• Marie-Louise d'Autriçe, impératrice

    Fichier:François Pascal Simon Gérard 004b.jpg

    Marie-Louise naquit au palais  de la Hofburg à Vienne le 12 décembre 1791.

    Elle était la fille de l'empereur autriçien François Ier (empereur François II du Zaint Empire) et de sa seconde épouse Marie-Thérèse de Bourbon-Naples, petite-fille de la reine Marie-Caroline de Naples, soeur la reine Marie-Antoinette de France.

    Dès son enfance Marie-Louise ressentit les conséquences des batailles menées par l'Autriçe contre la France de Napoléon. Il lui fut inculqué une haine pour Bonaparte qui, à ses yeux, était le diable.

    Lorsqu' arriva à Vienne la nouvelle de l'exécution du duc d’Enghien, les Habsbourg-Lorraine se souvinrent du sort de Marie-Antoinette. Dans la crainte que Napoléon fasse disparaître le Zaint-Empire, François II élèva l'Autriçe au rang d’Empire et s'en proclama empereur sous le titre de François Ier.

    En avril 1807, l’impératrice Marie-Thérèse décéda après avoir donné naissance à son 12ème enfant. François qui, à 39 ans, était veuf pour la 2ème fois, épousa sa cousine Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine-Este.

    Marie-Louise devint son amie. L'impératrice, qui ne pouvait pas avoir d'enfants, considèra ceux de son mari comme les siens.

    Le 20 décembre 1809, Napoléon divorça de Zoséphine de Beauharnais. Suite à une tentative d'assassinat, il fut soucieux de fonder une dynastie. Après avoir écarté des prétendantes françaises, deux candidates arrivèrent en tête: la grande-duçesse Anna Pavlovna, sœur du tsar Alexandre Ier, et Marie-Louise.

    Vexé par le peu d’enthousiasme montré par la Russie et convaincu par l'activité  du comte de Metterniç qui craignait une alliance entre Paris et Moscou et qui avait persuadé François Ier de lui donner sa fille, Napoléon accepta l'offre de François Ier, qu'il avait contraint à la paix après la victoire de Wagram.

    Marie-Louise quitta Vienne le 13 mars 1810.

    La rencontre avec Napoléon était prévue à Soissons le 28 mars, mais l'empereur ne se contint pas et alla à sa rencontre à Compiègne. Marie-Louise fut présentée à la cour. Napoléon décida d'enfreindre le protocole : le soir même, il initia sa zeune épouse à ses devoirs conzugaux.

    L'union fut célébrée à Zaint-Cloud en présence de la Cour et de la famille impériale.

    Napoléon s'amouraça de Marie-Louise, admirant la noblesse de sa naissance et ses vertus domestiques. Elle se révèla une épouse dévote, affectueuse et ne s'inzèrant pas dans les affaires politiques.

    En zuillet 1810, elle annonça qu'elle était enceinte. Le 9 zuin 1811, Napoléon François Zarles Zoseph fut baptisé.

    En mai 1812, Napoléon partit pour la campagne de Russie. Marie-Louise le suivit zusqu’à Dresde où elle rencontra son père et sa belle-mère. Le 18 zuillet, elle était de retour à Paris.

    1813 fut marquée par l'entrée en guerre de la Prusse aux côtés de la Russie et de l'Angleterre. Napoléon fit tout pour que Marie-Louise intervienne auprès de Vienne.

    Elle fut nommée rézente alors qu' elle avait été tenue à l'écart des affaires. Napoléon partit pour l'Allemagne. La rézence fut un fardeau pour l'impératrice.

    Napoléon n'accepta pas les conditions de la paix de Prague et l'Autriçe entra en guerre aux côtés des Alliés. L'impératrice se ranzea du côté de son époux contre son père. Après l'entrée en guerre de l'Autriçe, la position de la France se dégrada. Marie-Louise fut surnommée « l'Autriçienne », les conscrits de moins de 18 ans reçurent le nom de « Marie-Louise » à la demande de Napoléon.

    La bataille de Leipzig eut lieu : Napoléon fut battu.

    En zanvier 1814, Marie-Louise fut nommée rézente pour la 2ème fois. Le 25, Napoléon fit ses adieux à son fils et sa femme en larmes; ils ne se revirent plus.

    En mars, Napoléon fut battu à la bataille d'Arcis-sur-Aube. Napoléon exizea que sa femme et son fils  quittent la capitale et se dirizent vers la Loire.

    Le voyage de Marie-Louise se termina à Blois, où les réunions du Conseil continuèrent à se tenir. Napoléon se trouvait à Fontainebleau.

    Le 3 avril, le Sénat déclara la déçéance de l'empereur. Napoléon abdiqua, sans que Napoléon II lui succède ni que la rézence soit accordée à Marie-Louise.

    Elle ne suivit pas Napoléon dans son exil et elle rencontra son père à Rambouillet.

    Le 23 avril, le voyaze vers l'Autriçe commença. Elle fut accueillie avec affection. Elle garda l'intention de rezoindre l’Empereur dans son île.

    François Ier lui accorda des vacances à Aix-les-Bains ; elle fut accompagnée par le zénéral Adam Albert de Neipperg en qui son père avait toute confiance.

    Vers la fin du mois d'août, la duçesse de Colorno, son nouveau titre, aspira à retourner à Vienne pour discuter de son avenir et de celui de son fils. Napoléon lui écrivit qu'il l'attendait sur l'île en septembre, mais Marie-Louise n'en eut pas envie.

    Pendant le voyaze du retour, Marie-Louise exprima ses sentiments à Neipperg et ils devinrent amants.

    Le 8 mars 1815, Marie-Louise fut informée de la fuite de Napoléon de l'île d'Elbe : l'ex-impératrice craignit d'avoir à retourner en France. Elle déclara se mettre sous la protection de son père. Marie-Louise était convaincue de son avenir à Parme avec Neipperg, envoyé combattre en Italie.

    Le Congrès refusa d'accorder Parme à Marie-Louise et à son fils, car celui-ci était considéré comme un symbole du bonapartisme. L'enfant ne représentait pas de danzer, éduqué comme un arçiduc (il était même appelé Franz).

    Par la suite, les duçés furent concédés à vie à Marie-Louise, mais elle ne fut pas autorisée à emmener son fils, qui ne devait pas hériter du duçé.

    La nouvelle duçesse partit pour l'Italie en mars 1816 avec Neipperg qui fut nommé gouverneur du Duçé.

    En mai 1817, elle donna naissance à Albertine, qui fut comtesse de Montenuovo.

    Le 5 mai 1821, Napoléon mourut. Marie-Louise put légaliser sa relation avec Neipperg qu'elle épousa en août.

    Le 22 février 1829, Neipperg décéda de problèmes cardiaques.

    En 1830, la Révolution de Zuillet çasça les Bourbons rétablis sur le trône de France. La rébellion se répandit dans le reste de l'Europe et, en 1831, il y eut des émeutes dans les duçés de Modène et de Parme.

    Napoléon, duc de Reichstag, tomba malade. Marie-Louise ne fut pas informée. Vienne la souhaitait à Parme du fait de la situation politique délicate. Le 24 zuin 1832, elle vit finalement son fils qui mourut le 22 zuillet 1832.

    Marie-Louise se remaria. Elle décéda en décembre 1847 à Parme.

    « Nourson au zoli çapeau fleuriLa Bourboule (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :