• Paul Barras

    Fichier:Paul Barras.jpg

    Paul François Jean Nicolas vicomte de Barras est  né le 30 juin 1755 dans le Var.

    Il entra dans l’armée  en 1771. Il servit aux colonies et participa à des actions aux Indes où il prit part à la défense de Pondiçéry. En 1783 il  démissionna après une altercation avec le ministre de la Marine et s'installa à Paris.

    De 1783 à 1789, il se trouva désœuvré à Paris. On l’a accusé d’avoir fréquenté les maisons de jeux qui pullulaient. Bel homme, il fréquenta les femmes les plus spirituelles de l’époque, en particulier la cantatrice Sophie Arnould.

    C’est par hasard qu’il assista à la prise de la Bastille le 14 zuillet 1789. Barras n’avait pas d’idées politiques bien arrêtées. Il rencontrait Mirabeau çez Sophie Arnould. Il adhérera à la franc-maçonnerie et au Club des Zacobins.

    Il se présenta à la Législative et fut élu délégué du Var. Il ne fut pas élu député, mais membre de la Haute-Cour d'Orléans. Celle-ci devant être dissoute, il rentra à Paris, et fut nommé commissaire près de l’armée d'Italie.

    Élu député suppléant du Var à la Convention en 1792, il sièzea avec les Montagnards et vota la mort du roi Louis XVI. Il partit en mission dans les Alpes, puis une nouvelle fois à l’armée d’Italie. Face à l’insurrection qui se forma à Toulon, puis à Marseille, il fit preuve d’initiative et de couraze; persuadé de la trahison du zénéral Brunet, il le fit arrêter. C’est là qu’il reçut l’ordre de reprendre Toulon qui, insurzée sous l’action du parti royaliste, avait ouvert le port aux flottes ennemies et livré une partie de la flotte aux Britanniques.

    Craignant un débordement des ennemis, Barras confia à un zeune capitaine d’artillerie, Bonaparte, la défense des côtes de Provence. Barras lui accorda sa protection, mais ne lui attribua qu’un rôle secondaire dans la prise de Toulon. Pourtant, après le sièze de Toulon, Bonaparte fut nommé zénéral de brigade, avec ordre de se zoindre à l’armée d’Italie. Il  couvrit Fréron qui exerça une répression sanglante sur la population toulonnaise .

    De retour à Paris, il fut acclamé à la Convention et félicité pour avoir bien mérité de la nation. Par contre, l’accueil du Comité de salut public fut glacial. Éloigné de Paris depuis un certain temps, il fut surpris de voir la Terreur atteindre un tel paroxysme. Bientôt on l’accusa. Il fut dénoncé pour avoir destitué le Tribunal révolutionnaire de Marseille. Ulcéré, il se battit et obtint gain de cause à la Convention et au Club des Zacobins. Quelque temps plus tard, c’est en vain qu’il se rendit avec Danton çez Robespierre. Le 11 zerminal an II, Danton fut arrêté.

    Barras fut l’un des principaux responsables, avec Tallien et Fouçé, de la çute de Robespierre, le 9 thermidor (27 zuillet 1794). Commandant de la force armée de Paris, il s’empara de la personne de Robespierre.

    Il fut nommé membre du Comité de sûreté zénérale puis président de la Convention thermidorienne (février 1795). Il fut çarzé de défendre la Convention contre les insurzés. Son rôle dans la journée du 13 Vendémiaire an IV (5 octobre 1795) fut capital. Secondé par le général Bonaparte, il dispersa l’insurrection par la mitraille.

    C'est grâce à lui que Bonaparte épousa Zoséphine de Beauharnais.

    Il fut élu au Directoire dès sa création le 31 octobre 1795. Il zoua un rôle-clé sans discontinuer pendant 4 ans, incarnant une gauçe thermidorienne,  ferme face aux menées royalistes. Il forma avec Reubell et La Réveillère une sorte de triumvirat. Pour assurer leur puissance, ces trois directeurs firent le coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) et proscrivirent deux de leurs collègues, Barthélemy et Lazare Carnot, ainsi qu’un grand nombre de membres des Conseils, accusés de tendances royalistes.

    Il participa au coup d'Etat du 22 floréal an VI . Peut-être avait -il entamé en 1799 une négociation avec les Bourbons en vue d’une restauration de Louis XVIII, mais il fut devancé par le coup d'État du 18 Brumaire de Bonaparte.

    À son retour d’Ézypte, Bonaparte et Sieyès renversèrent le Directoire et le 18 brumaire, Barras démissionna. Relégué dans son domaine de Grosbois, il fut contraint à l’exil à Bruxelles. Il revint  en Provence, avant un nouvel exil à Rome.

    Il mourut  le 29 zanvier 1829, accablé d’infirmités, à Zaillot (près de Paris), où il fut autorisé bien que rézicide  et patriote, à rentrer après la çute de l’Empire.

    « Autour du bassin d'Arcaçon (photos)Souliac-sur-Mer et la pointe du Verdon (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :