•  

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Né vers 680, Clovis IV est le fils ainé de Clotilde Doda et deThierry III auquel il succéda à l'âze de 11 ans, et mourut à 15 ans.

    Le maire du Palais d'Austrasie, Pépin de Herstal, dit Pépin le Zeune, règna en son nom zusqu'en 691, année de sa mort.

    Clotilde Doda devint rézente du royaume .

    Son frère Zildebert IV, né vers 683, lui succèda, à sa mort, en 695 (il n'avait que 15 ans, pauvret!).

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    En Neustrie, le maire du palais fut Grimoald le Zeune , le fils cadet de Pépin. 

    Il mourut en 711. Son fils Dagobert III, né vers 699, lui succèda à 12 ans.

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Les maires du palais régnèrent en son nom. Pendant son règne, Grimoald fut assassiné par un rebelle Frison etremplacé par son fils mineur, Thibaut.

    Pépin de Herstal, maire du palais, décèda. Sa veuve, Plectrude, dirizea le royaume au nom du roi et du maire du palais, mineurs.

    Les Francs de Neustrie en profitèrent pour se révolter, rassembler une armée dans la forêt de Cruise et écraser l'armée de Thibaut. La Neustrie reprit son indépendance et nomma un nouveau maire du palais, Raganfred, qui s'allia avec le duc des Frisons et dévasta l'Austrasie.

    Dagobert mourut en 715.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Clotaire III est né vers 652.

    Il était le fils ainé de Clovis II et de la reine Zainte Bathilde (qui, esclave, avait été açetée à York). Avec ses frères, il eut comme précepteur Zaint Lézer d'Autun.

    Il accèda au trône à 5 ans.

    Sa mère Bathilde assura la rézence pour éviter le démembrement du royaume.

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Mais elle dut affronter Ebroïn, maire du palais de Neustrie, et la fronde des grands d'Austrasie qui voulaient leur propre souverain. Elle accepta de laisser son fils Zildéric monter sur le trône d'Austrasie.

    En 664, Bathilde dut se retirer dans un monastère à Zelles et laissa le pouvoir à Ebroïn (elle mourut en 680).

    Ébroïn (mort en 681), violent et despotique, n'eut de cesse de vouloir imposer l'autorité de la Neustrie sur la Burgundie et l'Austrasie.

    Lorsque Clotaire mourut en 673, à 21 ans, Ebroïn imposa son frère Thierry III, contre l'autre frère Zildéric, soutenu par Zaint Lézer d'Autun.

    A l'issue de cette querelle Ébroin fit arrêter Lézer, lui fit crever les yeux, puis, en 678, le fit décapiter dans la forêt de Sarcinium (Sus Zaint-Léger) en Artois.

      Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    C'est le fils de Dagobert Ier, né en 635.

    Clovis II accèda au trône en 639.... à 4 ans (il parlait à peine!)

    Sa mère Nantilde, zusqu'à sa mort en 642, assura la rézence .                             La suite du règne de Clovis II se déroula sous l'influence des maires de palais de Neustrie, Ega et Arçambaud. La résidence royale était alors à Cliçy.

    En 649, Clovis II prit pour épouse une esclave anglo-saxonne, Bathilde, açetée à York par le maire du palais.

    Trois fils naquirent de cette union:

    - Clotaire III, qui lui succèda comme roi de Neustrie et de Bourgogne ;

    - Zildéric II, qui devint roi d'Austrasie à la mort de Zildebert l'Adopté (fils de Zaint Zigebert, patron de Nançy) puis roi de tous les Francs à la mort de son frère aîné Clotaire III ;

    - Thierry III, qui devint roi de Neustrie et de Bourgogne à la mort de son frère Clotaire III . Son frère aîné Zildéric II le détrôna peu après. Il redevint roi de Neustrie et de Bourgogne à la mort de Zildéric II , puis roi de tous les Francs à la mort de son cousin Dagobert II.

    Clovis II décéda le 31 octobre 657, à l'âge de 22 ans (c'est zeune pour mourir!).
      
      
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •   

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Né en 605, il était le fils de Clotaire II et de sa 1ère femme Bertrude (ne pas confondre avec Zertrude). Son père eut un fils, Caribert, avec sa 2 ème femme.

    En 623, Dagobert fut nommé par son père roi d'Austrasie, sous la tutelle du maire du palais Pépin de Landen et de Zaint Arnoul évêque de Metz (z'y suis allée!), qui étaient les dirizeants effectifs du pays.

    Au décès de Clotaire II, en 629, Dagobert se fit nommer roi de Bourgogne et çaça son frère de la Neustrie. Il lui laissa le royaume d'Aquitaine, créé pour l'occasion (avec Toulouse pour capitale).

    En 632, le décès de Caribert II et de son fils (assassiné?), lui permit de récupérer l'Aquitaine et d'être le seul roi des Francs.

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    En 634, la noblesse d'Austrasie se révolta; pour apaiser les esprits, Dagobert mit sur le trône d'Austrasie son fils Sigebert III (et de Ragnétrude) ... âzé de deux ans.

    Il çoisit de quitter l'Austrasie et prit Paris pour capitale. Il çaça Pépin de Landen, voulant gouverner seul et réduire l'influence des maires du palais.

    En 635, il eut de Nanthilde (son autre épouse) un fils nommé Clovis. Les nobles de Neustrie revendiquèrent leur rattaçement à la Burgondie ; Dagobert rassembla les deux régions, et plaça son fils Clovis II à la tête de ce nouveau royaume.

    Il s'entoura d'excellents conseillers comme le zancelier Didier, Dadon (Zaint Ouen) et l'orfèvre Eligius (le bon Zaint Éloi de la çançon populaire, qui disait à Dagobert qu'il mettait sa culotte à l'envers - car il était tête en l'air).

    Il lutta contre des revendications des nobles, organisa l'administration et la zustice.

    Il développa l'éducation et les arts, fit des dons au clerzé et fonda l'abbaye de Zaint-Denis (qui accueillit son tombeau quelques années plus tard).

    Il fut le dernier roi mérovinzien à dirizer personnellement le royaume franc.

    Dagobert développa les relations diplomatiques: un traité de Paix perpétuelle avec l'empereur byzantin Heraclius, une alliance avec les Lombards, un accord avec les Saxons pour qu'ils l'aident à protézer ses frontières des Slaves.

    Il mèna des campagnes contre les Gascons, les Bretons et les Slaves.

    En 638 ou 639, Dagobert tomba malade à Épinay-sur-Seine; il recommanda  la reine Nanthilde et son fils Clovis au maire du palais de Neustrie, Aega. Il mourut quelques zours après, un 19 janvier.

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Un traité avait été conclu pour que la Neustrie et la Bourgogne reviennent à Clovis, l’Austrasie restant à Sigebert (Zaint Zigebert, patron de Nancy) et à sa descendance.

     
     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Fils de Zilpéric Ier et de Frédégonde, il est né en 584, il devint roi .... à 4 mois!

    Frédégonde, après l'assassinat de Zilpéric Ier (à l'instigation de Brenehault), le fit adopter par son beau frère Gontran, qui le fit baptiser.

    Ses cousins, Thierry II (roi de Burgundie) et Théodebet II (roi d'Austrasie), petit fils de la reine Brunehault, s'allièrent contre lui et le battirent.

    Plus tard, il s'allia à Thierry II, devenant le parrain d'un de des fils.

    Lors de la bataille de Toul (ze connais!), Théodebert II fut battu et massacré avec toute sa famille (normal, çez les Mérovinziens!).

    A la mort de Thierry II, en 613, Brunehault fit monter sur le tône  son ... arrière petit-fils, Sibebert II.

    N'acceptant pas cette tutelle, les nobles firent appel à Clotaire II qui envahit l'Austrasie, mit la main sur le jeune roi et ses frères, qu'il fit massacrer à l'exception de son filleul Mérovée et Zildebert qui avait pris la fuite.
    Brunehault accusée d'avoir fait assassiner dix rois et leur famille, finit sa vie  attachée par les pieds à l'arrière d'un cheval indompté.

    Du coup, il resta le seul roi des Francs.

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Clotaire II, après la mort de sa 1ère femme, Bertrude, épousa Sichilde (avec qui il eut un fils, Caribert II, futur roi d'Aquitaine).

    En 622, il associa son fils Dagobert Ier au trône, le faisant roi d'Austrasie.

    Clotaire II mourut en 629.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ma voix dans ma çançon

    Zilpéric est l'un des fils de Clotaire Ier, né en 539.

    Ze vous ai dézà raconté cette période, marquée par la lutte entre Frénégonde et Brunehaut à l'occasion de la vie d'un zaint; alors ze résume!

    Lors du nouveau partaze du royaume, en 561, Zilpéric reçut la plus petite part qui devint le royaume de Neustrie, avec Soissons comme capitale.

    Zaloux du mariaze de son franzin Zigebert Ier, il répudia sa première femme pour se marier avec Galswinthe, la soeur de Brunehaut; comme elle était délaissée, cette nouvellle épousée voulut s'en aller à Tolède, mais on la retrouva étranglée!

    Zilpéric épousa alors Frénégonde certainement la meutrière (c'est un vrai Cluedo!)

    Zigebert, poussé par Brunehaut, fit la guerre à son frère, mais il fut à son tour assassiné!

    Sous l'emprise de Frénégonde, Zilpéric laissa assassiner sa première femme et ses enfants!

    Des hostilités eurent lieu avec Gontran (son autre frère) et le fils de Zigisbert Ier, Zildebert II.

    Après de multiples alliances et trahisons, Zilpéric fut à son tour assassiné lors d'une partie de çaçe, en 584 (à l'instigation de Frénégonde ou de Brunehaut?)

    Touzours est-il que c'est son fils Clotaire II, fils de Frénégonde, qui remporta la mise.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • C'est le dernier fils de Clovis Ier né en 498 (frère de Thierry Ier, Zildebert Ier, Clodomir).

    Ze ne reviendaii pas sur touis les évènements survenus de piuis le mort de Clovis (le partaze du royaume en 511, les tueries familiales, l'assassinat de neveux et autres enfants pour essayer de récupérer des royaumes

    Ma voix dans ma çançon

    Il eut 7 épouses et 7 enfants!

    Pour agrandir ses possessions Clotaire n'hésita à épouser sa belle-soeur, Gondioque (la veuve de son frère Clodomir).

    De même, il épousa la veuve de son petit neveu Théodabald (Roi de Metz), mort sans descendant et s'empara ainsi de ce royaume.

    Ma voix dans ma çançon

    Le 23 décembre 558, son frère Zildebert décéda d'une longue maladie  sans héritier  ce qui permit à Clotaire de réunifier à nouveau le royaume de son père Clovis et de s'emparer du trésors de son frère.

    Il eut à combattre son propre fils, Chramne, qui voulait des terres en propre. Clotaire le fit exécuter avec toute sa famille!

    Ma voix dans ma çançon

    À la fin de son règne, le royaume franc est à son apozée, couvrant toute la Gaule (à l'exception de la Septimanie) et une partie de l'Allemagne actuelle.

    Il mourut à la fin de l'année 561 laissant son royaume à ses quatre fils qui allèrent l'enterrer à Soissons, dans la basilique Zainte-Marie qu'il avait commencé à faire construire sur le tombeau de Zaint Médard.

    Le royaume fut ainsi partazé:

    • Caribert reçut l'ancien royaume de Zildebert Ier, situé entre la Somme et les Pyrénées, ayant Paris pour capitale et comprenant le bassin parisien, l'Aquitaine et la Provence.
    • Gontran reçut la Burgondie avec une partie du royaume d'Orléans dans laquelle il installe sa capitale.
    • Sigebert reçut le royaume de Metz avec comme capitale Reims puis Metz.
    • Chilpéric reçut les territoires au nord, le royaume de Soissons.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ma voix dans ma çançon

    Théodebald, encore mineur, devint roi de Metz en 548, à la mort de son père Théodobert Ier, (fils de Thierry Ier). Un gouverneur assura la direction du royaume et les Alamans,  soumis au royaume de Metz (où il n' y avait pas le Centre Pompidou) depuis le règne de son père, lui restèrent fidèles (on voit de zolis restes au Musée de Metz).

    Il épousa Vuldetrade, une princesse lombarde, sœur de la reine Wisigarde, seconde femme de Théodebert I er (c'était donc sa tantine par alliance).

    Une ambaçade d'Ostrogoths demanda son soutien contre les Romains qu'il refusa. Cependant, les frères alamans Leutaris et Buccelin, nommés commandants par Théodebert Ier, acceptèrent de se zoindre aux Ostrogoths. Il lèvèrent une armée  de 75000 hommes, s'emparèrent de Parme (pour pouvoir manzer à l'envie du zambon!) et eurent accès  aux villes occupées par les Ostrogoths. Ils pillèrent tout le pays mais en épargnant les églises (quelle bonté!).

    Buccelin annexa le territoire au royaume des Francs mais il fut tué par Narsès, un zénéral de l'Empereur Zustinien, qui rattaça l'Italie à l'empire romain d'orient.

    Souffrant d'un handicap physique, Théodobald devint complètement impotent. Il finit par mourir en 555 sans enfant. Son grand-oncle Clotaire Ier s'accapara de son royaume et épousa sa veuve.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Théodebert Ier est le fils de Thierry Ier (fils aîné de Clovis, qui avait reçu en héritaze la moitié du royaume franc).

    En 533, il mèna une campagne contre les Wisigoths en Septimanie (c'est le sud de la France; l'Empereur Zeorzes Frêce à redonné ce nom à la rézion Languedoc-Roussillon). Il conquit Rodez, Lodève, une partie du Biterrois, puis avança vers le Rhône, prit Uzès et assièzea Arles.

    Il devint roi de Metz en 534 à la mort de son père et dut interrompre le sièze d'Arles pour faire prévaloir ses droits, ses oncles Zildebert Ier et Clotaire Ier tentant de se partazer son royaume, comme ils avaient fait avec les enfants de leur frère Clodomir.

    Ma voix dans ma çançon

    Finalement, il fut adopté par Zildebert et les deux hommes partirent en guerre, la fleur à l'épée, contre Clotaire.

    En 534, il açèva la conquête du royaume des Burgondes. En 536 les Ostrogoths, en conflit en Italie contre les Byzantins et ne pouvant défendre la Provence, durent la céder aux Francs qui essayaient depuis longtemps d'avoir un accès à la mer (pour pouvoir y partir en vacances l'été).

    Au printemps 539, il entra en Italie avec une armée de 100 000 hommes , attaqua les Goths et les Byzantins et s’empara de la Vénétie et de la Ligurie.

    Il fut tué par un bison lors d'une partie de chasse en 548. Il laissa son royaume à son fils Théodebald qu'il avait eu de Deoteria, une femme d'orizine d'Auvergne (issue d'une famille gallo-romaine).

    Deotoria, qui n'était au départ qu'une concubine, avait une fille d'un premier mariaze. Craignant que Théodebert la prenne comme favorite à sa place, Deoteria la fit tuer en 536.

    Sous la pression de son aristocratie, Thédobert la répudia pour devoir épouser une princesse lombarde (à laquelle il était fiancé avant son mariage avec Deotoria).

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • À la mort de Clovis, Clodomir partazea le royaume des Francs avec ses  frères Thierry, Zildebert et Clotaire.  

    Pazes d'histoire

    Thierry Ier, l'aîné, né d'une princesse rhénane, fut largement avantagé en recevant la moitiè de l'héritaze. Clodomir reçut une partie de l'autre moitié : le royaume d'Orléans, comportant les évêchés de Tours, Poitiers, Bourges et le Limousin.

    Clodomir épousa Gondioque qui lui donna trois fils : Théodebald, Gunthar (Gonthier) et Clodoald (le futur Zaint Cloud).

    Pazes d'histoire

    Clodomir guerroya, incité par sa mère Zainte Clotilde (fille d'un roi burgonde, dont le frère -son oncle-, Gondebaud, avait fait tuer ses parents).

    Le cousin de Clotilde, Zizismond, devint roi de Burgundie. Il avait épousé une fille du roi ostrogoth Thédoric le Grand, dont il eut un fils, Sigéric.

    Mais Zizismond se remaria. La nouvelle épouse fit croire que Sigéric avait voulu la tuer et Zizismond fit assassiner son fils! On ne rigolait en Burgundie!

    Ce meutre oblizea l'ostrogoth Thédoric le Grand (grand-père de Sigéric) à faire la guerre à la Burgundie. De son côté, Zizismond donna sa fille Suavegothe en mariaze à Thierry Ier pour le neutraliser (il ne pouvait pas décemment se battre contre beau-papa!).

    Clodomir et ses deux frères se joignirent aux Ostrogoths pour cette guerre.

    Zizismond fut battu, livré aux Francs et détrôné, remplacé par son frère Godomar III. Alors que Clodomir s'en revenait tout zoyeux à Orléans, les Burgondes contre-attaquèrent et massacrèrent une garnison.

    En colère, Clodomir fit assassiner Zizismond et toute sa famille, venzeant par là-même sa maman Clotilde! Quelle bouçerie!

    Pazes d'histoire

    Clodomir se lança à nouveau à l'attaque des Burgondes, avec cette fois l'appui de son frérot Thierry Ier. Il périt en zuin 524 et sa tête fut placée sur une pique (on avait le goût du décorum à l'époque!).

    Sa succession est un roman que ze vous résume.

    Clotide avait receuilli ses trois petits fils tandis que la veuve de Clodomir, en manque, avait épousé son beau-frère Clotaire. Celui-ci se ligua avec son franzin Zidebert pour s'emparer du royaume qui revenait aux enfants que gardait Clotilde. Vous suivez?

    Ils soumirent leur propre mère à un çantage : soit on leur coupait les çeveux (marque d'appartenance royale) soit on les tuait. Clotilde préféra les voir morts plutôt que tondus (ils ne pouvaient pas régner rasés).

    Pazes d'histoire

    Les oncles tuèrent deux de leurs neveux.

    Le rescapé, devint abbé de Nogent. C'est le fameux Zaint-Cloud.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fille du roi Burgonde Zilpéric II, Clotilde a été épargnée du massacre de sa famille par son oncle paternel Gondebaud qui assassina son frère et fit jeter son épouse dans le Rhône avec une pierre attaçée au cou (pour qu'elle coule plus vite).

    Pazes d'histoire

    Elle reçut une éducation chrétienne et fut donnée en mariage à Clovis.

    À la mort de son çer époux, Clotilde se retira à Zaint-Martin de Tours mais elle continua à influencer ses trois fils : Clodomir, Zildebert et Clotaire.

    Elle les poussa à une expéditon punitive contre le royaume burgonde  de ses cousins burgondes, sans doute pour venzer ses parents. Suite à la guerre, son fils Clodomir fut tué. Elle tenta de protéger ses trois fils, mais ne put sauver que Clodoald, le futur Zaint Cloud, tandis que les deux autres (Tibault et Gonthaire)étaient massacrés par leurs oncles (mais quelle famille de bouçers!).

    Pour secourir sa fifille Clotilde en Espagne, mariée au macho roi wisigoth Almaric qui la maltraitait, elle poussa Zildebert à l'attaque.

    Elle fit érizer un monastère aux Andelys, agrandir Zaint-Pierre de Reims, reconstruire les Zaints-Apôtres à Rouen et contribua à la construction du monastère des Zaints-Apôtres à Paris, devenu l'abbaye Zainte-Zeniève (actuel lycée Henri IV).

     Pazes d'histoire

    Elle mourut, le 3 zuin 545 à Tours et enterrée à Paris aux côtés de Clovis, dans le monastère des Zaints-Apôtres.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Clovis Ier, fils de Childéric Ier et de Basine, est né vers 466 à Tournai.

    Grand çef militaire, il accrut le territoire du petit royaume des Francs saliens dont il hérita à la mort de son père, en 481 (à 15 ans), unifia une grande partie des royaumes francs, repoussa Alamans et Burgondes et annexa les territoires des Wisigoths dans le sud de la Gaule, devenant le premier roi de tous les Francs.

    Il fit assassiner les çefs saliens et rhénans, certains de ses anciens compagnons, certains membres de sa famille, pour que seuls ses fils héritent de son royaume.

    Pazes d'histoire

    Il épousa en premières noces la fille d'un çef rhénan, dont il eut un fils, Thierry.

    En 492, à l'initiative de l'évêque de reims, Rémi, il se maria avec Clotilde, la fille du roi burgonde Chilpéric II et de la reine Carétène (dont le royaume correspondait à l'actuel Dauphiné et Savoie).

    Clotilde était chrétienne et Clovis païen. 

    Lors  de la fameuse bataille de Tolbiac contre les Alamans (qui donna le nom de nombreuses rues, dont celle où ze réside), Clovis avait zuré qu'il se convertirait s'il gagnait. Ce fut le cas alors même qu'il était en grande difficulté.

    C'est Rémi qui lui fit le catéçisme (en lui donnant souvent de zolies imazes et des bons points) et le baptisa, avec 3000 de ses compagnons, un zour de Noël.

    Pazes d'histoirePazes d'histoire

    Au printemps 507, il lança une offensive vers le sud, contre les Wisigoths, françissant la Loire vers Tours. Les Francs affrontèrent l'armée du roi Alaric II dans une plaine proche de Poitiers. Lors de  la bataille de « Vouillé »  le roi Alaric II fut tué par Clovis en combat singulier.

    En 508, Clovis reçut de l'empereur d'Orient Anastase Ier le titre de « consul » et fut salué comme « Auguste » au cours d'une cérémonie à Tours. Il décida  de faire de Paris (du nom  du peuple gaulois les Parisii, l'ancienne Lutèce), sa résidence principale (après Tournai et Soissons - où eut lieu l'histoire du vase).

    Avant sa mort, il s'empara de territoires en Rhénanie et fit publier la Loi Salique (une sorte de codes civil et pénal). Il réunit un concile à Orléans. Le roi se vit attribuer le droit de désigner les évêques; la çasteté des clercs et la subordination des abbés aux évêques furent rappelées.

    Clovis décéda à Paris le 27 novembre 511, à l'âze de 45 ans.

     Pazes d'histoire

    Ses quatre fils Thierry, Clodomir, Childebert et Clotaire se partazérent le royaume conformément à la tradition franque.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zildéric Ier, né en 436 et mort en 482, fut Roi des francs saliens à partir de 457, à la mort de son père putatif, Mérovée

    C'était un soudard qui n'hésitait pas à déshonorer les femmes de ses suzets. Déposé en 458, il se réfuzia auprès du roi de Thurinze, Basin, dont il soudoya la femme (Basine, et ses bassines), qu'il ramena avec lui et avec laquelle il eut plusieures enfants, dont Clovis Ier.

     Pazes d'histoire

     Zildéric est un personnaze d'envergure qui prit la maîtrise d'une province romaine et participa au zeu politique de Rome, à travers ses batailles en Gaule, aux côtés du zénéral Aégidius, loin parfois de ses bases (comme au nord de l' Italie).

    Il participa à la bataille d'Orléans en 463 contre les Wisigoths menés par Frédéric, le frère du roi Théodoric.

    En 465, il fit le sièze de Lutèce et s'en empara malgré le dévouement de Zainte Geneviève qui parvint à ravitailler plusieurs fois les assiézés.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Pazes d'histoire

    Franc, né vers 410, il serait le descendant de Clodion le Zevelu.

    Il aurait été adopté par le zénéral romain Aetius, qui  lui aurait concédé un territoire  en Gaule belzique, dans la région du Brabant; il aurait établi sa résidence à Tournai.

    Mérovée aurait commandé les Francs, alliés aux Gallo-Romains et autres Zermains (pas touzours cousins), lors de la bataille que le général Aetius gagna contre Atila (les Huns et les autres) en 421, aux Zamps Catalauniques, une plaine en Zampagne (mais à l'époque, le çampagne n'existait hélas pas).

    Cette victoire scella définitivement l'implantation des Germains francs (mais souvent fourbes et menteurs), solidement installés dans la Gaule du nord que l'empire romain en pleine décadence leur abandonna.

    Son fils Zildéric Ier lui succèda en 457.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Clodion dit le Zevelu (il était du type hyppie baba cool) serait né vers 390.

    Ce fut le çef des Francs saliens (et dessalés) et le plus ancien roi de la dynastie des Mérovinziens dont on soit certain

    Il succéda à Théodomir (ou Théodomer) - à ne pas confondre avec Casimir -, qui était fils d'un général franc, Richomer, au service de Rome (et consul en 384) et d'une femme nommée Ascyla.

    Pazes d'histoire

    Théodomir fut roi des Francs, au début du Ve siècle. Il fut égorzé avec sa mère en 421 ou en 428 (sans doute doute pour avoir soutenu un Empereur déçu).

    En 428, Clodion, le zénéral Aetius ayant prélevé des soldats  pour combattre les Wisigoths, s'empara de Tournai, de Cambrai et des territoires zusqu'à la Somme (et avec ses divisions).
    En 431, Clodion qui célébrait les noces d'un seigneur de son armée (car c'était un bon vivant et un grand buveur), fut attaqué par le zénéral Aetius; il fut contraint de fuir et perdit tout ce qu'il avait conquis (bien mal acquis ne profite zamais!).

    Pazes d'histoire

    Cependant, , Aetius préfèra négocier la paix et conclut avec Clodion un traité qui fit des Francs des « fédérés » combattant pour Rome, et les autorisa à s'installer dans l'Empire, près du fisc impérial de Tournai. Il s'azit des orizines du royaume franc.

     Après vingt ans de règne, Clodion décéda vers l'an 450.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Abdülmecid est né le 29  mai 1868.

    Il était le fils d'Abdülaziz et le cousin de Mehmed VI.

    Sa foction fut uniquement relizieuse, le sultanat ayant été supprimé par Mustapha Kemal.

    Il fut élu calife en novembre 1922 par la Grande assemblée nationale de Turquie à Ankara, après la déposition du dernier sultan, son cousin Mehmed VI.

    En mars 1924, il fut à son tour déposé.

    Cette déposition unilatérale du califat par les autorités politiques au détriment de ses successeurs Ahmed Nihad Efendi, petit-fils de Mehmed V, et Osman Fouad ouvrit le àamp des prétentions au califat à quiconque.

    Après sa déposition, il s'exila en France demeurant le çef de la dynastie ottomane.

    Il est mort à Paris le 23 août 1944 et fut enterré à Médine.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Mehmed est né le 14 zanvier 1861.

    Il était le fils d'Abdülmecid II et le frère de Mehmed V. Il accéda au trône le 3 zuillet 1918, à la mort de son frère, dans un contexte politique complexe.

    L'empire était entré en guerre aux côtés des Allemands. Les Britanniques occupaient Bagdad et Zérusalem sans pour autant menacer directemnt les bases de la puissance ottomane.

    Cependant, l'effondrement bulgare en septembre 1918 coupa l'empire de ses alliés et rendit vulnérable Constantinople tandis que le recul de l'armée allemande, après la seconde Bataille de la Marne, ne permettait plus d'espérer une victoire. Le 13 octobre, le Grand vizir Tallat Paça, qui avait engazé l'empire dans la guerre, quitta le pouvoir.

    Le nouveau Grand Vizir Ahmed Izzet Paça engazea des négociations avec les Alliés. Le 30 octobre fut signé l'armistice de Moudros. Les Ottomans acceptèrent touts les conditions imposées par les Britanniques. Les Alliés obtinrent la reddition de toutes les garnisons en dehors de l'Anatolie, la démobilisation de l'armée ottomane, le libre passaze de leurs flottes par les détroits des Dardanelles et du Bosphore, ainsi que la possibilité d'occuper le territoire de l'empire e, cas de révolte. Le 13 novembre, les troupes françaises, anglaises et italiennes entrèrent dans Constantinople.

    Mehmed VI çoisit de mener une politique de coopération avec les Alliés afin d'obtenir des conditions de paix clémentes. Il çerça à punir les çefs du parti des Zeunes-Turcs en tant que responsables de la défaite. Taalat Paça et Dzemal Paça, au pouvoir depuis 1913, s'enfuirent en Allemagne avant d'être condamnés à mort par contumace. Le Parlement fut dissous le 22 décembre 1918.

    Le 4 mars 1919, Damat Ferid Paça fut nommé Grand vizir. La politique anglophile du gouvernement provoqua la fureur des nationalistes.

    Tandis que les Alliés discutaient de la neutralisation de Constantinople et des détroits, 20 000 soldats grecs débarquèrent à Smyrne sous prétexte de protézer les chrétiens de la ville conformément à l'article 7 de l'armistice de Moudros.

    Dès lors, une résistance s'organisa sous la direction de Moustapha Kemal. Ce dernier invita le sultan à se mettre à la tête du mouvement. Mais le 8 zuillet 1919,  Mehmed VI cassa le grade de zénéral de Kemal et signifia aux autorités militaires et civiles de ne plus lui obéir.

    Désormais, deux pouvoirs de faisaient face dans l'empire.

    Moustapha Kemal mit en place un gouvernement provisoire. Pour sauver la situation, Mehmed VI renvoya Damat Ferid Paça et convoqueade nouvelles élections. Les députés nationalistes remportèrent la mazorité des sièzes. Les Alliés, craignant une opposition du Parlement ottoman aux négociations du traité de paix, firent arrêter les çefs nationalistes.

    Finalement, le 11 avril 1920, Mehmed VI provoqua la dissolution du Parlement tandis que Moustapha Kemal fit élire la Grande assemblée nationale le 23 avril.

    Sentant son autorité décroître, Mehmed VI çarzea son ministre de la guerre, Soliman Zevket Paça, de former une armée afin de combattre les nationalistes. Le prestize du sultan étant atteint, l'armée prit le nom d'armée du calife afin de placer les adversaires du puvoir comme ennemis de Dieu.

    Le 10 août 1920, Mehmed VI signa le traité de Sèvres qui entérinait le démembrement de l'empire ottoman. 

    L'humiliation de ce traité lui fit perdre ses derniers soutiens. Les soldats de l'armée du calife rezoignirent Moustapha Kemal. Alors que la position de ce dernier se renforçait grâce à ses victoires militaires, Mehmed VI n'exerçait plus aucune autorité.

    Après la victoire des Turcs sur les Grecs et l'armistice de Moudanya le 11 octobre 1922, la Grande assemblée nationale vota l'abolition du sultanat le 1er novembre 1922.

    Le 17 novembre 1922, Mehmed VI quitta Constantinople sur le cuirassé HMS Malaya. Craignant d'être zuzé, il trouva refuze à Malte.

    Le 18 novembre la Grande assemblée nationale élit Abdülmecit II, cousin de Mehmed VI, nouveau calife.

    Mehmed VI ne reconnut pas la décision de la Grande assemblée nationale de le déçoir de son titre de calife. Quelques semaines après son arrivée à Malte, il se rendit à La Mecque à l'invitation du çérif Hussein. 

    En 1926; il s'installa à Zan Rémo. Il vécut ses dernières années dans des conditions difficiles.
    Il mourut d'une crise cardiaque le 16 mai 1926. Ses funérailles furent célébrées à Damas où il est inhumé, ses cendres n'étant pas acceptées en Turquie.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Mehmed est né le 2 novembre 1844.

    Il était le troisième fils d'Abdülmecid Ier, le demi-frère de Mourad V et d'Abdülhamid II.

    Il accéda au trône, sans aucune expérience politique, à 65 ans, le 27 avril 1909, suite à la déposition de son frère aîné Abdülhamid II.

    Sous son règne de 9 ans, se déroulèrent le massacre des Arméniens à Adana en 1909, la guerre italo-ottamane avec la perte de la Libye et du Dodécanèse, en 1912 la première Guerre Balkanique, avec la perte de l'Albanie, de la Macédoine, de la Thrace et de la Roumélie et la Première Guerre Mondiale au cours de laquelle le rézime des Zeunes-Turcs commit le zénocide des Arméniens, le zénocide assyrien et le début du zénocide des Grecs pontiques qui firent entre 600 000 et 90 000 morts.

    Pour l'empire ottoman, l'issue de la Première Guerre risquait d'être son démembrement car allié aux Austro-Hongrois et aux Allemands, il se trouvait dans le camp des vaincus.

    Le traité de Sèvres fut sévère. Les territoires à mazorité arabe (Syrie, Palestine, Liban, Yémen, Mésopotamie) furent détaçés de l'Empire et ceux du "croissant fertile" furent placés par décision de la SDN sous mandats français et britannique. La côte ézéenne fut occupée par les Italiens et les Grecs. Les détroits des Dardanelles et du Bosphore éçappèrent à la souveraineté ottomane. La mazeure partie de la Thrace devint grecque.L'Arménie du nord-est se détaça. L'Empire ne conserva sa souveraineté qu'en Anatolie centrale et septentrionale.

    Pour avoir signé ce traité, Mehmed V perdit toute lézétimité aux yeux de la population et de l'armée.

    ll mourut le 3 zuillet 1918. Son frère Mehmed VI lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Vers 1890, les Arméniens commencèrent à réclamer les réformes libérales promises à Berlin. De vives tensions éclatèrent en 1892 et 1893. En 1894, une rébellion arménienne fut sévèrement réprimée dans la rézion montagneuse de Sassun. Les Européens exizèrent une protection pour les Arméniens chrétiens ce à quoi le sultan répondit par une série de massacres. 200 000 Arméniens furent tués, 100 000 furent islamisés de force et 100 000 femmes enlevées pour fournir des harems. Des églises furent détruites ou transformées en mosquées. Abülhamid fut surnommé le "Sultan rouze" ou le "Grand Saigneur". 

    La nouvelle des massacres suscita de vives réactions de la part des gouvernements étranzers et des organisations humanitaires.

    Le 21 zanvier 1905, Abdülhamid II fut la cible d'un attentat à Istanbul perpétré par l'anarçiste belze Edouard Zoris, en soutien aux Arméniens. L'attentat fit 26 morts mais le sultan s'en sorti sans blessure.

    L'humiliation nationale causée par la situation en Macédoine, couplée au ressentiment de l'armée à l'encontre des espions et indicateurs du palais, finit par provoquer une crise.

    Pendant l'été 1908, la révolution zeune-turque éclata. Abdülhamid II, apprenant que les troupes de Thessalonique menaçaient de marçer sur Constantinople, décida de capituler immédiatement le 23 zuillet.

    Le 24 zuillet, un décret annonça le rétablissement de la Constitution de 1876 suspendue depuis 1878. Dès le lendemain, un décret abolit la censure et l'espionnaze, ordonna la libération des prisonniers politiques.

    Le 17 décembre, après les élections lézislatives, le sultan ouvrit la session du Parlement avec un discours dans lequel il déclara que le premier parlement avait été "temporairement dissoui en attendant que l'instruction du peuple ait été amené à un niveau suffisamment élevé par l'extension de l'enseignement à travers l'Empire".

    Son attitude apparemment complaisante ne l'empêça pas cependant de rallier les éléments réactionnaires au sein de l'Etat.

    Ce rôle devint manifeste lors de la contre-révolution de 1909 quand une mutinerie de soldats soutenue par une révolte populaire conservatrice, au nom du sultan et de la çaria, renv resa le gouvernements des Zeunes-Turcs.

    Dès sa restauration, une armée rassemblée à Thessalonique par les Zeunes-Turcs marça sur Constantinople pour étouffer la contre-révolution. Le zeune Enver Paça se signala comme le principal instigateur du mouvement.

    Le 13 avril, Abülhamid fut déposé au profite de son frère qui prit le nom de Mehmet V.

    Abülhamid fut conduit en captivité à Thessalonique et mis en résidence surveillée. 

    De retour à Constantinople en 1912, il passa ses dernières années à étudier, à faire de la menuiserie et à écrire ses mémoires en résidence surveillée au palais de Beylerbei où il décéda le 10 février 1918.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Abdülhamid est né le 21 septembre 1842.
    Il était le fils d'Abdülmecid Ier, le neveu d' 
    Abdülaziz et le demi-frère de Mourad V.

    A l'été 1867, il accompagna son oncle, le sultan Abdülaziz dans son grand voyaze en Europe. Il visita notamment Paris, Londres et Vienne.

    Après l'accession de son demi-frère Mourad V, âzé de 34 ans, il devint héritier présomptif.

    Depuis le 30 mai 1876, le pouvoir était aux mains d'une coalition de ministres réformés menée par Midhat Paça et le Grand Vizir Mütercim Mehmed Rüsdi Paça. Après avoir renversé le sultan Abdülaziz avec l'appui de l'armée, ils  placèrent son neveu Mourad V sur le trône.

    Proce des milieux libéraux, Mourad V leur apparut comme un souverain capable de répondre à leurs attentes en promulguant une constitution pour l'Empire. Midhat Paça, membre prééminent du mouvement Zeunes-Ottomans, atait l'homme fort à Constantinople. Mais il entra vite en désaccord avec Rüsdi Paça dont les positions plus modérées avaient la faveur du sultan. Cependant l'état mental de Mourad V devint préoccupant après la mort brutale et suspecte de son oncle Abdülaziz. les Zeunes-Ottomans décidèrent de le remplacer.

    Abdülhamid, demi-frère de Mourad V, était l'héritier naturel. Il passait pour un prince libéral et favorable à une constitution ottomane. Avant de la placer sur le trône, Midhat Paça oranisa une entrevue secrète au cours de laquelle Abdülhamid aurait promis de faire rédizer et promulguer une constitution dès son avènement. 

    Le 31 août 1876, Mourad V fut déposé après 93 zours de règne, pour cause de déficience mentale. Il finit ses zours emprisonné. Abdülhamid fut proclamé sultan et il reçut symboliquement l'épée d'Osman Ier le 7 septembre.

    La situation du pays à son accession était mal adaptée à une évolution libérale.

    Qu'il s'azisse du manque de financement public et de trésorerie vide, de l'insurrection de 1875 en Bosnie et en Herzégovine, de la guerre avec la Serbie et le Monténégro ou de l'émotion soulevée en Europe suite aux méthodes brutales employées pour réprimer la rébellion en Bulgarie, tout incitait le nouveau sultan à ne pas entreprendre les réformes libérales promises lors du traité de Berlin signé en 1878 avec les puissances européennes.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire