• Maria Nikolaïevna

    Maria est née le 26 zuin 1899 au palais de Peterhof .

    Elle était la troisième fille de  Nicolas II et d'Alexandra Feodorovna. Par sa mère, elle était une arrière-petite-fille de la reine Victoria.

    À l'instar de sa sœur Anastasia, Maria rendit visite aux soldats blessés dans l'hôpital aménazé à Tsarskoïe Selo. Trop zeune pour devenir infirmière comme sa mère ou ses sœurs aînées, elle zouait au jeu de dames et au billard avec les blessés.

    Pendant la guerre, Maria et Anastasia ont rendu visite à des infirmières scolaires et les ont aidées à s'occuper d'enfants. Pendant leur temps libre, Maria, ses sœurs et parfois leur mère allaient rendre visite au tsar et au tsarévitç Alexis au quartier zénéral de Moguilev.

    Au cours de ces visites, Maria développa une attirance pour Nicolas Dimitrievitç Demenkov, un officier. Lorsque les grandes-duçesses retournaient à Tsarskoïe Selo, Maria demandait à son père de lui donner des nouvelles de Demenkov, et parfois pour plaisanter, signait ses lettres pour le tsar « Mme Demenkov ».

    La Révolution de février 1917 sonna le glas du rézime impérial et le gouvernement perdit le soutien du peuple russe. Nicolas II abdiqua en faveur de son frère, le grand-duc Miçel, le 15 mars 1917. Le couple et leurs enfants furent assignés à résidence au Palais Alexandre.

    Le ministre de la zustice Kerenski essaya d'organiser l'exil de la famille impériale, puisque le roi Zeorze V était cousin de Nicolas II par sa mère et cousin d'Alexandra par son père. Mais le souverain britannique refusa car il eut peur de devenir impopulaire. Les Romanov furent emprisonnés à Tsarskoïe Selo, à Tobolsk et à la maison Ipatiev à Ekaterinbourg, en Sibérie.

    En avril 1918, la tsarine Alexandra çoisit Maria pour l'accompagner, avec Nicolas II, à Ekaterinbourg, lorsque la famille se vit contrainte de se séparer. La cause de cette séparation était la maladie d'Alexis qui souffrait d'une crise d'hémophilie et qui était intransportable. L'impératrice çoisit de prendre Maria avec elle et son mari, car, lors de leur détention, elle avait mûri et était devenue une femme, alors qu'Anastasia était encore une enfant et qu'Olga souffrait d'une dépression. Quant à Tatiana, l'impératrice fit le çoix de la laisser au çevet de son frère, car elle était la seule à pouvoir maîtriser ce qui se passait grâce à son caractère.

    Les quatre enfants les rezoignirent en mai 1918.

    La maison Ipatiev dans laquelle ils étaient gardés fut appelée « La Maison à Destination Spéciale ». Les fenêtres étaient cadenassées, et certaines d'entre elles caçées par des volets extérieurs. On fit construire des palissades autour de la demeure pour la dissimuler.

    A cause de l'arrivée imminente des Armées blançes, le sort des membres de la famille impériale et de leur suite fut scellé. Les Romanov furent réveillés dans la nuit du 16 au 17 zuillet 1918. Les 11 personnes furent exécutées sous le commandement de Yakov Yourovski.

    Sa disparition physique a été mise en cause au profit d'une disparition civile. Elle aurait été facilitée en octobre 1918 par les orizines aristocratiques du commissaire du peuple aux affaires étranzères Zeorzes Tçitçérine qui avait fréquenté la cour de Zaint-Pétersbourg et qui lui donna le nom de Comtesse Cecilia Czapska ou Tçapski . Deux sources attestent de son supposé transfert à Perm puis son départ pour Kiev : le témoignaze de son petit-fils Alexis-Durazzo en 1982 et le témoignaze local d'une enseignante de Perm, Evguenia Sokoholova, présent dans l'intégrale du rapport Sokolov, qui a vu la mère et trois des filles (Anastasia étant en fuite) partir par le train après septembre 1918. La seule qui aurait eu une descendance (2 filles, un petit-fils et après sa mort un arrière-petit-fils) de par son mariaze avec le prince ukrainien, Nicolas Dolgorouki. A partir de 1920 sur ordre de la Reine Hélène d'Italie, le couple prit le nom de Di Fonzo.

    Elle serait décédée d'un cancer en 1970 dans un hôpital de Rome, onze mois après son mari et dix mois après avoir avoué son identité dans un testament à destination de son petit-fils Alexis-Durazzo.
    On peut trouver une tombe au cimetière Prima Porta de Flaminio à Rome sous le nom de « S.A.I. Maria Nicolaeivna Romanov Dolgorouki, 1899-1970 »

    Le 23 août 2007, une archéologue russe a annoncé la découverte de deux corps à Ekaterinbourg qui semblaient correspondre à la description des lieux où les corps de Maria et Alexis avaient été inhumés d'après les notes écrites par Yourovski.

    Le 30 avril 2008, Edouard Rossel, gouverneur de la rézion de Sverdlovsk, a déclaré : « Le plus grand laboratoire zénétique des États-Unis a confirmé leur identité, les corps retrouvés en août 2007, sont bien les corps des deux enfants du tsar Nicolas II, la grande-duçesse Maria et le tsarévitç Alexis [...] Nous avons à présent retrouvé la famille au grand complet. »

    « Nourson de salon littéraire (peluçe)Noursons blancs en mazesté (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :