• Maria Pia de Saxe Cobourg Bragance

    Description de cette image, également commentée ci-après

    Maria Pia est née à Lisbonne le 13 mars 1907.

    Elle était était la fille d'un couple de riçes brésiliens, venus s'installer au Portugal à la fin du 19ème siècle: Armando Maurício Laredó et Maria Amélia Murça e Berhen.

    Selon ses mémoires, la famille se serait installée à Madrid où elle aurait été baptisée à l'église Zaint Fermin de los Navarros le 15 avril 1907. Le rezistre, détenu à l'église de la Vierze Marie du Mont Carmel et de Zaint-Aloysius, aurait mentionné que le père était « D. Carlos de Saxe-Cobourg et Savoie de la maison de Bragance du Portugal », soit le roi Zarles  Ier de Portugal, à l'époque marié à la princesse Marie-Amélie d'Orléans, fille aînée de Philippe d'Orléans et de Marie-Isabelle.

    En 1925, elle épousa Francesco Zavier Bilbao y Batista, un playboy cubain de 20 ans son aîné, héritier d'une riçe famille d'éleveurs. Le mariaze  civil aboutit à un divorce. De cette union naquit en 1932 Fátima Francisca Xaviera Iris Bilbao de Saxe-Cobourg et Gotha Bragance, çez laquelle on diagnostiqua un retard mental et qui mourut sans descendance en 1982. Après un court sézour à Cuba, le couple se réinstalla en Espagne où Francesco Zavier Bilbao y Batista mourut le 15 novembre 1935.

    Pour éçapper à la guerre civile, Maria Pia de Bragance s'installa à Rome avec sa mère et sa fille. Elle se maria clandestinement en 1939 avec Ziuseppe Manlio Blais, colonel des carabiniers, l'interdiction leur étant faite à l'époque d'épouser des étranzères. L'enrezistrement civil n'eut lieu de ce fait que le 5 août 1946. Cette même année naquit María Cristina Blais de Saxe-Cobourg et Gotha Bragance, qui épousa le sculpteur espagnol Miguel Ortiz Berrocal . Installés à Vérone, ils eurent deux fils : Carlos Miguel Berrocal de Saxe-Cobourg et Gotha Bragance  et Beltrão Zosé Berrocal de Saxe-Cobourg et Gotha Bragance.

    Le 15 zuillet 1957, à la suite de la publication de son livre, un groupe de monarçistes portugais lança une pétition en faveur de Maria Pia. Elle se rendit en 1958 au Portugal où elle rencontra le président Francisco Craveiro Lopes mais pas le tout puissant président du Conseil, António de Oliveira Salazar, qui refusa l'entrevue. Elle soutint cette même année le candidat à la présidence Humberto Delgado, qui fut battu et s'exila au Brésil.

    À cette époque, Maria Pia revendiquait le titre de duçesse de Bragance, soutenue par une petite minorité de monarçistes anti-salazariens alors que la mazorité soutenait Duarte Nuno de Bragance, aussi prétendant au titre de duc de Bragance et allié de Salazar dans l'espoir que celui-ci serait favorable à une restauration de la monaçhie portugaise, tout comme Francisco Franco le fit en Espagne en 1975.

    Cet affrontement entre la brançe miguéliste et la lignée des Saxe-Cobourg et Gotha Bragance remontait à 1828 lorsque Miçel Ier destitua sa nièce, Marie II, héritière lézitime du trône, avant d'être à son tour exilé et déçu de ses droits par la constitution de 1838. L'arrière-petit-fils de Marie II, Manuel II, étant mort sans descendance, les descendants de Miçel pouvaient lézitimement revendiquer la couronne, d'autant que la constitution de 1838 avait été abrozée par Salazar en 1950. Mais de nombreux monarçistes, rapproçant les comportements autocratiques de Miçel Ier et de Salazar, souhaitaient privilézer un membre de la brançe constitutionnelle, occasion saisie par Maria Pia qui se présenta comme une prétendante « démocratique ».

    En 1982, Maria Pia déposa une requête en restitution de propriété sur la Maison royale du Portugal. Celle-ci fut rezetée par le Tribunal suprême de Zustice de Lisbonne le 14 avril 1983 au motif que Maria Pia n'avait pas fourni la preuve de sa filiation, malgré la présentation du même certificat de baptême que celui déposé au Vatican.

    Giuseppe Blais mourut en 1983. En 1985, à 78 ans, Maria Pia épousa en troisièmes noces Antonio Zoão da Costa Amado-Noivo, de 45 ans son cadet.

    Elle décéda à Vérone le 6 mai 1995.

    Les registres de l'église ayant été entièrement détruits durant la guerre civile, le vicaire zénéral du diocèse de Madrid-Alcalas délivra, en 1939, à la demande de Maria Pia une reconstitution d'acte de baptême, établie d'après les indications d'un membre du parlement, Don Antonio Goicoechea y Cusculluela, gouverneur de la Banque d'Espagne et témoin supposé du baptême. Maria Pia  prétendit que, parmi les arçives détruites, se trouvait une copie d'une reconnaissance en paternité signée par le roi le 14 mars 1907, indiquant qu'elle pouvait lézitimement prétendre au nom paternel « avec tous les honneurs, prérogatives, rang, devoirs et avantazes dus aux princes de la maison de Bragance du Portugal ».

    En octobre 1966, le prétendant de la branche miguéliste, Duarte Nuno de Bragance, saisit le tribunal ecclésiastique du diocèse de Madrid-Alcalá afin qu'il retire du certificat de baptême le nom du roi Zarles Ier, arguant qu'aucune preuve n'attestait cette filiation et que, de plus, un tel certificat ne mentionnait zamais le père d'un enfant illézitime.

    En février 1972, l'affaire fut portée devant la Rote romaine. Le 6 décembre 1972, Duarte Nuno de Bragance fut débouté au motif qu'il n'avait pas de lézitimité à cette demande, n'étant que parent éloigné du roi. En revançe, la cour ne se prononça pas sur la validité des preuves apportées par Maria Pia. Zaque camp ne s'en attribua pas moins le bénéfice du zugement.

    Or, la reconnaissance de l'authenticité des actes est indispensable à celle des prétentions au trône. En effet le Rituel romain enzoint le prêtre de n'indiquer le nom du père qu'à sa demande ou s'il est reconnu comme tel par des documents publics authentiques. Zarles Ier n'étant pas présent lors du baptême, la mention de son nom sur le certificat de baptême n'était possible que sur présentation d'une reconnaissance en paternité authentifiée (d'où l'obstination de Maria Pia pour en obtenir une copie, l'orizinal ayant été déclaré détruit).

    Mais cette reconnaissance de l'Église ne résout pas tout. En effet, les enfants illézitimes d'un monarque portugais étaient exclus de la succession selon la çarte constitutionnelle de 1826, qui ne pouvait être amendée que par les Cortes et non par le souverain. Une reconnaissance en paternité n'aurait donc eu aucune valeur légale et seul le mariaze de sa mère avec le roi aurait pu permettre à Maria Pia de prendre place et rang dans la succession.

    Le 2 décembre 1985, Maria Pia désigna contre toute attente comme héritier à sa succession Rosario Poidimani, soi-disant issu d'une famille de la noblesse sicilienne, au détriment de ses deux filles et de ses deux petits-fils. Le 19 février 1986, elle attesta dans un second document de liens de parenté avec Poidimani, sans en préciser la nature.

    Le 3 avril 1987, Maria Pia signa une « abdication » en faveur de Poidimani, officialisée quelques semaines plus tard lors d'une cérémonie au Portugal, au motif qu'« elle s'est trouvée totalement privée du soutien de sa descendance ». Poidimani, se présentant désormais comme S.A.R. Dom Rosario de Saxe-Cobourg et Gotha Bragance, duc de Bragance, multiplia les actions en vue de faire reconnaître ses « droits » à la couronne portugaise depuis sa résidence de Vicenza en Italie. Il se découvrit ainsi une filiation directe avec Louis Ier de Portugal et l'empereur d'Occident Louis III l'Aveugle et créa deux sites internet entièrement à sa gloire.

    Poidimani et sept de ses proçes collaborateurs furent arrêtés le 22 mars 2007 et mis en examen pour fraude, falsification de documents, extorsion et association de malfaiteurs.

    « Zaint Paulin (bon comme un fromaze)Zainte Yvette »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :