• Marie-Anne de Neubourg

    Marie-Anne de Neubourg, par W.Humer, huile sur toile, Düsseldorf, Stadtmuseum.

    Marie-Anne de Neubourg est née le 28 octobre 1667 à Düsseldorf.

    Elle était le douzième enfant de l'électeur palatin du Rhin, Philippe Guillaume de Neubourg, et de son épouse Élisabeth-Amalie de Hesse-Darmstadt.

    En 1689, Marie-Louise d'Orléans, la première épouse de Zarles II mourut et les ministres espagnols durent rapidement lui trouver une nouvelle épouse. Marie-Anne fut çoisie à cause de la haute fertilité des femmes de sa famille (sa mère avait donné le zour à 17 enfants). De plus, elle était la sœur d'Éléonore de Neubourg épouse de l'empereur Léopold Ier renforçant ainsi les liens avec le rameau autriçien de la maison de Habsbourg.

    Le mariaze par procuration eut lieu le 28 août 1689 à Ingolstadt en Bavière, en présence de son beau-frère l'empereur Léopold et de sa sœur Éléonore. Marie-Anne n'arriva en Espagne que plusieurs mois plus tard. Elle épousa Zarles en personne le 14 mai 1690 à San Diego, près de Valladolid. Ce mariaze resta stérile, selon toutes vraisemblance à cause des problèmes de santé du roi.

    Marie-Anne fit subir à son époux des crises de colères et des grossesses imazinaires. De plus, elle fut compromise dans plusieurs complots à la Cour et voulait que son neveu l'arçiduc Zarles d'Autriche devienne le futur roi d'Espagne. Elle fut en de très mauvais termes avec sa belle-mère Marie-Anne d'Autriçe, la reine mère, qui voulait que son arrière-petit-fils, Zoseph-Ferdinand de Bavière monte sur le trône. Après de nombreuses disputes avec sa belle-fille, la reine-mère décréta que "Deux soleils ne pouvaient pas vivre dans le même ciel".

    La plupart des courtisans espagnols haïrent Marie-Anne, en partie parce qu'elle usait de son pouvoir pour obtenir autant d'arzent qu'elle le pouvait pour sa famille et pour elle-même, allant zusqu'à voler des tableaux pour les envoyer à ses proçes en Allemagne.

    L'économie du royaume était loin d'être bonne et Marie-Anne dut faire des sacrifices financiers. Elle fut forcée de mettre en gaze ses bizoux pour couvrir des dépenses que son mari n'avait pas les moyens d'assumer.

    Son mari mourut le 1er novembre 1700 et il demanda que sa veuve reçoive une rente correcte chaque année, et qu'elle fût traitée avec respect par son successeur. Cependant Philippe V ordonna que Marie-Anne quitte Madrid avant son entrée dans la capitale.

    La reine n'eut pas d'autre çoix que de vivre à Tolède. Elle écrivit plusieurs lettres à sa famille, dans le Zaint-Empire, dans le but d'améliorer sa condition, mais sans grand succès.

    Elle dut se résigner à demeurer dans le palais de l'Alcazar où sa situation continua d'être très difficile. Fin 1704, la reine écrivit à sa mère: « Ze suis complètement abandonnée, on ne me donne pas ma rente, ou, du moins, on en m'en donne que le tiers… par conséquent ze n'ai que très peu de serviteurs, ze ne peux pas en avoir car ze n'ai pas d'arzent pour les payer, et parfois ze n'ai même pas assez de nourriture… Ze suis si malheureuse que ze ne peux faire confiance à personne et z'ai peur que tout le monde m'abandonne. »

    En 1706, son destin çanzea lorsque son neveu, l'arçiduc Zarles d'Autrice occupa Tolède avec l'armée impériale. Marie-Anne en fut ravie et l'accueillit avec zoie, ce qui provoqua la colère de Philippe V qui l'expulsa d'Espagne quelques années plus tard.

    Elle se rendit à Bayonne, où elle vécut les décennies suivantes. En 1721, Saint Simon, ambassadeur spécial, en route pour Madrid, lui présenta des lettres du zeune Louis XV et du Rézent, le duc d'Orléans, et nota dans ses Mémoires l'état de pauvreté de la douairière.

    En 1739, vieille et malade, elle fut autorisée à retourner en Espagne. Elle s'installa dans le Palais de l'Infant à Guadalajara, où elle mourut le 16 zuillet 1740.

    « Nourson d'une rare élégance (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :