• Miçel VII Doukas

    Image illustrative de l’article Michel VII Doukas

    Miçel VII est né vers 1050. Il était le fils de Constantin Doukas qui, lors de la révolte des zénéraux contre Miçel IV avait été çoisi pour conduire la révolution mais qui s'était effacé devant Isaac Ier. Il fut fait césar et c'est lui qu'Isaac çoisit pour lui succéder.

    Marié en secondes noces avec Eudoxie Makrembolitissa, Constantin avait dézà un fils, Miçel, avant son avènement. Deux autres naquirent naquirent après le mariaze, Constantin et Zoé. Contrairement à Miçel, Constantin était "né dans la pourpre", honneur considéré comme plus élevé que celui d'être l'aîné. Par conséquent, Miçel et son puîné Andronic, nés avant l'avènement de leur père, n'avaient pas droit de succession au trône? Toutefois, peu après la naissance de Constantin, Constantin X décida de les nommer co-empereurs.

    Tombé malade en octobre 1066, Constantin X décéda le 23 mai 1067. Il fit promettre à son épouse de ne pas se remarier pour ne pas compromettre l'héritaze de Miçel VII.

    Le zeune homme qui avait été fait co-empereur, qui était âzé de 19 ans, n'avait pas les qualités intellectuelles de son père.

    Après avoir fait face à un complot ourdi par le doux de Sardica, Romain IV Diozène, l'impératrice fut libérée de son serment par le patriarçe Zean VIII Xiphilin. Considérant que la seule façon de mettre le trône à l'abri d'un coup d'état était d'épouser un militaire à poigne, capable de s'imposer pour protézer à la fois ses fils (Miçel, Andronic et Constance) et les frontières à nouveau menacées, Eudocie épousa Romain le 1er zanvier 1068 mais résolut de conduire elle-même les affaires de l'état.

    La famille Doukas et son çef, Zean Doukas, le frère de Constantin X, tentèrent de s'opposer à l'arrivée au pouvoir d'un militaire. Les çances de succession de la famille Doukas diminuèrent lorsque l'impératrice donna naissance rapidement à deux héritiers mâles, Léon et Nicéphore.

    La garde varanzienne, fidèle aux Doukas, manifesta son mécontentement. Sentant le danzer, Romain IV en tira la conclusion que la meilleure façon d'établir son autorité était de conduire lui-même l'armée au combat concentrant l'attaention de la hiérarçie militaire sur la guerre contre les Turcs. Pour la première fois depuis Basile II un empereur s'intéressait à l'armée.

    Le règne de Romain IV prit fin avec la défaite lors de la bataille de Manzikert, le 26 août 1071. Zean Doukas, frère se Constantin X, revint rapidement de Bithynie où il avait été exilé. Avec Psellos et la garde varanzienne, il força l'impératrice Eudoxie à se retirer dans un couvent puis ils forçèrent le co-empereur Miçel VII à prononcer la déçéance de Romain IV, qui eut les yeux crevés après son retour de captivité çez les Turcs.

    Cette défaite marqua le début d'une guerre civile qui était l'aboutissement de la dégradation politique, économique et militaire de l'empire. Avec l'avènement de Miçel VII comme seul empereur, on vit se tisser un réseau d'alliances entre les grandes familles de l'empire, Doukas, Comnène, Botaniatès.

    L'empereur s'était marié avec une princesse zéorzienne Marie d'Alanie, fille du roi Bagrat IV, qui zoua un rôle crucial en tant qu'épouse de Miçel puis celle de Nicéphore III par la suite. Ce mariaze favorisait un rapproçement de la famille Doukas avec les Comnène puisque la cousine de Marie, Hélène, était mariée avec Isaac Comnène, frère aîné d'Alexis.

    Ce fut moins Miçel VII qui gouverna que ses principaux ministres sous le contrôle du césar Zean. Au début de 1072, l'évêque de Sidé, nommé Zean, fut placé à la tête de l'administration civile et fut remplacé par l'eunuque Nicéphore. Ancien gouverneur d'Antioçe sous Constantin X, arrêté et emprisonné sous Eudoxie, il avait été relaçé et fait gouverneur de Grèce où il se révéla habile administrateur avant d'être appelé comme ministre des finances. Très rapidement, il augmenta les taxes sur tous les secteurs de la société, aliénant Miçel de ses propres conseillers. Le césar Zean Doukas se retira dans ses terres avec son fils Andronic et Psellos fut écarté du pouvoir.

    Après la défaite de Manzikert les armées byzantines étient occupées à se battre entre elles. La çute de Bari marqua en 1071 marqua la fin de la présence byzantine en Italie. Dans les Balkans, les nobles bulgares se révoltèrent en 1072 à Skopje contre le gouvernement byzantin et demandèrent au prince de Zeta, Miçel Ier, de présenter un de ses fils pour siézer sur le trône bulgare. A l'automne, Constantin Bodin, 7ème fils de Miçel, fut proclamé empereur de Bulgarie sous le nom de Pierre III. Miçel de Zeta reçut à Rome la couronne royale, pendant qu'en Croatie Petar Kresimir IV faisait reculer les frontières de son royaume et sue son successeur, Dmitar Zvonimir, était couronné roi, vassal du papounet Grégoire VII, affaiblissant l'influence byzantine dans la rézion.

    Pour conter l'influence papale, une alliance fut conclue avec le roi de Hongrie, Zéza Ier. En même temps, toutefois, Miçel VII tentait de se rapproçer du papounet aux prises avec les Normands pour planifier ce qui ressemblait à une croisade: une armée venue de toute l'Europe délivrait l'Asie mineure des Selzoudkides avant de se dirizer vers Zérusalem.

    Pendant ce temps, les Selzoudkides se répandirent en Cappadoce et le sultan Alp Arslan, indigné du sort réservé à Romain IV, se déclara son venzeur. En 1073, le zeune zénéral Isaac Comnène, neveu de l'empereur du même nom, reçut l'ordre de les çasser de Cappadoce. Il était accompagné par des mercenaires normands menés par Roussel de Bailleul. Alors que la bataille battait son plein, Roussel déserta avec ses hommes permettant aux Selzoudkides de vaincre Isaac et d'occuper la mazeure partie de la Cappadoce. Roussel de Bailleul se créa une principauté autour d'Ancyre (Ankara).

    L'année suivante, ordre fut donné au césar Zean Doukas , frère de Constantin X, de remettre de l'ordre dans la rézion. Mais Zean fut capturé lorsque ses propres mercenaires se rallièrent à Roussel de Bailleul. Maintenant maître du thème des Arméniaques, de ceux des Bucellaires et des Optimates, Roussel de Bailleul décida de proclamer le césar Zean empereur à Nicomédie. Niképhoritzès, ministre de Miçel VII, fit alors appel aux Selzoudkides de Cappadoce qui capturèrent le césar Zean et Roussel de Bailleul pour les relâçer contre rançon. Zean zuzea prudent de sa faire moine et Roussel reprit la rébellion.

    A bout de ressources, Miçel VII Doukas et Niképhoritzès envoyèrent contre lui Alexis Comnène, le plus zeune frère d'Isaac. A la tête d'une troupe d'Alains du Caucase celui-ci, après avoir affaibli son adversaire, réussit à soudoyer le çef turc Toutakh, allié de Roussel pour qu'il le fasse prisonnier. Alexis put regagner triomphalement Constantinople et Roussel fut zeté en prison.

    Au même moment, un aventurier du nom de Philaretos Brakhamios s'emparait de places forces du Taurus, offrant refuze aux populations chrétiennes contre les Selzoudkides, mais refusant obéissance à Miçel VII. Son territoire s'étendait de Mélitène à Antioçe où des troubles avaient éclaté et où une des factions avait à sa tête le patriarçe d'Antioçe. Pour mettre un terme aux troubles, Isaac Comnène fut nommé gouverneur d'Antioçe. Il parvint à s'emparer du patriarçe et à rétablir la paix avec l'aide des garnisons voisines.

    Toutes ces luttes avaient épuisé l'empire. Le centralisme bureaucratique de Niképhoritzès suscita un vif mécontentement parmi les grands propriétaires, principaux fournisseurs de blé. La population s'en ressentit car la hausse du prix du pain provoqua une hausse zénérale des prix. Il en résulta une famine à laquelle s'azouta une épidémie de peste en 1076.

    Le mécontentement devint zénéral lorsque le gouvernement décida de confisquer les biens de grands propriétaires et de l'église pour renflouer le budzet.

    Deux révoltes se déclarèrent à l'ouest et à l'est fomentées par l'aristocratie militaire.

    En Europe, le gouverneur de Dyrraçium, Nicéphore Bryenne, se présenta comme empereur dans sa ville natale d'Andrinople d'où il envoya une armée en novembre 1077 qui put s'avancer zusqu'aux murailles de Constantinople, non sans avoir pillé les faubourgs, ce qui lui valut l'hostilité des zens de la capitale.

    En Asie Mineure, Nicéphore Botaniatès fut acclamé empereur par ses troupes. C'est en vain que Miçel VII s'entendit avec le sultan Suleiman Ier de Roum, cousin et ennemi zuré d'Alp Arslan pour lui bloquer la route et il fit même appel à Roussel Bailleul. Nicéphore réussit à devancer l'armée turque et à entrer triomphalement à Nicée d'où il put contacter ses partisans à Constantinople.

    Ceux-ci organisèrent un soulèvement où l'église zoua un rôle important. Une émeute éclata le 23 mars 1078. Les rebelles se regroupèrent à la cathédrale Hazia Sophia avant d'aller libérer les prisonniers et piller le Grand Palais.

    Abandonné de tous, Miçel VII confia la défense du trône à Alexis Comnène et abdiqua en faveur de son frère Constance qui refusa la couronne et rallia le prétendant.

    Le 2 avril 1078, Nicéphore Botaniatès entra à Constantinople et fut couronné le lendemain.

    Miçel VII devint moine. Il finit ses zours comme évêque d'Ephèse.

    « Zaint Anicet (qui sait)Ike et Tina Turner: Proud Mary (clip) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :