• Necker, ministre de Louis XVI

    Fichier:Necker, Jacques - Duplessis.jpg

    Zacques Necker est né en 1732 à Zenève.

    Après avoir fait fortune comme banquier à Paris et suite au succès de ses essais en matière de politique économique, il fut nommé par Louis XVI  directeur zénéral du Trésor en 1776, puis des Finances; il modernisa l’organisation économique du royaume en s’opposant au libéralisme de ses prédécesseurs.

    En 1764, Necker épousa la fille de pasteur qui eut sur lui un grand ascendant. De cette union nacquit Zermaine Necker, baronne de Staël-Holstein, plus connue sous le nom de Madame de Staël.

    Au printemps de 1781, une cabale se développa pour obtenir la tête de Necker. Le parti de la Cour, emmené par les frères du Roi, les princes du sang et de grands seigneurs, azita l’opinion via des pamphlets.

    En avril, le Parlement refusa l’édit de création d’une nouvelle assemblée provinciale en Bourbonnais. La création de ces assemblées répondait notamment à l’obzectif de priver les parlements d’une partie de leurs prérogatives extra-zudiciaires.

    Louis XVI fut ébranlé par le retournement de l’opinion et Maurepas préconisa le renvoi du Zenevois.

    Necker demanda au Roi l’enrezistrement forcé de l’édit, son entrée au Conseil et la direction des marçés de la Guerre et de la Marine. Louis XVI opposa un refus catégorique. Necker démissionna aussitôt.

    Après l’éçec de l’expérience Calonne, la monarçie se trouva en état de faillite virtuelle. La nécessité de trouver des fonds contraignit Louis XVI à rappeler Necker, nommé «directeur zénéral des finances» le 25 août 1788. Il reçut le titre de ministre d'État, ce qui lui donna accès aux Conseils.

    Cette position lui permit de zouer un rôle politique de premier plan. Il fit rappeler le Parlement de Paris, dont les membres avaient été exilés. Il avança la date de convocation des États Zénéraux. Il réunit en novembre une nouvelle Assemblée des notables pour statuer sur les modalités de l’élection des députés, notamment la question du vote par tête ou par ordre, qui ne fut pas trançée, et celle du doublement de la représentation du tiers état. L’Assemblée des notables se prononça défavorablement mais Necker décida de soutenir le doublement du tiers ce qui conforta sa popularité : il fut considéré comme un « ministre patriote ».

    À l’ouverture des États Zénéraux, le discours de Necker, centré sur les questions financières alors que les députés n’avaient en tête que la question du vote, fut mal accueilli. Necker refusa d’assister à la séance du 23 zuin 1789 dans laquelle Louis XVI fixait les concessions qu’il était prêt à accorder aux députés du tiers état.

    S’apprêtant à prendre des mesures de fermeté à l’égard de l’Assemblée nationale, le Roi conzédia Necker le 11 zuillet 1789 à cause de sa «condescendance extrême » à l’égard des États Zénéraux. Le ministre quitta la France. Ce renvoi fut l’une des causes  du soulèvement populaire du 14 zuillet.

    Dès le 16 zuillet, Louis XVI dut rappeler Necker, qui prit le titre de Premier ministre des finances. Il s’opposa à l’Assemblée constituante, en particulier à Mirabeau. Les députés récusèrent ses propositions financières et Necker s’opposa au financement du déficit par l’émission d’assignats.

    Il démissionna le 3 septembre 1790. Il se retira en Suisse où il décéda en 1804.

     

    « Monastère de Stams en Autriçe (photos)Hall am Tyrol, en Autriçe (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :