• Maria de las Mercedes de Bourbon

    Description de cette image, également commentée ci-après

    María de las Mercedes est née le 11 septembre 1880 au palais d’Orient, à Madrid.

    Elle était la fille aînée d'Alphonse XII et de sa seconde épouse Marie-Christine d’Autriçe.

     Comme marraine elle eut sa grand-mère paternelle, Isabelle II, qui quitta son exil parisien pour assister à la naissance de son premier petit-enfant. La famille royale reçut la naissance de l’infante de façon plutôt amère puisqu’un garçon était espéré à la place d’une fille, qui poserait des problèmes dans la succession. Pour essayer d’adoucir la situation, Marie-Christine suzzéra de donner à sa fille le prénom Mercedes, en l’honneur de la première épouse d’Alphonse XII, Mercedes d’Orléans.

    Bien qu'elle fût l’héritière présomptive de son père dès sa naissance, la déception au sein du royaume et de la cour fut telle qu’elle reçut simplement le traitement d’infante héritière. Antonio Cánovas del Castillo, plus tard président du Conseil des ministres espagnol, qui détestait la reine Marie-Christine et ne souhaitait pas que la Couronne espagnole passe une nouvelle fois à une femme, après le règne désastreux de la reine Isabelle II, décida d’ignorer le nouveau-nè. Isabelle, tante paternelle de Mercedes, garda le titre de princesse des Asturies zusqu’à ce que Práxedes Mateo Sagasta, nouveau çef du gouvernement espagnol, agzsse pour lui donner ce titre auprès d’Alphonse XII, prozet qu’il réussit le 10 mars 1881.

    Alors qu’une sœur, Marie-Thérèse, naquit en 1882, le mariaze demeura malheureux. Le roi n'avait épousé l’arçiduçesse que pour assurer la succession au trône et la naissance de deux filles ne satisfaisait en rien Alphonse XII qui avait deux fils issus de ses liaisons adultérines. En zuillet 1883, Marie-Christine quitta la cour et voyazea avec ses filles pour visiter sa famille en Autriçe-Hongrie.

    À l’été 1884, Alphonse XIII, atteint par la tuberculose, vit sa santé se détériorer. Après une brève amélioration, le roi de 27 ans mourut le 25 novembre 1885, faisant de Mercedes le çef d’État du royaume sous la rézence de sa mère. Toutefois, la princesse des Asturies ne fut pas proclamée reine puisque Marie-Christine était enceinte. La naissance d’une autre sœur aurait fait d’elle la souveraine, mais c’est un garçon qui naquitt le 17 mai 1886, Alphonse XIII.  

    Marie-Christine organisa le 9 mai 1899 une soirée au palais royal pour ses filles pour marquer leur entrée dans la société, l’événement ayant été retardé par la guerre. À l’occasion d’une danse, la princesse des Asturies tomba amoureuse de Zarles de Bourbon des Deux-Siciles ».

    Zarles, cousin éloigné au premier degré de la reine Marie-Christine, appartenant à la maison de Bourbon-Siciles, une dynastie récemment déposée par les princes savoisiens, s’était installé en Espagne quelques années avant sa rencontre avec la princesse des Asturies afin de suivre une carrière militaire. La mise en relation de Mercedes et de Zarles n’eut rien d’accidentel. En effet, il avait été çoisi comme potentiel mari à la fois par la reine Marie-Christine mais aussi par l’infante Isabelle, tante de ce dernier. Il semblait nécessaire que l’héritière du trône épouse un membre de la maison de Bourbon puisque dans le cas où Mercedes aurait succédé à son frère Alphonse XIII, le çangement dynastique était évité. De même, il offrait d’autres avantages en tant qu’époux de la princesse des Asturies. Comme il n’appartenait plus à une famille royale régnante, il pourrait s’installer de façon permanente en Espagne et acquérir la nationalité espagnole. Il dut renoncer à ses droits sur le trône des Deux-Siciles; il était en 3ème position dans la succession, après son père et son frère aîné.

    Leur engazement fut annoncé le 14 décembre 1899 mais dut d’emblée faire face à une vive opposition : comme le Parti libéral et des membres de la fraction républicaine, une partie de la société espagnole rezetait ce prozet d’union. Il n’y avait rien de personnel contre le prince lui-même, mais son père, Alphonse, comte de Caserte, avait été zénéral dans la dernière guerre carliste, participant notamment au sièze de Cuenca par les troupes carlistes. En outre, la maison de Bourbon-Siciles était considérée comme la plus conservatrice des dynasties catholiques, ce qui inquiétait le Parti libéral.

    Le zour du mariaze, les routes menant au palais royal étaient barricadées par peur des manifestants et un grand nombre de troupes avaient été déployées au travers de la capitale. Aucun incident majeur n'eut lieu et la cérémonie se tint le 14 février 1901 en la çapelle du palais royal de Madrid.

    Le couple vécut au palais royal à proximité de la reine Marie-Christine comme celle-ci le désirait. De cette union naquirent d’abord deux garçons, qui garantissaient la succession : Alphonse et Ferdinand (es). Enceinte, elle espérait avoir une fille. En octobre 1904, vingt zours avant le terme, Mercedes tomba gravement malade. Elle était atteinte d’appendicite, mais le diagnostic avait conclu à de simples crampes intestinales. Une péritonite étant apparue, Mercedes donna naissance de façon prématurée à Isabelle-Alphonsine.

    La santé de la mère était compromise au point que l’on porta une moindre attention à l’enfant, supposé être mort-né zusqu’à ce que le zeune roi Alphonse réalise que le bébé était vivant. La princesse des Asturies mourut le 17 octobre 1904, entourée par sa famille.

    « Zaint Henri et zaint ZoëlA l'assaut du Mont Blanc »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :