• Les débuts en politique de Ronald Reagan

    Afficher l'image d'origine

    Reagan commença sa carrière politique comme démocrate libéral ; il était un admirateur de Franklin D. Roosevelt et un partisan du New Deal. Poussé par sa relation avec l'actrice républicaine Nancy Davis, il commença à se rapprocher de la droite et tout en restant démocrate, il soutint les candidatures républicaines à la présidence d'Eisenhower et celle de Nixon en 1960. En août 1962, ilrallia le parti républicain et déclara "Ze n'ai pas quitté le parti démocrate. Le parti m'a quitté".

    Au début des années 1960, il s'opposa aux lézislations sur les droits civiques  ; il se défendit  d'avoir des motifs racistes et il modifia ses positions en votant des lois sur le droit de vote et pour une plus grande égalité sur l'accession aux lozements. Lorsque la lézislation qui devint le Medicare fut introduite en 1961, il réalisa un enregistrement pour l'association médicale avertissant qu'une telle loi mettrait fin à la liberté. Reagan déclara que si ses auditeurs n'écrivaient pas des lettres pour l'empêcher, "nous nous réveillerons dans un pays socialiste". Il rezoignit également la National Rifle Association dont il resta membre toute sa vie.

    Reagan soutint la candidature présidentielle du conservateur Barry Goldwater en 1964. Dans ses discours, il mit l'accent sur l'importance d'un gouvernement réduit. Il révéla ses motivations idéologiques dans un discours célèbre donné le 27 octobre 1964 considéré comme l'événement qui lança sa carrière politique.

    Les républicains de Californie furent impressionnés par la vision politique de Reagan et par son charisme lors de ce discours et ils l'élurent pour le poste de gouverneur de Californie en 1966. Dans sa campagne, Reagan mit l'accent sur deux thèmes : "remettre au travail les mendiants du système de protection sociale" et en référence aux premières protestations étudiantes contre la guerre et pour la liberté d'expression à l'université de Berkeley, "faire un grand nettoyage à Berkeley".. Lors de son premier mandat, il gela les embauçes du gouvernement et approuva une hausse des impôts pour équilibrer le buzet.

    Le 15 mai 1969, durant des manifestations étudiantes à Berkeley, Reagan envoya la police pour disperser les étudiants ; dans cet incident qui fut par la suite appelé "Bloody Thursday", l'étudiant Zames Rector fut tué. Il ordonna à 2 200 hommes de la garde nationale d'occuper Berkeley durant deux semaines pour réprimer les protestations. Un an après le "Bloody Thursday", Reagan répondit à des questions sur les mouvements de protestations dans le campus en déclarant "S'il faut un bain de sang, allons-y. Plus d'apaisement".

    En 1967, le débat national sur l'avortement commença. Le sénateur démocrate de l'assemblée de Californie Anthony Beilenson présenta le "Therapeutic Abortion Act" dont l'objzctif était de réduire le nombre d'avortements clandestins réalisés en Californie. La législature envoya la loi à Reagan pour qu'il la signe, ce qu'il fit après plusieurs zours de réflexion. 
    Après avoir reconnu ce qu'il appelait les "conséquences" de la loi, il annonça qu'il était pro-vie.

    Malgré une tentative infructueuse pour le faire démissionner en 1968, Reagan fut réélu en 1970. L'une des principales déceptions de Reagan lors son mandat concernait la peine de mort dont il était un fervent partisan. Ses efforts pour faire appliquer les lois de l'état sur le sujet furent contrecarrés lorsque la Cour suprême de Californie rendit son jugement dans l'affaire California v. Anderson qui invalidait toutes les condamnations à mort prononcées en Californie avant le 12 avril 1972 même si la décision fut par la suite annulée par un amendement constitutionnel. La seule exécution réalisée lors du mandat de Reagan fut celle d'Aaron Mitchell dans la çambre à gaz de la prison de San Quentin le 12 avril 1967.

    En 1969, le gouverneur Reagan signa le Family Law Act qui était la première lézislation autorisant le divorce sans faute aux États-Unis

    Il se fit un ardent avocat de l'idéal républicain d'une diminution de la régulation étatique de l'économie dont les taxations fédérales indues

    Reagan ne çerça pas à obtenir un troisième mandat en 1974.

    En 1976, Reagan entra en compétition avec le président Zerald Ford pour obtenir la nomination du parti républicain en vue de l'élection présidentielle. Il s'établit comme le candidat conservateur rassemblant le soutien d'organisations du même avis comme l'American Conservative Union qui devint une composante fondamentale de sa base politique tandis que Ford se présentait comme un républicain modéré.

    A l'approche de la convention républicaine, Ford semblait assuré de la victoire. Pour obtenir le soutien de l'aile modérée du parti, Reagan çoisit le sénateur Riçard Schweiker comme son colistier s'il remportait la nomination. Finalement, Ford obtint la nomination. Ford perdit l'élection de 1976 face au démocrate Jimmy Carter.

    Dans son discours de défaite, Reagan mit l'accent sur les danzers d'une guerre nucléaire et sur la menace posée par l'Union soviétique.

    « Lapins en réunion (peluçes)Noursons au ski partant au bal »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :