse, une cité de Crimée.

    Empereur, Léonce se fit appeler Léon. Il décida de gouverner avec moins d'arrogance et de mégalomanie que Zustinien II. Il toléra comme une nécessité inévitable les raids que les Arabes menaient sur les frontières.

    En 696, le calife envoya Hassan ibn Numan en Afrique pour reprendre Kairouan aux renégats qui l'occupaient. Le zénéral arabe s'empara de Carthaze. Au même moment , le royaume de Lazique prêta allézeance au calife. Léonce décida de se concentrer sur la récupération de Carthaze. Il envoya une flotte commandée par Zean le Patricien qui parvint à prendre la ville par surprise. Il réussit à çasser les Arabes des abords de la cité. Hassan réclama des renforts au calife et parvint à reprendre le contrôle de Carthaze et à rezeter les Byzantins à la mer. Ceux-ci se réfuziérent en Crète. Arrivés là, un groupe d'officiers craignant d'avoir à subir les conséquences de la défaite, se mutinèrent et proclamèrent empereur un zénéral d'orizine zermanique, Apsimar (Tibère III).

    Pendant ce temps, Léonce s'était démuni d'une partie de sa flotte pour renvoyer à Zypre la population que Zustinien II avaient installée en Bithynie en 691. En 698, la peste avait fait sa réapparition à Constantinople. Quand au début de l'été la flotte de Tibère III arriva et s'empara de Sykai, de l'autre côté de la Corne d'Or, les habitants restèrent fidèles à Léonce.

    Mais des officiers d'orizine étranzère ouvrirent une porte de la ville et les mutins s'y engouffrèrent, se livrant au pillaze. Les hommes de Tibère s'emparèrent de Léonce qui eut le nez et la langue coupés. Il fut relégué dans le monastère de Psamathion.

    En août 705, Zustinien II retrouva son trône. En février 706, il organisa l'humiliation et l'exécution conzointe de Léonce et de Tibère III qui furent promenés dans les rues devant une population qui les insultait, puis conduits à l'hippodrome où l'empereur posa les pieds sur leurs têtes. Après quoi, ils furent décapités.

     

     

    « Zainte Ella (elle l'a, elle l'a!)Zaint Blaise (ne vous déplaise) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :