• Papounet Zules II

    Fichier:Pope Julius II.jpg

    Zuiliano della Rovere est né en décembre 1443 près de Savone.

    Il gravit les éçelons ecclésistiques grâce à son oncle Sixte IV.

    En 1474, il conduisit les troupes pontificales lors d'une campagne militaire pour ramener l’ordre à l’intérieur des États du Pape.

    Il fut arçevêque d'Avignon, légat du papounet. Il eut trois filles et contracta la syphillis!

    En 1492, à la mort d' Innocent VIII, Rodrigo Borzia, son ennemi personnel, réussit à se faire élire sous le nom d’Alexandre VI. Jaloux et fâçé de son éçec, Della Rovere accusa le nouveau papounet d’avoir açeté des voix, dont celle du cardinal Sforza qui, après s’être présenté, s’était finalement rallié au cardinal Borzia.

    Craignant pour sa vie, il partit en France à la cour de Zarles VIII qu'il convainquit de mener une campagne militaire en Italie afin de déposer Alexandre VI et de récupérer le Royaume de Naples. Accompagnant le zeune roi, il entra dans Rome avec lui fin 1494 et se prépara à lancer un concile pour enquêter sur les azissements du pape en vue de le déposer. Mais Alexandre VI parvint à dézouer la maçination.

    Après la mort d'Alexandre VI et le très court pontificat de Pe III, il fut élu papounet en novembre 1503.

    Zules II voulut faire de l'état pontifical une grande puissance. Il utilisa la force, participant lui-même à des campagnes et des armes spirituelles.

    Dans un premier temps (1503-1509), il rétablit son autorité sur les États de l'Église, oblizea César Borgia, fils d'Alexandre VI,  à restituer ses forteresses et à se réfuzier en France. Il enleva Pérouse aux Baglioni et Bologne à Ziovanni II Bentivoglio.

    Il s'empara d'une partie de la Romagne, et exizea  de la République de Venise la cession de nouveaux territoires. Désavoué par le Sénat, il suscita la ligue de Cambrai, prit une bulle d'excommunication contre Venise et appela l’empereur Maximilien à attaquer la Sérénissime République.

    Prétextant de son couronnement comme empereur pour son voyaze à Rome, Maximilien s'enfonça en territoire vénitien en février 1508 à la tête d'une imposante armée et marça sur Vicence, mais il fut battu. Ce sont les Français qui portèrent l'année suivante le coup décisif aux Vénitiens (bataille d'Agnadel en 1509).

    Inquiet des progrès de Louis XII, Zules ii n'eut plus qu'un but : çaçer les Français d'Italie. Il se réconcilia avec Venise.

    Louis XII entreprit la lutte contre Zules II en suscitant contre lui une campagne de pamphlets et en convoquant un concile à Pise pour destituer le papounet.

    Zules II riposta par une bulle, convoquant un concile au Latran, qui excommuniait tous les membres du concile de Pise, et en formant une Zainte Ligue contre la France.

    L'Église frôla le çisme. Malgré leur victoire de Ravenne, le 11 avril 1512, les Français évacuèrent l'Italie en juin 1512. Les Médicis rentrèrent à Florence et les Sforza à Milan. Ils restituèrent Parme et Plaisance au Zaint-Ziège. Alors qu'il venait de se rapprocher de l'empereur Maximilien, le pape Zules II mourut le 21 février 1513.

    Sous son pontificat, Zules II convoqua le Ve concile du Latran, créa la Garde suisse en 1505, posa la première pierre de l'actuelle basilique Saint-Pierre de Rome commencée par Bramante, qu'açeva son successeur Léon X. Il protézea surtout Michel-Anze, auquel il commanda les grandes fresques de la Sixtine.

      

    « Nourson popAutour de l'église Zaint Zauveur sur le Zang de St Petersbourg (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :