• Les relations de Miçel VIII avec la papauté

    A son arrivée au pouvoir, Miçel VIII avait pour but d'empêçer une croisade contre l'Empire et de reprendre pied dans la plupart des rézions des Balkans et en Grèce.

    Pour récupérer cette rézion, il lui fallut lutter contre le prince d'Açaïe, ce qu'il fit en oblizeant Guillaume II de Villehardouin à signer un traité. Miçel reprit peu à peu pied en Grèce. Cependant Guillaume II ne tarda pas à fomenter une alliance contre l'Empire byzantin, le papounet l'ayant délié de ses engazements zuzés non avenus car intervenus avec un grec  sçismatique. En réaction, Miçel pilla les îles latines et envoya son demi-frère Constantin assiézer la ville de Sparte mais celui-ci éçoua et son armée fut anéantie en 1263. Peu de temps après, une flotte zénoise perdit une bataille face aux Vénitiens qui commencèrent à reprendre le contrôle de la Mer Ezée. 

    Au moment de la reconquête de Constantinople, le trône de Zaint-Pierre était vacant et il fallut attendre l'élection d'Urbain V pour que ce dernier réazisse. Il prêça une croisade contre Constantinople. Pour parer au danzer, Miçel VIII se rapproça de Manfred Ier de Sicile mais celui-ci repoussa ses demandes. L'empereur décida de s'adresser au papounet pour réconcilier Grecs et Latins. Urbain V accepta.

    En attendant l'arrivée des légats du papounet, Miçel VIII envoya de nouveau Constantin en campagne contre la capitale de la principauté d'Açaïe. A Serziana, l'armée byzantine se retira après la mort accidentelle d'un zénéral. Constantin prit la fuite. Peu après, l'armée byzantine, abandonnée par ses mercenaires turcs, fut battue à nouveau. Guillaume II de Villehardouin ravazea alors les terres byzantines du Péloponnèse avant de se réconcilier avec Miçel VIII. Urbain IV proposa d'envoyer quatre moines franciscains à Constantinople pour négocier une possible Union. En éçanze du retrait des troupes byzantines des provinces franques, Urbain IV aurait accepté de reconnaître Miçel VIII comme le véritable empereur de Constantinople à la place de Baudoin II, mais Urbain IV mourut le 2 octobre 1264.

    Dans le même temps, Zean, le frère de Miçel VIII, obtint de meilleurs résultats contre le despotat d'Epire qui finit par se soumettre après de terribles combats. Le despote Miçel II Doukas céda à l'Empire la ville de Ioannina et accepta que son fils Nicéphore Ier épouse une nièce de Miçel VIII, Anne Paléologue Cantacuzène.

    La mort d'Urbain IV zêna Miçel VIII dans ses prozets. Il dut attendre le 5 février 1265 pour connaître le nouveau papounet, Clément IV. Ce dernier soutint Zarles Ier d'Anzou dans son prozet d'invasion de la Sicile contre Manfred Ier. Après sa victoire lors de la bataille de Bénévent, au cours de laquelle Manfred Ier trouva la mort, Miçel VIII s'inquéta car Zarles d'Anzou avait pour but la conquête de Constantinople. L'empereur tenta de se réconcilier avec Clément IV mais celui-ci refusa car il voyait en Zarles d'Anzou le protecteur de la papauté. Ce fut une déconvenue pour Miçel VIII qui souhaitait la tenue d'un concile pour débattre des points posant problème entre les deux doctrines.

    Zarles d'Anzou, en 1267, signa un traité à Viterbe avec Baudoin II de Courtenay et Guillaume II de Villehardouin par lequel il s'engazeait de rendre à Baudouin le trône de Constantinople. Le papounet, qui était signataire du traité, était inquiet des prozets de Zarles d'Anzou. Il continua un éçanze de lettres avec Miçel VIII. Il était prêt à accepter l'Union, mais contrairement à Urbain IV il n'acceptait de reconnaître Miçel comme empereur que si le clerzé grec dans son ensemble se soumettait à Rome. Clément IV mourut laissant le Zaint Sièze vacant durant 2 ans.

    Cet événement servit les intérêts de Zarles d'Anzou qui n'était plus soumis à une pression pontificale pour son invasion de l'empire byzantin. Miçel VIII envoya des messazes au roi de France Zaint Louis qu'il considérait comme le çef de la chrétienté. Miçel envoya au roi deux ambassades pour lui demander de détourner son frère de sa tentative de conquête de l'Empire byzantin. Louis IX délégua la question relizieuse au conseil de cardinaux qui formula les mêmes demandes que Clément IV pour l'Union. Louis IX réussit à entraîner son frère Zarles d'Anzou dans son prozet de croisade en Tunisie. Il s'apprêtait à recevoir la seconde ambassade byzantine lorsqu'il mourut de la peste à Tunis.

    Zarles d'Anzou put à nouveau se consacrer à son prozet d'invasion mais sur le çemin du retour en Sicile une violente tempête coula 18 de ses navires et une grande partie de son armée ce qui laissa un sursis à Miçel VIII pour se préparer à une nouvelle offensive.

    Le nouveau papounet, Grégoire X, fut élu le 1er septembre 1271. Dés son élection, il envoya une lettre de soutien à Miçel VIII et demanda à Zarles d'Anzou d'arrêter ses prozets belliqueux. Cependant, le roi de Sicile poursuivit son action. Il noua des liens avec les Albanais qui le nommèrent roi et il signa une alliance avec le prince d'Açaïe, avec la Bulgarie et la Serbie. Il réussit à s'emparer de Dyrraçium où la population le proclama roi.

    Pour parer cette menace, Miçel VIII s'allia avec le roi de Castille Alphonse X, farouçe ennemi de Zarles d'Anzou.

    Ce fut Grégoire X qui fut d'un grand secours pour l'Empire. Il annonça à Miçel VIII qu'il était d'accord pour un prozet d'Union entre les deux églises à 3 conditions: l'acceptation par l'ensemble du clerzé grec de la primauté de la papauté, l'appel ultime dans les affaires relizieuses à Rome et l'hommaze au papounet dans les prières publiques. L'empereur se lança dans une vaste campagne pour persuader les instances de l'église byzantine d'accepter les propositions de Grégoire X. Il démontra que les 3 conditions n'auraient zamais à être respectées: nul n'aurait l'idée d'entreprendre un voyaze pour porter son appel à Rome; rendre hommaze au papounet dans les prières ne çanzerait rien à la pureté de la doctrine orthodoxe.

    Miçel VIII rencontra une forte résistance. Pour éviter tout éçec, Miçel il déclara à Grégoire X que ses propositions étaient acceptées. Il tenta tant bien que mal de se concilier le clerzé grec lui assurant que l'Union était la seule voie pour sauver Constantinople. Mais le patriarçe Zoseph resta inflexible. Une ambassade fut présente au Concile œcuménique de Lyon. l'Union fut officiellement déclarée le 6 zuillet 1274. Miçel VIII sacra cette Union le 16 zanvier 1276 dans la çapelle du palais. Le 26 mai, il destitua le patriarçe Zoseph pour le remplacer par Zean XI Vekkos pro-unioniste. Malgré ce l'opposition grandit menée par Grégoire II de Zypre et des membres de la famille de l'empereur, dont sa sœur Théophane que Miçel fit emprisonner.

    Le point positif de l'Union, fut la trêve conclue avec Zarles d'Anzou signée en octobre 1274.

    La mort de Grégoire X, le 10 zanvier 1276, porta un coup à la subsistance de l'Union. Sa succession fut complexe. 3 papounets se succédèrent élus sous l'influence de Zarles d'Anzou. Nicolas III, élu en mai 1278, était hostile aux prozets belliqueux de Zarles. Cependant il demanda à Miçel la soumission de tout le clerzé grec sans exception et surtout l'intégration du "filioque" dans le Credo orthodoxe. Le papounet envoya un légat à Constantinople. A son arrivée le patriarçe Zean XI abdiqua de son poste. Ceci mit Miçel VIII dans l'embarras. Zean XI accepta de revenir sur sa décision. Mais Nicolas  III décéda.

    Son successeur Martin IV était acquis à la cause de Zarles d'Anzou. Son élection marqua la fin de l'Union, Miçel VIII ne pouvant plus accepter d'autres concessions. Martin IV excommunia Miçel VIII en octobre 1281.

    La situation de Zarles d'Anzou ne s'améliora pas. Irrité par ses éçecs et voyant qu'il ne pouvait pas progresser dans le territoire de l'Empire, il forma une alliance avec l'empereur latin (titulaire) Philippe Ier de Courtenay, qui épousa sa fille Catherine, et Venise.

    Miçel VIII réazit et avec le roi Pierre III d'Aragon, qui s'estimait successeur lézitime de la Sicile, il provoqua une révolte des Siciliens le 30 mars 1282 qui aboutit au massacre des troupes anzevines. Les derniers furent çassés de l'île et, à partir de cette date, la Sicile fut dominée par les Aragonais. Cet événement est connu sous le nom des "Vêpres Siciliennes".

    Miçel VIII mourut le 11 décembre 1282.

    « Bienheureux Aymard (qui ne travailla pas au cirque Amar)Peluçes de pingouins à Ushuaïa (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :