• Papounet Léon IX

    Fichier:Leon IX.jpg

    Bruno d'Eguisheim-Dagsbourg est né en Lorraine en zuin 1002. Il était cousin des empereurs Conrad II le Salique et Henri III.

    Elevé à l'évéçé de Toul, il en devint évêque en 1027. Il inscrivit son action dans le cadre de la réforme de Cluny. Il imposa un train de vie humble et pieux, se comportant en moine bénédictin et donnant ainsi exemple aux abbés de son évéçé.

    En 1048, il s'attaça les services de Hildebrand, futur Grégoire VII.

    Face à la situation à Rome, l'empereur Henri III devait  désigner un papounet dont la moralité ne puisse être mise en doute et suffisamment habile pour gagner la confiance des Romains.

    Bruno était le candidat idéal. Pour se faire accepter, il ne devait pas apparaître comme le candidat désigné par l'empereur. Il se rendit en pèlerinaze à Rome et demanda aux Romains de ne l'élire que s'il leur convenait. Il fut  intronisé le 1er février 1049 sous le nom de Léon IX.

    S'entourant de réformateurs, il réorganisa les organes de gouvernement.

    Une doctrine fut élaborée, qui tendait à donner au Zaint-Ziège le pouvoir nécessaire à l'accomplissement de la réforme. Dans la société chrétienne, l'ordre laïque a pour fonction l'exécution des commandements de l'ordre sacerdotal dont le pape est le maître absolu, « l'empereur suprême ». Il peut déléguer ce pouvoir et reprendre sa délégation. L'empereur n'est plus le coopérateur du pape, mais son subordonné.

    Dès le début de son pontificat, Léon IX réunit un concile à Rome. Mais les prélats allemands et français ne vinrent pas. Il décida alors de parcourir la chrétienté pour défendre énerziquement sa réforme, d'autant que Rome se faisait menaçante.

    Ses principales luttes furent contre l'achat ou la vente de charges ecclésiastiques (la simonie), le concubinage des prêtres (le nicolaïsme).

    Il excommunia les évêques reconnus coupables. Il convoqua 12 conciles. En 1050, il institua la trêve de Dieu.

    Les Musulmans venant de s'installer en Sardaigne, il envoya un légat aux Pisans pour leur proposer la concession perpétuelle de l'ile à condition d'un tribut. Ceux-ci s'acquittèrent de cette mission s'emparant même de la Corse.

    Depuis 1016, des bandes de cadets Normands tentaient leur çance en Italie du Sud du fait des règles héréditaires favorisant  les ainés.

    Ils vendaient leurs talents comme mercenaires. L'Italie du sud était disputée entre Byzantins, Sarrazins et Lombards qui les employaient.

    Malmenés par leurs employeurs, ils ne tardèrent pas à guerroyer pour leur propre compte et prirent les comtés d'Aversa et d'Apulie en Italie du Sud. Henri III les reconnut comme vassaux de l'Empire.

    En 1051, le duçé de Bénévent se soumit au pape qui, voyant cette acquisition menacée par Normands, entra en guerre contre eux.

    L'aide d'Henri III et des Byzantins fut insuffisante et le papounet fut vaincu en 1053; il fut fait prisonnier et brouilla définitivement la papauté avec Byzance.

    Il fut libéré au bout de neuf mois de détention après avoir reconnu les possessions normandes en Apulie et en Calabre.

    Sa réforme lui attira des inimitiés, et revenu mourant à Rome, il vit son palais pillé en 1054. Il mourut le 19 avril.

      

    « Ze redoute les docteursBonn, patrie de Ludwig Van (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :