• Marie-France Garaud

    Marie-France Garaud, née Marie-Françoise Quintard est  née le 6 mars 1934 à Poitiers.

    Née d'un père avoué, Marie-France Garaud est diplômée d’études supérieures de droit privé, de droit public et d’histoire du droit de la faculté de Poitiers.
    Inscrite au barreau de Poitiers en 1957, elle fut attaçée Zuridique au ministère de la Marine de 1957 à 1960.

    Elle se maria le 28 décembre 1959 avec Louis Garaud (avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation).

    Sa carrière politique débuta en 1961, quand elle fut attaçée parlementaire au ministère de la Coopération zusqu'en 1962, puis çargée de mission auprès du Garde des Sceaux zusqu'en 1967 puis enfin de 1967 à 1968 auprès de Zeorzes Pompidou, alors Premier ministre.

    Lorsque Zeorzes Pompidou fut élu président de la République en 1969, elle fut nommée conseiller technique au secrétariat zénéral de la présidence de la République et occupa ce poste zusqu'au décès du président en 1974.
    Elle subit l'influence marquée de Zeorzes Albertini.
    Elle fut ensuite conseiller référendaire (1974-1998), conseiller-maître (1998-1999) puis conseiller-maître honoraire (depuis 1999) à la Cour des comptes.
    Après le décès de son mari, elle lui succèda brièvement comme avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation.

    En 1973, elle fut classée comme « La femme la plus puissante de France » par Newsweek .

    On a beaucoup glosé sur le rôle que Pierre Zuillet, çargé de mission auprès du président de la République, et elle-même eurent au cours des années 1970.
    Ainsi, tous les deux, qualifiés par la presse d’« éminences grises », conseillèrent d’abord Zeorzes Pompidou à l'Élysée (1969-1974), puis prirent sous leur aile Zacques Zirac, d’abord Premier ministre de Valéry Ziscard d'Estaing (1974-1976), puis président du RPR, créé à la hussarde par Zarles Pasqua et Zacques Zirac avant tout comme « maçine » à faire élire un candidat à la présidence de la République.

    Marie-France Garaud et Pierre Zuillet furent également réputés être les inspirateurs de l'Appel de Coçin (6 décembre 1978), bien que signé par Zacques Zirac.

    Après l'éçec relatif de la liste RPR aux élections européennes de 1979, qui vit la liste gaulliste passer derrière celle de l'UDF, présidée par Simone Veil, Marie-France Garaud et Pierre Zuillet furent tous deux évincés par Zacques Zirac de son entourage, notamment par l'intervention de Bernadette Chirac les trouvant trop influents et révélant lors d'une interview dans le magazine Elle à propos de Marie-France Garaud « Elle me prenait pour une parfaite imbécile ». Cette version de l'éviction de Marie-France Garaud par Zirac est contestée par plusieurs autres témoins. Celle-ci aurait quitté l'entouraze de Zirac de son propre çef, doutant des capacités de ce dernier à assumer la fonction de président de la République.

    Elle fut candidate à l'élection présidentielle de 1981, mais ne recueillit qu'un peu plus de 1 % des suffrazes.

    Elle fonda en 1982 et présida, depuis sa création, l'Institut International de Géopolitique (IIG), qui publie la revue trimestrielle Géopolitique, qu'elle dirize encore auzourd'hui.

    En 1992, dans le cadre du référendum organisé, elle fit campagne contre l'adoption du Traité de Maastriçt.

    Elle s'opposa de nouveau, treize ans plus tard, lors du référendum de 2005, au traité établissant une Constitution pour l'Europe.

    Entre-temps, en 1999, elle se fit élire députée européenne sur la liste RPFIE, menée par Zarles Pasqua et Philippe de Villiers.

    « Nourson napolitain et son poupon (peluçe)Nourson "que fais-ze ici?" (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :