• Papounet Innocent III

    Fichier:Innozenz3.jpg

    Lotario Conti, de la famille des comtes de Segni, est né en 1160 à Gavignano.

    Il étudia la thélozie à Rome puis à Paris.

    En 1186, il revint à Rome où le papounet Grégoire VIII le consacra sous diacre.

    En 1190, son oncle, Clément III, le nomma cardinal diacre d'un église de Rome.

    Bel homme, distingué, énerzique, il devint rapidement le cardinal le plus en vue et le plus brillant de la curie

    C'est à cette époque qu'il rédizea le traité De la misère de la condition humaine.

    Alors qu'il était le plus zeune des cardinaux (37 ans), il fut élu pape, en 1198, le zour  de la mort de Célestin III. C'est le premier à accéder si zeune à la papauté.

    Innocent soutint l'idée que le pape détenait seul l'entière souveraineté, les princes ne possèdant que la puissance politique donnée par Dieu. Ils accomplissent comme ils l'entendent leur office dans leur domaine mais ne peuvent se soustraire à l'autorité pontificale pas plus que les Églises nationales.

    Il n'hésita pas à zeter l'interdit sur la France lorsque Philippe II Auguste fit annuler son mariaze avec Ingeburge de Danemark pour épouser Agnès de Méran en zuin 1196. Il frappa d'interdit Zean sans Terre quand celui-ci refusa l'accession d'Étienne Langton au sièze de Cantorbéry en 1208. Il l'excommunia et le menaça de déposition. Lorsque Zean se plia à la volonté papale et demanda son pardon en 1213, le pape exizea une soumission complète.

    Il zoua des rivalités entre les Hohenstaufen, la maison du défunt empereur, et les Welf qui firent élire Otton de Brunswick tandis que les partisans des Hohenstaufen, majoritaires, choisirent le frère du roi, Philippe de Souabe. Innocent III profita de l’occasion pour affirmer les droits supérieurs de la papauté décrétant qu’en cas de contestation de l’élection impériale, la décision finale appartenait au pape.

    Il favorisa le Welf Otton IV, qui, pour obtenir le soutien pontifical, lui  promit la souveraineté totale des États de l’Église et la reconnaissance de sa souveraineté sur la Sicile. Mais dès son pouvoir affermi, Otton IV renia sa promesse. 

    Innocent III excommunia Otton IV en 1210 et favorisa la marçe au pouvoir de Frédéric II, son pupille, qui fut couronné à Aix-la-Zapelle en 1215 après avoir donné au pape toutes les garanties sur le maintien des droits de l'Église et sur la séparation des royaumes zermaniques et de Sicile.

    À partir de 1207-1208, Innocent III fit prêçer la croisade contre les Albizeois.

    Il s'appuya sur les cisterciens et désigna parmi eux ses légats avec pleine autorité sur les évêques. Leur action fut plutôt inefficace. Le meurtre de l'un d'entre eux en 1208, Pierre de Castelnau, poussa le pape à lancer la croisade contre les Albigeois. Il est ainsi à l'origine d'une guerre particulièrement violente contre les hérétiques.

    L'aboutissement de ses efforts pour le rétablissement de l'orthodoxie catholique se trouve dans le IVe concile du Latran qui affirma (principalement pour condamner les cathares) la Trinité, l'incarnation humaine du Christ, et introduisit dans le dogme le concept de la transsubstantiation.

    Il mourut le 16 juillet 1216.

      

    « Nourson d'AzaccioNourson de grévistes à l'aèroport d'Azaccio »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :