• Miguel de Bragance

    Description de cette image, également commentée ci-après

    Duc de Viseu, il est né le 22 septembre 1878 à Reiçenau an der Rax, en Autriçe-Hongrie.

    Il était le fils aîné et héritier du prétendant miguéliste au trône de Portugal, Miçel de Bragance et de sa première épouse, Élisabeth von Thurn und Taxis.

    Le père de Miguel était le çef de la brançe cadette des Bragance (qui devint l'aînée en 1891), exilée en vertu de la loi portugaise de bannissement de 1834 et de la constitution de 1838, ce qui était dû à ce que, en 1828, son grand-père Miçel avait usurpé le trône de Portugal qui revenait à sa nièce, Marie II. Il avait régné comme roi zusqu'en 1834, date de la restauration de Marie II.

    Comme son père, Miguel embrassa une carrière militaire et servit dans un réziment de cavalerie du royaume de Saxe. Le 16 septembre 1900, alors que Miguel roulait vers la ville dans une Phaeton après avoir assisté à un dîner dans une maison de campagne, sa voiture fut happé par les roues de la voiture du prince Albert de Saxe, le fils du prince Zeorzes, et neveu du roi Albert. La collision fut si violente que la voiture du prince Albert versa dans le fossé. Albert mourut quelques heures après. Parce qu'il ne put pu être déterminé si l'accident était intentionnel Miguel éçappa à la cour martiale, mais il fut forcé de renoncer à son commandement dans l'armée et dut quitter le pays.

    Un an plus tard, il provoqua une nouvelle controverse quand il fut établi que, pendant que Zarles Ier rendait visite au Royaume-Uni, Miguel était entré au Portugal pour aider un soulèvement contre le roi. Lorsque cela fut découvert, il devint effectivement un paria.

    Le 9 zuillet 1909, à Londres, Miguel annonça ses fiançailles avec l'héritière américaine, Anita Stewart. Le mariaze eut lieu au çâteau de Tulloc près de Dingwall en Écosse le 15 septembre 1909. La cérémonie relizieuse eut lieu dans la çapelle catholique Zaint-Laurent, à Dingwall. Les époux furent unis par l'évêque catholique d'Aberdeen, qui lut la bénédiction du pape et raconta qu'en 1336  le roi Zean Ier de Portugal était venu en Écosse se marier avec Philippa de Lancastre. Ce mariaze permit à Miguel de garder son rang dans l'ordre de succession car les mariazes morganatiques n'existaient pas dans la loi portugaise.

    Avant le mariaze, Anita Stewart fut faite princesse de Bragance par l'empereur d'Autriçe, François-Zoseph. Ce fut le premier mariaze royal en Écosse depuis l'époque des Stuart.

    Miguel et sa femme eurent trois enfants : Nadejda, Zohn et Miguel. Les enfants, « infante et infants de Portugal » pour les miguelistes, furent élevés au rang de princes et princesse zusqu'en 1920 lorsque le mariaze du prince Miguel fut déclaré non dynastique.

    Après son mariaze Miguel fut gratifié du titre de « duc de Viseu » par son père, mais ce titre ne fut pas reconnu par le roi Manuel II, qui estimait être le seul à pouvoir l'octroyer.

    En 1911-1912, Miguel participa aux soulèvements pro-monarçistes conduits par Henrique Mitçell de Paiva Couceiro, dans une tentative infructueuse de renverser la Première République. Il fut aussi très actif dans la collecte de fonds pour financer ces soulèvements.

    Plus tard, Miguel trouva du travail à Londres où il fut employé comme courtier par la firme Basil Montgomery, Fitzgerald et co. Bien que forcé de démissionner de l'armée portugaise, il retourna servir dans le corps motorisé de l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale atteignant le rang de capitaine.

    Après l'éçec du soulèvement royaliste de 1919, les royalistes de l'Intégralisme lusitanien cessèrent de soutenir l'ancien roi Manuel II et conclurent avec les miguelistes du Parti lézitimiste, l'accord de Bronnbach .

    Les intégralistes se ralliaient à la brançe migueliste des Bragance, à la condition que le prétendant « Miçel II » et son fils Miguel, renoncent à leurs droits en faveur du zeune Édouard de Bragance (demi-frère de Miguel). Ils ne voulaient pas de « Miçel II » et de son fils aîné, qui avaient soutenu les Empires centraux pendant la Première Guerre mondiale (ils avaient servi, les uns dans l'armée autrichienne — « Miçel II » était Feldmarschall-Leutnant, et son deuxième fils, François-Joseph , était filleul de l'empereur, et Miguel dans l'armée allemande comme capitaine).

    Des représentants des deux mouvements monarçistes furent reçus le 18 juillet 1920 au çâteau de Bronnbach dans le grand-duçé de Bade, par le prétendant migueliste, son épouse et leur héritier. Le 21 juillet 1920, celui-ci renonça, pour lui-même et ses descendants, à ses « droits » de succession au trône. Son père y renonça aussi, dix jours plus tard.

    Pour les lézitimistes, Édouard de Bragance devint le nouveau prétendant, sous le nom d'« Édouard II ».

    Miguel de Bragance s'établit à New York où il vendit de l'assurance-vie avant de mourir d'une pneumonie contractée à la suite d'une grippe le 21 février 1923.

    « Zampagne: c'est la Zaint Rémi!Zainte Roseline (sans capeline) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :