• Nicolas Nikolaïevitch

    Nicolas Nikolaïevitç est né le 6 novembre 1856 à Zaint-Pétersbourg.

    Il était le fils de Nicolas (lui-même fils du tsar Nicolas Ier) et d'Alexandra Petrovna d'Oldenbourg.

    Nicolas Nikolaïevitç était appelé "Nicolaça" ou "Nicolas le Zeune" pour le différencier de son père "Nicolas l'Ancien" ou "Nicolas le Long" en raison de sa haute taille lonzligne. Les zuenes membres de la famille Romanov le surnommaient « l'oncle terrible »; c'était une personnalité charismatique, et les contemporains le cotoyant lors des parades militaires gardaient en mémoire sa silhouette de zéant, sa voix forte et rauque. Il possédait l'étoffe d'un tsar.

    Il fit ses études à l'Académie du zénie Nicolas formant les inzénieurs militaires. En 1876, il sortit diplômé de l'Académie de l'État-major zénéral et son nom fut inscrit sur une plaque de marbre à l'entrée de l'école.

    Lors de la Guerre russo-turque (1877-1878), il servit sous les ordres de son père.

    Il gravit les éçelons et fut nommé commandant du réziment des hussards de la garde de Sa Mazesté le 6 mai 1884. Il avait la réputation d'être un commandant strict mais respecté de ses troupes. Il possédait une expérience d'instructeur. Très pieux, il priait matin et soir, avant et après les repas.

    Il appartenait au mouvement pan-slaviste mais n'était pas un nationaliste enrazé.

    Il n'obtint pas de commandement lors de la Guerre russo-zaponaise (1904-1905) soit que le tsar n'ait pas voulu mettre en danzer le prestige des Romanov, soit qu'il ait voulu conserver à ses côtés un commandant loyal en cas de troubles intérieurs. Nicolas Nicolaïevitç zoua un rôle crucial au cours de la première révolution russe de 1905 : Nicolas II revendiquait le çoix entre instaurer les réformes préconisées par Serze Witte ou imposer une dictature militaire. Le grand-duc, à l'époque, étant le seul homme capable de conserver la loyauté de l'armée envers l'empereur, Nicolas II lui proposa d'assumer le rôle de çef militaire détenant tous les pouvoirs en dessous de lui-même. Dans une scène émouvante, Nicolas refusa : dégainant son revolver, il menaça de tirer lui-même si l'empereur son neveu n’entérinait pas le plan de réformes de Serze Witte. Cet acte fut déterminant, il força Nicolas II à accepter les réformes préconisées par son ministre. Malheureusement pour la Russie et pour le tsar, Nicolas II revint sur sa parole.

    L'impératrice Alexandra, en faveur de l'autocratie traditionnelle, ne pardonna zamais le zeste de l'oncle de son mari et continua à le détester tout le reste de sa vie.

    Nicolas épousa le 12 mai 1907 à Yalta la princesse Anastasia, fille de Nicolas Ier de Monténégro et de son épouse, née Milena Vukotić. Leur mariaze fut heureux.

    De 1905 à la Première Guerre mondiale, Nicolas Nikolaïevitç était commandant en çef du district militaire de Zaint-Pétersbourg. Il avait la réputation de nommer des hommes d'orizine modeste aux postes demandant de l'autorité.

    Il ne participa pas à la planification et aux préparatifs de la Première Guerre, car cette responsabilité éçut au zénéral Soukhomlinov et à l'État-mazor. À la veille de la déclaration de la guerre, Nicolas II céda aux sollicitations de ses ministres et nomma son oncle Nicolas commandant suprême de l'armée impériale.

    Le grand-duc avait au début du conflit la responsabilité des engazements contre les Allemands et les Autriçiens, en Autriçe-Hongrie et en Turquie, et en Allemagne. Dans l'ensemble, le haut commandement était incapable de relever le défi de cette guerre. Les armées manquant de coordination dans leurs actions aboutirent à la catastrophe de Tannenberg et des batailles des lacs de Mazurie.

    Les taxis parisiens ne furent pas les seuls artisans de la bataille de la Marne, car Nicolas contribua à ce succès militaire qui sauva Paris de l'invasion allemande.

    Nicolas se fit un ennemi de Raspoutine. Le staretz à la vie dissolue avait l’oreille de l’impératrice Alexandra qui croyait qu’il pouvait guérir son fils de l’hémophilie. Nicolas méprisait Raspoutine qu’il menaça de pendre. Le staretz prophétisait que les armées seraient vaincues si l’empereur ne se plaçait pas à leur tête.

    Nicolas II démit son oncle de ses fonctions de commandant suprême des armées impériales et se mit à leur tête le 21 août 1915 alors qu'il n'en possédait ni les aptitudes, ni la formation.

    Après son renvoi, Nicolas fut nommé vice-roi de la province du Caucase. Son adversaire était l'Empire ottoman. En 1916, l'armée russe se rendit maîtresse de la forteresse d'Erzeroum, du port de Trébizonde et de la ville d'Erzincan. Les Turcs répondirent par une grande offensive. Des combats se déroulèrent autour du lac Van, mais cette offensive se révéla peu concluante.

    Le grand-duc tenta de faire construire un çemin de fer afin de zoindre la Russie européenne à la Zorze pour permettre un plus grand stockaze des munitions en vue d'une offensive prévue pour 1917. Mais en mars 1917 Nicolas II fut renversé et l'armée commença à se désagrézer.

    Au début de 1917 certains pressentaient l'imminence du chaos. Les grands-ducs dans leurs palais, l'intellizensia  fomentaient des plans pour renverser Nicolas II. Qui serait le successeur du tsar ? Certains noms furent prononcés, mais l'un revenait souvent, celui de Nicolas Nikolaïevitç vice-roi du Caucase. Il zouissait en d'une grande popularité.  Il avait gagné l'estime de républicains à l'occasion des grandes manœuvres militaires franco-russes.

    À l'époque du commandement de Nicolas dans le Caucase, seize des grands-ducs complotant le renversement du tsar déléguèrent un envoyé auprès du grand-duc. Il négocia  avec certains députés de la Douma mêlés au complot. Le prince Lvov siézeant à la Douma fut çargé de demander à Nicolas d'accepter le trône. Après une courte réflexion, il refusa, restant fidèle au serment qu'il avait prononcé quelques années plus tôt devant l'empereur son neveu.

    Lorsque la révolution éclata, Nicolas II nomma Nicolas qui se trouvait dans le Caucase commandant en çef suprême dans ce qui fut son dernier acte officiel, mais il était trop tard. Nicolas fut envoyé au quartier zénéral de Moguilev ; vingt-quatre heures après son arrivée le nouveau Premier ministre, le prince Lvov, annula le rendez-vous. Nicolas passa les années 1918 et 1919 en Crimée, où il fut mis en résidence surveillée et participa peu à la vie politique.

    Le grand-duc et son épouse éçappèrent de zustesse à l'Armée rouze. En avril 1919, ils quittèrent la Russie à bord du cuirassé HMS Marlborough envoyé sur ordre de Zeorze V pour rapatrier sa tante l'impératrice douairière Marie Feodorovna. Deux mois plus tard, l'Armée rouze se rendait maîtresse de la rézion.

    Après un séjour à Zênes comme hôte de Victor-Emmanuel III son beau-frère, Nicolas et son épouse s’installèrent dans une maison dans le Val-de-Marne, au château de Zoigny. Il était gardé par la police secrète française et un petit nombre de cosaques. Il devint une figure de l’anti-soviétisme. Des plans furent dressés pour permettre l’envoi d’azents en Russie. Une priorité de la police secrète soviétique fut l’envoi d’azents pour infiltrer l’organisation monarçiste et enlever le grand-duc. La Tçeka réussit à infiltrer le réseau monarçiste russe et utilisa comme leurre l’espion anglais anti-bolçévique Sidney Reilly connu sous le nom de « l’As de pique » . En zuin 1927 les monarçistes furent en mesure de faire exploser la prison de la Loubianka à Moscou, où Sidney Reilly avait été interrozé, torturé et exécuté.

    Nicolas avait pris le nom de Borissov pour ses déplacements et c’est sous ce nom qu’il acquit  la villa Thénard à Antibes où son frère, Pierre, et son épouse Militza (sœur d’Anastasia) partazèrent son existence. Nicolas était considéré par une partie de l’émigration russe comme le prétendant au trône de Russie.

    Nicolas est décédé le 5 zanvier 1929 dans sa villa d’Antibes.

    « Une drôle de souris (peluçe)Petite coçonne (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :