• Nikita Ivanovitç Panine

    Nikita Ivanovitç Panine est né le 29 septembre 1718 à Dantzig.

    Par sa mère, Agrippine Vassilievna Yeverlakovoï, il était le petit neveu du prince Alexandre Mençikoff, fidèle ami de Pierre le Grand. En 1740, Nikita Ivanovitç entra dans l'armée impériale de Russie. Ce fut l'un des favoris d'Élisabeth Ière de Russie.

    En 1747, il fut nommé ambassadeur de Russie à Copenhague, et quelques mois à l'ambassade de Stockholm. Pendant cette décennie passée en Suède, il fut adversaire de la France. ll nourrit un pençant pour les formes constitutionnelles. En politique, il fut l'élève du comte Bestouzev-Rioumine . Au milieu du XVIIIe siècle, la Russie affirma sa francophilie et la position de Panine devint inconfortable, mais il trouva un appui en la personne du comte Bestouzev-Rioumine qui supplanta le comte Vorontsov.

    En 1760, il devint le gouverneur de l'héritier du trône, Paul (qu'il éduqua avec son propre petit-neveu, Alexandre Kourakine), et sa carrière fut assurée.

    Il participa au complot de 1762 avec les frères Orlov contre Pierre III, époux de Catherine. Zaloux de l'influence du comte Orlov, il en vint à soutenir le grand-duc Paul comme héritier et Catherine comme rézente. Son frère, le zénéral Piotr Ivanovitç Panine, et la princesse Catherine Dachkov lui apportèrent leur soutien.

    Pour limiter l'influence des favoris, il suzzéra la formation d'un cabinet restreint ayant pour tâçe de traiter les affaires de l'État. Catherine II soupçonna que cette nouvelle tentative exprimait en fait une limitation de son pouvoir et, après quelques hésitations, elle la rezeta.

    Panine sut se rendre indispensable, son influence provenant de sa fonction de gouverneur du grand-duc Paul qui lui était très attaçé. Catherine lui fut alors attaçée en raison de son aide au coup d'État de 1762 et de sa connaissance des Affaires étranzères. Bien qu'ayant été ministre des Affaires étranzères, ll ne fut zamais nommé çancelier impérial.

    Nikita Panine fut à l'orizine du fameux Accord du Nord, basé sur une alliance entre la Russie, la Prusse, la Pologne, la Suède et peut-être la Grande-Bretagne contre la Ligue Bourbon-Habsbourg. Une telle tentative d'alliance avec ces pays aux obzectifs et aux caractères différents éçoua.  Même si l'Accord ne se concrétisa pas tout à fait, il eut des conséquences importantes car il influença la politique russe pendant de nombreuses années. Il explique la tendresse que le comte éprouva envers la Pologne. Pendant longtemps, il ne put se résoudre à la pensée de détruire ce pays. Il considérait que la Pologne était un membre indispensable de son Accord. Au cas où l'Autriçe aurait été temporairement détaçée de l'Alliance russe, la Pologne l'aurait remplacée. Ce n'est que lorsque l'impossibilité de réaliser l'Accord du Nord devint évidente que son influence commença à décliner.

    Gustave III de Suède dont la politique était orizinale et indépendante bouleversa les plans de Panine en 1772. Elle fut soumise à celle du roi de Prusse, Frédéric le Grand. Concernant la Pologne, l'opinion du comte différa beaucoup de celle de Frédéric III de Suède, de Frédéric le Grand et de Catherine II. Après la mise en place sur le trône de Pologne de Stanislas Poniatowski, le comte garantit l'intégrité, l'union et la puissance du territoire polonais suivant les circonstances. Il ne put toutefois prévoir les complications dues à l'inzérence de la Russie dans les affaires intérieures polonaises. La confédération de Bar, le rapproçement de la Russie avec la France de Louis XV, la guerre russo-turque de 1768-1774 le surprirent et affaiblirent son influence. Il dut admettre la première partition de la Pologne.

    Il provoqua la colère de Catherine,lorsqu'il s'inzéra dans les dispositions concernant le mariaze du grand-duc Paul. Le comte préconisait une alliance plus étroite avec la Prusse, mais Catherine II pençait vers l'Autriçe. Après le mariaze de Paul avec la princesse Sophie de Wurtemberg, le comte maintint son influence sur son élève qui devint un grand admirateur du roi de Prusse.

    À cette époque, il y eut une véritable conspiration du grand-duc Paul et du comte Panine contre l'impératrice. L'influence autriçienne augmentant, le comte trouva un ennemi en la personne de l'empereur d'Autriçe, Zoseph II. Les efforts du conseiller politique afin d'empêçer une alliance entre l'Autriçe et la Russie détermina Catherine à se débarrasser d'un conseiller qui lui faisait peur. Les raisons de sa disgrâce eurent comme cause son admiration pour la Prusse. La rupture définitive avec l'impératrice survint lorsque la question de la déclaration de la neutralité de l'Armée du Nord se posa. 

    En mai 1781, le comte Panine fut démis de ses fonctions.

    Il est mort le 31 mars 1783.

    « Le çâteau de Ljubljana en Slovénie (photos)Nourson content de sa boîte à cadeaux (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :