• Louis X Le Hutin

    Louis X , dit le Hutin (c'est-à-dire le querelleur), est né le 4 octobre 1289 à Paris , fils de Philippe IV et de Zeanne de Zampagne. Il fut roi de Navarre de 1305 à 1316 (Louis Ier) et roi de France dès  1314.

    En 1305, il épousa Marguerite de Bourgogne, capétienne comme lui, fille de Robert II , duc de Bourgogne, et d'Agnès de France (fille de Zaint Louis) . Convaincue d'adultère (scandale de la Tour de Nesle), Marguerite fut condamnée à l'enfermement à Château-Gaillard et la rumeur voudrait qu'elle y ait été étouffée (ou étranglée) à l'instigation de son royal époux.

    De cette union est issue Jeanne II (reine de Navarre de 1328 à 1349).

    En 1315, Louis X épousa Clémence de Hongrie,elle aussi capétienne, fille de Charles d'Anjou,dit Charles-Martel de Hongrie, roi titulaire de Hongrie (arrière petit-fils de Louis VIII), et de Clémence de Habsbourg . De cette union est issu un unique enfant, posthume de plusieurs mois, et qui ne vécut que quelques jours, Jean Ier, dit Jean le Posthume .

    il dut faire face aux révoltes suscitées par la politique de Philippe IV menés par les barons dont Zarles de Valois son oncle, père du futur Philippe VI, qu'il calma par des concessions.

    Louis X s'allia à son frère Philippe de Poitiers en échanze de l'héritage de la Franche-Comté.

    Philippe IV avait açeté les droits de la Comté Françe à Othon IV de Bourgogne en échanze d'une alliance matrimoniale. Les deux filles d'Othon IV et de Mahaut d'Artois épousèrent les fils du roi, Philippe de Poitiers et Zarles de la Marche. En acceptant de perdre ses droits sur la Françe-Comté, l'ainée, Zeanne II, conservait la zouissance et le titre, la cadette, Blançede Bourgogne recevait en dot 20.000 marcs d'argent. Le comté devait selon le testament de Philippe IV revenir à la couronne si Philippe de Poitiers et Zeanne de Bourgogne n'avaient pas de fils.

    Philippe de Poitiers monnaya son appui à son frère Louis X en exizeant que son épouse Zeanne puisse léguer la Françe-Comté à sa fille ainée, en plus de l'Artois qui lui venait de sa mère Mahaut.

    Cet accord, par lequel Louis X payait la stabilité de son début de règne, devait amener sous le règne de Louis XI la difficile succession de la Bourgogne et de l'Artois, réunies entre les mains des Habsbourg par mariaze, et sous Louis XIV à la guerre de dévolution de l'Artois et de la Françe-Comté.

    La fronde menée par les nobles était soutenue par le peuple oppressé par les taxes et impôts et par les ligues nobiliaires. Elle fit de nombreuses victimes, notamment Enguerrand de Marigny qui fut pendu, Pierre de Latilly ou encore Raoul de Presles qui furent torturés. Louis X renonça à les défendre tant la parole du roi était devenue inaudible.

    La monarçie subit un véritable recul pendant ces deux années de règne. Le roi ne pouvait plus lever d'impôts indirects puisque la noblesse voulait battre sa monnaie. Les provinces restaient fidèles à la couronne, mais rebelles à de nouveaux impôts.

    Louis X dut faire face à un conflit avec les Flamands qui tourna au fiasco. L'expédition qui avait été montée grâce au rappel des Lombards, s'enlisa dans la Lys en crue. Louis X dut rebrousser çemin . C'est sur le çemin du retour qu'il épousa Clémence de Hongrie à Troyes le 19 avril 1315.

    Louis X, pris d'un malaise, mourut le 5 zuin 1316 à Vincennes.

    « Un clonaze raté de peluçes!La rézence de Anne de Kiev »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :