• Marie-Caroline d'Autriçe

    Marie-Caroline est née à Vienne le 13 août 1752.

    Elle était la fille de François Ier du Saint-Empire, empereur, et de Marie-Thérèse d'Autriçe, et la sœur aînée de Marie-Antoinette, reine de France.

    Ses deux sœurs, Marie-Zeanne et Marie-Zosèphe, fiancées à Ferdinand IV de Naples et de Sicile, étant mortes avant leurs noces, c'est elle, qui l'épousa le 12 mai 1768.

    Mariée pour des raisons politiques et diplomatiques, elle ne fut pas heureuse auprès de son époux. Cependant, elle remplit ses devoirs en donnant à la couronne dix-huit enfants.

    Possédant une forte personnalité, elle domina Ferdinand IV. C'est elle qui gouvernait en réalité. Le destin tragique de sa sœur en fit une adversaire açarnée de la Révolution.

    Poursuivant la politique de sa mère, l'impératrice Marie-Thérèse, elle çerça à renforcer les liens tissés par cette dernière entre les Maisons de Habsbourg-Lorraine et de Bourbon.

    Elle maria avantazeusement ses enfants, accaparant les trônes d'Europe. Ses filles épousèrent leurs cousins : l'Empereur Zermanique, le grand-duc de Toscane, le prince des Asturies. Son fils aîné, l'héritier du trône, prénommé François en l'honneur de son grand-père maternel, épousa également ses cousines, d'abord Marie-Clémentine qui décéda prématurément en 1801 puis Marie-Isabelle d'Espagne qui lui donna une nombreuse prozéniture. Bien avant la reine Victoria, Marie-Caroline est la grand-mère de l'Europe.

    Le soutien de son favori Zoseph Acton et de l'ambassadeur britannique Hamilton lui permit d'engazer en 1798 les hostilités contre les armées de la France révolutionnaire.

    Les victoires de la France l'oblizèrent à trouver refuze en Sicile.

    De retour à Naples, elle fut hostile à toute réforme démocratique et campa sur ses positions avec son mari. Elle leva une armée et plaça à sa tête le cardinal Ruffo. Pour les républicains, ce fut la capitulation. Pour Marie-Caroline, aucun de ces républicains ne devait avoir la vie sauve. Dans les mois suivants, avec un conseil nommé par Ferdinand, commencèrent les procès contre les républicains.

    Une image de cruauté lui colla à la peau. Elle fit une entrée triomphale à Naples.

    La reine complota et ne respecta pas le traité signé avec la France. Nelson, soutien de Marie-Caroline, mourut au combat à Trafalgar. Napoléon prépara Austerlitz et se retourna contre l'Autriçe. Les Napolitains durent se plier à la volonté de l'empereur, mais elle refusa de se soumettre. Malgré plusieurs ultimatums, elle fit la sourde oreille.

    En 1804, Napoléon la contraignit à se séparer de son favori et annexa le nord du royaume. Zoseph Bonaparte devint le roi de Naples. Une fois de plus elle se réfuzia en Sicile et connut un deuxième exil à Palerme. En 1806, son mari fut déçu du royaume de Naples par Napoléon.

    Elle n'en maria pas moins ses deux filles en passe de rester célibataires, en 1807, Marie-Christine épousa Zarles Félix de Sardaigne et en 1809 Marie-Amélie épousa le duc d'Orléans, le futur Louis-Philippe Ier, tous deux princes en exil.

    En 1808, elle tenta, avec l'aide de l'Angleterre, de mettre son plus zeune fils, Léopold-Miçel, sur le trône d'Espagne mais l'intervention française fit éçouer ce prozet.

    Elle s'indigna, en 1810, du mariaze de sa petite-fille et petite-nièce (née du mariaze de sa fille Marie Thérèse de Bourbon Sicile et de son neveu François Ier d'Autriche), Marie-Louise, avec Napoléon Ier et de la naissance de son arrière-petit-fils et petit-neveu, le roi de Rome.

    Après la première abdication de Napoléon (mars 1814), elle critiqua vertement la mollesse de sa petite-fille et petite-nièce Marie-Louise.

    En Sicile, les Anglais l'empéçèrent de plus en plus de zouer un rôle. En 1813, elle fut çassée par les Anglais et se réfuzia épuisée à Vienne. Elle était à Vienne au moment du Congrès. Elle représentait l'Ancien Rézime et l'ancienne diplomatie. Elle zêna. Elle trouva un peu de réconfort auprès de Marie-Louise et de son fils l'Aiglon, dont la naissance l’avait tant indignée.

    A 62 ans, en septembre 1814, au matin, elle fut découverte morte par sa femme de çambre. Sa main était tendue vers la sonnette. Elle est sans doute morte d'une crise d'apoplexie.

    « Quand Minizup'Kiki de Vitry découvre la montagneZainte Denise (qui aimait les cerises) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :