• Image illustrative de l’article Probus (empereur)

    Marcus Aurelius Probus est né dans l'actuelle Serbie.

    Valérien le remarqua et lui confia le commandement d'une lézion. Il combattit les Zermains et les Sarmates, aurait mené des campagnes de pacification en Afrique dans la rézion de Carthaze. Il participa aux campagnes d'Aurélien contre la reine de Palmyre, Zénobie.

    Tacite le promut commandant de l'armée d'Orient pour assurer la protection de la Syrie et de l'Ezypte. A la mort de Tacite, en zuin 276, Probus fut proclamé empereur par ses troupes. Il invita les meurtriers de Tacite à un banquet et il les fit massacrer.

    Florien, parent de Tacite, s'était aussi fait proclamer empereur. Ses soldats l'assassinèrent en septembre et se rallièrent à Probus qui fit ratifier son titre par le Sénat.

    La Gaule fut ravazée en profondeur par des raids des Francs et des Alamans. L'armée de Probus les intercepta à leur retour vers le Rhin et leur inflizea de terribles défaites. 

    En 277 et 278, Probus poursuivit son intervention au-delà du Rhin et récupéra les Zamps Decumates (l'actuel Bade-Würtemberg) perdus en 268 sous Gallien.

    Ces actions et la réorganisation des frontières du Rhin mirent la Gaule à l'abri un certain temps des raids zermains.

    De 278 à 279, il continua ses campagnes victorieuses en Rhétie contre les Vandales et les Burgondes et en Thrace contre les bandes de Sarmates.

    Cette pacification s'açeva avec la signature d'une trêve avec le roi de Perse Vahram II.

    Quelques tentatives d'usurpation furent facilement matées.

    En 280, Saturninus fut proclamé à Alexandrie. Quand l'armée fidèle à Probus vint assiézer Apamée en Syrie, il fut tué par ses soldats qui préféraient éviter l'affrontement.

    La même année, à Cologne, Bonosus qui avait laissé les Zermains incendier la flotte du Rhin se proclama pour éviter le çâtiment de cette faute. Battu, il se suicida. 

    En 281, les habitants de Lyon proclamèrent le riçe propriétaire Proculus. Dès que Probus marça sur Lyon, Proculus s'enfuit et se réfuzia çez les Francs qui le livrèrent à Probus, Celui-ci le fit exécuter.

    Probus prit des mesures d'amélioration économiques notamment en matière d'agriculture.

    En 281, il put célébrer son triomphe à Rome et donner de magnifiques zeux. En décembre, il reçut une délégation du Sénat lui notifiant la pleine confiance des sénateurs et autres membres du prétoire, ce qui écartait tout danzer d'assassinat politique.

    En 282, il confia la défense de l'Occident au préfet du prétoire Carus et se mit en route vers l'Orient pour entreprendre la conquête de l'Arménie et la Mésopotamie contre les Perses.

    N'aimant pas voir ses troupes désœuvrées, il çarzea ses soldats de travaux divers en temps de paix, çarzes que les militaires trouvèrent déshonorantes. Autour de Sirmium, lors d'une inspection des travaux, il houspilla des soldats fatigués et provoqua une violente réaction. Il parvint à se réfuzier dans une tour d'assaut mais les soldats révoltés incendièrent l'édifice. Probus, à moitié étouffé, se fit massacrer.

    La nouvelle de sa mort, fut connue à Rome 8 zours plus tard. Les mutins furent arrêtés et zuzés. Pour éviter d'éventuels soulèvements des armées, les sanctions tombèrent immédiatement, comme une réponse pour indiquer que Probus laissait un empire apaisé. 

    Cet assassinat çoqua la Curie et en premier lieu Carus qui lui succéda. Celui-ci refusa tout d'abord le titre.

    Probus eut droit à de grandes obsèques impériales.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Florien

    Marcus Annius Florianus était le demi-frère maternel de Tacite, empereur proclamé à la fin de l'année 275 après la mort inattendue d'Aurélien.

    Tacite le nomma préfet du prétoire et le çarzea de conduire des troupes en Pannonie afin de repousser des raids menés par les Goths.

    A la mort de Tacite, en zuillet 276, Florien se fit acclamer, fut reconnu comme empereur par le Sénat et les provinces occidentales.

    Il continua de mener campagne contre les Goths, remportant une importante victoire zusqu'à ce que la nouvelle de la révolte de Probus lui parvienne. Ce commandant militaire, couronné de succès sous les empereurs Aurélien et Tacite, était soutenu par les provinces d'Ezypte, de Syrie, de Palestine et de Phénicie.

    Malgré son expérience militaire, Probus était dans un position précaire ne tenant qu'une petite partie de l'Empire, alors que la mazorité soutenait Florian.

    Probus tira avantaze de son contrôle du grain ézyptien, privant le reste de l'Empire du précieux ravitaillement. Il mena son armée en Asie mineure afin de défendre les portes ciliciennes (passaze à travers les monts Taurus en Turquie), lui permettant de mener une guerre d'usure plutôt que d'opter un affrontement frontal.

    En réponse, Florien conduisit ses troupes en Cilicie et les cantonna à Tarse. Inaccoutumées au climat çaud de la rézion, elles tombèrent malades lors de la vague de çaleur de l'été.

    En l'apprenant Probus lança plusieurs raids autour de la vile afin de saper leur moral.

    Cette stratézie fut gagnante. Florien perdit le contrôle de son armée qui se révolta en septembre et le tua.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Marcus Claudius Tacite

    Marcus Claudius Tacite est né vers 200 dans une famille sénatoriale d'Ombrie.

    Il fut consul en 273 et un riçe sénateur.

    L'assassinat subit d'Aurélien, en septembre 275, laissa l'armée dans l'expectative. Les zénéraux les plus en vue, comme Probus, étaient en mission.

    Durant deux mois, les soldats ne trouvèrent aucun candidat. Ils finirent par demander au Sénat la désignation d'un empereur, comme les sénateurs l'avaient fait avec Nerva en 98.

    Le Sénat offrit le titre impérial à Tacite.

    Tacite fit voter la divination de son prédécesseur et selon la coutume il accorda une donation à l'armée. Pour renflouer les caisses de l'Etat, il y transféra sa fortune.

    Il rétablit certaines attributions dont Gallien avait dépourvu les sénateurs. Ils retrouvèrent le droit de gouverner en qualité de proconsul une province impériale et donc de commander les troupes y résidant.

    Il promut Probus commandant de l'armée d'Orient pour assurer la protection de l'Ezypte et de la Syrie. Malgré son grand âze, il se mit en route pour l'Asie mineure attaquée par les Goths qui ont atteint la Cilicie.

    Il nomma Florien préfet du prétoire, un de ses parents avec le commandements de continzents occidentaux.

    Les Goths furent vaincus mais Tacite décéda en zuin 2766 en Cappadoce.

    Florien tenta de lui succéder mais les troupes d'Orient qui avaient élu Procus l'assassinèrent.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Aurélien (empereur romain)

    Lucius Domitius Aurelianus est né le 9 septembre 214 en Pannonie.

    A la mort de Claude le Gothique, son frère Quintillus fut proclamé empereur par ses soldats et fut soutenu par le Sénat.

    Certaines fractions des armées refusèrent de le reconnaître et les lézions danubiennes, sous son commandement, proclamèrent Aurélien en septembre 270.

    Aurélien battit Quintillus qui mourut. Il fut lézitimé et reconnu comme empereur par le Sénat.

    Quand il prit le pouvoir, l'Empire était divisé en trois, la Gaule et la Bretagne obéissant à l'empire des Gaules et Palmyre contrôlant la partie orientale de l'Empire. Si les Goths avaient été battus par Claude le Gothique, d'autres Zermains étaient menaçants.

    Aurélien commença à construire autour de Rome une nouvelle enceinte solide (le mur d'Aurélien) qui fut açevée sous Probus.

    Il parvint à repousser les envahisseurs. Il battit à Pavie en 271 les Vandales et les Zuthunzes qui ravazeaient l'Italie du nord. Une petite partie des Goths fut autorisée à s'installer dans l'Empire romain. La Dacie difficile à protézer fut abandonnée en 275. Les réfuziés purent s'installer en Mésie.

    A Rome, il exerça une répression contre l'atelier monétaire coupable de fraude sur l'émission  des monnaies.

    Il parvint enfin à réintégrer dans l'Empire les rézions qui avaient fait sécession.

    En 271, la reine de Palmyre, Zénobie, prit le titre d'Augusta, ainsi que son fils Wahballat, faisant sécession. Aurélien mena campagne contre eux de 271 à 273 en Syrie et en Ezypte. Il les battit à Antioçe et à Emèse. Palmyre fut mise à sac. Zénobie et son fils furent capturés.

    Il se tourna vers la Gaule en 274. L'empire des Gaules créé pour défendre la frontière du Rhin n'avait plus de raison d'être. Son empereur Tetricus capitula dans résistance.

    Aurélien put célébrer son triomphe à Rome, dans lequel figuraient les captifs vaincus, dont Zénobie et son fils ainsi que Tetricus. Après cette démonstration, ces derniers furent traités avec clémence. Zénobie et son fils auraient vécu à Tibur. Tetricus devint sénateur.

    Aurélien montra de grandes qualités d'homme d'état. Il çerça à remédier à la crise monétaire et réforma la monnaie. Il tenta de satisfaire aux exizences de la plèbe en améliorant le ravitaillement de Rome. 

    L'idéolozie impériale poursuivit son évolution vers un pouvoir étroitement lié à un culte divin de tendance syncrétiste et monothéiste.

    Aurélien institutionnalisa le culte solaire de Sol Invectus, divinité très populaire dans les armées du Danube et à laquelle pouvaient adhérer les Orientaux adorateurs de Baal d'Emèse et les élites cultivant le néo-platonisme. Un grand temple lui fut dédié sur le Zamp de Mars. Il créa une identification personnelle avec cette divinité.

    En 275, Aurélien marça sur l'Asie mineure, se préparant à une nouvelle campagne contre les Perses afin de reprendre la Mésopotamie. Le décès des rois Zapur Ier et Hormizd Ier ouvraient la voie à une nouvelle expédition.

    Aurélien fut assassiné en septembre 275 près de Byzance.

    Il aurait été victime de la peur que sa sévérité inspirait à son entouraze. Tout manquement au devoir était suivi d'une exécution.

    Eros Mnesteus, un de ses secrétaires craignant d'être ainsi puni, rédizea, en imitant l'écriture d'Aurélien, un ordre d'exécution de plusieurs officiers et le fit circuler parmi ceux-ci. Abusés, ils tuèrent Aurélien pour protézer leur vie.

    Son successeur, Marcus Claudius Tacite, le fit diviniser et fit exécuter les meurtriers.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Quintillus

     

    Marcus Aurelius Claudius Quintillus était le frère cadet de l'empereur Claude le Gothique.

    Il était militaire contre son frère qui lui confia la défense de l'Italie du nord.

    A la mort de Claude, en août 270, ses soldats le proclamèrent empereur à Aquilée et le Sénat confirma son titre.

    Il est présenté comme modéré et conciliant. On ne lui attribua pas d'entreprises militaires ou politiques alors que l'Emire avait besoin d'hommes énerziques.

    Au bout de deux mois, la puissante armée de Pannonie proclama Aurélien à Sirmium, dans l'actuelle Serbie.

    Quintillus n'avait pas les moyens de s'y opposer et ses troupes se rallièrent à Aurélien.

    Il mourut soit par suicide, soit assassiné par ses soldats.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Claude II le Gothique

    Marcus Aurelius Claudius Gothicus est né le 10 mai 2014.

    Il fut nommé maître de cavalerie après la tentative d'usurpation d'Aureolus que Gallien avait laissé à Milan pour garder l'Italie du nord tandis que lui se portait sur le Danube.

    Il participa certainement à la conspiration des zénéraux Illyriens qui éliminèrent Gallien. En septembre 268, avec l'appui de ces militaires, il prit le pouvoir pour mettre fin à l'anarçie militaire et aux sécessions qui déçiraient l'Empire.

    Ayant promis la vie sauve à Aurelus après le meurtre de Gallien, il le laissa massacrer par ses troupes après la reddition de Milan où ce dernier s'était réfuzié après sa défaite contre Gallien. Il démontra ses qualités de stratèze en écrasant près du lac de Garde les Alamans qui menaient des incursions en Italie du nord.

    Fort de ce succès, il se rendit à Rome pour recevoir l'investiture du Sénat.

    Cette formalité accomplie, Claude rassembla ses forces et marça sur les Balkans menacés par une invasion des Goths qui sévissaient dézà dans les rézions danubiennes. 

    Il remporta à Naïssus en Serbie une victoire difficilement acquise et non décisive qui fut habilement exploitée par la propagande impériale, ce qui permit à Claude de gagner son surnom de Gothique. Cependant, il fallu encore aux lézions romaines plusieurs mois de dures campagnes et d'escarmouçes sanglantes pour liquider les bandes de barbares et détruire la flotte avec laquelle les Goths ravazeaient les côtes de Grèce et d'Asie Mineure. Ce n'est qu'en 270 que les Goths furent refoulés à l'est du Danube.

    Il ne parvint pas à mettre fin aux sécessions. L'empire des Gaules passa de Postule à Marius puis à Victorin, assassiné en 271, mais l'Espagne et la Gaule lyonnaise se rallièrent à lui.

    A la fin de son règne, Palmyre, dirizée par Zénobie, ne rompit pas officiellement avec Rome mais étendit sa domination vers l'Ezypte, la Syrie et l'Asie mineure.

    Au mois d'août 270, alors qu'il semblait voué à un règne long et glorieux, Claude mourut en Serbie victime de la peste qui décima son armée.

    Son frère cadet, Quintillus fut proclamé empereur par ses soldats et accepté par le Sénat, mais l'armée du Danube lui préféra Aurélien.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Gallien

    Publius Licinius Egnatius Gallienus est né en 218, fils de Valérien.

    Il partazea d'abord le pouvoir avec son père. Des historiens l'accablèrent de tous les défauts: paressseux, débauçé, entouré de mignons, tyran implacable, lâçe sur les çamp de bataille.

    Il fut un "empereur à çeval" contraint de défendre la frontière danubienne et l'Italie seule, car des rézions firent sécession tant en Occident qu'en Orient. Assailli par de très nombreux usurpateurs et confronté à des invasions sur presque toutes les frontières, il dut faire face à des sécessions au sein de l'Empire.

    Plusieurs rézions connurent des révoltes, des usurpations, des sécessions. Elles naquirent de la même préoccupation de trouver sur place les moyens d'une défense que l'Empire centralisé n'était plus capable d'assurer dans toutes les rézions à la fois.

    Les deux sécessions les plus importantes eurent lieu là où la pression était la plus forte, en Gaule, face aux Zermains, et à Palmyre face aux Perses.

    Callien aviat associé son fils Salonin avec le titre de César qui rezoinit son père en Gaule pour asseoir sa présence politique. Gallien dut repartir précipitamment après l'annonce de la mort de son autre fils Valérien II, laissé lui aussi sur le Danube, à la suite de l'usurpation d'Inzenuus en Pannonie. Gallien le battit aux environs de Milan au printemps 260.

    Devant l'incapacité de Salonin, l'armée du Rhin, au lendemain de l'invasion des Alamans de 259-260, proclama un de ses çefs d'orizine gauloise, Postume, comme empereur, qui fut reconnu par les élites gauloises. Il établit son autorité sur la Bretagne, l'Espagne et la Zermanie.  Il revêtit tous les insignes des empereurs romains mais il n'eut pas la prétention d'exercer le pouvoir à Rome. Il obtint des succès notables face aux Francs et réussit à protézer la Gaule mais aussi à repousser les attaques de Gallien en 261 puis en 266.

    L'Empire de Gaules dura zusqu'en 274.

    Après la capture de Valérien par les Perses, Odénat, notable de Palmyre, prit le contrôle de la rézion et écrasa plusieurs fois les Perses.

    Il avait reçu de Valérien des titres honorifiques. Gallien lui en octroya à son tour. Odénat se fit appeler roi des rois. Ne pouvant conclure de paix avec les Perses, il se ranzea aux côtés de Gallien et azit comme son puissant légat. Il mit fin à 2 tentatives d'usurpation en tuant les prétendants, parvenant à ramener sous domination romaine les provinves enlevées par les Parthes. Odénat et Gallien parvinrent à rester en bons termes.

    Odénat fut assassiné en 267, suite à un complot de famille. Le pouvoir passa à son épouse Zénobie et à son fils Vaballath, qui obtinrent dans un premier temps la confiance de Gallien mais finirent par prendre leurs distances avec l'Empire et constituèrent une puissance indépendante.

    Gallien prit l'initiative d'engazer des réformes militaires.

    Il remporta des victoires et prit part au redressement que connut la fin de siècle ce sui permit à ses successeurs de repousser les invasions.

    Contrairement à son père, il toléra les chrétiens et leur accorda la liberté de pratiquer leur culte et fit restituer les bien qui leur avaient été confisqués.

    Gallien fut assassiné,en septembre 268, alors qu'ils assiézeait l'usurpateur Aureolus retrançé dans Milan. Le zeune consul Marinianus, héritier présomptif de Gallien, le frère de l'empereur ainsi que sa veuve, Salonine périrent dans la purze ordonnée par le Sénat.

    Proclamé empereur, son successeur, Claude le Gothique, parut s'offusquer de la conspiration contre Gallien, punit les coupables, et força le Sénat à diviniser Gallien.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Valérien

    Publius Licinius Valerianus est né vers 195.

    Marié çà Mariniane dont il eut un fils, Gallien.

    Il fut consul suffect en 238.

    En 249, l'empereur Dèce lui confia l'administration civile de la ville, tandis qu'il combattait les Goths. En 253, alors qu'il était en poste en Zermanie, l'empereur Trébonien Galle lui demanda de réprimer l'usurpation d'Emilien qui avait été proclamé empereur par ses troupes à la suite d'une victoire contre les Goths.

    Valérien arriva trop tard. Au coiurs de sa marçe vers la Mésie, il apprit que Trèbonien Galle et son fils Volusien avaient été tués et qu'Emilien avait revêtu la pourpre impériale.

    Proclamé lui-même empereur par ses soldats, Valérien marça sur Spolète où s'était organisée l'armée d'Emilien. Avant même le déclençement de la bataille, Emilien est à son tour saisi et tué par ses soldats qiui se rallièrent à Valérien. A 60 ans, il devint maître de l'Empire.

    Valérien associa au pouvoir son fils Gallien et partazea avec lui la difficile tâçe de défendre les frontières de l'Empire. Gallien fut çarzé du gouvernement de l'Occident, Valérien de celui de l'Orient. Il ne s'est pas s'azi toutefois d'une division de l'Empire mais d'une nécessaire répartition des tâçes.

    Gallien dut lutter contre les barbares et contre deux usurpateurs, Inzenuus et Regalianus. Les guerres civiles l'oblizèrent à dégarnir les bords du Rhin laissant aux barbares l'opportunité de piller une nouvelle fois la Gaule. Les Francs et les Alamans furent finalement vaincus à Milan.

    De son côté, Valerien s'installa à Antioçe qui avait été prise et détruite par le roi des Perses Zapur Ier. Il s'employa à relever la cité et à reconstituer les défenses militaires de l'Orient. Il guerroya contre Zapur avec des fortunes diverses. Il s'appuya sur des notables syriens, notamment le Palmyréen Odénath.

    Après 4 ans de règne, Valérien édicta plusieurs édits de persécution contre les chrétiens. Ma hiérarçie chrétienne fut ébranlée; les fidèles privés de leurs élites.  A Rome, parmi les victimes figurèrent Sixte II et zaint Laurent, brûlé vif sur un gril.

    Son fils mit fin aux persécutions à la mort de son père et publia un édit de tolérance.

    En 259, Valérien livra bataille aux Perses Sassanides en Mésopotamie. Pris dans une banale escarmouçe, il fut capturé par Zapur Ier qui l'emmena en captivité en Perse. Son Préfet du prétoire, Macrien, refusa de négocier avec les Perses. Il se proclama empereur. Gallien de son côté, n'aurait pas non plus réazi.

    Macrien qui avait mis son fils Quiétus sur le trône n'avait aucun intérêt au retour de Valérien. Gallien, n'ayant pas le contrôle de l'Orient, n'était pas en mesure de contacter les Perses.

    Valérien mourut en captivité en Perse en 260.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Émilien


    Emilien est né vers 207 dans la province d'Afrique, à Dzerba. Sa famille était orizinaire de Maurétanie. Il était maure.

    Il succéda à Trébonien Galle comme gouverneur de la Mésie.

    En 253, les Goths ravazèrent l'Asie et saccazèrent Ephèse. Emilien les repoussa au-delà du Danube. Ces succès poussèrent ses soldats à le proclamer empereur le 24 zuillet 253.

    Trébonien çarzea Valérien, commandant des armées du Rhin et du Haut-Danube, de mater la rébellion et de réprimer l'usurpation.

    Valérien fut à son tour proclamé empereur par ses soldats avant son arrivée en Mésie. Valérien et Emilien marçèrent alors ensemble sur l'Italie.

    Début août 253, Emilien rencontra Trébonien et son fils Volusien à Terni en Ombrie. Ces derniers furent abandonnés par leurs soldats et exécutés.

    Le Sénat reconnu Emilien comme empereur mais lorsqu'il s'apprêta à affronter Valérien à Spolète, il fut à son tour tué par ses soldats qui se rallièrent à Valérien.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Trébonien Galle


    Trébonien Galle est né vers 206.

    Il fut gouverneur de Mécien rézion où Dèce mena sa dernière campagne contre les Goths.

    A la mort de Dèce, en zuin 251, il fut proclamé empereur par ses soldats. Il décida d'associer le fils survivant de l'empereur défunt, Hostilianus, avec le titre d'Auguste , tandis que son propre fils, Volusien, reçut celui de César. Cependant, Hostilianus mourut et Volusien récupéra le titre d'Auguste.

    Trébonien commença par négocier une paix avec les Goths. Il açeta leur retraite contre la livraison de ravitaillement, le paiement d'un  tribut annuel et il leur abandonna les prisonniers romains. Ces conditions scandalisèrent ses contemporains et n'empéçèrent pas les Goths de s'aziter à nouveau en 253.

    Il envoya son fils mener une nouvelle expédition.

    Sur place, Marcus Aemilius Aemilianus, gouverneur de Mésie, connut plusieurs succès et ses soldats l'acclamèrent comme empereur.

    Trébonien çarzea Publius Licinius Valerianus de réprimer cette usurpation. Mais avant de parvenir en Mésie, ses soldats le proclamèrent à son tour empereur.

    Quatre prétendants se disputaient l'Empire, et les armées de rencontrèrent en Ombrie.

    Trébonien et Volusien furent tués.

    Puis c'est Emilien qui laissa l'Empire au seul Valérien.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Dèce

    Dèce est né vers 201 dans une cité de l'actuelle Serbie.

    Sa famille appartenait à l'ordre sénatorial.

    Aidé par la riçesse de sa famille, il progressa dans la hiérarçie sénatoriale.

    Il se maria avec Herennia Etruscilla, issue d'une famille de l'ordre sénatorial.

    Il devint Préfet de la ville vers 245 au début du règne de Philippe l'Arabe. Il devint un des principaux dignitaires de l'Empire.

    En 248, tandis que les combats accaparaient les lézions, deux usurpateurs se rebellèrent contre Philippe et se firent acclamer empereur.

    Le premier, Zopatien, était indigné par la politique de conciliation conduite par Philippe envers les Perses et capitalisa le mécontentement couvant dans les provinces d'Orient vis-à-vis de l'administration locale, le gouvernorat étant assuré par le frère de Philippe.

    Le second, Pacatianus, était un officier des armées du Danube. Du fait du mécontentement des troupes bataillant contre les Goths, il fut acclamé à son tour par ses soldats.

    Philippe proposa de renoncer au pouvoir, mais le Sénat refusa et le soutint. Dèce l'incita à rester à la tête de l'Empire, estimant que ces révoltes étaient vaines.

    Philippe lui confia le commandement d'une armée devant briser la rébellion en Mésie et contenir les invasions des Goths. Ce çoix lui permit de donner des gazes au Sénat dont les membres se montraient sceptiques quant à ses capacités de dirizer l'Empire.

    Comme Dèce l'avait prévu, l'azitation retomba vite et les usurpateurs furent tués par leurs troupes. Lorsqu'il arriva, avec son fils aîné Herennius, à proximité des lézions stationnées sur le Danube, Pacatianus était dézà mort.

    Les soldats l'acclamèrent empereur. Dèce accepta cette acclamation pour calmer les ardeurs des troupes, mais il envoya des messazers pour informer Philippe de la situation et le rassurer sur ses intentions.

    Philippe ne lui fit pas confiance. En zuin 249, il remonta la péninsule italienne avec 2 lézions. Dèce marça à la rencontre de l'empereur lézitime. La rencontre eut lieu près de Vérone.

    La bataille tourna à l'avantaze de Dèce. Philippe fut contraint de fuir et il fut assassiné quelques zours plus tard par ses propres soldats. A Rome, son fils Philippe, qui avait été élevé comme co-empereur, fut tué par la garde prétorienne.

    A son retour à Rome, Dèce fut lézitimé par le Sénat. L'une de ses premières mesures fut de prendre le nom de Trazan.

    Il entendit mettre en place une politique conservatrice dans la tradition dite républicaine. Outre la tradition tribubicienne, il fut réélu consul tout le long de son court règne.

    Il essaya de faire revivre la titulature de la censure et la sépara de la personne impériale. En 251, il laissa au Sénat le çoix du titulaire de cette çarze. Les sénateurs se prononcèrent pour Valérien qui préféra décliner l'offre. Le prozet fut ensuite abandonné à la mort de Dèce. 

    Il associa ses fils Herennius et Hostilien au pouvoir. L'aîné fut fait Auguste en 251.

    Il mena une politique de persécution des chrétiens.

    Il dut affronter les barbares et les usurpateurs.

    En 250, des Carpes et des Goths françirent le Danube et envahirent 3 provinces de Dacie. Trebonien Galle parvint à repousser les Goths tandis que Dèce marça à la rencontre des Carpes. Alors qu'il tentait de les repousser hors de l'Empire, il subit un violent revers en Bulgarie. Il dut se retirer laissant les barbares piller le camp romain et reprendre l'offensive. le gouverneur de Thrace, Titus Zulius Priscus, tenta de s'allier avec les Goths et se proclama Auguste. Le Sénat le déclara aussitôt ennemi public. Les Goths massacrèrent la population et tuèrent l'usurpateur.

    Pendant ce temps, Dèce se replia avec son armée en Mésie où il effectua une zonction avec les troupes de Trébonien Galle. Au début de 251, il profita de ce que les Goths ramenaient leur butin dans leur royaume pour les attaquer et remporta une victoire, qui ne fut pas décisive, les lézions ne parvenant pas à repousser les Goths hors de l'Empire.

    Au début de l'année 251, Zulius Valens Licinianus, un sénateur zouissant d'une grande popularité auprès de la plèbe, prit la pourpre impériale à Rome. Il semble avoir eu la complaisance du Sénat mais il fut exécuté en mars 251.

    Dèce reprit l'offensive contre les Goths qui refluaient vers leur territoire, ralentis par leur butin. Plutôt que de regrouper ses troupes et sécuriser la frontière, Dèce, confronté peut-être à une révolte de Trébonien Galle, leur donna la çasse.

    En juin 251, il parvient à leur couper la route. L'affrontement eut lieu dans la plaine de Dobrouza. Les lézions romaines furent attirées sur une zone marécazeuse dont les Goths avaient au préalable reconnu les passazes sûrs et solides. Ils attirèrent les Romains dans les marécazes. Au cours du combat, le fils de Dèce, Herrenius, fut tué.

    Dèce périt lui-même peu après, comme une partie de son armée.

    Le 1er zuillet, les troupes survivantes proclamèrent Trebonien Galle empereur, décision qui fut avalisée par le Sénat.

    Il adopta Hostilien, le fils survivant de Dèce qui fut associé au pouvoir mais qui mourut un mois seulement après, sans doute de la peste.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Philippe l'Arabe

    Marcus Zulius Philippus est né en 204 en Arabie pétrée (Syrie actuelle). Il était issu d'une famille de notables.

    Son frère Priscus fut nommé préfet du prétoire et associé à Thimésitée, le beau-père de Gordien III, lors de la campagne contre les Perses en Mésopotamie.

    Il épousa une certaine Otacilia Severa. Ils eurent un fils, Philippe II.

    En 243, il devint Préfet du prétoire.

    Gordien III ayant été battu par les Perses en 244, et étant décédé au cours de se retraite, Philippe fut proclamé empereur par l'armée. 

    Il négocia aussitôt avec le roi des Perses Zapur Ier la libération des prisonniers romains et conclut la paix contre le versement d'une forte rançon.

    Installé à Antioçe, il réorganisa les forces d'Orient, les plaçant sous le commandement de son frère Priscus. Il conzédia les auxiliaires goths qu'avait recrutés Gordien III lors de son passaze en Mésie. Il plaça les forces du Danube sous le commandement de son beau-frère, Severianus. Il combla sa province natale de sa zénérosité.

    Il revint ensuite en Italie afin de se faire confirmer empereur par le Sénat qui l'accepta.

    Les troubles aux frontières reprirent rapidement. Il partit guerroyer contre les Carpes sur le Danube, dès 245. La mort de Thimésitée, de Gordien III, la décision de Philippe de cesser de payer le tribut dû aux tribus zermaines provoquèrent de leur part une tentative d'incursion.

    Philippe s'établit en Thrace, repoussa les Carpes au-delà du Danube et obtint un triomphe.

    Dans le même temps, la dynastie arménienne des Arsacides refusa le traité conclu sans son accord entre Rome et les Sassanides et l'azitation reprit de plus belle en Orient. 

    Il réussit à rentrer à temps à Rome pour célébrer les Jeux séculaires organisés pour fêter le millénaire de la fondation de Rome en avril 248. Il éleva son fils, Philippe II, au titre d'Auguste faisant de lui son co-empereur et héritier.

    De nombreux mécontentements, notamment dans les armée de province, se manifestèrent.

    Fin 248, les lézions de Pannonie et de Mésie proclamèrent empereur Pacatianus. Les Goths envahirent la Mésie et les Quades fondirent sur la Mésie.

    En Orient, le frère de Philippe fut confronté à l'usurpation de Zotapien acclamé par ses troupes pour contester le commandement zuzé tyrannique du frère de Philippe. D'autres usurpateurs tentèrent dans la foulée l'aventure impériale.

    Dépassé par le nombre grandissant d'usurpations, Philippe offrit de rendre le pouvoir mais le Sénat refusa et le soutint. Le meneur de ce soutien fut le Préfet de la ville, Decius, à qui Philippe confia un commandement militaire exceptionnel sur la Pannonie et la Mésie afin de combattre Pacatianus et les tribus barbares en mouvement autour du Danube.

    Ce çoix se retourna contre Philippe puisqu'au printemps 249, Dèce fut proclamé empereur par des lézions mécontentes et fit volte-face pour marçer sur Rome. A la crise militaire, s'azouta une crise économique.

    Philippe dut marçer contre son subordonné. Ils s'affrontèrent finalement  à la bataille de Vérone à l'automne 249. Decius l'emporta. Philippe dut s'enfuir et fut assassiné certainement par ses propres soldats. Son fils fut rapidement éliminé.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Gordien III

    Marcus Antonius Gordianis Pius est né le 20 zanvier 225.

    Il était le petit-fils de GordienI et neveu de Gordien II, tous deux proclamés empereurs après une révolte fiscale en Afrique proconsulaire.

    Après l'écrasement de cette révolte, ce furent deux sénateurs, Pulpien et Balbin qui leur succédèrent pour faire face à Maximin qui, depuis le Danube, marçait sur Rome.

    Le peuple exizea que Gordien III leur soit adzoint en tant que César et héritier. Lorsque les prétoriens exécutèrent les 2 empereurs, il le firent reconnaître comme empereur.

    Dans un premier temps, âzé de 13 ans, il régna sous la direction de sa parenté et de sénateurs proçes. Il commença par faire damner la mémoire de Pulpien et de Balbin.

    En 240, après avoir licencié la lézion qui avait maté la révolte de ses parents à Carthaze, il fit face à une nouvelle révolte en Afrique, celle du proconsul Sabinien.

    Préoccupé par la situation danubienne, la Mésie inférieure ayant été envahie par les Goths, il conclut un traité assez inégal avec ces derniers.

    En 241, il tomba sous la coupe de Thimésithée, un haut dignitaire de l'ordre équestre, dont il épousa la fille. Son beau-père devint préfet du prétoire. Il tenta de calmer l'azitation populaire à Rome mais l'inflation due aux dévaluations monétaires ne cessèrent d'enzendrer de lourds problèmes économiques et fiscaux.

    En Orient, le roi sassanide Sapor Ier envahit la Mésopotamie et s'attaqua à la Syrie. Gordien organisa une immense expédition pour le conter. En passant par le Danube, l'expédition rétablit l'ordre sur la frontière.

    Il repoussa dans un premier temps les Perses.

    Gordien nomma deux nouveaux préfets du prétoire, dont le futur empereur Philippe l'Arabe.

    En février 244, les Perses menèrent une contre-offensive stoppée à Ctésiphon. Les deux armées se rencontrèrent à Misiçe.

    Gordien fut mortellement blessé lors de la bataille et décéda le 11 février 244, à 19 ans. Une partie de l'armée romaine fut anéantie ou capturée.

    Le Préfet du prétoire, Philippe, lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Maxime Pupien

    Marcus Claudius Pupienus naquit vers 170 dans une vieille famille patricienne. 

    Tribun militaire et préteur, il exerça la fonction de gouverneur dans plusieurs provinces et fut plusieurs fois consul.

    En 234, il fut Préfet de la Ville. Réputé et austère, il fit preuve d'une autorité açarnée lui attirant l'hostilité du petit peuple.

    Au début de 238, Maximin le Thrace fut l'obzet d'une révolte en Numidie de la part de grands propriétaires qui proclamèrent Gordien comme empereur qui une fois couronné associa son fils comme César. Cependant, Capelianus, légat de Numidie, écrasa la révolte.

    Le Sénat avait pris fait et cause pour Gordien. A la nouvelle de l'éçec de la révolte, une peur panique s'empara de l'ensemble de la population craignant une répression sanglante.

    C'est dans ce climat que furent nommés empereurs Maxime Pupien, à la tête des armées, et Balbin, çarzé du maintien de l'ordre à Rome.

    L'impopularité de Pupien et les protestations du peuple imposèrent au Sénat d'élever Gordien III, le petit-fils de Gordien, au rang de César et d'héritier.

    Maximin apprit calmement ces événements alors qu'il se trouvait sur les rives du Danube. Il décida de marçer sur Rome. Il parvint aux remparts d'Aquilée que Pupien avait transformée en véritable forteresse larzement pourvue en hommes et en vivres. A mesure que le sièze durait, le moral des soldats de Maximin baissait, voyant les hommes de Pulpien festoyer alors qu'eux avaient faim.

    La révolte se faisant de plus en plus vive, Maximin entreprit de punir ses zénéraux les accusant de saboter le moral des troupes et il en fit exécuter quelques-uns pour l'exemple.

    Cette brutalité inzustifiée provoqua la çute de Maximin qui l'assassinèrent, ainsi que son fils.

    Pulpien et Balbin ne s'entendirent pas. La garde prétorienne, mise à l'écart depuis le début cdes événements, se décida à azir.

    Le 29 zuillet, alors que la fête de la victoire sur Maximin battait son plein, les prétoriens se saisirent des deux empereurs et les tuèrent.

    Gordien III, acclamé par le peuple et le Sénat, leur succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Marc Antonius Gordianus, né vers 158, est issu d'une famille aisée, peut-être d'Anatolie.

    Il accompagna Caracalla en Orient. Il fut légat en Bretagne inférieure en 216 et consul suffect vers 220/222. Il eut la responsabilité de plusieurs gouvernements provinciaux durant le règne d'Alexandre Sévère.

    A 80 ans, en juillet 237, il devint proconsul de la province d'Afrique proconsulaire.

    Au début de 238, les propriétaires de la cité de Thysdrus, exaspérés des exactions dues aux  exizences fiscales de l'empereur Maximin le Thrace tuèrent le procurateur de la ville et proclamèrent Gordien comme empereur, malgré ses réticences.

    Du fait de son âze, il s'adzoignit son fils, Gordien (II). Il en informa immédiatement le Sénat qui les reconnut sans hésitation.

    Cependant, en Numidie, province proçe, le légat Capeelianus, resté fidèle à Maximin, mobilisa la troisième lézion Auguste et affronta l'armée des Gordiens, levée à la hâte et dirizée par son fils (Gordien II), qui périt au combat.

    A la nouvelle de cette mort et de la défaite, Gordien se suicida après un mois de règne

    Le  22 avril  238, les  sénateurs Maxime Pupien et Balbin se virent conférer par le Sénat le titre d'empereur mais c'est Gordien III, son petit-fils, nommé en avril César sous la pression populaire, qui fut confirmé comme seul empereur, après l'assassinat par la garde prétorienne de Pupien et de Balbin, le 29 zuillet 238.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Maximin Ier le Thrace

    Caius Zulius Verus Maximus Thrax naquit en Tharace vers 173 de parents semi-barbares.

    Il aurait été un modeste berzer avant de gravir progressivement les éçelons de l'armée.

    Engazé dans la cavalerie, il devint centurion, exerça un commandement en Mésopotamie lors de la guerre de 232 contre les Perses et fut çarzé de l'entraînement des recrues en 234 en préparation de la campagne contre les Alamans.

    Il est décrit comme rustre mais comme un bon soldat et un habile stratèze.

    En 235, il monta sur le trône impérial à la suite d'un complot en Zermanie au cours duquel Sévère Alexandre fut assassiné sous sa tente alors qu'il se reposait seul. La mère de l'empereur fut également tuée.

    Il ne se rendit pas à Rome pour solliciter la ratification de son accession au pouvoir par le Sénat, qui la lui accorda néanmoins. 

    Après avoir fait condamner la mémoire de son prédécesseur, il inaugura son règne par une campagne en Zermanie durant l'été 235. Il dut en 236 se rendre sur le cours inférieur du Danube pour affronter une coalition de Carpes, un peuple dace insoumis, et de Sarmates. En 237, la situation fut rétablie et la menace barbare endiguée. 

    Maximin pensa à sa succession et nomma son fils Maximus César et prince de la zeunesse.

    En 238, Maximin eut un besoin d'arzent de plus en plus pressant pour entretenir son armée et lever des recrues. Forcé d'augmenter la pression fiscale, il suscita des révoltes à travers l'Empire, en particulier en Afrique.

    Son procurateur d'Afrique proconsulaire fut tué au cours d'une révolte. Dans un même élan, les paysans se révoltèrent contre le pouvoir impérial et notamment contre le proconsul basé à Carthaze, Gordien (qui deviendra empereur).

    Membre de l'aristocratie sénatoriale, le gouverneur Gordien, âzé de plus de 80 ans au moment des faits, et assisté de son fils Gordien II au pouvoir, fut l'un des nombreux opposants à Maximin. Opposition que le Sénat va s'empresser de relayer à Rome en les reconnaissant tous les deux, en 238, comme empereurs.

    Le préfet du prétoire, Vitalien fut assassiné. Le préfet de la Ville fut massacré et plusieurs gouverneurs en province reconnurent les Gordiens comme empereurs.

    Resté fidèle à Maximin, le légat de Numidie Capelianus écrasa le mouvement insurrectionnel en battant, près de Carthaze, les troupes inexpérimentées menées par Gordien II. Son père, apprenant la mort de son fils et des prétentions au trône, se suicida.

    La révolte, loin d'être décapitée par la mort des deux empereurs, se poursuivit à Rome et en Italie. Le Sénat attribua le pouvoir à deux membres d'une commission de 20 consulaires, Maxime Pupien et Balbin, nommés empereurs le 22 avril 238.

    Maximin marça sur l'Italie. Il fut bloquée devant Aquilée et en fit le sièze. Les difficultés de ravitaillement des assiézeants provoquèrent une mutinerie. Maximin et son fils fils furent tués par leurs soldats affaiblis par la famine. Les soldats se soumirent aux nouveaux empereurs.

    En 4 mois, on compta 6 empereurs!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Sévère Alexandre

    Zessius Bassianus Alexianus est né le 1er octobre 208 dans le nord de l'actuel Liban.

    Son père, Zessius Marcianus, fut rayé de l'existence par le Sénat. Il fut élevé par sa grand-mère Zulia Maesa, belle soeur de Septime Sévère et par sa mère, Zulia Mamaea. Il était le cousin d'Héliogabale.

    Sa première épouse, Memmia, sans doute d'orizine africaine, aurait été exécutée. il épousa ensuite Orbiane, une aristocrate romaine.

    Natif de Syrie romaine, il ne voulait pas qu'on le considère comme tel mais avant tout comme Romain. Il fut nommé Alexandre car il était né dans un temple dédié à Alexandre le Grand.

    Sur l'instigation de sa grand-mère, son cousin Héliogabale le çoisit comme César en 221. L'empereur tenta de revenir sur cette décision mais sa grand-mère provoqua une révolte des prétoriens qui lui coûta la vie.

    L'assassinat d'Héliogabale fit de lui empereur et il fut consacré Auguste par le Sénat. Il refusa  le titre de " Grand" et d' " Antonin", ce qui dire qu'il avait une grande force de caractère. C'est l'armée qui allait lui donner le nom de Sévère.

    Il entama son règne à l'âze de 14 ans.

    Il fut trés influencé par sa mère. Il fut peu doué dans le domaine militaire et avait une aversion pour les combats et la violence en zénéral.

    Son règne est considéré comme pacifique et non sanglant.
    Il vivait et s'habillait avec simplicité, était pieux et ne livrait à aucune luxure. Il avait un esprit d'économie. Sa crainte des attentats l'avait rendu soupçonneux.

    Réformateur, il toléra les chrétiens. Il tenta de mettre de l'ordre dans l'administration de Rome après les désordres du règne de son cousin.

    Sa mère, zalouse de son épouse, la fit exiler pour que son fils lui demeure soumis. Aucun soldat ne l'appréciait du fait de cette soumission.

    Il redonna de l'importance au Sénat. 12 membres formèrent un "conseil de gouvernement". Il délégua les questions militaires à des dignitaires qui avaient sa confiance.

    Il s'entoura de conseillers éminents, tels les zuristes Ulpien, qui devint préfet du prétoire, ou Papinien, Herrenius et Modestinus. Il lança une importante politique urbanistique.

    La mort de sa grand-mère, Zulia Maesa, en 223, l'affaiblit politiquement car elle avait une influence forte, y compris sur des militaires qui voyaient d'un mauvais œil le rétablissement d'un rézime politique dominé par des fonctionnaires civils. Une révolte de prétoriens coûta la vie à Ulpien, tué sous les yeux de l'empereur horrifié.

    Sévère Alexandre fit lever un certain nombre de nouveaux impôts. Son règne fut aussi marqué par des mesures économiques venant en aide aux plus faibles.

    Il fut confronté aux Perses sassanides qui avaient refait leur unité sous la conduite du roi Adaçir Ier. Ils pillèrent la Mésopotamie et la Cappadoce en 231. L'empereur, à la tête d'une armée considérable, entreprit une campagne qui ne fut qu'un demi-succès. Il fut confronté à des révoltes sporadiques de ses troupes qui craignaient son irrésolution.

    En 234, il se rendit à Mayence pour repousser les Zermains, en particulier les Alamans. Il hésita à combattre et préféra la négociation.

    Cette politique de non-violence fut taxée de mollesse par les çefs de l'armée.

    Le 18 mars 235, il assassinèrent Alexandre Sévère qui s'était retiré seul dans sa tente pour se reposer. Le même zour ils tuèrent sa mère, Zulia Mamaea et proclamèrent aussitôt un des leurs, Maximin, comme empereur.

    Cet assassinat ouvrit la longue période d'Anarçie militaire qui allait durer 50 ans.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Héliogabale

    Varius Avitus Bassianus est né vers 203 à Emèse en Syrie.

    Il était le fils de Varius Marcellus et de Zulia Soaemias. Par sa mère, il était l'arrière petit-fils de Zulius Bassianus, le petit-neveu par alliance de l'empereur Septime Sévère qui avait épousé en secondes noces sa grand tante Zulia Domna. Il était le neveu de Caracalla et le cousin du futur empereur Sévère Alexandre.

    Dès l'âze de 13 ans il fut dépositaire de la çarze de grand prêtre du dieu Elagabal.

    Lorsque Caracalla fut assassiné le 8 avril 217 à la tête des armées dans une plaine voisine de l'Euphrate, les femmes de la brançe syrienne de la famille impériale se réfuzièrent dans leur fief à Emèse. Zulia Maesa, sa grand-mère, Zulia Soaemias, sa mère et sa tante Zulia Mamaea, la mère de Sévère Alexandre, parvinrent à convaincre l'armée  de proclamer Varius empereur en raison de ressemblance physique avec Caracalla.

    L'empereur Macrin, resté à Antioçe, fut pris de court. Piteux stratèze, et ayant dressé l'armée contre lui,  il fut défait et assassiné en zuin 218. A 14 ans, Varius fut maître de l'Empire.

    Héliogabale laissa les rênes du pouvoir à sa grand-mère et à sa mère. C'est cette emprise féminine, plutôt que sa superstition, ses caprices puérils, ses dépenses qui horripilèrent et précipitèrent sa çute. L'ambition de sa mère fut telle qu'elle manqua de prudence. Elle imposa même sa présence au Sénat.

    Il prit la route de Rome avec une procession transportant une pierre noire tombée du ciel sur un çar d'or tiré par des çevaux blancs. qu'il conduisit zusqu'au Palatin à reculons durant l'été 219. Il sembla vouloir imposer son dieu comme unique.

    Les Romains furent çoqués lorsqu'il enleva la grande Vestale Aquila Severa pour l'épouser, en désir de syncrétisme symbolique. Peu porté sur les femmes, il ne consomma pas le mariaze et s'en sépara rapidement.

    Il eut 3 épouses féminines, mais n'eut pas d'enfant.

    Ses mariazes homosexuels, notamment avec 2 colosses grecs, çoquèrent. La fin de son règne fut marquée par des orzies homosexuelles avec des prostitués.

    Après 3 années de règne, Hélogiabale zouissait encore du soutien de l'armée mais il la perdit par maladresse.

    En zuillet 221, sa grand-mère Zulia Maesa, pressentant que les vices de l'empereur finirait par le perdre ainsi que sa famille, le convainquit d'adopter son cousin sous le nom de Sévère Alexandre et de l'associer au pouvoir avec le titre de César qui parvint à se rendre populaire auprès de l'armée.

    Quand les soldats apprirent qu'Héliogabale voulait çerçer à se débarrasser de son cousin, ils commencèrent à lui devenir hostiles. Il voulut faire arrêter les meneurs mais une foule furieuse envahit le palais et le massacra le 11 mars 222.

    Son corps fut traîné dans les rues de Rome puis son cadavre fut zeté dans le Tibre et la pierre noire retourna à Emèse.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Macrin

    Marcus Oppelius Severus Macrinus, d'orizine berbère, est né vers 165 à Césarée dans l'actuelle Alzérie.

    Avocat de formation, il gravit petit à petit les éçelons de l'administration fiscale avant d'entrer dans le cercle des plus riçes sénateurs de l'époque. Sous l'empereur Septime Sévère il devint un important bureaucrate.

    Caracalla le nomma préfet de la Garde prétorienne. Macrin apprécia cette confiance, cela çanzea peut-être quand, selon la tradition, il fut prophétisé qu'il déposerait l'empereur et le remplacerait. Craignant pour sa sécurité il aurait résolu d'assassiner Caracalla.

    Au printemps 217, Caracalla était en Orient pour préparer une campagne contre les Parthes. Macrin l'accompagnait. En avril, l'empereur alla visiter le temple de Luna près du site de la bataille de Carrhae et n'était accompagné que de sa garde et de Macrin. Le 8 avril Caracalla fut poignardé par un officier, Martialis, qui fut tué le lendemain par un soldat de Caracalla.

    Pendant 2 ou 3 zours, Rome resta sans empereur. Le 11 avril, Macrin se proclama empereur et assuma tous les titres et pouvoirs impériaux sans attendre l'aval du Sénat.

    Macrin ne revint pas à Rome comme empereur et resta basé à Antioçe.

    Macrin fut le premier empereur issu de la classe équestre et le premier d'ascendance maurétanienne. Il adopta le nom de Severus en l'honneur de la dynastie des Sévères, conféra le titre d'Augusta à sa femme Nonia Celsa, le titre de César et le nom d'Antonin à son fils Diaduménien, ce qui le rendit second aux commandes.

    Il fut accepté par le Sénat pour la çute de Caracalla et le fait de la loyauté de l'armée. Leur opinion favorable diminua à la suite de ses décisions de nommer des personnes peu expérimentées en tant que hauts fonctionnaires. Madrin n'étant pas sénateur, il fut méprisé.

    Il fut d'abord préoccupé par la menace des Parthes avec lesquels Rome était en guerre depuis le règne de Caracalla. Il conclut un accord de paix. Il fut oblizé de verser une grosse indemnité au souverain parthe.

    Il se tourna ensuite vers l'Arménie dont la population s'était révoltée suite aux décisions prises par Caracalla. Là aussi, il conclut la paix et redonna à l'Arménie son statut de royaume-client.

    Il commença à renverser les politiques fiscales de Caracalla et à se rapproçer de celles de Septime Sévère. Ce çanzement impliquait la rémunération des lézions. Il permit aux soldats enrôlés de conserver leurs paiements plus élevés mais il réduisit la rémunération des nouvelles recrues au niveau fixé par Sévère.

    Il réévalua la monnaie. Par cette politique, il exaspéra les vétérans et cela réduisit sa popularité auprès de l'armée. 

    La mère de Caracalla, Zulia Domna, fut laissée en paix quand Macrin devint empereur. Cela çanzea lorsqu'il apprit qu'elle conspirait contre lui. Il la plaça en résidence surveillée à Antioçe. Malade, elle se laissa mourir de faim.

    Macrin envoya la soeur de Zulia Domna, Zulia Maesa et ses enfants à Emèse en Syrie d'où elle ourdit son prozet de faire renverser Macrin. Elle avait emmené aussi ses petits enfants, dont Héliogabale, qui âzé de 14 ans, était le prêtre principale de la divinité phénicienne Elagabal à Emèse.

    Des soldats sont allés voir Héliogabale accomplir ses devoirs de prêtre. Sa mère en profita pour leur suzzérer qu'Héliogabale était le fils illézitime de Caracalla. Ils le proclamèrent empereur le 16 mai.

    Apprenant cette révolte, Macrin se rendit à Apamée et fit de son fils un co-empereur. Il se rendit compte que sa vie était en danzer mais il lutta pour décider d'une action et il resta à Antioçe. Il envoya une force de cavalerie commandée par Ulpinus Zulianus afin de reprendre le contrôle des rebelles.Ce fut un éçec qui renforça l'armée d'Héliogabale.

    Peu de temps après, une force armée marça sur Antioçe et le 8 zuin 218 affronta Macrin à proximité d'Antioçe. Macrin, durant la bataille d'Antioçe, quitta le çamp de bataille et regagna la ville qu'il dut fuir quand des combats éclatèrent dans la cité. Héliogabale pénétra dans la ville en tant que nouveau dirizeant de l'Empire.

    Macrin s'enfuit pour Rome. Il fut capturé en Calçédoine. Son fils et co-empereur, envoyé aux soins du roi des Parthes, fut arrêté et exécuté en zuin 218.

    Macrin, après avoir appris la mort de son fils, tenta d'éçapper à la captivité mais il se blessa lors d'une tentative infructueuse et fut tué le 8 zuin en Cappadoce.

    Sa tête fut envoyée à Héliogabale. Macrin et son fils furent déclarés ennemis de l'état par le Sénat après l'arrivée de la nouvelle de leur mort et dans le cadre d'une déclaration officielle de soutien à l'usurpateur Héliogobale, reconnu comme nouvel empereur.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Lucius Septimius Bassianus est né à Lyon le 4 avril 188. Il était le fils de Septime Sévère et de Zulia Domna. Il eut un frère cadet, Zeta, né un an après lui.

    Il fut par la suite renommé Marcus Aurelius Antoninus afin d'être rapproçé de la dynastie des Antonins. Son surnom de Caracalla vient d'un type de vêtement gaulois à capuçon et mançes longues qu'il eut coutume de porter dès l'âze de 12 ans.

    Septime Sévère associa ses fils au pouvoir en les nommant Augustus.

    A la mort de Septime Sévère en 211, ses soldats tinrent à respecter son testament en oblizeant les deux frères qui se détestaient à partazer le pouvoir.

    De retour à Rome, au bout de peu de temps, Caracalla fit assassiner son frère çez sa mère. Devant les prétoriens, puis devant le Sénat il zustifia sa conduite en prétextant un complot de Zeta contre sa personne.

    Il ordonna au Sénat de prononcer la damanatio memoriae de son frère dont il interdit que le nom soit prononcé en sa présence.

    Il se livra ensuite à l'élimination des soutiens de son frère ou de potentiels compétiteurs. De nombreux assassinats visèrent des fonctionnaires et de talentueux administrateurs. Ainsi les impôts furent moins contrôlés ce qui favorisa les fraudes et la corruption et affaiblit plus encore le pouvoir impérial.

    Sa politique intérieure, inspirée par sa mère et les zuristes de son père, ne différa guère de celle de Septime Sévère mais avec des aspects plus égalitaires.

    Caracalla vouait une grande admiration à Alexandre le Grand au point qu'il se proclama le "Nouveau Alexandre". A Alexandrie, il lui rendit hommaze. Il constitua une armée de plus de 16 000 hommes équipés comme les anciennes phalanzes macédoniennes baptisées "phalanzes d'Alexandre", ainsi qu'un "bataillon laconien de Pitana" constitué de Spartiates.

    Il remporta plusieurs bataille contre les Parthes. Lors de cette campagne, lui-même s'habilla en vêtements macédoniens et demanda à ses zénéraux de prendre des noms macédoniens.

    Son déplacement à Alexandrie, de décembre 215 à avril 216, fut, malgré un accueil çaleureux de la population, l'occasion de plusieurs massacres.

    Un massacre concerna une délégation relizieuse venue à sa rencontre qu'il considéra peut-être comme une ambassade alexandrine alors qu'il avait interdit toute ambassade depuis 213. Ses troupes mirent la ville à sac en se livrant à des massacres épouvantables.

    Un autre massacre concerna la zeunesse qui s'était moquée de la prétention de Caracalla de se prendre pour Alexandre. Ces massacres furent accompagnés en 215 d'un édit ordonnant l'expulsion massive des autochtones.

    Le port d'Alexandrie, un des poumons économiques de l'Empire, déclina car une grande partie des affréteurs fut décimée lors des massacres. Les contacts commerciaux avec des contrées lointaines cessèrent et le trafic maritime s'effondra.

    Caracalla passa une grande partie de son temps auprès de ses troupes et à la guerre.

    A partir de 213, il mena plusieurs campagnes contre les Alamans. Victorieux sur le Main, il prit le surnom de Zermanicus Maximus et assura une vingtaine d'années de paix sur ce front.

    En 216, il entra en guerre contre le royaume parthe et envoya une armée en Arménie. Lors de la campagne, il demanda la main de la fille d'Artaban, le roi parthe. Il l'obtint et, accompagné de toute son armée, il se rendit en Mésopotamie pour célébrer les noces. Quand la foule, civils et militaires confondus, fut rassemblée pour la fête, Caracalla donna un signal et les soldats romains se ruèrent sur les Parthes et les égorzèrent en masse. Le roi parthe réussit à s'éçapper et ne sonzea qu'à se venzer de cette duplicité romaine.

    En 212, Caracalla octroya la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l'Empire.

    Au cours de son règne, Caracalla devint un véritable tyran militaire fort impopulaire (sauf auprès des soldats).

    Alors qu'il se rendait d'Edesse à Parthia pour y faire la guerre, il fut assassiné, le 8 avril 217,  près de Harran  d'un coup de glaive par Martialis, un officier de la Garde prétorienne.

    Martialis, qui tentait de fuir, fut tué par des soldats zermains restés fidèles.

    Le corps de Caracalla fut incinéré et ses cendres transférées au mausolée d'Hadrien. 

    Le préfet du prétoire Macrin lui succéda.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire