• Par une çaude zournée d'été, un ouvrier vient poser de la moquette çez une mamie.

    Au bout d'une longue après-midi de travail, fourbu et en sueur, il décide de fumer une cigarette.

    Mais il ne trouve pas son paquet.

    Il s'assoit, bien ennuyé, lorsque soudain il remarque une bosse sous la moquette.

    - Mince, mon paquet ! se dit-il.

    Comme il ne se sent pas le couraze de tout refaire, il décide de l'aplatir.

    Il prend son élan et se met à sauter dessus comme un malade.

    Il saute, il saute, il saute si bien qu'à la fin il ne reste plus aucune trace de la bosse.

    Tout content, il se rassoit.

    C'est alors que la mamie entre dans la pièce;

    - Tenez, lui dit-elle en lui tendant son paquet de cigarettes. Vous l'aviez oublié dans l'entrée.

    - Merci M'dame, dit l'ouvrier interloqué.

    - Au fait, vous n'auriez pas vu mon hamster ?

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog jatipi.centerblog.net


    Un zeune homme, en août, s'endort sur la plaze.

    Il se réveille avec un super coup de soleil sur tout le corps.

    Il se rend au centre de secours de la plage.

    On l'emmène immédiatement à l'hôpital le plus proçe où iil est admis subito presto pour des brûlures au second degré.

    Il commence à avoir des cloques sur la peau et il a une forte fièvre.

    Le médecin lui prescrit un traitement. S'adressant à l'infirmière qui l'accompagne, il dit:

    - Biafine en couçe épaisse, un puissant sédatif pour calmer la douleur, un pilule de Viagra à prendre toutes les 4 heures.

    L'infirmière, surprise, demande:

    - Docteur, mais pourquoi du Viagra? Quel bienfait cela va-t-il lui apporter dans son cas?

    - C'est simple! Cela va lui permettre de garder les draps éloignés de ses zambes!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Deux zeunes hommes discutent dans un bar :
     

    - Où est-ce que t'es né, toi ?

     

    - A Tours.
     

    - Ah bon ? Moi aussi ! Et dans quelle maternité ?
     

    - Celle du Beffroi.
    - Moi aussi, dis donc ! Et quel zour ?
     

    - Le 5 octobre 1975.
     

    - Ah ben ça alors ! Moi aussi ! C'est dingue !
     

    Entre alors un troisième homme qui demande au barman :
     

    - Alors, quoi de neuf ?
     

    - Bof, rien de nouveau. Les zumeaux sont encore bourrés.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Un patron fait venir sa secrétaire :

    - Sabrina, ze vous propose une augmentation. Le principe est simple : ze jette 500 euros par terre et si vous les ramassez avant que ze vous aie fait quoi que ce soit, ils sont pour vous.

    La jeune femme demande à réfléchir afin d'en parler à son mari.

    Une fois rentrée, elle lui explique la situation.

    Le mari lui répond:

    - Essayons ici pour voir si ça marçe, avant d'accepter.

    Alors il prend un billet de 500 euros, le zette par terre et, avant même qu'il ait pu enlever sa ceinture, sa femme a dézà ramassé le billet. Il recommence, et cette fois-ci il n'a même pas le temps d'ouvrir sa braguette.

    - C'est bon, tu peux accepter.

    Le lendemain soir, sa femme revient du travail, et là, horreur, elle est toute décoiffée et marçe comme un cow-boy.

    - Mais qu'est-ce qui t'arrive ? lui demande son époux.

    - Mon patron m'a appellée et il a zeté 500 euros par terre...

    - Et alors ? T'as pas réussi comme hier ?

    - Tu crois que c'est facile avec des pièces de 1 euro !

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Un vieux Ch'ti se promène dans sa campagne natale lorsqu'il remarque un zeune s'abreuvant à l'eau d'un ruisseau.

    Il lui dit en patois :

    - Bô pa ch't'iô là, min garchon, ché vaques, y z'on kié d'din ! (Ne bois pas cette eau, mon garçon, les vaçes ont fait leurs besoins dedans !)

    Le zeune lui répond :

    - Oh zy va, tu me causes français, quoi ! Z'suis parisien, z'y comprends rien à ton dialecte de bouffons !

    Alors le brave homme lui dit :

    - Je disais, bois doucement, elle est froide.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gif nounours

    Un homme va dans un bar.

    Il prend place à côté d'une superbe blonde.

    Au bout d'un moment il lui déclare:

    - Z'aimerais bien finir la soirée avec vous çez moi, dit il.

    - Vous n'y pensez pas! Ze suis bien içi.

    - Venez donc. Ze vous ferai un tour de mazie.

    La zeune fille blonde, qui n'a zamais vu un mazicien en action, hésite.

    Et puis l'homme est très plaisant, bien fait de sa personne.

    Elle finit par accepter, non sans dire:

    - C'est promis, Vous me ferez un zoli tour?

    - Oui, ze vous le promets. Un tour incroyable.

    Ils vont çez le pseudo mazicien.

    Toute excitée la blonde lui dit:

    - Alors c'est quoi ce tour inoubliable?

    - C'est simple! répond l'homme. Tu te déshabilles, on fait l'amour ... et tu disparais!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zeorzes Dupond alla voir un voisin zaponais, Fuziko, hospitalisé suite à un grave accident de voiture.

    En arrivant dans la çambre, il vit le nippon allonzé, avec plein de tuyaux et semblant dormir.

    Il prit place à côté du lit et observa l'homme alité.

    Tout à coup, le Zaponais ouvrit des yeux exorbités et cria:

    - Sakaro aota nakamy anyoba, sushi mashuta!

    Puis il poussa un râle et mourut!

    Les dernières paroles du défunt restèrent gravés dans la mémoire de Zeorzes.

    Le zour des obsèques, Zeorzes s'approça de la mère du défunt et de sa veuve éplorées pour leur présenter ses condoléances.

    Il leur dit que Fuziko était décédé brusquement.

    - Avant de partir, il a dit "Sakaro aota nakamy anyoba, sushi mashuta!". Qu'est ce que cela veut dire?

    Aussitôt, la mère de Fuziko s'évanouit et la veuve regarda Zeorzes avec des yeux horrifiés.

    Zeorzes insista:

    - Mais qu'a-t-il voulu dire?

    - Tu marçes sur mon tuyau d'oxyzène, abruti!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Deux hommes discutent au bureau.

    L'un vient du sud et l'autre du nord.

    Ils évoquent les accents et la tessiture des voix.

    Le premier dit:

    - Quelle est ta tessiture vocale?

    Le second repond:

    - Ténor et toi?

    - Si  tu viens du nord et que tu es ténor, ze suis tesud puisque ze suis de Narbonne.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • MERLIN.gif

    Un çef d'entreprise est convoqué à l'Hôtel des Impôts pour un contrôle fiscal.

     Sa femme lui conseille de porter des vêtements et des chaussures usés   

    - Tu dois donner l'impression que tu es pauvre.

    Il appelle son avocat pour savoir si c'est une bonne idée.

    - Non, ze ne crois pas. Tu ne dois pas te laisser intimider par un fonctionnaire. Porte ton plus beau costume. C'est toi le patron.

    Résultat, face à ces coseils contradictoires, il ne sait pas comment s'habiller.

    Il se rend donc çez un vieil ermite réputé pour sa sazesse, qui vit au fin fond d'une forêt.

    L'ermite l'écoute attentivement et lui dit :

    - Une future mariée demande à sa mère ce qu'elle doit porter pour sa nuit de noces. Elle lui conseille de mettre une longue çemise de nuit de flanelle fermant zusqu'au cou et de grosses çaussettes de laine. La zeune femme pose la même question à sa meilleure amie, qui lui répond de mettre sa nuisette la plus sexy, la transparente qui arrive aux hançes avec un décolleté zusqu'au nombril et....

    L'homme l'interrompt :

    - Excusez-moi, mais quel est le rapport avec les impôts ?

    - Eh bien, quels que soient les vêtements qu'elle portera, elle passera tout de même à la casserole. 

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • C'est un mendiant qui, tous les dimançes, reçoit 25 euros d'un zénéreux passant.

    Et cela dure plusieurs années, zusqu'à ce qu'un beau zour le passant ne lui donne que 18 euros.

    Etonné, le mendiant se console en se disant que 18 euros, ce n'est dézà pas si mal.

    Un an plus tard, soudainement, le mendiant ne reçoit plus que 15 euros, et là il ne peut s'empêcher d'interroger le passant.
     

    L'homme lui répond :
     

    - Oui, ze sais, mais la vie devient de plus en plus çère. L'an passé, mon aîné est entré à l'université et ça coûte très çer. Donc ze ne vous ai plus donné que 18 euros. Et maintenant, c'est ma fille qui entre à l'université. Du coup, je ne peux plus vous donner que 15 euros.

     

    - Vous avez combien d'enfants ?
     

    - Quatre, répond fièrement l'homme.
     

    - Et vous comptez les faire tous étudier à mes frais ?

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une dame a açeté une armoire chez Ikea et a décidé de la monter toute seule, sans attendre son mari.

    Elle regarde bien le plan et se met à l'ouvraze.

    Voilà, c'est fait. Mais en bas, dans la rue, un autobus passe. Le sol vibre, l'armoire se met à trembler, et la voilà par terre.

    La dame ne s'avoue pas vaincue. Elle reprend le montaze, en suivant bien les étapes, l'une après l'autre, elle azoute même un point de colle ici et là...

    Voilà, c'est terminé. Mais l'autobus qui fait la navette est revenu, et de nouveau le sol vibre, l'armoire tremble, tremble et plaf, elle s'effondre.

    Exténuée elle appelle le service après-vente. On lui envoie aussitôt un technicien. En arrivant, celui-ci dépose sa sacoçe, laisse son mégot dans le cendrier et déclare :

    - Bien, voyons ça, ze vais refaire le montage et nous verrons ce qui se passe.

    Il assemble normalement le meuble et, en un quart d'heure, l'affaire est réglée.

    - Hé bien, elle est très bien cette armoire, où est le problème ?

    -* Attendez un peu que le bus passe, et vous verrez...

    Le bus passe effectivement, le sol vibre, l'armoire tremble, et tombe.

    - Z'aurai le dernier mot ! dit le technicien, et il recommence le montaze, mais avec de la colle superforte, des vis supplémentaires, de grands coups de marteau...

    Et le bus qui continue son service passe dans la rue, le sol vibre, l'armoire tremble, tremble, tremble et vlan, elle se disloque.

    Le technicien se fâçe :

    - Punaise ! Z'en aurai le coeur net. Ze vais tout remonter normalement, et ze vais me mettre à l'intérieur pour voir ce qui se passe quand ça vibre.

    Et c'est à ce moment là que le mari de la dame rentre du travail. C'est un zaloux compulsif ! Il voit la sacoçe, le mégot, et demande à sa femme;

    - Tu me trompes, z'en suis sûr maintenant. À qui est cette sacoçe ? Et ce mégot ? Tiens, et cette armoire, c'est nouveau ! Ton amant est là-dedans, je le sais !

    Et il ouvre l'armoire.

    - Alors, qu'est-ce que vous foutez là, vous ?

    - Ben, vous n'allez pas me croire, mais z'attends l'autobus...

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Un couple de grand-parents reçoit ses petits enfants pour le week-end.

    Le soir avant de se couçer, la grand-mère va dans la çambre d'Isabelle, sa
    petite fille de 19 ans, pour lui dire bonsoir.

    À sa grande stupeur, celle-ci est toute nue.

    - Ma çérie, qu'est-ce que c'est que cette tenue ?, lui demande-t-elle.

    - M'enfin grand-mère, c'est la çemise de nuit de l'an 2000 ! répond Isabelle.

    Un peu désorientée, la grand-mère se rend dans la chambre d'Éric, 17 ans,
    et le trouve nu également.

    - Mais Éric, que fais-tu tout nu ?

    - Ben grand-mère, c'est le pyzama de l'an 2000 ! lui répond Éric.

    Décidant alors de faire pareil pour surprendre son mari, la grand-mère se
    déshabille entièrement et retourne dans sa çambre.
     

    Devant l'air ébahi de son mari, elle lui explique:

    -Tu vois Marcel : voilà la çemise de nuit de l'an 2000 !

    Et son Marcel de s'exclamer:

     - Tu aurais pu la repasser avant quand même !

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Après leur feu de camp, Zerlock Holmes et Watson vont se coucher dans leur tente…

    Vers deux heures du matin, Zerlock réveille Watson et lui dit :

    - Mon çer Watson…vous voyez des étoiles ?

    - Oui bien sûr comme vous…

    - Et qu’en déduisez vous?

    - Ze dirais que, d’un point de vue astrolozique, nous avons au nord l’étoile polaire, donc plus haut la grande ourse, dite en latin « ursa major », l’étoile la plus brillante de cette constellation est Alioth et la plus proçe Lalande 21185… D’un point de vue technique, ze dirais qu’il y a au moins des millions de planètes donc des milliers de galaxies…D’un point de vue théolozique, ze dirais que Dieu est tout puissant pour avoir créé ce plafond d’une parfaite beauté et d’un point de vue lozique ze dirais qu’il fait nuit et qu’il faut dormir…

    Zerlock le regarde d’un air navré et lui dit :

    - Imbécile… On nous a volé notre tente.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • résultat  jeu d'Alice : j'aime les cadeaux

    Deux amis, Samuel et Maurice, ne se sont pas vus depuis de nombreuses années.

    Un zour, ils se rencontrent au détour d'une rue du Sentier :

    - Samuel, mon ami, c'est bien toi ?

    - Maurice, ça fait si longtemps ! Comment tu vas ? Et les affaires, ça marçe ?

    - Oui, très bien. Et pour toi ?

    - Le magasin marçe bien. Ze suis toujours dans la confection et on attend un petit dernier. Et toi ?

    - Ça va aussi. Ze rentre d'Israël avec ma femme Raçel. Les enfants vont bien aussi.

    Ils parlent pendant quelques minutes, puis Maurice invite son vieil ami à dîner un soir. Maurice explique :

    - Pour venir à la maison, c'est très facile. Ze suis au 17, rue Talman. À la porte, avec ton coude tu tapes le code B2174, puis tu donnes un petit coup de pied dans la porte et tu entres. Tu appelles l'ascenseur en appuyant sur le bouton avec ton coude, puis tu entres en tirant vers toi la porte avec ton pied. Enfin tu appuies sur le 5 avec ton coude.

    - OK...

    - Ma porte est zuste en face de l'ascenseur. Tu n'auras qu'à appuyer sur la sonnette avec ton coude, et on viendra t'ouvrir.

    - D'accord, mais... ze ne comprends pas très bien. Pourquoi dois ze donner des coups de pied dans les portes et appuyer avec mon coude ?

    - Samuel ! Tu vas quand même pas arriver les mains vides ?

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L'histoire se passe dans la rézion alsacienne.

     Par manque de main d’œuvre les vignerons ont engazé des étrangers  et parmi eux un Africain surnommé Zanvier qui parle peu le français.

    Après la première zournée, la dame du vigneron inquiète demande à Zanvier comment cela s’est passé.


    - Oh très bien madame; il y a une bonne ambiance et auzourd’hui nous avons coupé LA Riesling.


    - On ne dit pas LA riesling, mais LE Riesling (Vin d'Alsace).


    - Ah bon ? Z'ai fait une erreur sur le LE.


    La seconde zournée, de nouveau, la dame lui demande comment s'est passée la zournée.


    - Oh très bien! L’ambiance est très bonne malgré le travail dur, ze me plais bien, les copains sont çouettes et auzourd’hui nous avons coupé LA  Gewurztraminer.


    - Mais non Zanvier, on dit LE Gewurztraminer et pas LA Gewurztraminer (Vin d'Alsace).

    Le lendemain,  Zanvier est absent au départ du matin et la dame du vigneron est inquiète pour lui.

    Vers 10 heures, elle rencontre Zanvier, assis sur le banc près de l’église.


    - Mais Zanvier pourquoi n’es-tu pas venu au travail auzourd’hui ?


    - Oh non madame, car auzourd’hui mes copains ont dit qu’ils coupaient LE pinot noir (Vin d'Alsace) ! Z'ai eu peur qu'ils se soient trompés eux aussi ! (La pinot noir)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire