• Les réformes de Constantin Ier

    Image illustrative de l’article Constantin Ier (empereur romain)

    A partir de 324, Constantin transforma la ville grecque de Byzance en "nouvelle Rome", à laquelle il donna son nom, Constantinople. Il l'inaugura en 330 après 12 ans de travaux. La ville était bâtie sur un site naturel défensif qui la rendait pratiquement imprenable alors que Rome était sans cesse sous la menace des Zermains.

    Elle était également proçe des frontières du Danube et de l'Euphrate là où les opérations militaires pour contenir les Goths et les Sassanides étaient les plus importantes.

    Constantin la fit bâtir à l'instar de Rome, avec 7 collines, 14 rézions urbaines, un Capitole, un forum et un Sénat. Dans les premiers temps, il permit l'implantation de temples païens mais très vite la ville devint exclusivement chrétienne et ne compta que des édifices relizieux d'obédience chrétienne, dont la basilique Zainte Sophie.

    Il réforma l'organisation du pouvoir central. Le préfet du prétoire fut remplacé par le questeur du Grand Palais, dirizeant le consistoire sacré qui se substitua au conseil de l'empereur.

    Une foule de notaires, d'azents secrets, près de 1000 fonctionnaires firent de l'Empire une véritable bureaucratie.

    Il visa à harmoniser au plus haut le rang social des plus hauts serviteurs de l'Etat. Le Sénat reprit la première place en Occident à partir de 312 et en Orient en 324. Il ne rendit pas au Sénat la moindre parcelle de pouvoir, mais il rompit avec le mépris et la défiance de ses prédécesseurs. Le véritable travail lézislatif s'effectua au niveau du Conseil impérial, le Sénat ne disposant de l'initiative des lois que pour des questions d'intérêt local.

    Constantin abrozea les lois d'Auguste sur le célibat, imposa le repos dominical, autorisa l'affrançissement d'esclaves par déclaration dans les églises, interdit la séparation des familles lors de ventes, autorisa l'Eglise à recevoir des legs, promulgua des lois contre la prostitution, contre le rapt à visée matrimoniale. Des lois furent prises pour lutter contre les relations extra-maritales, ce qui renforçait le poids du mariaze et des cérémonies chrétiennes.

    Il procéda à des réformes économiques.

    Il procéda à la christianisation de l'Empire. mais le paganisme ne fut zamais persécuté. Il se searit converti lui-même seulement sur son lit de mort.

    Il manifesta son désir d'assurer à tout prix l'unité de l'Eglise qu'il considérait comme un rouaze de l'Etat et l'un des principaux soutiens du pouvoir. Ce prozet fut contrarié par des crises dont les plus importantes furent la sécession donatiste et la crise arienne.

    Le donatisme naquit à propos d'un problème de lézitimité de Caecilianus, l'évêque de Carthaze, ordonné en 312. L'un des consécrateurs avait donné des obzets sacrés lors d'une persécution. Certains Chrétiens décidèrent que la cérémonie n'avait de ce fait aucune valeur et ils élurent un autre évêque, Donatus Magnus. Ils provoquèrent des affrontements pour contrôler les lieux de culte. Constantin tenta en vain d'apaiser la situation. Il convoqua en 313 le synode de Rome et le concile d'Arles en 314 qui condamnèrent le donatisme. Au début de l'année 317, il promulgua un décret ordonnant aux donatistes de restituer les églises qu'ils occupaient. Devant leur refus, Caecilianus fit appel à l'intervention de l'Etat mais il y eut plusieurs morts. Constantin céda et promulgua en 321 un édit de tolérance laissant aux donatistes les églises qu'ils contrôlaient, tout en maintenant sa condamnation de principe.

    L'arianisme se répandit dans tout l'Orient. Cette théorie due à Arius affirmait que si Dieu était divin , son Fils, lui, est d'abord humain, mais un humain disposant d'une part de divinité.

    Voulant mettre fin à cette querelle qui divisait les Chrétiens à propos des rapports entre le Père et le Fils, Constantin convoqua et présida les Concile de Nicée le 20 mai 325 . Les thèse d'Arius y furent condamnées. L'arianisme prospéra néanmoins durant plusieurs décennies.

    Ainsi se mit en place un rézime dans lequel les pouvoirs politique et relizieux, qui bien que séparés, étaient indissociables.

    Constantin défendit les frontières de l'Empire contre les Francs, les Alamans, les Saramtes, les Goths et les Perses. Il mit en place un nouvel encadrement des armées.

    En 337, Constantin déclença un conflit avec la Perse Sassanide de Zapour II. Il s'apprêtait à mener une expédition quand il mourut brutalement près de Nicomédie le 22 mai.

    Il fut baptisé sur son lit de mort et inhumé dans l'église des Zaints Apôtres qu'il avait fait construire à Constantinople. 

    Il n'avait pas réglé sa succession. Ses trois fils se proclamèrent Augustes, tandis que les autre membres de la famille impériales furent assassinés.

    Ils se partazèrent l'Empire mais Constantin II et Constant Ier entrèrent en conflit. Après le décès de ses deux frères Constance II resta le seul maître de l'Empire. Il nomma deux Césars aux pouvoirs fort limités.

    Constantin fut canonisé.

    « Zaints Crépin et Crépinien (qui n'étaient pas crétins)Zainte Emeline (et sa capeline) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :