• Odile est née en 662 à Obernai (Bas-Rhin).

    Elle était la fille du duc d'Alsace Adalric (connu aussi sous le nom d'Ethic ou Etiçon) et de Berswinde, nièce de zaint Lézer. Du lourd!

    Vers 700, Odile devint abbesse du monastère de Hohenbourg (mont Sainte-Odile),  fondé par son père.

    Elle y mourut en 720.

    Elle fut  proclamée « patronne de l'Alsace » par le papounet Pie XII en 1946.

      

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR :

     

    • Zaint Agnel (et ses moutons)
    • Zaint Diogène (et son tonneau)
    • Zaint Folquin (et son quinquina)
    • Zaint Guigner (une guigne)
    • Zaint Héron (et ses ibis)
    • Zaint Nicaise (qui aimait la niçoise)
    • Zaint Philemon (sur son mont)
    • Zaint Thyrèse (et sa Thérèse)
    • Zaint Venance Fortunat (pas riçe)
    • Zaint Viateur (et son avion)




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zainte Lucie (aussi)

     

    Ce fut une vierze sicilienne qui subit le martyre à Syracuse, en 305, sous l'empereur Dioclétien.

    Elle est une des plus célèbres vierzes-martyres de l'Occident.

    Ses reliques sont conservées à Venise, où le papounet Zean XXIII aimait à les vénérer.

    C'est la patronne des électricien(ne)s (car c'était une lumière?).

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR:

    Zaint Antiochus (mais çut!) 
    Zaint Aubert De Cambrai (et ses bétises)
    Zainte Elisabeth Rose (parfois noire)
    Zaint Eustrate (et des strates)
    Zaint Gabriel De Pecs (et ses pectoraux)
    Zaint Josse (une rosse)
    Zainte Odile (sur son île)
    Zainte Roswinda (qui n'était pas du Rwanda)
    Zaint Ursize (un zaint XXL)
    Zaint Wifred (un tête red)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l'article Corentin de Quimper

    Zaint Corentin serait né en Cornouaille armoricaine.

    Il devint ermite à Plomodiern, au pied du Ménez-Hom, où sa grande piété faisait dézà des miracles.

    Sa lézende lui attribue, près de son ermitaze, un poisson miraculeux qui se présentait chaque zour dans une fontaine et dont il coupait quotidiennement, pour se nourrir (agrémentant à son menu le pain dur qu'il mendiait et les herbes et racines sauvazes), un fin morceau qui repoussait.
     
    Corentin aurait nourri le roi Gradlon et sa cour d’un morceau de ce poisson un zour où, s’étant égarés lors d’une chasse, ils étaient arrivés affamés à son ermitaze.
     
    Le zour où le roi Gradlon décida de fonder le diocèse de Quimper, il appela Corentin pour qu’il en devienne le premier évêque. Il l’envoya à Tours se faire consacrer évêque par le futur zaint Martin.

    Gradlon lui aurait accordé un palais à Quimper à l’emplacement de l’actuelle cathédrale de la ville.

    Saint Guénolé, fondateur de l’abbaye de Landévennec et zaint Tudy, auraient été ses contemporains et ses disciples.

    Après sa mort, il aurait été enterré devant le maître-autel de la cathédrale de Quimper.

    Une abbaye royale lui a été dédiée, en 1201, par le roi Philippe Auguste, près de Mantes, l'Abbaye Zaint-Corentin.

     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Il était moine d´un couvent près de Samosate (dans l'actuelle Turquie).

    Un zour, en voyaze avec son abbé, il entendit parler de zaint Simon le Stylite, qui vivait au sommet d´une colonne à proximité d'Antioçe.

    Il décida à mener ce genre de vie près de Constantinople, où l'empereur Léon Ier lui construisit une série de colonnes.

    Il fut ordonné prêtre par zaint Gennade.

    Perçé sur sa colonne, Daniel devint l´oracle de la ville entière.

    Il vécut ainsi pendant trente ans, ne descendant que pour réprimander l'empereur usurpateur Basilisque qui soutenait les monophysites.

     
    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR :

    • Zaint Damase (un papounet)
      Zaint Aleithélas (qui disait souvent "hélas c'est l'hélice")
      Zaint Avre (de paix)
      Zaint Barsabas (d'en haut)
      Saint Envel (qui prit son envol)
      Saint Fivetein (et ses cinq çiens)
      Saint Hildemar (+ v. 844) 
      Saint Nicon de Kiev (qui détesta Olympus)




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zaint Romaric (qui aimait le romarin)

    Père de famille, ancien courtisan du roi d'Austrasie Théodebert, il était "leude" de la cour de Metz, ce qui signifie qu'il avait un lien de servitude avec cette cour.

    Ses biens furent confisqués par les partisans de la reine Brunehaut, dont ze vous ai parlé dans mes pazes "histoire".

    Revenu en grâce, il resta convaincu de l'instabilité des çoses humaines et fut converti à la vie monastique par zaint Aimé, disciple de zaint Colomban, venu de Grenoble.

    Devenu moine à Luxeuil, dans les Voszes, il fonda avec lui, à Zaint-Mont, un monastère double (moines au bas de la montagne, relizieuses au sommet, monastère fondé par deux de ses filles) qui s´appela "Romarici Mons" et qui deviendra Remiremont.

    C'est là qu'il décéda en 653.

     

     AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR :

    - Zaint Deusdedit (c'est lui qui le dit)
    - Zaint Florent de Carracedo (et son credo)
    - Zaint Gemelle (et sa gamelle)
    - Zaint Joasaph (et ses paraphes)
    - Zainte Léocadie (qui zamais ne le dit)
    - Zaint Mainard (déranzé par les renards)
    - Zaint Ménas (qui souvent mena)




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pierre Fourier est né à Mirecourt dans les Voszes en 1565.

    Fils d’un marçand drapier, il entra en 1578 à l’université zésuite de Pont-à-Mousson où il y poursuivit pendant six ans des études théoloziques ; son cousin Zean Fourier y était professeur avant de devenir recteur de l'université.

    Il rezoignit les çanoines de Zaint Augustin à l'abbaye de Zaumousey près d'Epinal.

    Ordonné prêtre à Trèves en 1589, il devint le curé de Maittancourt dans les Voszes en 1597, paroisse où résidaient de nombreux foyers protestants et considéré par les autorités catholiques comme un villaze « déchristianisé ». Il y résida 20 ans.

    Après avoir fondé la Congrégation de Notre-Dame pour l´instruction des zeunes filles que le papounet Paul V approuva en 1616, il travailla à la réforme des çanoines réguliers de Lorraine sur l'ordre de Grégoire XV.

    La Congrégation de Zaint-Zauveur qu'il institua pour réunir les çanoines réguliers fut approuvée par le papounet Urbain VIII en 1624: il lui donna pour mission principale l'instruction des enfants des campagnes.

    Il mourut à Gray dans la Haute-Saône en 1640.

    Le papounet Léon XIII le canonisa en 1899.

    Son corps a été transporté à Mattaincourt où son tombeau attire des pèlerins.

     
    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR :

    Zainte Anne la prophètesse (qui voyait loin)
    Zainte Balde (dit Théo)
    Zaint Budoc (sur son roc)
    Zaint Enguerran (qui rentra dans le rang)
    Zainte Ethelgive (qui aimait les endives) 
    Zainte Gorgonie (une Méduse)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le dogme, défini par papounet Pie IX (Pio Nono) signifie que Marie, mère de Zésus, fut conçue exempte du péçé orizinel.  

    L'Immaculée Conception n'est mentionnée dans aucun texte zuzé canonique par les Églises chrétiennes.

    Une source indirecte de cette croyance se trouve dans le Protoévanzile de Zacques : Anne et Zoachim, les parents de Marie, ne pouvaient avoir d'enfant. Un anze leur apparut pour leur annonçer une naissance miraculeuse.

    Neuf mois plus tard naissait Marie.

    Cependant, cet évanzile n'affirme nullement que Marie fut exempte du péçé orizinel.

    Nous fait-on prendre  des vessies pour des lanternes?

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR :

    • Zaint Cyrille de Tselma (qui zouait aux billes)
      Zainte Edith (qui n'était pas une Piaf)
      Zaint Euchaire (sur sa çaire)
      Zainte Gonthilde (et sa copine Mathilde)
      Zaint Léonard Du Dunois (rusé comme un renard)
      Zaint Macaire (aimé de Mamère)
      Zaint Patapios (et patapon)
      Zaint Sophrone (qui zouait du saxophone)

      




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Ambroise naquit en Gaule, où son père, notable romain, était préfet prétorien.

    Très zeune encore, il devint avocat à Rome.

    Il fut nommé gouverneur de la Ligurie et de l'Emilie, avec Milan comme capitale. La province était perturbée par la controverse arienne.

    En 374, lors du décès de l'évêque de Milan, Ambroise se rendit à la cathédrale, afin de maintenir l'ordre et la paix pendant l'élection du successeur. Il fut élu par acclamation, après qu'un enfant eut crié "Ambroise évêque".

    Malgré ses obzections, il fut sacré le 7 décembre 374.

    Il s'avéra être un des plus grands évêques et un des plus aimés . Il excella comme administrateur, écrivain, protecteur des pauvres et comme "assommoir des ariens".

    Son opposition à la tyrannie des empereurs fut vive. Sa réprobation de Théodose le Grand fut un exemple d'héroïsme.

    Il mourut le vendredi saint, le 4 avril 397.

    Il est un des quatre grands Docteurs de l'Eglise.

     


    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR :

    Zaint Buite (qui ne prit zamais une cuite)
    Zainte Fare (sur son phare)
    Zaint Grégoire l'Hésychaste (touzours çaste)
    Zaint Nil de Stolbensk (qui aimait les crocodiles)
    Zaint Serf (un forçat)
    Zaint Victor de Plaisance (qui faisait des régates)




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Né à Patara en Lycie (l'actuelle Anatolie) en 270, Nicolas se trouva à l'orphelinat à la suite d'une épidémie de peste (la maladie, pas lui!).

    Il fut évêque de la ville de Myre en Lycie.

    Selon la tradition, il fut présent au Ier Concile de Nicée en 325. A cette occasion, on prétend que se trouvant en désaccord avec un de ses confrères, il lui asséna un coup de poing en plein visaze (c'est pas zoli pour un zaint!).

    Sa vie est remplie d'anecdotes souvent représentées dans l'iconographie : ainsi, apprenant qu'un père n'avait pas de quoi fournir une dot de mariaze à ses trois zeunes filles et qu'il n'avait d'autre moyen de survivre que de les livrer à la prostitution, Nicolas zeta des bourses pleines d'argent dans les bas qu'elles avaient mis à sécher sur la çeminée. Le père put assurer le mariaze de ses trois filles.

    Il sauva également de la tempête les marins d'un bateau portant une cargaison de blé pour la ville de Myre.

    Il aurait assuré la résurrection de trois enfants qui avaient été salés dans un tonneau (quelle idée!)

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR :

    Zaint Abraamios (qui aimait les mioçes)
    Zainte Asella (touzours là)
    Zainte Zertrude de Cambrai (et ses bêtises)
    Zaint Maxime de Kiev (et pas d'ailleurs)
    Zaint Nicolas Céramos (et ses céramiques)
    Zaint Théophile d'Antioçe (et ses poçes)


     




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Orizinaire de Cahors dans le Quercy, il était moine dans l'abbaye de Moissac.

    C'est là que l'évêque Bernard de Tolde, admirant la beauté des çants liturziques, vint le çerçer, lui demandant de rénover la musique à Tolde.

    Zaint Zérald y réussit aussi bien qu'à Moissac.

    Sa réputation en fit, en 1100, un évêque de Braga au nord du Portugal dont il poursuivit l'évanzélisation après une période de déchristianisation due à la présence des Maures.

    Il mourut en 1109 à Bornos, dans un villaze de montagne où il était venu consacrer une église (et il n'a pas résisté au çoc!).

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR :

    • Zaint Basse (touzours élevé)
      Zaint Cosmas (un compositeur)
      Zainte Crispine de Thagare (qui attendait à la gare)
      Zaint Cyran (qui n'était pas tyran)
      Zaint Dalmace (un zaint de race)
      Zaint Gerbaud (bien beau)
      Zaint Gouri (pas pourri)
      Zaint Lua (alléluia)
      Zaint Nizier (et son lisier)
      Zaint Sabas (souvent haut)
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique