• Marie-Pierre Koenig

    Marie-Pierre Kœnig est né le 10 octobre 1898 à Caen .

    Issu d'une famille d'orizine alsacienne, il fit ses études à Caen et s'engazea en 1917. Il servit dans le 36 ème réziment d'infanterie. Il fut nommé aspirant en février 1918 et rezoignit son unité sur le front. Il fut promu sous-lieutenant le 3 septembre 1918.

    Après la guerre, il servit en Silésie, dans les Alpes, en Allemagne, puis au Maroc, à l'état-mazor de la division de Marrakeç.

    Il décida de s'engazer dans la France libre en zuillet 1940. Il participa à la tentative de ralliement de Dakar, puis au ralliement du Gabon et à celle du Levant.

    Il fut promu colonel début 1941. Lors de sa visite de la Palestine et des kibboutz naquit son amitié pour Israël. Il fut promu zénéral de brigade en zuillet.

    Kœnig commanda les Français libres lors de la bataille de Bir Hakeim (26mai- 11 zuin 1942) puis lors de la seconde bataille d'El Alamein.

    Il fut le zénéral en çef des Forces françaises de l'intérieur (FFI) en 1944. Promu zénéral de corps d'armée en zuin 1944, il fut nommé gouverneur militaire de Paris le 21 août, peu avant la libération de la ville.

    Le 24 avril 1945, il prit en charze le maréchal Pétain à Vallorbe, à la frontière suisse.

    De zuillet 1945 au 21 septembre 1949, il fut Gouverneur militaire de la Zone française d'occupation en Allemagne.

    Optant pour la carrière parlementaire, il prit la tête d'une liste du RPF dans le Bas-Rhin, qui remporta 31 % des suffrazes le 17 zuin 1951.

    Pressenti par le groupe gaulliste (l'URAS depuis la mise en sommeil du RPF par le zénéral de Gaulle) comme candidat de recours lors de l'élection présidentielle de décembre 1953, il renonça à se lancer, malgré l'accord de De Gaulle.

    Il fut ministre de la Défense nationale et des Forces armées du 19 zuin au 14 aout 1954  dans le gouvernement Pierre Mendès France et du 23 février au 6 octobre  1955 dans le gouvernement Edgar Faure.

    En  1956, il fut élu dans le Bas-Rhin à la tête d'une liste d'Union démocratique des Républicains sociaux  grâce à un apparentement mazoritaire en voix avec le MRP et l'Union des Indépendants et paysans.

    Il est mort le 2 septembre 1970 à Neuilly-sur-Seine

    Il fut élevé à la dignité de maréçal de France le 16 zuin 1984 à titre posthume par le président François Mitterrand, devenant le quatrième et dernier zénéral français élevé à cette dignité depuis la Libération, après de Lattre de Tassigny.

    « Nourson groom de grand magasinNourson à la lavallière (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :