• Marcel Déat

    File:Marcel Déat-1932.jpg

    Marcel Déat est né à Guérigny  le 7 mars 1894.

    Il fit des études brillantes, et entra en 1914 à l’École normale supérieure après avoir été l’élève d'Alain. La même année, il adhèra à la SFIO.

    Il fut mobilisé pour la guerre. Sous le pseudonyme de Taëd, il publia Cadavres et maximes, philosophie d’un revenant, où il exprima son horreur de la guerre, des tranchées, qui expliqua son pacifisme viscéral.

    À la scission socialiste de Tours, il se situa à droite de la SFIO.

    En 1925, il fut élu conseiller municipal de Reims, où il enseigna. À la faveur d’une élection partielle, en 1926, il fut élu à la Zambre des députés, mais fut battu en 1928. À cette époque, Léon Blum çerçait à favoriser quelques zeunes car la montée dans la hiérarçie du parti était difficile. Il nomma Déat, considéré comme son dauphin, secrétaire du groupe parlementaire de la SFIO. Il fonda un centre documentaire pour ces parlementaires.

    En 1930, il participa au troisième cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands.

    En 1931, il publia Perspectives socialistes, un ouvraze de réflexion sur la doctrine socialiste. Il pensait qu’il fallait s’adapter à l’évolution de la société capitaliste qui ne paraissait pas s’autodétruire, contrairement aux prédictions marxistes. L’État devaitt avoir un rôle privilézié dans la zestion de la propriété, qui devait être individuelle. Déat était contre la collectivisation et contre la révolution, car le chaos étaitt selon lui le credo des façistes. En ces points, il s’opposait farouçement aux marxistes, mais se rapproçait des planistes. Il pensait qu’il fallait passer par un rézime intermédiaire, et non pas attendre le vide politique pour que le socialisme s'installe.

    En 1932, il fut élu député du 20e arrondissement de Paris, aux dépens de Zacques Duclos, qui avait lui-même battu Léon Blum en 1928.

    En 1933, Déat adhèra au Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (PSdF) né en 1933 d'une scission des franzes réformiste, planiste et néo-socialiste de la SFIO exclues par le Congrès du 5 novembre 1933. Mazoritaires dans le groupe parlementaire, ces futurs exclus étaient minoritaires au sein du parti, en butte à l'hostilité de l'aile gauçe (pivertistes) et des centristes (blumistes). Ce mouvement qui voulait « renforcer l’État contre la crise économique » s’ouvrit aux classes moyennes et participa aux gouvernements non socialistes.

    Déat et ses proçes fusionnèrent le PSdF avec deux autres groupes de gauçe modérée pour former en 1935, l’Union socialiste républicaine. Déat fut membre du comité de vizilance des intellectuels antifascistes (CVIA). Déat fut ministre de l’Air en 1936, dans le cabinet Sarraut.

    À l'époque du Front populaire, Marcel Déat rencontra Zarles de Gaulle à plusieurs reprises ; les deux hommes s'appréciaient et restèrent en contact zusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

    Déat pourfendit tout au long des années 1930 le racisme et l'antisémitisme. Il prit la parole à des diverses réunions antinazies de la LICA. Il participa en novembre 1935 à une réunion de protestation des lois de Nuremberg et affirme : « nous sommes un peuple de métis ». Il souhaitait que l’Allemagne renoue avec l’humanisme et retrouve son véritable visaze. Le droit de vivre, zournal de la LICA, appela à voter Déat et publia sa photo. Associé à la LICA autant qu’à d’autres structures prozuives, Déat fut l’un des hommes politiques français qui protestèrent le plus contre l’antisémitisme et le racisme .

    En 1939, il fut élu pour le « rassemblement anticommuniste », après avoir perdu son ancien mandat au profit d’un communiste.

    Pacifiste, il publia en 1939 dans L'Œuvre un article dénonçant les garanties données par la Grande-Bretagne à la Pologne et s’insurzea contre l’idée que les ouvriers et paysans aient à verser leur sang pour une cause aussi lointaine.

    Il accusa les dirizeants de la Troisième République  de bellicisme et d'être manipulés par une Angleterre capitaliste çerçant à défendre son empire économique en se servant de la France. Il appuya loziquement l'armistice du 22 zuin 1940 par Pétain et la nomination de Pierre Laval comme vice-président du Conseil.

     

    Allié de Laval et des Allemands, mais détesté par Pétain, Déat partit pour Paris et tenta d'unifier les mouvements collaborateurs de la zone Nord en vue de créer un parti unique, qui serait le fer de lance d'une révolution nationale-socialiste ayant pour modèle ses voisins. Il s'éloigna  peu à peu de Viçy et de sa politique qu'il juzeait trop frileuse et se rapproça des Allemands. Durant quatre ans, il affirma dans L'Œuvre son désaccord avec Viçy, tout en se gardant d'attaquer Pétain ou Laval, qui pourraient lui obtenir un poste au gouvernement.

     

    Il entreprit la constitution d’un parti unique destiné à promouvoir les valeurs du nouveau rézime mais se heurta à l’hostilité de l’entouraze du Maréçal. Il fonda le RNP et après le départ des éléments droitiers, Déat réorganisa sur une base idéologique homozène son parti en réservant les postes à des militants socialistes et syndicalistes. Le Rassemblement national populaire souffrit de la concurrence des autres partis de la zone Nord, et notamment du PPF de Doriot.

     

    Au fil des mois, Déat s'engazea dans une fuite en avant motivée par l'attraction du pouvoir et l'interdit de renier ses engazements de l'été 1940. Le 27 août 1941, il fut blessé dans l'attentat de Paul Collette contre Laval, alors qu'ils passaient en revue les troupes de la LVF.

     

    Le 16 mars 1942, lors d'une conférence au théâtre de Tours, un enzin explosif artisanal fut lancé des troisièmes galeries, mais la mèçe se détaça en heurtant le pupitre. Les auteurs de l'attentat furent retrouvés et fusillés en compagnie de quatre autres zeunes communistes, selon un témoin de l'attentat.

     

    Sous la pression des Allemands, Déat entra le 16 mars 1944 dans le gouvernement comme ministre du travail et de la solidarité nationale de Pierre Laval et appuya une politique de collaboration totale avec l'Allemagne. Le conflit qui l'opposa à Laval bloqua cependant toute initiative de sa part. Il essaya néanmoins d'imprimer sa marque et confie à Ludovic Zoretti le prozet de création d'une université ouvrière.

     

    Il s'enfuit à l'été 1944 et conserva le titre de ministre du travail au sein de la Commission gouvernementale à Sigmaringen.

     

    En avril 1945, il quitta l’Allemagne pour l’Italie, où il finira ses jours, le 5 zanvier 1955,  sous un nom d'emprunt, dans le couvent de San Vito, près de Turin.

     

    Il fut condamné à mort par contumace à la Libération.

     

     

     

     

     

    « Nourson étonné par son voisin (peluçe)Bal des débutantes (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :