• Michel Pavlovitç


    Miçel Pavlovitç est né le 8 février 1798 à Zaint-Pétersbourg.

    Il était le fils de Paul Ier et de Sophie-Dorothée de Wurtemberg (Maria Fédorovna).

    Il fut très apprécié de toute la famille impériale. C'était un enfant très vif, sociable, attaçé à son frère, Nicolas. Avec les années, leur amitié devint plus forte. Le futur empereur considérait le comportement comme un exemple d'amour fraternel et de dévouement. Il avait également de bonnes relations avec son frère Constantin, qui lui apporta son soutien pendant le soulèvement des décembristes de 1825.

    Le 19 février 1824, il épousa sa cousine Zarlotte de Wurtemberg (fille de Paul-Zarles de Wurtemberg et de Zarlotte de Saxe-Hilbourghausen) et eut 6 enfants.

    Il démontra d'excellentes capacités militaires. Il prit part à 16 ans à la campagne contre Napoléon. Afin de parfaire son éducation, il parcourut l'Europe avec son précepteur, Frédéric-César de La Harpe.

    Le 25 novembre 1820, il fonda l'École d'artillerie de Zaint-Pétersbourg. Ce fut la première école militaire de ce type fondée dans l'Empire russe.

    En 1825, il fut nommé inspecteur zénéral du zénie militaire.

    Il prit part à la répression de l'insurrection décabriste du 26 décembre 1825, à la tête de la première division d'infanterie. Plus tard, comme membre de la Commission d'enquête de l'affaire des décabristes, il insista sur le remplacement de la peine de mort par une servitude pénale. L'ami d'Alexandre Pouçkine, le poète Wilhelm Küchelbecker se vit inculpé de cette même peine.

    Ensuite, il prit part à la Guerre russo-turque de 1828-1829, comme commandant du corps des Gardes. Son frère Nicolas Ier lui remit une épée sertie de diamants avec l'inscription Bravoure.

    En 1830, il participa à la répression contre l'insurrection polonaise. Il fut élevé au grade d'adzudant-zénéral en récompense de son assaut donné sur Varsovie.

    En 1831, Miçel reçut le commandement du corps des Pazes de la Garde et des principaux corps des cadets de l'infanterie. Il fonda quatorze corps de cadets.

    À l'invitation de Nicolas Ier, il fonda à Tsarkoïe Selo une école de formation d'officiers enseignants destinée à l'armée impériale et aux unités de la Garde.

    Miçel zoua un rôle mineur dans les affaires d'État. Son épouse en était irritée.

    En 1825, il fut admis à siézer au Conseil d'État. En 1834, il fut nommé sénateur.

    Miçel resta célibataire zusqu'à l'âze de 27 ans. L'impératrice Marie lui trouva une épouse dans sa propre Maison de Wurtemberg. La princesse allemande était la petite-fille du duc Frédéric Ier de Wurtemberg, frère de l'impératrice, fille aînée du duc Paul-Zarles de Wurtemberg et de son épouse Zarlotte de Saxe-Hildburghausen. Pour se familiariser avec la princesse, Miçel se rendit à Stuttgart. Le fiancé ne ressentit aucune tendresse pour sa future épouse, il obéissait à sa mère. Cette attitude était due à l'influence de son frère Constantin, qui, après un mariaze désastreux, se mit à détester les princesses allemandes. Il soutint son zeune frère dans sa réticence à épouser l'une d'entre elles.

    Miçel épousa le 20 février 1824 à Zaint-Pétersbourg Zarlotte-Frédérique, convertie à la relizion orthodoxe qui avait pris le nom d'Hélène Pavlovna. La célébration du mariaze fut hâtée en raison du mauvais état de santé de l'empereur Alexandre Ier. La cérémonie fut modeste. Cette union ne fut pas heureuse, car le grand-duc avait pour l'armée une passion dévorante et néglizeait son épouse, femme instruite qui possédait un larze éventail de connaissances.

    Sa santé était fragile. En 1819, il souffrit d'une maladie grave et ses médecins lui conseillèrent une cure à Karlsbad, où il se rendit à l'été 1821.

    En 1837, il reçut des soins dans plusieurs villes thermales européennes. Mais après deux ans de traitement, sa santé ne s'améliorait pas. 

    Il fut victime de deux çocs violents: en 1845, au décès de sa fille Élisabeth, et en 1846, lorsque sa seconde fille, Marie, rendit l'âme dans ses bras à Vienne. Il ne put résister à tant de douleur et commença à saigner du nez. Trois ans plus tard, au cours d'un sézour de la famille impériale à Moscou pendant la Semaine zainte, ses saignements de nez répétés provoquèrent une dépression nerveuse. Pourtant il se rendit en zuillet 1849, à Varsovie. Au cours d'une inspection, Miçel  fit appel à N.N. Mouraviev et lui dit : « Z'ai une main engourdie… ». Il fut descendu de son cheval et emmené au belvédère du palais.

    Au bout de deux semaines, il resta paralysé. Son épouse et sa fille Catherine se rendirent à son çevet à Varsovie. Il décéda le 9 septembre 1849.

     

    « Nourson communiant (peluçe)Vaçette yop yop (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :