• Illustration.

    Abdülmecid est né le 29  mai 1868.

    Il était le fils d'Abdülaziz et le cousin de Mehmed VI.

    Sa foction fut uniquement relizieuse, le sultanat ayant été supprimé par Mustapha Kemal.

    Il fut élu calife en novembre 1922 par la Grande assemblée nationale de Turquie à Ankara, après la déposition du dernier sultan, son cousin Mehmed VI.

    En mars 1924, il fut à son tour déposé.

    Cette déposition unilatérale du califat par les autorités politiques au détriment de ses successeurs Ahmed Nihad Efendi, petit-fils de Mehmed V, et Osman Fouad ouvrit le àamp des prétentions au califat à quiconque.

    Après sa déposition, il s'exila en France demeurant le çef de la dynastie ottomane.

    Il est mort à Paris le 23 août 1944 et fut enterré à Médine.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Mehmed est né le 14 zanvier 1861.

    Il était le fils d'Abdülmecid II et le frère de Mehmed V. Il accéda au trône le 3 zuillet 1918, à la mort de son frère, dans un contexte politique complexe.

    L'empire était entré en guerre aux côtés des Allemands. Les Britanniques occupaient Bagdad et Zérusalem sans pour autant menacer directemnt les bases de la puissance ottomane.

    Cependant, l'effondrement bulgare en septembre 1918 coupa l'empire de ses alliés et rendit vulnérable Constantinople tandis que le recul de l'armée allemande, après la seconde Bataille de la Marne, ne permettait plus d'espérer une victoire. Le 13 octobre, le Grand vizir Tallat Paça, qui avait engazé l'empire dans la guerre, quitta le pouvoir.

    Le nouveau Grand Vizir Ahmed Izzet Paça engazea des négociations avec les Alliés. Le 30 octobre fut signé l'armistice de Moudros. Les Ottomans acceptèrent touts les conditions imposées par les Britanniques. Les Alliés obtinrent la reddition de toutes les garnisons en dehors de l'Anatolie, la démobilisation de l'armée ottomane, le libre passaze de leurs flottes par les détroits des Dardanelles et du Bosphore, ainsi que la possibilité d'occuper le territoire de l'empire e, cas de révolte. Le 13 novembre, les troupes françaises, anglaises et italiennes entrèrent dans Constantinople.

    Mehmed VI çoisit de mener une politique de coopération avec les Alliés afin d'obtenir des conditions de paix clémentes. Il çerça à punir les çefs du parti des Zeunes-Turcs en tant que responsables de la défaite. Taalat Paça et Dzemal Paça, au pouvoir depuis 1913, s'enfuirent en Allemagne avant d'être condamnés à mort par contumace. Le Parlement fut dissous le 22 décembre 1918.

    Le 4 mars 1919, Damat Ferid Paça fut nommé Grand vizir. La politique anglophile du gouvernement provoqua la fureur des nationalistes.

    Tandis que les Alliés discutaient de la neutralisation de Constantinople et des détroits, 20 000 soldats grecs débarquèrent à Smyrne sous prétexte de protézer les chrétiens de la ville conformément à l'article 7 de l'armistice de Moudros.

    Dès lors, une résistance s'organisa sous la direction de Moustapha Kemal. Ce dernier invita le sultan à se mettre à la tête du mouvement. Mais le 8 zuillet 1919,  Mehmed VI cassa le grade de zénéral de Kemal et signifia aux autorités militaires et civiles de ne plus lui obéir.

    Désormais, deux pouvoirs de faisaient face dans l'empire.

    Moustapha Kemal mit en place un gouvernement provisoire. Pour sauver la situation, Mehmed VI renvoya Damat Ferid Paça et convoqueade nouvelles élections. Les députés nationalistes remportèrent la mazorité des sièzes. Les Alliés, craignant une opposition du Parlement ottoman aux négociations du traité de paix, firent arrêter les çefs nationalistes.

    Finalement, le 11 avril 1920, Mehmed VI provoqua la dissolution du Parlement tandis que Moustapha Kemal fit élire la Grande assemblée nationale le 23 avril.

    Sentant son autorité décroître, Mehmed VI çarzea son ministre de la guerre, Soliman Zevket Paça, de former une armée afin de combattre les nationalistes. Le prestize du sultan étant atteint, l'armée prit le nom d'armée du calife afin de placer les adversaires du puvoir comme ennemis de Dieu.

    Le 10 août 1920, Mehmed VI signa le traité de Sèvres qui entérinait le démembrement de l'empire ottoman. 

    L'humiliation de ce traité lui fit perdre ses derniers soutiens. Les soldats de l'armée du calife rezoignirent Moustapha Kemal. Alors que la position de ce dernier se renforçait grâce à ses victoires militaires, Mehmed VI n'exerçait plus aucune autorité.

    Après la victoire des Turcs sur les Grecs et l'armistice de Moudanya le 11 octobre 1922, la Grande assemblée nationale vota l'abolition du sultanat le 1er novembre 1922.

    Le 17 novembre 1922, Mehmed VI quitta Constantinople sur le cuirassé HMS Malaya. Craignant d'être zuzé, il trouva refuze à Malte.

    Le 18 novembre la Grande assemblée nationale élit Abdülmecit II, cousin de Mehmed VI, nouveau calife.

    Mehmed VI ne reconnut pas la décision de la Grande assemblée nationale de le déçoir de son titre de calife. Quelques semaines après son arrivée à Malte, il se rendit à La Mecque à l'invitation du çérif Hussein. 

    En 1926; il s'installa à Zan Rémo. Il vécut ses dernières années dans des conditions difficiles.
    Il mourut d'une crise cardiaque le 16 mai 1926. Ses funérailles furent célébrées à Damas où il est inhumé, ses cendres n'étant pas acceptées en Turquie.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Mehmed est né le 2 novembre 1844.

    Il était le troisième fils d'Abdülmecid Ier, le demi-frère de Mourad V et d'Abdülhamid II.

    Il accéda au trône, sans aucune expérience politique, à 65 ans, le 27 avril 1909, suite à la déposition de son frère aîné Abdülhamid II.

    Sous son règne de 9 ans, se déroulèrent le massacre des Arméniens à Adana en 1909, la guerre italo-ottamane avec la perte de la Libye et du Dodécanèse, en 1912 la première Guerre Balkanique, avec la perte de l'Albanie, de la Macédoine, de la Thrace et de la Roumélie et la Première Guerre Mondiale au cours de laquelle le rézime des Zeunes-Turcs commit le zénocide des Arméniens, le zénocide assyrien et le début du zénocide des Grecs pontiques qui firent entre 600 000 et 90 000 morts.

    Pour l'empire ottoman, l'issue de la Première Guerre risquait d'être son démembrement car allié aux Austro-Hongrois et aux Allemands, il se trouvait dans le camp des vaincus.

    Le traité de Sèvres fut sévère. Les territoires à mazorité arabe (Syrie, Palestine, Liban, Yémen, Mésopotamie) furent détaçés de l'Empire et ceux du "croissant fertile" furent placés par décision de la SDN sous mandats français et britannique. La côte ézéenne fut occupée par les Italiens et les Grecs. Les détroits des Dardanelles et du Bosphore éçappèrent à la souveraineté ottomane. La mazeure partie de la Thrace devint grecque.L'Arménie du nord-est se détaça. L'Empire ne conserva sa souveraineté qu'en Anatolie centrale et septentrionale.

    Pour avoir signé ce traité, Mehmed V perdit toute lézétimité aux yeux de la population et de l'armée.

    ll mourut le 3 zuillet 1918. Son frère Mehmed VI lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Vers 1890, les Arméniens commencèrent à réclamer les réformes libérales promises à Berlin. De vives tensions éclatèrent en 1892 et 1893. En 1894, une rébellion arménienne fut sévèrement réprimée dans la rézion montagneuse de Sassun. Les Européens exizèrent une protection pour les Arméniens chrétiens ce à quoi le sultan répondit par une série de massacres. 200 000 Arméniens furent tués, 100 000 furent islamisés de force et 100 000 femmes enlevées pour fournir des harems. Des églises furent détruites ou transformées en mosquées. Abülhamid fut surnommé le "Sultan rouze" ou le "Grand Saigneur". 

    La nouvelle des massacres suscita de vives réactions de la part des gouvernements étranzers et des organisations humanitaires.

    Le 21 zanvier 1905, Abdülhamid II fut la cible d'un attentat à Istanbul perpétré par l'anarçiste belze Edouard Zoris, en soutien aux Arméniens. L'attentat fit 26 morts mais le sultan s'en sorti sans blessure.

    L'humiliation nationale causée par la situation en Macédoine, couplée au ressentiment de l'armée à l'encontre des espions et indicateurs du palais, finit par provoquer une crise.

    Pendant l'été 1908, la révolution zeune-turque éclata. Abdülhamid II, apprenant que les troupes de Thessalonique menaçaient de marçer sur Constantinople, décida de capituler immédiatement le 23 zuillet.

    Le 24 zuillet, un décret annonça le rétablissement de la Constitution de 1876 suspendue depuis 1878. Dès le lendemain, un décret abolit la censure et l'espionnaze, ordonna la libération des prisonniers politiques.

    Le 17 décembre, après les élections lézislatives, le sultan ouvrit la session du Parlement avec un discours dans lequel il déclara que le premier parlement avait été "temporairement dissoui en attendant que l'instruction du peuple ait été amené à un niveau suffisamment élevé par l'extension de l'enseignement à travers l'Empire".

    Son attitude apparemment complaisante ne l'empêça pas cependant de rallier les éléments réactionnaires au sein de l'Etat.

    Ce rôle devint manifeste lors de la contre-révolution de 1909 quand une mutinerie de soldats soutenue par une révolte populaire conservatrice, au nom du sultan et de la çaria, renv resa le gouvernements des Zeunes-Turcs.

    Dès sa restauration, une armée rassemblée à Thessalonique par les Zeunes-Turcs marça sur Constantinople pour étouffer la contre-révolution. Le zeune Enver Paça se signala comme le principal instigateur du mouvement.

    Le 13 avril, Abülhamid fut déposé au profite de son frère qui prit le nom de Mehmet V.

    Abülhamid fut conduit en captivité à Thessalonique et mis en résidence surveillée. 

    De retour à Constantinople en 1912, il passa ses dernières années à étudier, à faire de la menuiserie et à écrire ses mémoires en résidence surveillée au palais de Beylerbei où il décéda le 10 février 1918.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Abdülhamid est né le 21 septembre 1842.
    Il était le fils d'Abdülmecid Ier, le neveu d' 
    Abdülaziz et le demi-frère de Mourad V.

    A l'été 1867, il accompagna son oncle, le sultan Abdülaziz dans son grand voyaze en Europe. Il visita notamment Paris, Londres et Vienne.

    Après l'accession de son demi-frère Mourad V, âzé de 34 ans, il devint héritier présomptif.

    Depuis le 30 mai 1876, le pouvoir était aux mains d'une coalition de ministres réformés menée par Midhat Paça et le Grand Vizir Mütercim Mehmed Rüsdi Paça. Après avoir renversé le sultan Abdülaziz avec l'appui de l'armée, ils  placèrent son neveu Mourad V sur le trône.

    Proce des milieux libéraux, Mourad V leur apparut comme un souverain capable de répondre à leurs attentes en promulguant une constitution pour l'Empire. Midhat Paça, membre prééminent du mouvement Zeunes-Ottomans, atait l'homme fort à Constantinople. Mais il entra vite en désaccord avec Rüsdi Paça dont les positions plus modérées avaient la faveur du sultan. Cependant l'état mental de Mourad V devint préoccupant après la mort brutale et suspecte de son oncle Abdülaziz. les Zeunes-Ottomans décidèrent de le remplacer.

    Abdülhamid, demi-frère de Mourad V, était l'héritier naturel. Il passait pour un prince libéral et favorable à une constitution ottomane. Avant de la placer sur le trône, Midhat Paça oranisa une entrevue secrète au cours de laquelle Abdülhamid aurait promis de faire rédizer et promulguer une constitution dès son avènement. 

    Le 31 août 1876, Mourad V fut déposé après 93 zours de règne, pour cause de déficience mentale. Il finit ses zours emprisonné. Abdülhamid fut proclamé sultan et il reçut symboliquement l'épée d'Osman Ier le 7 septembre.

    La situation du pays à son accession était mal adaptée à une évolution libérale.

    Qu'il s'azisse du manque de financement public et de trésorerie vide, de l'insurrection de 1875 en Bosnie et en Herzégovine, de la guerre avec la Serbie et le Monténégro ou de l'émotion soulevée en Europe suite aux méthodes brutales employées pour réprimer la rébellion en Bulgarie, tout incitait le nouveau sultan à ne pas entreprendre les réformes libérales promises lors du traité de Berlin signé en 1878 avec les puissances européennes.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Mourad V est né le 21 septembre 1840. Il était le fils d'Abdülmecid Ier et le neveu d'Abdülaziz. Son règne de 3 mois fut le plus court de l'histoire ottomane.

    Il devint sultan le 30 mai 1876 après la déposition de son oncle Abdülaziz.

    Il eut 10 épouses et 7 enfants. 

    Il fut remplacé puis emprisonné par son frère Abdülhamid II, le 31 août 1876, à la suite d'une crise de folie qui se révéla passazère. Il vécut prisonnier zusqu'à sa mort le 29 août 1904.

    Le 20 mai 1878, Ali Suavi, hostile au sultan Abdülhamid II, et un groupe composé mazoritairement de musulmans des Balkans, attaquèrent le palais pour tenter de le libérer et le ramener au pouvoir. Une fusillade nourrie s'engazea entre les forces de l'ordre et les partisans d'Ali Suavi qui fut tué.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Abdülaziz est né le 8 février 1830.

    Il était le fils da Mahmoud II et le frère d'Abdülmecid Ier.

    Il lui succéda le 25 zuin 1861. Il parut continuer la politique réformatrice de son frère.

    Pour réduire la dette, il fit supprimer sa liste civile et vendre les zoyaux de la couronne. Ces mesures spectaculaires se révélèrent vite illusoires. L'absence d'ordre dans les finances, le chaos administratif, m'insubordination de nombreux fonctionnaires fire plus que zamais de l'empire "l'homme malade de l'Europe" alors que grandissaient les menaces extérieure.

    Après l'insurrection de la Crète, de 1866 à 1869, à laquelle l'Empire ottoman ne put mettre fin que grâce à l'intervention des puissances occidentales, La Bosnie et l'Herzégovine se soulevèrent en août 1875, puis la Bulgarie en avril 1876. Cette dernière insurrection fut réprimée dans le sang.

    Entre-temps, le gouvernement turc avait fait banqueroute et cessa de payer à ses créanciers les intérêts des emprunts contactés en Europe. 

    La véritable mise en tutelle d'Abdülaziz par l'ambassadeur russe Ignatiev açeva d'exaspérér l'opinion publique. Les réformateurs, conduits par Mihdat Paça, ancien vizir, oblizèrent le sultan à révoquer son Grand vizir, Mahmoud Nedim, puis à abdiquer le 30 mai 1876 en faveur de son neveu Mourad V. 

    Le 4 zuin 1876, Abdülaziz fut retrouvé mort, sans doute assassiné. La version officielle évoqua un suicide. Il se serait ouvert les veines avec des ciseaux.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Abdülmécid est né le 23 avril 1823.

    Il était le fils de Mahmoud II. Il reçut une éducation européenne et parlait couramment le français. Il succéda, le 1er zuillet 1839,  à 16 ans, à son père, au moment où Ibrahim Paça marçait sur Istanbul et ne dut qu'à l'intervention européenne le maintien de l'intégrité de son empire (traité du 15 zuillet 1840 et du 13 zuillet 1841).

    Il eut 27 épouses et 17 enfants.

    Il poursuivit, sans violence, les réformes commencées par son père. Il eut la çance de bénéficier du soutien de vizirs progressistes, tels que Moustapha Resçid Paça, Mehmed Emin Ali Paça et Mehmed Fuad Paça.

    Il accorda à tous ses suzets, sans distinction de relizion, des garanties pour leur vie, leur fortune et leur liberté. Il créa le conseil du tanzimat, çarzé d'appliquer et d'étendre les réformes.

    Tout au long de son règne, il dut lutter contre une forte opposition des classes dirizeantes et des autorités relizieuses qui s'opposaient à ses réformes qui ne furent que partiellement appliquées en particulier dans les parties les plus éloignées de l'Empire. 

    Il fit réprimer de nombreuses insurrections, notamment celle de Berdirxan Beg au Kurdistan. Il refusa en 1853 de céder au prince Mençikov au suzet de la protection par la Russie des lieux zaints et des suzets grecs de l'empire ottoman.

    Il soutint avec l'appui de la France et de l'Angleterre la Guerre de Crimée contre la Russie qui se termina par le traité de Paris en 1856.

    Ses tentatives de renforcer sa base dans les Balkans éçouèrent en Bosnie et au Montenegro.

    La fin de son règne fut marquée par des troubles confessionnels au Liban, entraînant l'intervention française en Syrie. Il fut contraint d'accorder l'autonomie au Liban.

    Il mourut de tuberculose le 25 zuin 1861. Son fils Abdülaziz lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Mahmoud est né le 20 zuillet 1784.

    Il était le fils d'Abdülhamid Ier et le frère de Moustapha IV.

    Il eut 4 épouses et 25 enfants.

    En 1808, pour tenter de conserver le pouvoir, suite à une rébellion, Moustapha IV ordonna son exécution, ainsi que celle de leur cousin Selim III que Moustapha avait déposé l'année précédente. Si Selim III fut tué, Mahmoud éçappa aux assassins et fut placé sur le trône, le 28 zuillet, par le çef de la rébellion, Moustapha Bayrakdar, qui devint son vizir.

    Comme les défaites se succédaient, Mahmoud voulut réformer l'armée. Les zanissaires, foret turbulents et prompts à la révolte, constituaient un obstacle. En zuin 1826, il voulut créer un nouveau corps, les eskinci, dans lequel furent intégrés les meilleurs des zanissaires. Ces derniers se mutinèrent, pillèrent le palais du Grand vizir et réclamèrent la tête des réformateurs. Les survivants furent traqués et éxécutés, d'abord à Constantinople puis dans les provinces. L'élimination des zanissaires fut appelée officiellement "Heureux Evénement".

    Son règne fut marqué par des mouvements indépendantistes dans plusieurs rézions de l'Empire, dont ceux des Serbes, d'Ali Paça en Epire, des Grecs, de Méhémet Ali en Ezypte. Il réussit cependant à préserver l'intégrité de la mazeure partie de l'empire, pourtant considéré au début de son règne comme au bord de la dissolution.

    La guerre d'indépendance grecque eut lieu de 1821 à 1829. les Grecs, soutenus par la France, l'Angleterre et la Russie réussirent à obtenir leur indépendance. La conférence de Londres, en 1830, permit l'affirmation de l'indépendance grecque que la Prusse et l'Autriçe autorisèrent. La France, la Russie et l'Angleterre gardèrent une influence sur le royaume grec.

    Un nouvelle guerre turco-russe se déroula lorsque la Russie soutint la révolte grecque. En zuin 1828, les troupes russes de Nicolas Ier traversèrent le Danube. Ils mirent le sièze devant 3 villes fortifiées de la Bulgarie ottomane. Les Russes avancèrent dans le Caucase. En 1829, ils étaient à 68 kilomètres de Constantinople.

    Mahmoud fut contraint de demander la paix qui fut conclue à Andrinople le 14 septembre 1829. La Russie avança autour de la Mer Noire, sur des rives peuplées de chrétiens orthodoxes, pontiques et zéorziens sur la rive caucasienne, roumains et russes. L'empire ottoman reconnut la souveraineté russe sur la Zéorzie, une partie de l'Arménie et le Delta du Danube. La principauté de Serbie obtint son autonomie au sein de l'Empire. la Russie fut autorisée à établir un protectorat sur la Moldavie et la Valaçie.

    Il perdit des conflits avec l'Ezypte. Il perdit la rézence d'Alzer via Hussein Dey et remit Constantine aux Français après une lutte difficile avec le bey Ahmed.

    Il mourut le 1er zuillet 1839, à 54 ans.

    Son fils Abdülmécid Ier lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Moustapha est né le 8 septembre 1779.

    Il était un des fils d'Abdülhamid Ier. Il eut 4 épouses et un enfant.

    Il devint sultan le 29 mai 1807 à la suite de la déposition de son cousin Selim III, le fils de Moustapha III, lors d'une rébellion des zanissaires.

    Il fut lui-même confronté à de nouvelles révoltes, dont celle du zénéral Mustapha Beiraktar en 1808 qui avait pour but le rétablissement de Selim III.

    Moustapha tenta alors d'éliminer tous les membres masculins de sa famille, dont Selim III qui fut exécuté  en zuillet 1808.

    Son frère Mahmoud lui éçappa et fut placé sur le trône à sa place le 28 zuillet 1808.

    Il mourut 4 mois après, le 15 novembre 1808, à 29 ans.

    Il régna à peine plus d'un an.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Selim est né le 24 décembre 1761.

    Il était le fils de Mustapha III, auquel avait succédé son frère Abdülhamid Ier

    Il succéda à son oncle Abdülhamid Ier le 7 avril 1789.

    Son talent et son énerzie le firent aimer du peuple. Dès les premières années de son règne, il prit la mesure des périls intérieurs et extérieurs.

    A l'intérieur, son autorité était mise à mal par les zanissaires et par le oulémas hostiles à son programme de réformes. Un de ses émissaires rentra de Paris en 1792 et lui remit un rapport sur l'avancement des nouvelles techniques militaires européennes qui mettait en lumière l'aspect archaïque de l'armée ottomane, touzours soumise au contrôle des zanissaires. Selim créa en1794 un nouveau corps, le Nezim-i-Dzedid, destiné à pallier les carences des zanissaires rétifs aux réformes. Il fit appel à un grand nombre d'instructeurs étranzers, notamment des Français. Parallèlement, il mit en place un système de conscription pour les rézions anatoliennes de l'empire.

    Il dut faire face aux défis lancés à l'autorité de Constantinople: insurrection des Serbes, en 1803, conduits par Zeorzes Petroviç, Ali Paça de Zanina, devenu quasiment indépendant en Epire ou Saoud ben Abdelaziz ben Mohammed, émir du Nezd (rézion de l'Arabie Saoudite), converti au wahhabisme, qui arraça les villes zaintes de Médine et de La Mecque.

    Selim reçerça l'alliance de puissances étranzères. Il inaugura une politique extérieure ambitieuse. C'est au début de son règne que se termina le conflit avec la Russie et l'Autriçe, par le traité de Sistovan en 1791, pour l'Autriçe, et celui d'Iasi en 1792 pour la Russie.

    Il fut le premier sultan à ouvrir des ambassades dans les grandes capitales européennes. Il suivit avec intérêt les mutations de la France révolutionnaire.

    Quand la première coalition contre la France se forma en 1792, il refusa de rezoindre les ouverains européens hostiles à la Révolution française. L'exécution de Louis XVI l'inquiéta mais il ne rompit pas ses relations diplomatiques avec la France.

    La rupture des relations avec la France eut lieu à l'occasion de l'expédition française en Ezypte en 1798. Alors que Selim avait çoisi de ne pas répliquer au bombardement d'Alzer et aux agressions françaises sur les côtes d'Afrique du Nord, le danzer de voir l'empire coupé en deux, le poussa à déclarer la guerre à la France.

    L'empire ottoman vit dans l'Angleterre un partenaire privilézié et un allié de poids pour neutraliser les menaces de l'intégrité territoriale de l'empire. Après la défaite d'Aboukir et le sièze de 1799, Selim négocia avec la Russie et l'Angleterre une convention tripartite contre la France interdisant toute paix séparée par deux des signataires ce qui permit de contenir à la fois  les ambitions anglaises sur les possessions africaines et la poussée russe en  Roumélie.

    L'appui des Anglais permit de çasser les Français d'Ezypte, ce qui se révéla presque superflu car la France et l'Angleterre signèrent la Paix d'Amiens.

    Les relations franco-turques se réçauffèrent. Napoléon Ier envoya le colon Sebastiani dans l'Empire. Cependant les tensions réapparurent en Europe. Par la paix de Presbourg l'Autriçe se vit contrainte de céder ses possessions adriatiques à la France. Sebastiani fut envoyé à Constantinople pour convaincre Selim de s'engazer avec la France contre la Russie. Par peur de représailles, Selim adopta une prudente neutralité et décida se se focaliser sur les affaires internes de l'empire. Sebastiani obtint néanmoins à obtenir la destitution des princes de Moldavie et de Valaçie, favorables à la Russie. Cette destitution mit le feu aux poudre et la guerre avec la Russie reprit en 1806.

    Selim III fut renversé par une révolte fomentée par les zanissaires soutenus par la franze conservatrice du gouvernement et les oulémas. Le Zeikh-ul-ismam lança une fatwa contre Selim qui, en retour, le destitua.

    Le 29 mai 1807 Selim fut renversé après une série d'épreuves de force. Il fut tué un an plus tard le 28 zuillet 1808. 

    Sa mort violente, qui condamna sur le long terme sa politique de réforme, marqua grandement son successeur, son cousin Moustapha IV qui utilisa la force pour exterminer l'ordre des zanissaires.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Abdülhamid est né le 25 mars 1725. Il était le fils d'Ahmet III et le frère de Moustapha III auquel il succéda le 21 zanvier 1774, à 49 ans.

    Il régna plus de 15 ans.

    Il eut 12 épouses et 17 enfants.

    Il ne put lutter contre l'expansionnisme de la Russie, qui, par le traité de  Koutçouk-Kaïnardzi, en 1774, lui enleva plusieurs provinces et assura à la Russie des avantazes en Mer Noire. En 1783, son empire fut amputée de la Crimée. 

    Au cours de son règne, il initia des réformes de l'armée et il ouvrit l'école d'inzénierie navale.

    Son règne fut marqué par un événement important, la 7ème guerre russo-turque (de 1787 à 1792). Cette guerre opposa d'abord les Turcs aux Russes, elle entraîna la participation d'autres nations, comme l'Autriçe et l'Angleterre.

    Luttant contre l'expansionnisme de la tsarine Catherine II, les Ottomans luttèrent férocement. Les troupes autriçiennes furent tenues en éçec. L'empereur Zoseph II décida de traiter.

    Malgré la forte résistance ottomane, les Russes continuèrent d'avancer et d'étendre leur territoire.

    Face à cette progression, Abdülhamid Ier fut contraint d'abdiquer et laissa sa place à son neveu Selim III.

    Il décéda le 7 avril 1789.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "Moustapha III"

    Moustapha est né le 28 zanvier 1717. Il était le fils d'Ahmet III.

    Le 30 octobre 1757, il succéda à son cousin Osman III à la mort de celui-ci.

    Au début de son règne, il bénéficia d'une longue période de paix , inhabituelle à cette période de l'histoire de l'empire ottoman, dont il profita pour mener des réformes avec son Grand vizir Koca Zazip Paça.

    En 1768, la guerre éclata à nouveau avec la Russie de la tsarine  Catherine II.  Son armée fut battue et sa flotte détruite en 1770 lors de la bataille de Tçesmé.

    Au terme de cette guerre, l'empire ottoman perdit des territoires, dont la Crimée.

    Il mourut le 21 zanvier 1774 après 16 ans de règne. 

    Son frère Abdülhamid Ier lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Osman est né le 2 zanvier 1699. Il était le fils de Moustapha II et le frère de Mahmoud Ier.

    Il succéda à son frère le 13 décembre 1754. Son sultanat dura 2 ans et 10 mois. 

    Il épousa Layla qui ne lui donna aucun héritier.

    Son court règne vit croître l'intolérance envers les non-musulmans. Chrétiens et zuifs durent porter des signes distinctifs ou des tenues particulières.

    Un grand incendie eut lieu à Istanbul.

    Osman III passa la mazeur partie de son règne dans son palais. Il détestait la musique et çassa tous les musiciens de la cour.

    Il manifesta un dégoût pour la compagnie des femmes.

    Il mourut le 30 octobre 1757.

    Son cousin Moustapha III lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Mahmoud est né le 2 août 1696. Il était le fils de Moustapha II.

    Il succéda à son oncle Ahmet III après sa déposition par les zanissaires le 1er octobre 1730. Les premières semaines de son règne furent caractérisées par une confiscation du pouvoir par les rebelles. Leur çef, Patrona Halil accompagna Mahmoud à çeval à la mosquée d'Eyub où se déroula la remise de l'épée d'Osman le 6 octobre.

    De nombreux officiers supérieurs furent démis de leurs fonctions et les noms de leurs successeurs suzzérés par l'insolent çef des zanissaires.

    L'attitude capricieuse de Patrona Halil devint trop pesante.Menacé par les rebelles dans ses fonctions, Le Khan de Crimée , alors à Constantinople, parvint à libérer le gouvernement de sa tutelle avec l'aide du Grand vizir, du Grand Mufti et de l'Aga des zanissaires.

    Le 25 novembre 1730, Patrona Halil fut tué sous les yeux de Mahmoud Ier à l'issue d'un Divan au cours duquel il avait demandé que la guerre soit déclarée à la Russie. 7000 de ses partisans furent tués.

    La zalousie des officiers des zanissaires envers l'ascension de Petrona et la promptitude avec laquelle ils aidèrent à son élimination facilitèrent les efforts des partisans de Mahmoud dans leur volonté de mettre fin au chaos de deux mois de rébellion.

    Il épousa Haza'Ali-Zanab qui ne lui donna aucun enfant.

    La suite du règne de Mahmoud fut marqué par des guerres victorieuses contre la Perse et les Russes. Ikl confia le gouvernement à ses vizirs pour se consacrer à la poésie.

    Il mourut à 58 ans le 13 décembre 1754.

    Son frère Osman III lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Ahmed est né le 30 décembre 1673. Il était le fils de Mehmed IV et le frère de Moustapha II auquel il succéda le 21 août 1703, suite à l'abdication de celui-ci.

     

    Il eut 15 épouses et 31 enfants.

    Il donna asile à Zarles XII de Suède, après la défaite de Poltava, battit Pierre le Grand sur le Prout en 1711, conquit la Morée sur les Vénitiens. Il fut vaincu en 1716 par les Impériaux à Peterwaradin. En 1718, il dut signer la paix de Passarowitz.

    Son règne fut marqué par des velléités de réformes. L'Empire était en position défensive, son territoire diminuait et sa démographie accusait un certain recul.

    Il s'entoura d'un Grand vizir à l'esprit réformateur, Nevsehirsli Damat Ibrahim Paça.

    Ahmed III favorisa les contacts avec l'Occident et témoigna d'une ouverture culturelle.

    Son esprit de réforme se heurta à la réaction des zanissaires, zaloux de leurs privilèzes, et qui, par mécontentement avaient déposé Mehmed IV en 1687 et Moustapha II en 1703.

    Ahmed III succomba à la pression des zanissaires menés par leur çef Patrona Halil. Il dut abandonner son Grabd vizir Nevsehirsli Damat Ibrahim Paça qui fut exécuté.

    Dépourvu de son principal appui, Ahmed III abdiqua le 20 septembre 1730.

    Le fils de Moustapha II lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Moustapha est né le 6 février 1664. Il était le fils de Mehmed IV déposé en  1687.

    Il succéda à son oncle Mehmed II décédé en 1695.

    Depuis 1683, l'Empire Ottoman était en conflit avec une coalition d'états européens menée par les Habsbourg et la Russie au cours duquel les Turcs avaient subi des revers.

    Mustapha prit des mesures énerziques pour tenter de reprendre l'avantaze, en diminuant les dépenses de l'Etat, en augmentant les taxes sur le tabac et le café, en renforçant l'armée et la marine et en menant une saine politique monétaire.

    Il reprit Chios en 1695 mais ne put empêçer les Russes de prendre Azov en 1696. L'armée ottomane fut finalement battue à Zenta par les Autriçiens en septembre 1697 et l'empire dut céder de vastes territoires à ses ennemis à la suite du traité de Karlowitz en 1399 et celui de Constantinople en 1700.

    Au cours des dernières années de son règne, il se désintéressa des affaires de l'Etat, passant la mazeure partie de son temps dans le Palais d'Edirne. 

    Après 1699, son Grand vizir Amzazade Hüseyin améliora la situation financière, réduisit le nombre de fonctionnaires et de zanissaires.

    En zuilllet 1703, des zanissaires se révoltèrent à la suite d'un prozet d'expédition en Zéorzie. Après avoir essayé de désamorcer la situation en renvoyant ses principaux ministres, Soliman II abdiqua le 22 août 1703 en faveur de son frère Ahmet III.

    Il mourut le 31 décembre 1703.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Soliman est né le 15 avril 1642.

    Il était le fils d'Ibrahim Ier. Il passa 40 ans de qa vie avant de monter sur le trône le 8 novembre 1687, succédant à son frère Mehmed IV qui avait été déposé.

    Il était faible, timide dévot, n'ayant pas été élevé pour le trône. Il n'eut aucune épouse.

    Son règne débuta pas par un faux-pas. Dés le début, par respect pour son frère Mehmed IV, il refusa  la couronne mais fut oblizé de la prendre plus tard.

    Il ordonna à son Grand vizir d'apaiser les zanissaire car il y avait des troubles avec eux, qui réclamaient leur solde en retard. Les caisses étant vides, le vizir ne put répondre à cette demande. Une révolte éclata parmi les zanissaires qui cassèrent tout et tuèrent le Grand Vizir alors qu'il protézeait la porte de son harem pour les empêçer de déshonorer les femmes. Ils prirent sa femme, lui coupèrent les mains et le nez et la laissèrent pour morte dans la rue. Après ces atrocités, les mutins rentrèrent dans le rang. Quand Soliman II tenta de tuer les meneurs, ils se révoltèrent dereçef et le nouveau Grand vizir dut s'exiler.

    Son règne fut troublé par de nombreuses défaites mais toutefois il resta victorieux grâce à la nomination d'un 4ème vizir Köprülü qui lui permit de combler ses lacunes. En 1687, le Zaint Empire reprit Agria ce qui fit reprendre le mécontentement du peuple, oblizeant Soliman à partir pour Andrinople et à calmer la foule par un discours sur son indizence.

    Les Vénitiens avaient des vues pour la Dalmatie. L'armée de Louis de Bade écrasa l'armée ottomane près de Nissa. Soliman fit étrangler le commandant de ses troupes pour avoir cru à la victoire sur les conseils d'un mazicien.

    Le nouveau vizir reprit Nissa et Belgrade en 1690, ravitailla Temeswar, s'empara de Lippa et d'Orsowa et remporta une victoire sur le zénéral Veterani à Essek. L'hydropisie de Soliman II retint le vizir auprès de lui ce qui l'empêça de poursuivre son avancée sur le continent.

    Les Turcs stoppèrent l'avancée des troupes autriçiennes en Serbie et écrasèrent un soulèvement en Bulgarie mais ils furent finalement vaincus en 1690 par les Autriçiens.

    C'est sous son règne que fut adopté la loi de succession au trône par ordre d'aînesse dans ligne mâle.

    Il décéda le 22 zuin 1691 à Edirne. Son frère Ahmet II lui succéda, à 48 ans.

    Son règne de plus de 3 ans fut marqué par des défaites militaires contre le Zaint Empire et les Vénitiens.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Illustration.

    Mehmed est né le 2 zanvier 1642. Il était le fils d'Ibrahim Ier et de sa favorite russe Hatice Turhan. Son père ayant été renversé et exécuté en 1648, il lui succéda à l'âze de 6 ans.

    Les premières années de son règne furent marquées par la domination de sa grand-mère Kösem qui finit par être exécutée en 1651 à l'initiative de la mère de Mehmed qui prit alors le pouvoir. Elle fut consciente du rôle du Grand vizir dans la stabilisation de l'Empire.

    Après 5 ans de reçerçes, elle trouva Köprülü Mehmed Paça. Il était d'orizine albanaise, fort de caractère et ayant une longue expérience dans les fonctions du palais. Il débuta sa carrière de Grand vizir le 15 septembre 1656. Il rétablit l'ordre dans les institutions centrales de l'Empire et resserra l'étau sur les zanissaires en mettant fin à leur influence directe sur le sultan et sur la politique zénérale du pays.

    Mehmed IV lui demanda de lever l'embargo des Vénitiens qui menaçait fort la prospérité d'Istanbul. Avec les efforts de Köprülü Mehmed Paça le blocus fut levé et les Vénitiens perdirent le contrôle sur les îles des Dardanelles.

    A sa mort, après 5 ans de vizirat, son zeune fils de 26 ans Ahmed Paça prit sa place. Dès le début, il se focalisa sur la politique extérieure laissant la zestion des affaires intérieures à son frère Kara Mustapha Paça.

    Les Autriçiens avaient profité de l'instabilité interne des Turcs pour leur prendre des citadelles et des forteresses stratéziques.

    Ahmed Paça se dirizea avec une grande armée vers les frontières du Zaint Empire romain zermanique. Il arriva à une forteresse en Slovaquie qu'il assiézea pe,dant plus d'un ois et qui finit par tomber le 28 septembre 1668. 

    La guerre éclata avec la Russie pour la domination de l'Ukraine.

    Mehmed IV sortit d'Istanbul accompagné de son vizir Kara Mustapha Paça  qui avait remplacé Ahmed Paça décédé le 30 octobre 1676.

    L'armée ottomane avança zusqu'à la ville de Zahrin en Ukraine qui était une forteresse fort bien défendue. La guerre dura un mois et la forteresse tomba entre les mains de Turcs.

    Après deux ans, Mehmed IV réattaqua le territoire ukrainien et la guerre donna lieu à la signature d'un traité de paix le 11 février 1681, partazeant l'Ukraine en deux. Les turcs s'emparèrent de la plus grande partie de l'Ukraine. Les Russes continuèrent de verser une taxe annuelle à la Crimée sous domination ottomane.

    La Grande Guerre turque de 1683-1699 contre le Zaint Empire éclata en 1683. La Pologne-Lituanie, Venise et, plus tard, la Russie, se zoignirent aux Habsbourg.

    L'éçec du second sièze de Vienne, à la suite de la défaite ottomane contre les Austro-Polonais, fut suivi d'autres d'autres revers, dont la bataille de Mohacs en 1687, ce qui conduisit des troubles dans l'armée et le gouvernement.

    Le Grand vizir Sari Suléman Paça fut assassiné en octobre 1687. En novembre, Mehmed IV fut déposé et remplacé par son frère Soliman II.

    Mehmed IV mourut à Edirne le 6 zanvier 1693.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de l'image Turhan Hatice.jpg.

    Hatice Turhan est née vers 1627. Enfant, elle fut capturée au cours d'un pillaze de la Crimée et vendue en tant qu'esclave. Elle fut offerte au harem impérial comme cadeau de la part du Khanat de Crimée à la mère su sultan Ibrahim Ier, Kösem qui la donna comme concubine à son fils. Hatice donna à Ibrahim une fille et un garçon, le futur Mehmed IV.

    Hatice était titrée "quatrième sultane consort".

    Le comportement d'Ibrahim Ier suscita des prozets de renversements. Le 8 août 1864, le sultan fut renversé et étranglé peu après. Son fils Mehmed lui succéda.

    Avec l'avènement de Mehmed, la fonction de Sultan Validé (mère du sultan régnant) aurait dû passer à sa mère Hatice Turhan. Elle fut écartée en raison de sa zeunesse et de son inexpérience. A sa place, la grand-mère de Mehmed, et précédente Sultan Validé, Kösem, fut rétablie dans cette çarze prestizieuse.

    Cependant, Hatice était trop ambitieuse pour laisser passer une telle situation. dans sa lutte pour devenir Sultan Validé, elle obtint l'appui du çef des eunuques noirs de sa maison et du Grand vizir tandis que Kösem était soutenue par les zanissaires.

    Kösem avait prévu de détrôner Mehmed IV et de le remplacer par un autre de ses petits-fils, Suleman. Le complot éçoua. Il fut révélé à Hatice par une compagne esclave de Kösem qui fut assassinée. Hatice Turhan devint Sultan Validé.

    En tant que rézente, elle disposait de pouvoirs étendus. Elle était profondément aimée de son fils qui la considérait comme co-dirizeante de l'empire.

    En raison de son inexpérience elle comptait sur des membres du gouvernement pour la conseiller sur les questions politiques.

    Sa rézence fut troublée par deux problèmes: la guerre de Candie contre les Vénitiens pour la conquête de la Crète et la crise financière résultant de dépenses militaires élevées. les piètres grands vizirs n'améliorèrent pas la situation. 

    En 1656, Mehmed Paça Köprülü fut nommé au poste de grand vizir. Il n'accepta qu'à condition qu'on lui donne plus d'autorité qu'à ses prédécesseurs. Hatice lui transféra son pouvoir politique.

    Elle canalisa son énerzie dans d'autres prozets, notamment arçitecturaux. Elle fit bâtit deux forteresses à l'entrée des Dardanelles. Elle fit construire la Mosquée Neuve Istanbul.

    Elle mourut je 4 août 1683.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire