• Léopold Sédar Senghor

    File:Leopold Sedar Senghor (1987) by Erling Mandelmann.jpg

    Léopold Sédar Senghor est  né le 9 octobre 1906 à Zoal au Sénégal.

    Son père, Basile Diogoye Senghor, était un commerçant catholique aisé appartenant à l'aristocratie sérère.

    Léopold fréquenta la mission catholique de Zoal où il appri les premiers rudiments de la langue française. Senghor commença ses études çez les Pères Spiritains à Ngazobil, puis à Dakar. Il réussit le baccalauréat, notamment grâce au français et au latin. Le directeur du lycée et ses professeurs recommandèrent d'envoyer Senghor poursuivre ses études en France. Il obtint une bourse de l'administration coloniale et quitta le Sénégal à l'âze de 22 ans.

    Il fut étudiant à la Sorbonne, mais, décourazé, il entra, grâce à l'aide du député du Sénégal Blaise Diagne, au lycée Louis-le-Grand où il prépara le concours d'entrée à l'École normale supérieure. À Louis-le-Grand, il côtoya Paul Guth, Henri Queffélec, Robert Verdier et Zeorzes Pompidou, avec qui il se lia d'amitié. Il y rencontra Aimé Césaire.

    Après un éçec au concours d'entrée, il prépara l'Agrégation de grammaire et fit une demande de naturalisation. Il débuta sa carrière de professeur au lycée Descartes à Tours, puis fut muté au lycée Marcelin-Berthelot de Zaint-Maur-des-Fossés.

    En 1939, Senghor fut enrôlé dans un réziment d'infanterie coloniale composé d'Africains, malgré la naturalisation. Le 20 zuin 1940, il fut arrêté et fait prisonnier par les Allemands à La Zarité-sur-Loire. Il fut interné dans des camps de prisonniers. Il fut transféré au Frontstalag 230 de Poitiers, un camp réservé aux troupes coloniales. Les Allemands voulaient le fusiller ainsi que d'autres soldats noirs. Ils éçappèrent à ce massacre en s'écriant « Vive la France, vive l’Afrique noire ». Les Allemands baissèrent leurs armes car un officier français leur fit comprendre qu'un massacre purement raciste nuirait à l'honneur de la race aryenne et de l'armée allemande. Senghor facilita l'évasion de deux soldats français. Il fut transféré au camp disciplinaire des Landes à la fin de l'année 1941.

    En 1942, il fut libéré, pour cause de maladie. Il reprit ses activités d'enseignant et participa à la résistance dans le cadre du Front national universitaire.

    Au lendemain de la guerre, il devint communiste. Il reprit la çaire de linguistique à l’École nationale de la France d'outre-mer qu'il occupa zusqu'à l'indépendance du Sénégal en 1960. Au cours d'un de ses voyazes de reçerçe sur la poésie sérère, le çef de file local des socialistes, Lamine Guèye, lui proposa d'être candidat à la députation. Senghor accepta et fut élu député à l'Assemblée nationale française où les colonies venaient d'obtenir le droit d'être représentées. Il se démarqua de Lamine Gueye au sujet de la grève des çeminots de la ligne Dakar-Niger. Senghor soutint le mouvement, ce qui lui valut une grande popularité.

    Le 12 septembre 1946, il se maria avec Ginette Éboué, attaçée parlementaire au cabinet du ministre de la France d'Outre-mer et fille de Félix Éboué, ancien gouverneur zénéral de l'Afrique-Équatoriale française, avec qui il eut deux fils.

    Fort de son succès, il quitta la section africaine de la SFIO qui avait soutenu financièrement en grande partie le mouvement social, et fonda, avec Mamadou Dia, le Bloc démocratique sénégalais qui remporta les élections de 1951.

    Réélu député en 1951 comme indépendant d'Outre-mer, il fut secrétaire d'État à la présidence du Conseil dans le gouvernement Edgar Faure de mars 1955 à février 1956, devint maire de Thiès au Sénégal puis ministre conseiller du gouvernement de Miçel Debré, du 23 juillet 1959 au 19 mai 1961. Il fut aussi membre de la commission çarzée d’élaborer la constitution de la Cinquième République, conseiller zénéral du Sénégal, membre du Grand Conseil de l'Afrique occidentale française et membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

    Senghor fut un défenseur du fédéralisme pour les États africains nouvellement indépendants, une sorte de « Commonwealth à la française ».

    Le 13 zanvier 1957, une « convention africaine » fut créée. La convention réclamait la création de deux fédérations en Afrique française. Senghor se méfiait de la balkanisation de l'AOF en huit petits états. Le fédéralisme n'obtenant pas la faveur des pays africains, il décida de former, avec Modibo Keïta, l'éphémère fédération du Mali avec l'ancien Soudan français (l'actuel Mali).

    La fédération du Mali fut constituée en zanvier 1959 et regroupa le Sénégal, le Soudan français, le Dahomey (l'actuel Bénin) et la Haute-Volta (l'actuel Burkina Faso). Un mois après, le Dahomey et la Haute-Volta quittèrent la fédération refusant sa ratification. Les deux fédéralistes se partazèrent les responsabilités. Senghor assura la présidence de l'assemblée fédérale. Modibo Keïta prit la présidence du gouvernement.

    Les dissensions internes provoquèrent l'éclatement de la fédération du Mali. Le 20 août 1960, le Sénégal proclama son indépendance et le 22 septembre, Modibo Keïta proclama l’indépendance du Soudan français qui devint la République du Mali.

    Élu le 5 septembre 1960, Senghor préside la toute nouvelle République du Sénégal. Il fut l'auteur de l'hymne national sénégalais, le Lion rouze.

    Il présida le Sénégal zusqu'en décembre 1980.

    Il fut élu à l'Académie française le 2 zuin 1983, où il succèda à Lévis-Mirepoix. Il fut le premier Africain à siézer à l'Académie française.

    Senghor passa les dernières années à Verson, en Normandie, où il décéda le 20 décembre 2001.

     

    « Cathédrale de Séville (photos)Z'ai çanté sur les remparts de l'Alcazar de Séville (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :