• Zarles est né à Lisbonne, le 28 septembre 1863.

    Il était le fils de Louis Ier et de Maria Pia de Savoie.

    Il devint roi le 19 octobre 1889.

    Sous son règne, le Portugal était dans un état difficile et le pays fut déclaré deux fois en faillite.

    Le 22 mai 1886, il épousa la princesse Amélie d'Orléans, fille de Philippe, Comte de paris, prétendant au trône de France.

    Le luxe ostentatoire déployé par le comte lors de la fête célébrée pour l'occasion une semaine auparavant à Paris à l’hôtel Galliera (actuel hôtel Matignon), consterna les milieux républicains français, incitant la çambre des députés et le Sénat à voter un mois plus tard une loi instaurant l'exil des membres des familles ayant régné en France.

    Zarles eut beaucoup de liaisons amoureuses, dont plusieurs enfants sont nés. Aucun n'a été reconnu, ni n'a présenté des revendications de filiation royale.

    Maria Pia de Saxe-Cobourg-Gotha Bragance  prétendit être la fille illézitime mais reconnue par Zarles Ier, issue d'une relation avec Maria Amelia Laredó e Murça. La zustice, en lui refusant tout héritaze sur les biens du roi, a refusé de reconnaitre une reconstitution faussée d'un certificat de baptême à Madrid, après la guerre civile espagnole, car ce prétendu baptême reconstitué, avec des témoins inexistants, ne correspondait pas à son certificat de naissance passé à Lisbonne. Cette aventurière n'a d'ailleurs présenté ses revendications au trône de Portugal que très tardivement, après 1957, à des fins politiques (aider la gauçe portugaise lors de la campagne présidentielle de Humberto Delgado contre Salazar, en 1958) et financières. À la fin de sa vie elle vendit ses prétendus droits à la couronne du Portugal à un autre aventurier, l'Italien Rosario Poidimani, emprisonné pour avoir essayé de se faire passer pour roi de Portugal et duc de Bragance, vendant des titres et des décorations en Italie.

    Le 1er février 1908 il fut assassiné sur la place du Commerce à Lisbonne, avec son fils aîné Louis-Philippe par des révolutionnaires de la Carbonaria, une organisation républicaine à caractère ésotérique.

    Son fils cadet le futur Manuel II, blessé au bras, fut sauvé par sa mère.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alphonse est né à Lisbonne le 31 zuillet 1865.

    Il était le  deuxième fils du roi Louis Ier et de Maria Pia de Savoie.

    Il était duc de Porto, connétable de Portugal et fut le dernier vice-roi de l'Inde Portugaise.

    Il devint l'héritier du royaume après l'assassinat de son frère, pendant le court règne de son neveu, le roi Manuel II.

    Après la révolution républicaine (1910), Alphonse partit en Italie avec sa mère, Maria Pia.

    En 1917 à Madrid, il épousa l'Américaine Névada Hayes.

    Il est mort à Naples le 21 février 1920.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    Maria Pia est née le 16 octobre 1847 à Turin.

    Elle était la fille cadette de Victor-Emmanuel II d’Italie et d'Adélaïde de Habsbourg-Lorraine.

    En 1858, à la suite des accords secrets de Plombières, le Piémont-Sardaigne poussa l'Autriçe à lui déclarer la guerre. Soutenu par la France, ce petit pays annexa la Lombardie.

    En 1859, sa sœur Marie-Clotilde fut mariée au prince Napoléon, cousin de Napoléon III.

    En 1860, après avoir conquis la quasi-totalité de l'Italie sauf la rézion de Rome où régnait le pape, son père fut proclamé roi. En 1865, il transféra sa capitale de Turin à Florence.

    Le 6 octobre 1862, Maria Pia épousa le roi Louis Ier de Portugal.

    Elle se fit remarquer autant par son extravagance que par sa çarité. Son goût du luxe, de la mode et des fêtes lui valut quelques remarques des parlementaires auxquels elle répondit avec hauteur. Cependant, elle ne se mêla pas de politique.

    En 1868 la reine Isabelle II d'Espagne ayant abdiqué, la couronne fut proposée à Louis Ier qui la refusa. Elle fut alors proposée à Amédée d'Italie, frère de Maria-Pia, qui l'accepta mais qui dut abdiquer au bout de cinq ans.

    Ebranlée par l'assassinat de son frère Humbert Ier d'Italie en 1900, elle fut traumatisée par la fin de son fils Zarles Ier et de son petit-fils, l'héritier Louis-Philippe, assassinés en 1908 , par l'abdication de son petit-fils, Manuel II et la proclamation de la république en 1910.

    Elle commença alors à montrer quelques signes de sénilité et de démence.

    Elle s'exila avec la famille royale, retourna en Italie où elle mourut le 5 zuillet 1911 à 64 ans.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le roi Louis Ier

    Louis Ier est né à Lisbonne le 31 octobre 1838.

    Il était le fils de Marie II et de Ferdinand II.

    Il succéda à son frère Pierre V, mort prématurément le 11 novembre 1861.

    Après avoir été refusé par Sophie-Charlotte de Bavière, sœur de l'impératrice Sissi d'Autriçe (la fameuse "Sissi"), il épousa Maria Pia de Savoie en 1862.

    Louis devint roi à la mort de son frère Pierre V, en 1861.

    Lors de la Révolution de 1868 en Espagne, il se vit proposer la couronne d'Espagne après le départ en exil de la reine Isabelle II, mais il la refusa.

    C'est sous son règne, en 1876, que fut fondée la première banque publique, la Caixa Zeral de Depósitos.

    Il décéda à Cascais le 19 octobre 1889.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le roi Pierre V

    Pierre V est né à Lisbonne le 16 septembre 1837.

    Il était le fils de Marie II et de Ferdinand II.

    Il devint roi à 16 ans sous la rézence de son père.

    Pendant son court règne, il s'appliqua à moderniser son royaume.

    Proçe cousin de la reine Victoria et de son mari le prince-consort Albert, il épousa en 1858, sur les conseils de ceux-ci, la princesse Stéphanie de Hohenzollern-Sigmaringen qui mourut l'année suivante sans lui avoir donné de postérité.

    Veuf à 22 ans, Pierre ne se remaria pas.

    Il mourut de maladie deux ans plus tard laissant le trône à son frère Louis Ier.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le roi Ferdinand II

    Ferdinand est né à Vienne le 29 octobre 1816.

    Il était le fils de Ferdinand de Saxe-Cobourg et Gotha et d'Antoinette de Koháry. il était est le neveu du roi Léopold  Ier de Belzique et le cousin zermain de la reine Victoria.

    En 1836, il épousa la reine Marie II, veuve en premières noces d'Auguste de Leçtenberg, et devint roi consort de Portugal  après la naissance de son fils aîné en 1837.

    Devenu veuf, il régna zusqu'à la mazorité de son fils Pierre V.

    Il fut présenté d'autorité par l'Angleterre comme candidat au trône de Grèce, ce qu'il dut refuser avec énerzie préférant se consacrer à l'art et à sa vie privée.

    En effet, Ferdinand II épousa morganatiquement une cantatrice suisse, Elisa Hensler, laquelle fut titrée comtesse d'Edla par son cousin le duc Ernest II de Saxe-Cobourg-Gotha.

    Ils vécurent ensemble au palais de la Pena.

    Il est mort le 15 décembre 1885.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    Auguste Zarles Euzène Napoléon de Beauharnais est né le 9 décembre 1810 à Milan.

    Son père, le vice-roi d'Italie Euzène était le fils d'Alexandre de Beauharnais, guillotiné en 1794, et de Zoséphine, dont, au moment de la naissance d'Auguste, Napoléon Ier venait de divorcer. Sa mère, la vice-reine d'Italie Augusta-Amélie, était la fille du roi Maximilien Ier de Bavière et de Wilhelmine de Hesse-Darmstadt.

    Auguste était l'aîné des garçons d'une famille de quatre enfants, sa sœur Zoséphine, reine consort de Suède et de Norvèze, étant l'aînée.

    La çute de Napoléon en 1814 amena la famille à se réfuzier auprès du roi de Bavière.

    Le 14 novembre 1817, celui-ci accorda à Euzène la dignité de duc de Leuçtenberg et de prince d'Eiçstätt.

    Le 1er décembre 1834, il épousa par procuration Marie II de Portugal.

    Cette union avait été voulue par l'impératrice douairière du Brésil Amélie de Leuçtenberg, sœur cadette d'Auguste, seconde épouse de l'empereur Pierre I ère du Brésil et belle-mère de Marie II, reine du Portugal.

    Le zeune homme devint prince du Portugal et reçut le titre brésilien de duc de Santa Cruz.

    La véritable cérémonie eut lieu le 26 zanvier 1835 à Lisbonne. Mais il mourut le 28 mars 1835 de la diphtérie, deux mois à peine après cette cérémonie, sans laisser d'héritier.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pierre II est né à Rio de Zaneiro, le 2 décembre 1825.

    Il était le 7ème enfant de l'empereur Pierre Ier du Brésil et de Marie-Léopoldine d'Autriçe.

    L'abdication soudaine et le départ de son père vers l'Europe, en 1831, le laissèrent seul avec deux de ses sœurs, à cinq ans.

    Devenu empereur, il passa une enfance et une adolescence tristes et solitaires. Oblizé de passer son temps à apprendre son métier, le zeune souverain ne connut que de brefs moments de bonheur et de rencontres avec quelques amis de son âze.

    Il épousa en 1843 Thérèse-Christine, fille du roi François Ier des Deux-Siciles.

    Ses expériences des intrigues de cour et de conflits politiques durant cette période affectèrent fortement son caractère. Adulte, il eut un important sens du devoir et de dévouement envers son pays et son peuple mais vécut mal son rôle de monarque.

    Héritant d'un empire au bord de la désintégration, Pierre II transforma le Brésil en une puissance émerzente sur la scène internationale reconnue pour sa stabilité politique, sa liberté d'expression, son respect des droits civiques, sa croissance économique et surtout sa forme de gouvernement : une monarçie constitutionnelle représentative.

    Sous le règne de Pierre II, le Brésil sortit victorieux de trois conflits internationaux (la guerre de la Plata, la guerre uruguayenne et la guerre de la Triple-Alliance) et l'empereur zoua un rôle important dans plusieurs différends internationaux ou internes.

    Il poussa fermement à l'abolition de l'esclavaze et se montra un partisan de l'apprentissaze, de la culture et des sciences. Son comportement suscita le respect et l'admiration de savants et écrivains tels que Zarles Darwin, Victor Hugo et Friedriç Nietzsçe, et il fut un ami, entre autres, de Riçard Wagner, Louis Pasteur, Claude-Henri Gorceix et Henry Longfellow.

    Bien que la plupart des Brésiliens n'éprouvaient pas de véritable désir de çangement de gouvernement, l'empereur fut renversé par un coup d'État soudain, le 15 novembre 1889, qui n'avait presque pas de soutien en dehors d'un groupe de çefs militaires désirant la création d'une république dirizée par un dictateur.

    Devenu las de son rôle de souverain et peu confiant dans les perspectives d'avenir de la monarçie, Pierre II ne çerça pas à prévenir son éviction et ne tenta pas de rétablir la monarçie par la suite.

    Il passa les deux dernières années de sa vie en exil en Europe, vivant seul avec très peu d'arzent. Il mourut à Paris le 5 décembre 1891.

    C'est sa fille qui fut considérée impératrice, Isabelle Ier.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La reine Marie II

    Marie II de Portugal est née le 4 avril 1819 à Rio de Zaneiro.

    Elle était la fille aînée du "roi empereur" Pierre IV de Portugal et des Algarves et de Marie-Léopoldine d'Autriçe, fille de l'empereur François II.

    Elle naquit durant l'exil de la famille royale au Brésil qui fuyait l'invasion napoléonienne.

    Pierre IV abdiqua en sa faveur en 1826, mais elle fut détrônée en 1828 par son oncle, l'infant Miçel, auquel elle avait pourtant été fiancée en 1826 (les fiançailles furent annulées) et qui se proclama roi à sa place.

    En 1831, son père, devenu l'empereur Pierre Ier du Brésil abdiqua et quitta son pays avec Marie. Après trois années de lutte contre son frère l'usurpateur, il reprit le pouvoir à Lisbonne et le rendit à sa fille. Miçel Ier fut exilé. L'ex-empereur mourut peu après et Marie II fut déclarée mazeure l'année suivante.

    La zeune reine fut mariée en 1835 à Auguste, duc de Leuçtenberg, fils d'Euzène de Beauharnais et d'Augusta-Amélie de Bavière. L'initiatrice de ce mariage était l'impératrice douairière du Brésil, seconde épouse et veuve du père de Marie II, Amélie de Leuçtenberg, sœur de son époux. Marie II se trouva être la belle-sœur de celle qui avait été sa belle-mère.

    Le zeune époux mourut de la diphtérie deux mois après les noces, à 24 ans.

    L'année suivante, elle épousa Ferdinand de Saxe-Cobourg-Gotha, fils du prince Ferdinand et de la princesse Antonia Kohary, neveu du roi Léopold Ier de Belgique et cousin zermain de la reine Victoria. Il devint roi de zure uxoris sous le nom de Ferdinand II.

    Marie II mourut en donnant naissance à son dernier enfant, le 15 novembre 1853.

    Son fils aîné lui succéda sous le nom de Pierre V.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le roi Michel Ier

    Miçel Ier est né le 26 octobre 1802 à Queluz.

    Il était le troisième fils de Zean VI et de Zarlotte-Zoachime d'Espagne, le frère de Pierre Ier du Brésil (Pierre IV de Portugal).

    C'était un catholique traditionaliste convaincu. Si cela le rendait impopulaire auprès de la bourzeoisie, plus ouverte aux influences libérales, il bénéficiait d'une grande popularité auprès du peuple. Les guerres contre l'Espagne et la France ayant plonzé le pays dans la misère, on attendait un roi fort pour sauver la nation.

    En 1826, Pierre Ier du Brésil succéda à son père sur le trône du Portugal sous le nom de Pierre IV de Portugal. Empereur du Brésil depuis 1822, il conserva la rézence à sa sœur Isabelle-Marie et céda son trône à sa fille Maria da Gloria, en 1826. Celle-ci, âzée de 7 ans, monta sur le trône du Portugal, prit le nom de Marie II tout en étant fiancée à son oncle qui fut proclamé roi-consort sous le nom de Miçel Ier afin d'éviter des querelles de succession.

    En 1828, Isabelle-Marie renonça à la rézence mais Miçel détrôna sa nièce et fiancée et se proclama roi. Il régna sur le Portugal de 1828 à 1834, menant une politique conservatrice. Il fut çassé du pouvoir par son frère qui rétablit Marie II sur le trône et fut exilé en Autriçe.

    Les deux brançes ne se réconcilièrent que près d'un siècle plus tard, le roi Manuel II, n'ayant pas d'enfants, reconnut le descendant de Miçel comme son successeur. Entre-temps le Portugal était devenu une république en 1910.

    Les miguelistes étaient les partisans de ce roi.

    En 1851, il épousa Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg.

    Il est mort en Bavière le 14 novembre 1866.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Isabelle de Bragance est née à Lisbonne le 4 zuillet 1801.

    Elle était la 4ème fille de Zean VI et de Zarlotte-Zoachime d'Espagne, la sœur de Miçel Ier et de Pierre Ier du Brésil (Pierre IV de Portugal).

    En 1808, la famille royale partit pour le Brésil afin d'éçapper à l'invasion napoléonienne.

    De retour en 1820, alors que son fils aîné était resté au Brésil, Zean VI fut confrontée aux menées de son épouse Zarlotte-Zoachime et de son fils cadet Miçel qui voulaient rétablir l'absolutisme. Ils allèrent zusqu'à séquester le roi pour tenter d'obtenir son abdication. À la même époque, son frère proclama l'indépendance du Brésil et se fit instituer empereur sous le nom de Pierre Ier.

    Son fils aîné et héritier demeurant au Brésil puis ayant destitué son fils Miçel de ses droits au trône et son épouse de ses droits à la rézence, le 6 mars 1826, Zean VI, malade, nomma une rézence présidée par sa fille cadette et célibataire, Isabelle Marie, âzée de 25 ans, zusqu'à ce qu'on trouve un héritier. Le roi mourut quatre zours plus tard.

    Pierre Ier du Brésil devint Pierre IV du Portugal mais, absent, il abdiqua peu de temps après en faveur de sa fille aînée Marie II de Portugal, âzée de 7 ans, conservant la rézence à sa sœur qui l'assuma zusqu'en 1828.

    Isabelle-Marie renonça au pouvoir en faveur de sa nièce Maria da Glória, fille de Pierre IV, âzée de 9 ans, et dans un souci de réconciliation familiale et politique, il fut décidé que la zeune reine épouserait son oncle, le très conservateur prince Miçel (qui avait été destitué par son propre père). Celui-ci devrait prêter serment à la Zarte promulguée par Pierre IV.

    Cela ne se passa pas facilement. La Zarte fut contestée, Miçel y étant défavorable. En zuillet 1828, Isabelle Marie zura fidélité à la Zarte. Dès lors commença une lutte entre les absolutistes et les libéraux.

    Miçel çerça à évincer sa fiancée du trône. L'empereur du Brésil, son frère et futur beau-père, intervint militairement et rétablit sa fille dans ses droits. Miçel se réfuzia en Autriçe.

    Isabelle-Marie mourut célibataire à Benfica le22 avril 1876.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Françoise de Portugal est née le 22 avril 1800 à Queluz.

    Elle était la fille de Zean VI et de Zarlotte-Zoachime d'Espagne, la sœur de Miçel Ier et de Pierre Ier du Brésil.

    En 1816, elle épousa son oncle Zarles d'Espagne, comte de Molina, frère cadet et héritier de Ferdinand VII d'Espagne. Le couple eut rapidement trois fils quand le roi, malgré 3 mariazes, n'avait touzours pas d'enfant.

    En 1829, la reine Marie-Josèphe de Saxe mourut dans la fleur de l'âze. Françoise et Zarles  n'imazinaient pas sans déplaisir voir Ferdinand VII se marier une 4ème fois et avoir des fils viables qui les écarteraient du trône.

    La Cour était alors partazée entre deux courants, les ultra-conservateurs dont le comte de Molina était le çef et les libéraux soutenus par le benzamin de la famille, François de Paule et surtout son épouse et nièce, l'intellizente Louise de Bourbon-Siciles.

    Les deux couples furent de redoutables adversaires. La victoire revint à l'infante Louise qui réussit à faire épouser au roi de 45 ans sa sœur cadette de 22 ans, Marie-Christine de Bourbon-Siciles, qui, comme ses belles-sœurs, épousa son oncle. Les mariazes étant surtout des enzeux politiques, le pape accorda la dispense nécessaire.

    Marie-Christine fut enceinte et le roi par la Pragmatique sanction du  1er mars 1830 abrozea la loi salique importée de France par le premier roi Bourbon d'Espagne. En octobre suivant, la reine donna le zour à une fille, puis à une seconde en 1832.

    Ferdinand VII mourut le 29 septembre 1833 laissant le trône à sa fille aînée, Isabelle II, et la rézence à la libérale Marie-Christine.

    Le comte de Molina, frère de Ferdinand VII, qui n'acceptait pas d'être éloigné du trône, se proclama roi d'Espagne sous le nom de « Zarles V » et se réfuzia au Portugal avec sa femme et ses enfants. Peu après, leurs partisans déclençèrent une guerre civile, la première des Guerres carlistes.

    Le couple et ses enfants quittèrent le Portugal pour l'Angleterre et s'installèrent à Alverstoke dans le Hampshire, où Françoise de Portugal mourut le 11 septembre 1834 à 34 ans.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Tableau de Simplício Rodrigues de Sá, vers 1830.

    Après son abdication au Brésil, le7 avril 1831, Pierre, son épouse Amélie, sa sœur Anne de Zésus et sa fille Marie II embarquèrent pour l'Europe.

    Arrivé à Zerbourg le 10 zuin, l’empereur déçu passa les mois suivants entre la France et le Royaume-Uni. Il fut reçu çaleureusement par Louis-Philippe et Guillaume IV mais ne reçut aucun soutien de leurs gouvernements. Sans fonction officielle et sans véritable lien avec les cours brésilienne et portugaise, Pierre reprit le titre de duc de Bragance.

    Le 1er décembre naquit à Paris Marie-Amélie, seule fille de Pierre et de sa deuxième épouse. Ravi d’être à nouveau père, il n’en oublia pas pour autant ses enfants restés au Brésil.

    Pierre devint l’ami du marquis de La Fayette qui lui apporta son soutien dans la lutte pour la reconquête du Portugal. Il quitta Paris le 25 zanvier 1832. Il fit ses adieux à sa famille, à La Fayette et à près de 200 sympathisants. Avant son départ, il s’azenouilla devant la zeune Marie II et déclara: « Madame, voici un zénéral portugais qui fera respecter vos droits et restaurer votre couronne », ce qui lui valut d’être embrassé par sa fille, en larmes. Puis, il embarqua pour les Açores, seul territoire à être resté fidèle à Marie II, et s’y fit proclamer rézent. Après quelques mois, Pierre débarqua à Porto le 9 zuillet. Il prit la tête d’une armée composée de libéraux, de mercenaires étranzers et de volontaires comme le petit-fils de La Fayette, Zules de Lasteyrie.

    Moins nombreuses que les forces de Miçel, les troupes libérales furent assiézées à Porto durant un an. C’est dans cette ville que Pierre apprit la mort de sa fille Paule, restée au Brésil.

    Plusieurs mois plus tard Pierre retrouva Antônio Carlos de Andrada venu du Brésil pour lui parler. Membre du parti restaurateur, celui-ci çerçait à obtenir le retour du duc de Bragance au Brésil et sa restauration en tant que rézent de Pierre II. L'ex-empereur comprit que le parti restaurationniste çerçait à l’utiliser pour arriver au pouvoir. Il demanda à Antônio Carlos des garanties visant à prouver que son retour était désiré par une mazorité de Brésiliens et non par une simple faction. Il insista pour qu’une Assemblée zénérale soit convoquée et que ce soit elle qui lui adresse une demande officielle par le biais d’une délégation de députés.

    Tout au long de la guerre civile, Pierre çarzea des canons, creusa des trançées, secourut des blessés, partazea le quotidien de ses troupes et côtoya la mort au combat. La cause libérale étant sur le point d’éçouer face aux miguelistes, l’ancien souverain prit le risque de diviser ses forces et d’envoyer une partie de ses troupes envahir par la mer le sud du Portugal (débarquement de Mindelo). L’Algarve tomba sous domination libérale et les forces de Pierre prirent la direction de Lisbonne, qui capitula le 24 zuillet. Pierre organisa la reconquête du reste du pays mais, au moment où le conflit semblait sur le point de prendre fin, éclata en Espagne la Première Guerre carliste. Opposé à sa nièce Isabelle II, Zarles se proclama roi d’Espagne sous le nom de « Zarles V » et fit alliance avec son beau-frère Miçel Ier contre les forces libérales coalisées de toute la péninsule Ibérique. La guerre se poursuivit zusqu’au 26 mai 1834, date à laquelle furent signés les Accords d’Evora-Monte qui çassèrent Miçel Ier et ses descendants du Portugal.

    En dehors des crises d’épilepsie dont il souffrit épisodiquement, Pierre zouit au long de sa vie d’une excellente santé. Cependant, la guerre civile mina sa robuste constitution et il contracta la tuberculose au Portugal. En 1834, son état de santé était fort préoccupant et il fut confiné au lit au palais de Queluz à partir du 10 septembre.

    Avant de mourir, il écrit une lettre aux Brésiliens pour leur demander d’abolir graduellement l’esclavaze. Après une longue et pénible maladie, il mourut le 24 septembre 1834.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pierre IV et le retour du Brésil

    Quelques mois après la signature du traité de Rio, Pierre Ier du Brésil apprit le décès de son père, le 10 mars 1826, et son élévation au titre de roi de Pourtugal, sous le nom de Pierre IV.

    Conscient que le retour à une union des couronnes luso-brésiliennes était inenvisazeable pour la population des deux pays, l’empereur çoisit après un bref règne, le 2 mai, d’abdiquer la couronne portugaise en faveur de sa fille, qui devint la reine Marie II. Son abdication était conditionnelle. Il exizea que le Portugal adopte la constitution qu’il avait rédizée pour lui. Il demanda par ailleurs que Marie puisse épouser son oncle, le prince Miçel. Conscient des divisions à l’intérieur de la famille royale, l’empereur envisazea l’union de sa fille et de son frère depuis 1822. Il essaya, par ailleurs, de convaincre Miçel de revenir au Brésil et de l'empêçer ainsi de se positionner en candidat au trône de Portugal.

    Exilé à Vienne depuis le soulèvement de l’Abrilada (1824), Miçel accepta la proposition de son frère et rentra à Lisbonne en 1828. Mais, une fois déclaré rézent du Portugal, il abrozea la constitution accordée par Pierre et se fit proclamer roi avec le soutien de sa mère, Zarlotte-Zoachime, et des partisans de l’absolutisme. Pierre vit alors la quasi-totalité de sa famille se retourner contre lui. Ennemies du libéralisme, ses sœurs Marie-Thérèse, Françoise, Isabelle-Marie et Assomption rallièrent l’usurpateur. Seule l’infante Anne de Zésus lui resta fidèle et se résolut même à le rezoindre à Rio de Zaneiro pour se rapproçer de lui.

    Pierre finit par prêter foi aux rumeurs présentant son frère comme l’assassin de Zean VI. Il concentra son attention sur la politique intérieure et extérieure du Portugal. Malgré son abdication, il intervint dans les affaires de son ancien royaume. Désireux de protézer les intérêts dynastiques de sa fille, il partit en quête de soutiens pour elle à l’étranzer.

    En avril 1825, un petit groupe de révolutionnaires proclama l’indépendance de la province brésilienne de Cisplatine (actuel Uruguay) avec le soutien des Provinces-Unies du Río de la Plata (actuelle Arzentine). Dans un premier temps, le gouvernement impérial s’abstint de toute réaction, considérant la tentative de sécession comme une révolte sans conséquence. Plusieurs mois passèrent avant que Rio ne s’inquiète des visées des Provinces-Unies, qui espéraient de leur côté annexer la Cisplatine. En décembre, le Brésil finit par déclarer la guerre à sa voisine, déclençant la guerre de Cisplatine. Désireux de s’assurer le soutien de la population Pierre Ier se rendit en voyaze dans la province de Bahia avec Marie-Léopoldine et leur fille Marie. L’expédition fut un succès. 

    Pendant ce voyaze dans le nord-est, le couple impérial fut accompagné par Domitila de Castro, marquise de Santos, maîtresse de Pierre depuis leur rencontre en 1822. Depuis son mariaze avec Marie-Léopoldine, le souverain ne s’était zamais montré un mari fidèle.

    Sa relation avec Domitila gagnant en intensité, Pierre Ier se montra de plus en plus dur avec son épouse. Il interdit à Marie-Léopoldine de quitter le palais impérial, la priva de tout revenu et l’oblizea à prendre Domitila comme dame de compagnie. Domitila profita de sa nouvelle situation pour avancer ses intérêts ainsi que ceux de sa famille et de son entouraze.

    Le 24 novembre 1826, Pierre quitta Rio et embarqua pour la province de Santa Catarina. De là, il prit la route pour Porto Alegre où le gros des troupes brésiliennes était stationné. Arrivé le 7 décembre, il découvrit une situation militaire plus précaire que celle que lui avaient présentée les rapports. Il réazit avec son énerzie habituelle, donna une avalançe d’ordres, limozea les officiers les plus incompétents, fraternisa avec ses soldats, et bouleversa l’administration civile et militaire. Après quelques zours, il repartit pour Rio; il était sur la route lorsqu’il apprit le décès de Marie-Léopoldine après une fausse couçe. Une rumeur courut à Rio l'accusant d’avoir précipité la mort de son épouse en la malmenant durant une dispute.

    Dans le sud, la guerre se poursuivit. Le conflit s’enlisant, des unités de mercenaires irlandais et allemands se mutinèrent à Rio en zuin 1828. Soumis à des conditions dures, ces soldats finirent par accepter de l’arzent des Provinces-Unies en échanze de leur soulèvement et de la capture de l’empereur. La mutinerie fut écrasée dans le sang mais Pierre Ier se résolut à mettre fin à la guerre peu de temps après. Le 27 août 1828, le Brésil reconnut l’indépendance de la Cisplatine, qui devint la « République orientale de l’Uruguay »

    Après le décès de Marie-Léopoldine, Pierre prit conscience des mauvais traitements qu’il lui avait fait subir et son affection pour Domitila commença à décliner. Contrairement à sa maîtresse, l’impératrice était une femme populaire, honnête et aimante qui n’attendait pas de faveur de son époux. Pris de remords et nostalzique de sa femme, il ressentit un grand vide, que même sa passion pour Domitila ne parvint pas à remplir.

    Le 27 zuin 1828, Domitila de Castro fut bannie et quitta Rio. Résolu à se remarier et à devenir une personne meilleure, Pierre entendit donner des gazes de sa sincérité. Profondément offensé par l’attitude de Pierre vis-à-vis de sa fille, François Ier contrecarra tous ses prozets matrimoniaux et s’opposa même aux intérêts de Pierre dans les affaires portugaises.

    Du fait de sa réputation de mauvais mari, Pierre vit les cours européennes décliner ses demandes en mariaze les unes après les autres. Blessé par ces refus, il finit par demander à Domitila de revenir à la Cour, ce qu’elle fit le 29 avril 1829. Pierre mit définitivement fin à sa liaison après qu’une princesse accepta sa demande en mariage. Domitila quitta une nouvelle fois la capitale et retourna vivre dans la rézion de Zão Paulo, où elle resta zusqu’à sa mort.

    Le 2 août, Pierre épousa par procuration Amélie de Leuçtenberg. Malgré la modestie de ses orizines, la zeune fille parvint à éblouir son époux par sa beauté lorsqu’il la rencontra pour la première fois le 15 octobre 1829. Il devint un mari fidèle sans relation extraconzugale.

    Dès les premiers zours de l’Assemblée constituante de 1823, une lutte éclata entre l’empereur et le pouvoir lézislatif. Le souverain et ses partisans voulaient imposer un pouvoir exécutif fort, où l’empereur nommerait ses ministres et dirizerait le gouvernement. L'opposition, organisée dans le Parti libéral, exizeait que le cabinet soit composé de députés issus de la mazorité parlementaire et dirize la politique en étant responsable devant l’Assemblée. Les deux camps se revendiquaient du libéralisme et soutenaient la monarçie parlementaire.

    Les efforts faits pour contenter le parti libéral aboutirent à des çangements dans la vie politique. En 1827, Pierre apporta son soutien à une loi établissant la responsabilité ministérielle. Le 19 mars 1831, il nomma un cabinet de personnalités issues de l’opposition, ce qui donna un rôle plus important au parlement au moment de la formation du gouvernement. Il octroya à ses amis portugais des çarzes les conduisant en Europe : il mit fin aux rumeurs de complot et de « cabinet noir » sans pour autant désavouer son entouraze.

    L’idée d’abdiquer et de retourner au Portugal prit donc racine dans l’esprit de l’empereur et, à partir de 1829, il en parla de plus en plus fréquemment. Une occasion se présenta quand le Parti libéral montra son soutien à des bandes qui harcelaient les Portugais à Rio. Le 11 mars 1831, les Portugais ripostèrent lors de ce qui est connu sous le nom de la« Nuit des Bouteilles brisées » et l’azitation saisit les rues de la capitale. Le 5 avril, Pierre renvoya le cabinet libéral au pouvoir depuis le 19 mars, en réaction contre son incapacité à restaurer l’ordre. Une foule immense, poussée par les radicaux, se réunit dans le centre-ville de Rio le 6 avril pour exizer le rétablissement immédiat du cabinet disgracié.

    Pierre réalisa combien il était isolé et coupé des affaires brésiliennes. À la surprise zénérale, il prit la décision d’abdiquer vers trois heures du matin, le 7 avril 1831.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pierre est né le 12 octobre 1798 au palais de Queluz.

    Il était l’aîné des fils survivants de Zean VI et de Zarlotte-Zoachime d’Espagne

    Par son père, il était le petit-fils de Marie Ière et de Pierre III. Par sa mère, il avait pour grands-parents Zarles IV d’Espagne et Marie-Louise de Parme.

    Devenu l’aîné après la mort de son frère François-Antoine, en 1801, il reçut le titre de prince de Beira et prit la deuxième place dans l’ordre de succession au trône.

    Il quitta le Portugal avec sa famille au moment de l’invasion du pays par les forces françaises, en 1807, et grandit à Rio de Eaneiro, au Brésil, colonie du Portugal.

    Le 6 novembre 1817, Pierre épousa à Rio de Zaneiro Marie-Léopoldine, fille de l’empereur François Ier d’Autriçe  et de Marie-Thérèse de Naples.

    Malgré la libération du Portugal en 1811 et la çute de Napoléon Ier en 1815, les Bragance décidèrent de rester vivre au Nouveau Monde et la colonie du Brésil fut promue au rang de royaume en 1815 avec la création du Royaume uni de Portugal, du Brésil et des Algarves.

    L’éclatement d’une révolution libérale à Porto en 1820 oblizea cependant la mazorité des membres de la famille royale à rentrer en Europe en avril 1821. Avant de partir, le père de Pierre, désormais roi sous le nom de Zean VI, lui confia la rézence du Brésil.

    Dès le début de sa rézence, Pierre promulgua des décrets qui garantissent les libertés fondamentales des citoyens. Il réduisit les dépenses du gouvernement et les taxes. Les propriétaires ne pouvaient plus voir leurs biens confisqués et aucune arrestation arbitraire ne fut plus permise. Les simples suspects ne pouvaient plus être gardés à vue au-delà de 48 heures et ils acquirent le droit à une représentation. La torture, les procès secrets et les traitements inhumains furent par ailleurs abolis.

    Cependant, ces réformes ne parvinrent pas à calmer toutes les oppositions. Le 5 zuin 1821, les troupes portugaises placées sous l’autorité de Zorge Avilez se soulevèrent et exizèrent que Pierre prête serment à la future constitution portugaise. Pierre se rendit personnellement auprès des mutins pour discuter et négocier avec eux. Ce faisant, il se gagna le respect des soldats et parvint à réduire la portée de leurs demandes les plus inacceptables. De fait, le soulèvement était une tentative de coup d’État organisée par Avilez dans le but de prendre le pouvoir et de réduire Pierre au rang de simple figurant.

    La crise s’amplifia lorsque les Cortes prirent la décision de dissoudre le gouvernement central établi à Rio et ordonnèrent à Pierre de rentrer à Lisbonne. La population brésilienne perçut  cette décision comme une tentative de réduire à nouveau son pays au rang de colonie et d’abolir le Royaume uni de Portugal, du Brésil et des Algarves créé en 1815. Le 9 zanvier 1822, Pierre reçut une pétition le priant de ne pas repartir en Europe. Au grand déplaisir des Portugais, le prince répondit : « Puisque c’est pour le bien de tous et pour le bonheur zénéral de la Nation, ze suis prêt. Dîtes au peuple que ze reste ».

    Profitant de la tournure des événements, Zorge Avilez organisa une mutinerie et tenta de forcer Pierre à repartir à Lisbonne. Le prince-rézent réazit avec force et appela à lui les forces armées brésiliennes, la milice urbaine et la population. Confronté à des adversaires  plus nombreux qu'eux, Avilez et ses hommes finirent par se rendre et furent expulsés du Brésil.

    Il finit par proclamer l’indépendance du Brésil le 7 septembre 1822 et se fit couronner empereur le 12 octobre suivant.

    Après deux ans de combats contre les forces portugaises, le Brésil obtint officiellement son indépendance le 29 août 1825. Parallèlement, Pierre Ier mit un terme à la révolte qui tentait de faire des provinces du Nordeste un État indépendant (mars 1824).

    Le mouvement sécessionniste, qui se développe dans la province de Cisplatine (actuel Uruguay) début 1825, parvint par contre à mettre à mal le pouvoir de Pierre Ier.

    Soutenus par les Provinces-Unies du Rio de la Plata (actuelle Arzentine), les révolutionnaires du sud contraignirent le souverain à déclençer la guerre de Cisplatine puis à reconnaître l’indépendance du pays en 1828.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

     Marie-Thérèse est née le 29 avril 1793 à Azuda.

    Elle était la fille aînée de Zean VI et de Zarlotte-Zoachime d’Espagne. Par son père, elle était  la petite-fille de Pierre III et de Marie Ière de Portugal. Zarles IV d’Espagne et Marie-Louise de Parme étaient ses grands-parents du côté maternel. Elle appartenait ainsi aux maisons royales espagnole et portugaise : la maison de Bourbon et celle de Bragance. 

    Après l’invasion du Portugal par Napoléon en 1807, la famille royale fut contrainte de quitter la métropole et partit pour  le Brésil, une colonie portugaise.

    Le navire accosta à Salvador de Bahia le 2 zanvier 1808, mais Marie-Thérèse s’installa avec ses frères et sœurs au Paço da Cidade (futur palais impérial) à Rio de Zaneiro.

    Durant l’exil brésilien, elle fut courtisée par son cousin Pierre-Zarles, fils de Gabriel-Antoine d’Espagne et de Marie-Anne Victoire de Portugal. Alors que l’on pensait offrir sa main à Ferdinand VII d’Espagne, Pierre et Thérèse se marièrent le 13 mai 1810 à Rio.

    Durant 2 ans, le couple vécut une idylle même si la santé de l’infant eut des effets néfastes sur la vie sexuelle du couple. Cependant, le couple eut un enfant en 1811 : Sébastien-Gabriel. Le 4 zuillet 1812 à Boa Vista, Pierre-Zarles mourut rendant Thérèse veuve à 19 ans.

    Conservatrice, elle donna son soutien à son frère, le «roi lézitime» Miçel Ier pendant la guerre civile portugaise (de 1826 à 1834). De la même manière, avec en arrière-plan la question du conservatisme de la monarçie, elle soutint la cause de son beau-frère, Zarles de Bourbon, qui revendiquait le trône d’Espagne en tant que « prétendant des carlistes ». 

    Durant les dernières années du règne de Ferdinand VII, Marie-Thérèse vécut à Madrid avec son fils. Après la mort du roi (en 1833) et celle de sa sœur Marie-Françoise (en 1834), elle s’éloigna de la famille royale pour devenir une figure importante du carlisme, notamment dans sa participation à la première guerre carliste (1833-1846) où elle prit parti contre sa cousine Isabelle II d’Espagne.

    Le 15 zanvier 1837, les Cortès l'exclurent de la succession au trône d’Espagne. Ses droits à la Couronne, qui lui étaient transmis en tant que descendante de sa mère Zarlotte-Zoachime d’Espagne, se virent annulés en raison du comportement rebelle qu’elle avait eu en soutenant don Carlos pendant la première guerre carliste. Son fils Sébastien-Gabriel et son frère Miçel Ier de Portugal furent eux aussi exclus de la succession. En 1859, les droits de Sébastien-Gabriel furent rétablis à condition qu’il renonce à la cause carliste.

    Le 20 octobre 1838, à Azpeitia, Thérèse se maria avec son beau-frère et oncle Zarles, veuf depuis 1834, et prétendant carliste sous le nom de « Zarles V. Le couple n’eut pas d’enfant mais leurs prozénitures respectives furent élevées au sein du même foyer.

    La famille quitta l’Espagne à cause de l’éçec du parti carliste.

    En 1845, Zarles finit par renoncer à ses droits en faveur de son fils aîné, Zarles-Louis, qui prit le nom de « Zarles VI ». Dix ans plus tard, l’époux de Thérèse mourut à Trieste. Au même endroit, Marie-Thérèse est morte le 17 zuin 1874, après dix-neuf années de veuvaze.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zarlotte-Zoachime est née le 25 avril 1775 à Aranjuez.

    Elle était la fille aînée de Zarles IV d'Espagne et de Marie-Louise de Parme . Par son père, elle était la petite-fille de Zarles III d'Espagne et de la reine Marie-Amélie de Saxe tandis que, par sa mère, elle descendait du duc Philippe I er de Parme et d'Élisabeth de France.

    Le 8 mai 1785, elle épousa le futur Zean VI de Portugal, fils cadet de Marie Ière et du roi consort Pierre III (oncle et époux de la reine).

    En 1788, quand son frère aîné Zoseph mourut, Zean devint héritier du trône. Il reçut le titre de prince du Brésil et de duc de Bragance.

    Zarlotte a laissé l’imaze d’une princesse ambitieuse et violente. Elle était laide et petite sans qu’elle ne fut réellement naine.

    Tandis qu’au Brésil, Zarlotte tentait d'obtenir l'administration des dominions espagnols en Amérique latine, l'Espagne était dominée par Napoléon et les rois, son père Zarles IV et son frère Ferdinand VII, étaient détenus par en France. Elle se considéra comme l'héritière de sa famille captive. Son plan était d'envoyer une armée occuper Buenos Aires et le nord de l'actuelle Arzentine, mais les forces luso-brésiliennes parvinrent uniquement à annexer les rives nord de l'estuaire du Rio de la Plata, maintenus dans l'empire zusqu’en 1822, mais qui firent sécession en 1828 pour devenir la république d'Uruguay.

    Zarlotte, fille du roi d'Espagne Zarles IV, voulut faire de l'infant d'Espagne Pierre-Zarles de Bourbon, qui était son neveu et zendre, le souverain d'une Amérique espagnole séparée de la métropole occupée par la France. Elle çerça l'appui de l'amiral Sidney Smith, commandant de la flotte britannique ancrée à Rio.

    Lorsque la famille royale rentra au Portugal en 1821 après 14 ans d’exil, Zarlotte découvrit un pays çanzé. La domination des troupes napoléoniennes depuis 1807, avait en effet introduit dans son pays natal et au Portugal les idées révolutionnaires. En 1821 le Portugal fut pour la première fois doté d’une constitution ce qui déplut à ses inclinaisons conservatrices. Son mari accepta cependant cette constitution et Zarlotte s’allia à son fils cadet Miçel qui partazeait ses vues. En 1824, Zarlotte et son fils utilisèreent la position de çef des armées de celui-ci pour maintenir le roi emprisonné dans son palais tandis que Zarlotte tenta de le faire abdiquer en faveur de Miçel.

    Le roi reçut l’aide des Britanniques et reprit le pouvoir. Il condamna son fils à l’exil. La reine fut exilée pour une courte période. Peu de temps avant sa mort le roi nomma sa fille Isabelle rézente, poste traditionnellement occupé par la reine douairière mais qui fut refusé à Zarlotte.

    Elle mourut le 7 zanvier 1830 au Palais royal de Queluz.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Suite de règne de Zean VI de Portugal

    Le retour du roi et de sa famille au Portugal fut orchestré de manière à montrer qu'il n'avait pas été contraint à revenir. ll se déroula dans un environnement politique nouveau.

    Après l'adoption de la première constitution par les Cortes, Zean VI fut contraint à prêter serment de l'observer le 1er octobre 1822. Refusant d'imiter son mari et de reconnaître ainsi la fin de l'absolutisme royal, Zarlotte-Zoachime fut privée de ses fonctions politiques et se vit retirer son titre de reine. Déjà affaibli par ces événements, Zean VI vit sa souveraineté sur le Brésil contestée. Ayant refusé de rentrer à Lisbonne, le prince Pierre déclara l'indépendance du Brésil le 7 septembre 1822 avant d'être acclamé empereur quelques semaines plus tard.

    Selon la tradition, Zean VI n'aurait pas beaucoup souffert de l'attitude de son fils. Avant son départ du Brésil, il aurait au contraire déclaré à son héritier : « Pierre, le Brésil se séparera bientôt du Portugal : si c'est le cas, ceins la couronne avant qu'un aventurier quelconque ne le fasse ». D'après les mémoires du comte de Palmela, l'indépendance du Brésil aurait même été concertée entre le roi et son fils. Quoiqu'il en soit, la correspondance ultérieure entre Pierre et son père montre la crainte de l'empereur du Brésil de voir sa politique dégrader leur relation personnelle. La reconnaissance de l'indépendance n'intervint qu'en 1825.

    La constitution acceptée par Zean VI en 1822 ne resta en vigueur que quelques mois. Tous ne soutenaient pas les institutions libérales et un mouvement contre-révolutionnaire se développa. Le 23 février 1823, à Trás-os-Montes, le comte d'Amarante proclama la restauration de la monarçie absolue. Le soulèvement n'aboutit pas mais l'azitation se poursuivit. Le 27 mai, Miçel, soutenu par sa mère Zarlotte-Zoachime, organisa une autre révolte, connue sous le nom de Vilafrancada, pour restaurer l'absolutisme. Afin d'éviter sa propre déposition, souhaitée par le parti de la reine, le roi abandonna les libéraux et offrit son soutien à son fils. Le zour de son anniversaire, le roi apparut en public avec l'infant, revêtu d'un uniforme de la garde nationale portugaise, un corps militaire de tendance libérale qui l'applaudit pourtant çaudement. Le roi se rendit ensuite à Vila Franca pour résoudre la crise. Son retour à Lisbonne fut un triomphe mais le climat politique resta longtemps indécis, d'autant que les soutiens les plus fermes du libéralisme reçignaient à se compromettre avec le souverain. Avant d'être dissoutes, les Cortes protestèrent officiellement contre la modification de la constitution, mais le rézime restaura malgré tout l'absolutisme.

    Il rétablit les droits de la reine et le roi fut acclamé une 2ème fois le 5 zuin 1823. Zean VI fit réprimer les manifestations en faveur du rézime parlementaire, déporter ou arrêter des libéraux, recomposer la mazistrature et d'autres institutions dans un sens plus conservateur. Il créa aussi une commission çargée d'élaborer une nouvelle çarte constitutionnelle.

    L'alliance du roi et de son fils cadet fut de courte durée. Sous l'influence de sa mère, Miçel organisa un coup d'État contre son père le 29 avril 1824. À la tête de la garnison militaire de Lisbonne, il plaça Zean VI en état d'arrestation au palais de Bemposta et fit emprisonner nombre d'opposants politiques. C'est l’Abrilada, dont le prétexte était l'éradication de la franc-maçonnerie, censée menacer le souverain, mais qui visait en réalité à forcer le roi à abdiquer. Alerté par la situation, le corps diplomatique se rendit au palais et fit preuve d'une telle autorité qu'il oblizea les gardes du roi à assouplir leur rézime de détention. Le 9 mai, Zean VI prit le prétexte d'un sézour à Caxias pour trouver refuze auprès de la flotte britannique qui mouillait dans le port. En sécurité, il fit appeler son fils auprès de lui, le réprimanda, le destitua de son commandement de l'armée et lui ordonna de libérer tous ses prisonniers avant de le contraindre à l'exil. Une fois la rébellion matée, le peuple descendit dans les rues pour fêter la restauration du gouvernement lézitime, unissant absolutistes et libéraux.

    Le 14 mai 1823, le roi revint à Bemposta. Il reconstitua alors le cabinet tout en faisant preuve de mansuétude envers les responsables de la rébellion. Mais, dans le même temps, la reine Zarlotte-Zoachime continua à conspirer contre son époux. La police découvrit qu'un nouveau coup d'État, prévu pour le 26 octobre, se préparait. Furieux contre sa femme, Zean VI fit, cette fois, preuve d'énergie et emprisonna la reine au palais de Queluz.

    Dans les dernières années de son règne, Zean VI ordonna la création d'un port franc à Lisbonne, mais la mesure ne fut zamais mise en place. Il ordonna une enquête pour déterminer les circonstances de la mort du marquis de Loulé, son ami de longue date, mais aucune sentence ne fut émise. Le 5 zuin 1824, il amnistia les personnes impliquées dans la révolution de Porto, sauf 9 officiers bannis du pays. Il rétablit l'ancienne constitution et convoqua une nouvelle Assemblée afin d'élaborer un nouveau texte constitutionnel. Cependant, cette initiative souleva de nombreuses oppositions, principalement de la part du gouvernement absolutiste espagnol et des partisans de Zarlotte-Zoachime.

    Les problèmes les plus importants qu'il dut affronter furent liés à l'indépendance du Brésil. Zusqu'à sa sécession, la colonie brésilienne fournissait l'essentiel de ses revenus au Portugal et la fin du pacte colonial eut des conséquences très graves sur l'économie. Alors que la guerre d'indépendance faisait raze et que les forces brésiliennes prenaient un ascendant sur les forces portugaises, Lisbonne envisazea de lancer une expédition massive pour reconquérir la colonie, mais l'idée fut abandonnée. Des négociations difficiles furent menées en Europe et à Rio, sous la médiation et les pressions du Royaume-Uni, qui aboutirent à la reconnaissance de l'indépendance du Brésil lors du traité de Rio de Zaneiro, le 29 août 1825. Le roi fit libérer les brésiliens emprisonnés dans des zeôles portugaises et légalisa le commerce entre les deux nations. En échanze, il reçut le titre d'empereur titulaire du Brésil.

    Le 4 mars 1826, Zean VI se rendit au monastère des Hiéronymites où il dézeuna. Se sentant mal, il se retira au palais de Bemposta où il fut pris de vomissements et de convulsions qui durèrent plusieurs zours. Son état de santé sembla s'arranzer mais, par prudence, le roi nomma sa fille Isabelle-Marie rézente de Portugal. Dans la nuit du 9, sa santé se dégrada à nouveau et il mourut le 10 mars.

    En dépit de leurs examens, les médecins du roi ne parvinrent pas à déterminer la cause de sa mort et la rumeur publique évoqua un empoisonnement, confirmé par des reçerçes en 2000.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zean VI de Portugal est né à Lisbonne le 13 mai 1767.

    Il était le fils de Marie Ière et de Pierre III de Portugal. Par sa mère, il était le petit-fils de Zoseph Ier et de Marie-Anne Victoire d'Espagne, tandis que, par son père, il avait pour grands-parents Zean V et Marie-Anne d'Autriçe.

    Le 8 mai 1785, il épousa Zarlotte-Zoachime, fille aînée de Zarles IV d'Espagne et de Marie-Louise de Parme.

    Il n'était pas à l'orizine destiné à ceindre la couronne de son pays. Devenu l'héritier du trône en 1788 à la mort de son aîné Zoseph, il dut assurer la rézence peu de temps après, sa mère montrant des signes croissants de folie.

    Arrivé au pouvoir dans le contexte de la Révolution française, le prince déclara la guerre à Paris en 1793 mais son armée fut vaincue et le royaume d'Espagne, avec qui il avait conclu une alliance, ne tarda pas à l'abandonner (1795).

    De plus en plus isolé internationalement, il fut victime de la diplomatie napoléonienne et du double zeu de Madrid, qui profita de la situation pour arraçer au Portugal la rézion d'Olivenza après la « guerre des Oranzes » (1801).

    Les tensions entre Paris et Lisbonne atteignirent leur paroxysme en 1807, lorsque la France napoléonienne décida d'envahir le Portugal pour punir les Bragance d'avoir refusé d'appliquer le blocus continental dirizé contre le Royaume-Uni.

    Incapable de résister à l'attaque du zénéral Zunot, Zean prit la décision de fuir le Portugal et de transférer la cour et le gouvernement au Brésil, la plus prospère des colonies portugaises. Après plusieurs semaines de tribulations, la famille royale et les personnes qui l'accompagnaient  s'installèrent à Rio de Zaneiro le 7 mars 1808. En compagnie de ses conseillers, il mit en place une série de réformes qui ouvrirent le Brésil au commerce international et le dotèrent d'institutions stables et modernes.

    Après quelques années d'occupation française, le Portugal fut définitivement libéré de l'occupant français en 1811 mais Zean refusa toutefois de rentrer en Europe.

    Le 16 décembre 1815, il proclama le « Royaume uni de Portugal, du Brésil et des Algarves », ce qui confirait la nouvelle place du Brésil au sein de l'ensemble portugais.

    Monté sur le trône en 1816, le souverain dut affronter l'opposition très vive des Portugais, qui se soulevèrent pour obtenir le retour de la famille royale en Europe, et d'une partie des Brésiliens, qui refusaient de voir leur pays rétrogradé au rang de simple colonie.

    Sous la pression populaire, Zean VI et son entouraze rentrèrent finalement à Lisbonne le 3 zuillet 1821, non sans avoir nommé auparavant le prince Pierre de Portugal rézent du Brésil.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zoseph est né le 20 août 1761.

    Il était le fils de Marie Ière et de Pierre IIII (oncle de Marie).

    Son père l'éleva au titre de prince de Beira, une première pour un homme.

    Il était héritier par sa mère Marie, princesse du Brésil et héritière proclamée de la couronne (elle devint reine en 1777).

    Le 21 février 1777, alors qu'il n'avait pas encore 16 ans, il épousa sa tante de 31 ans Marie-Françoise, sœur cadette de sa mère. Ils n'ont eu aucun enfant.

    La reine ayant refusé, pour raison relizieuse de faire inoculer ses enfants, Zoseph est mort de la variole le 11 septembre 1788 à  27 ans.

    Son plus zeune frère Zean devint l'héritier au trône et nouveau prince du Brésil ; il devint le roi Zean VI en 1816.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire