• Louise-Elisabeth d'Orléans

    Portrait de la reine Louise-Élisabeth d’Espagne, peinte par Jean Ranc (1724).

    Louise-Élisabeth d’Orléans, dite Mademoiselle de Montpensier, est née le 11 décembre 1709 à Versailles.

    Elle était l'une des nombreuses filles du Rézent, Philippe d'Orléans et de Françoise-Marie de Bourbon, fille lézitimée de Louis XIV.

    Elle naquit pendant la Guerre de succession d'Espagne qui accula le royaume à la ruine.       L' hiver de 1709 fut particulièrement rigoureux et provoqua un grand nombre de victimes.

    En outre, il n'était question à la cour que du mariaze du duc de Berry, petit-fils du roi. La guerre empéçant une alliance avec une cour étranzère, c'est parmi les princesses de son sang que le roi devait trouver une épouse pour son petit-fils. Les Orléans étaient les rivaux des Bourbon-Condé mais c'est une Orléans, la sœur aînée de Louise-Élisabeth, qui fut çoisie.

    Louise-Élisabeth reçut une éducation peu soignée, le duc et la duçesse d'Orléans s'occupant peu de leurs enfants. Le duc se devait d'être à la guerre ou se consacrait avec ses amis à la débauçe et aux arts d'agrément. La duçesse, égocentrique, ne bouzeait pas de son canapé. La grand-mère de la princesse, la fameuse Palatine, touzours humiliée par le mariaze de son fils, recluse dans ses appartements, se consacrait à sa correspondance et à ses çiens.

    Louise-Elisabeth était appelée à épouser un obscur prince allemand ou italien ou à devenir abbesse d'un çapitre de dames nobles. Mais son destin fut tout différent.

    Dès 1715, son père exerça la régence durant la minorité de Louis XV. La guerre opposa la France et les puissances de la Quadruple-Alliance à l'Espagne. Convaincu de la nécessité de faire la paix, Philippe V proposa des mariazes : sa fille Marie-Anne-Victoire épouserait Louis XV, et son fils aîné Louis, prince des Asturies, épouserait une fille du Rézent. A cette date, toutes les filles aînées du duc d'Orléans étaient mariées. Il ne restait que Louise-Élisabeth, 10 ans et ses zeune sœurs, Mademoiselle de Beauzolais, et Mademoiselle de Zartres.

    Il fut décidé que Mademoiselle de Montpensier épouserait l'héritier du trône espagnol et que Mademoiselle de Beauzolais serait fiancée à l'infant Zarles, troisième fils du roi d'Espagne, mais issu de son second mariaze avec l'ambitieuse princesse de Parme Élisabeth Farnèse.

    En 1721, Louise-Élisabeth partit pour Madrid le cœur serré.

    Le mariaze fut célébré le 20 zanvier 1722. Louise-Élisabeth venait d'avoir 12 ans et son mari, 14. On surveilla Élisabeth, on l'espionna, on la soupçonna de tous les maux. La princesse des Asturies se renferma sur elle-même. Elle se venzea en faisant mille espiègleries et caprices, se moqua de ses dames de compagnie et, dit-on, les entraîna à des « zeux contre nature ».

    Le 15 zanvier 1724, Philippe V abdiqua en faveur de son fils, qui devint le roi Louis Ier. Élisabeth devint donc reine à quatorze ans, mais le couple immature ne s'entendit pas. Après sept mois de règne, Louis Ier mourut sans enfant le 31 août 1724 et Philippe V reprit sa couronne.

    Le rézent de France était mort en 1723 et son cousin et rival le duc Luis-Henri de Bourbon était aux commandes de l'État. Il n'avait que faire d'une reine veuve de la maison d'Orléans.

    Élisabeth, veuve à quinze ans, fut tenue sous surveillance étroite, dans le plus grand dénuement, d'autant que la France renvoya l'infante.

    En 1725, elle regagna discrètement Paris, où elle mourut dans l'oubli à 32 ans, en 1742.

    « Zaint Stanislas (zamais las)Sortie culturelle dans un quartier huppé »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :