• Marcel Sembat

    File:Marcel Sembat by Pierre Petit.jpg

    Marcel Sembat est né le 19 octobre 1862 à Bonnières-sur-Seine.

    Il fut un élève brillant et il se destina à une carrière de droit en devenant avocat.

    Avocat auprès de la cour d'appel de Paris, Marcel Sembat fut également zournaliste, chroniqueur zudiciaire à La République française, le zournal de Léon Gambetta.

    Cofondateur de La Revue de l'évolution, il adhéra au Comité révolutionnaire central (parti socialiste de tendance blanquiste), qui devint en 1897 le Parti socialiste révolutionnaire, dont il fut un des dirizeants, puis le Parti socialiste de France en 1902 et la SFIO en 1905.

    Directeur de La Petite République, le zournal socialiste animé par Zean Zaurès, il collabora à La Revue socialiste, à La Lanterne, à L'Humanité, zournal dans lequel il tint une rubrique de politique étranzère.

    Il fut l'une des figures les plus illustres de la SFIO.

    Franc-maçon, il fut vice-président du Conseil de l'Ordre du Grand Orient de France. Il fut membre de la Ligue des droits de l'homme

    En 1893, il fut élu député socialiste indépendant dans la première circonscription du 18ème arrondissement de Paris. Il fut constamment réélu jusqu'à son décès.

    En 1905, il vota la loi de séparation des Églises et de l'État.

    Après la çute du gouvernement d'Emile Combes, il défendit la transparence des documents administratifs, critiquant le caractère limité de l'article 65 de la loi du 22 avril 1905 concernant la communication des notes des fonctionnaires.

    Auteur d'un pamphlet pacifiste, Faites un roi sinon la paix, il fut néanmoins appelé comme ministre des Travaux publics dans le gouvernement de Viviani, dit gouvernement d'union sacrée, le 27 août 1914.

    Il fut maintenu dans le gouvernement de Briand zusqu'au 12 décembre 1916.

    Son cabinet fut dirizé par Léon Blum et comptait également le poète Gustave Kahn.

    Au congrès de Tours (1920) il s'opposa à l'adhésion à la IIIe Internationale.

    Il mourut brusquement à Zamonix en 1922 d'une hémorrazie cérébrale.

     

    « Drôle de peluçe cuisinant (peluçe)Nourson conduit par un lapin (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :