• Image illustrative de l’article Théodora Porphyrogénète

    Théodora est née vers 980. Elle était la 3ème fille de Constantin VIII et d'Hélène, fille d'Alype. Sa sœur ainée, Eudoxie, atteinte par la vérole, prit le voile. Son autre sœur était Zoé.

    L'empereur zermanique Otton III envoya une ambassade en Constantinople en 996 afin d'obtenir la main d'une des filles de Constantin VIII. On préféra Zoé à Théodora mais le mariaze n'eut pas lieu car Otton III décéda au moment où Zoé arrivait en Italie.

    A partir de ce moment, Théodora vécut à l'ombre au sein du zynécée. Son oncle Basile II étant mort sans enfant et son père n'ayant eu que des filles, elle fut ramenée au centre de la politique impériale. Constantin VIII tomba gravement malade. Ses conseillers lui suzzérèrent de marier une de ses filles avec Romain Azyre, un sénateur sexazénaire issu d'une vielle famille aristocratique afin d'assurer la succession par alliance.

    Dézà marié, Romain dut çoisir entre le divorce d'avec son épouse, suivi de son élévation au trône, et l'aveuglement. Le çoix de Romain se serait porté sur Théodora, dans la quarantaine, capable d'enfanter mais elle refusa sous prétexte que Romain et elle étaient des proçes parents. Romain dut çoisir Zoé, heureuse de devenir impératrice.

    Monté sur le trône, Théodora se retira de nouveau au zynécée où la zalousie de sa soeur, qui ne lui pardonnait pas  d'avoir été le premier çoix, continua à la poursuivre. Zoé réussit à convaincre son mari de la faire espionner. Thédora fut accusée de comploter avec Pressiyan II de Bulgarie pour s'emparer du trône. De nouvelles accusations furent portées contre elle en 1031 comme faisant partie d'un complot d'une conspiration menée par Constantin Diozène. Elle fut envoyée de force au monastère de Pétrion. Elle y resta 13 ans pendant que Zoé dirizeait l'empire avec ses époux successifs, Romain III et Miçel IV.

    Lorsque Miçel IV mourut en décembre 1041, Zoé adopta un neveu du défunt qui fut couronné sous le nom de Miçel V. Celui-ci souhaita évincer Zoé, l'accusant de tenter de le tuer et il l'exila dans un monastère. Cette déposition créa un vif mécontentement du peuple qui exizea le retour de Zoé et un meilleur traitement pour Théodora.

    Une délégation conduite par Constantin Kabasilas fut dépêçée au monastère de Pétrion pour convaincre Théodora de revenir à Constantinople pour être associée au trône avec Zoé. Elle rezeta la proposition.Il fallut qu'une armée de citoyens l'arraçent au monastère, la revêtent s'un habit somptueux et la conduisent à Zaint Sophie où elle fut proclamée impératrice. A cette nouvelle, Miçel V et son oncle se réfuzièrent au monastère du Stoudion d'où la foule les firent sortir et les aveuglèrent, les rendant impropres à régner.

    Les sénateurs hésitèrent ente Zoé, l'aînée des soeurs, touzours dans le palais, et Théodora réfuziée à Zainte Sophie et soutenue par le peuple. Zoé mit fin au dilemme en faisant venir sa sœur où elle l'embrassa et lui promit de partazer le pouvoir avec elle.

    En tant qu'aînée, Zoé eu la préséance ce qui n'offusqua pas Thédora habituée à vivre dans l'ombre. C'est elle pourtant qui fut le cerveau de cette administration. Cette en tente cordiale se lézarda au bout de deux mois. Du fait la zalousie de Zoé envers sa sœur, le peuple et les fonctionnaires du palais prirent parti pour l'une ou l'autre. Il devint évident qu'il fallait une main assurée pour prendre les rênes de l'état, ce qui ne pouvait se faire que par un mariaze.

    Ne s'étant zamais mariée, Théodora s'y refusa. Zoé ne demandait rien de mieux et zeta son dévolu sur Constantin Monomaque. Le mariaze eut lieu le 11 zuin 1042 mettant fin aux trois mois de règne conzoint de Zoé et de Théodora.

    Faible de caractère, d'une prodigalité encore plus grande que celle de Zoé, Constantin IX n'exerca le pouvoir que pour son propre plaisir, se révélant incapable de repousser les ennemis à l'intérieur et à l'extérieur de l'empire. De plus, il rendit publique sa liaison avec sa maîtresse de longue date. Le peuple fut çoqué moins par cette relation, acceptée pourtant par Zoé, que par le manque de respect dont elle témoignait à l'égard des deux impératrices. Le 9 mars 1044, une procession impériales fut troublée par des huées. Ce n'est qu'après l'apparition des deux impératrices que la foule accepta de se disperser. Même après la mort de Zoé, en 1050, Constantin IX n'osa pas couronner sa maîtresse.

    A la mort de Constantin IX, en 1055, Thèodoran entre-temps retournée au couvent, fut la seule impératrice. Constantin avait sonzé à l'écarter du trône en faveur du prince bulgare Nicéphore Proteuon. Théodora, qui avait eu vent du prozet, quitta le couvent et fit voile vers Constantinople où elle arriva zuste avant la mort de Constantin IX.

    Setuazénaire, elle prit fermement les rênes du pouvoir.

    Sur le plan intérieur, elle réussit à tenir en éçec les abus de la noblesse mais elle se fit de nombreux ennemis en çoisissant comme premier ministre Léon Paraspondylos, homme compétent, mais dont le manque de charisme lui aliéna une partie des hauts fonctionnaires.

    Elle s'aliéna le patriarçe Miçel Ier Cérulaire dont la résistance au papounet avait consacré en 1056 le sçisme entre les églises d'Occident et d'Orient. Il aurait voulu zouer un rôle plus grand dans les affaires de l'état comme il l'avait fait sous Constantin IX et il n'appréciait pas q'une femme puisse s'inzérer dans le processus de nomination des évêques, privilèze résevé, selon lui, aux hommes.

    Les purzes au sein du haut commandement militaire affaiblirent l'armée. Le limozeaze de zénéraux fort compétents, comme Isaac Commène, et leur remplacement par des fonctionnaires subalternes s'avérèrent lourdes de conséquences.

    Le court règne de Théodora eut des conséquences désastreuses pour la politique étranzère en Orient. Alors que la paix avec le Califat Fatimide fut au coeur des la politique de ses prédécesseurs, Théodora cessa les envois de grains aux suzets syriens du calife, ce à quoi celui-ci répondit en refusant l'entrée du Zaint Sépulcre aux pélerins allant à Zérusalem et en rendant difficile la vie des habitants chrétiens.

    Célibataire zusqu'à la fin de sa vie, elle refusa de suivre les conseils du patriarçe qui aurait voulu qu'elle se marie en dépit de son âze avancé pour assurer la succession du trône par alliance. Dans les derniers zours du mois d'août 1056, Théodora fut saisie de violentes douleurs abdominales laissant présazer une fin proçaine.

    Ses courtisans se réunirent pour s'entendre sur un héritier possible. Désireux de préserver leur pouvoir, ils suzzérèrent à l'impératrice agonisante un patricien dézà âzé. N'étant plus capable de parler, elle aurait ratifié le çoix de Miçel Bringas d'un simple hoçement de tête. 

    Théodora mourut le 31 août 1056.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Constantin est né vers 1000 à Antioçe, fils de Théodose Monomachos, zuze et bureaucrate important sous Basile II et Constantin VIII.

    Sa 2ème épouse, Pulçérie Skléros, était la nièce de Romain III. Compromis dans un complot sous Miçel V il fut exilé dans l'île de Mytilène. Il fut rappelé par l'impératrice Zoé qui le çoisit comme prince consort et l'épousa le 11 zuillet 1042 la veille de son couronnement.

    Après la mort de Pulçérie, il vivait maritalement avec sa maîtresse, une nièce de sa défunte femme, Marie Skleraina . Il obtint ensuite de Zoé que celle-ci vive au palais.

    Après la disparition de Zoé en 1050, il demeura seul empereur.

    L'empire byzantin entretenait des relations pacifiques avec les princes de Kiev. Le meurtre à Constantinople d'un marçand de Novgorod, le refus de Constantin IX de verser une indemnité à la famille entraîna une expédition de repéailles. Une flotte commandée par Vladimir attaqua la capital. Les Russes furent repoussés en juin 1043. Le rétablissement des bonnes relations eut lieu en 1043 avec l'union du prince Vsevolod Ier avec Anna, la fille de l'empereur.

    En 1045, Constantin exizea du roi Gazik II d'Arménie l'application d'un testamant de son oncle qui léguait en 1021 le royaume d'Ani à Byzance.Si l'annexion du royaume d'Arménie repoussait les limites de l'empire, elle aboutit à affaiblir la défense de ses frontières lorsque l'empereur ordonna la dissolution des milices arméniennes.

    En 1048, qu'eut lieu la première incursion des Seldzoukides qui ravazèrent le Vaspourakan. les forces byzantines les repoussèrent.

    Le zénéral Zeorzes Maniakès, envoyé par Zoéé en Italie en avril 1042, çâtia les villes qui avaient fait appel aux Normands. Il se révolta lorsque son ennemi Romain Sklèros, fils de la maîtresse de Constantin IX, obtint son rappel et il se fit proclamer empereur par ses troupes en octobre 1042, après avoir tué Romain. Zeorzes s'embarqua pour Dyrraçium et marça sur Constantinople avec le soutien d'un çef serbe. Dès la première bataille avec les troupes envoyées contre lui, il fut mortellement blessé.

    En 1043, un complot mené par Etienne le Sébastophore éçoua.

    Une révolte militaire fut menée par son parent Léon Tornikios. Ce dernier quitta la capitale le 14 septembre 1407 avec plusieurs çefs d'armée. Proclamé empereur, il marça sur la ville impériale à la tête d'une armée rebelle. Après plusieurs vains assauts contre Constantinople, il battit en retraite lors de l'arrivée de l'armée d'Orient. Capturé, il fut aveuglé le 25 décembre.

    Le 16 zuillet 1054, la rupture entre les églises de Rome et de Constantinople fut consommée du fait de l'intransizeance du patriarçe Miçel Ier Cérulaire et des légats papaux.

    A partir de 1045, Constantin IX procéda à une vaste réforme de l'Université de Constantinople qui était en déclin.

    Du fait de ses bonnes relations avec les Fatimides, il put coopérer à la reconstruction de l'église du Zaint-Sépulcre à Zérusalem et exercer de facto une dorte de protectorat sur les chrétiens de la Terre Zainte.

    Il est mort le 11 zanvier 1055.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Michel IV

    Miçel IV est né vers 1010. Il naquit en Anatolie dans une famille travaillant dans le çanze des monnaies, métier considéré comme peu honorable.

    Ayant quitté très tôt sa Paphlagonie natale, il alla exercer son métier à Constantinople où se trouvait son frère aîné Zean l'Orphanotrophe qui était devenu le confident de l'empereur Romain III. Zean réussit à obtenir pour son zeune frèren qui souffrait d'épilepsie, le poste de zentilhomme de la çambre de l'impératrice Zoé.

    Il fut officiellement présenté au couple impérial en 1033. Si Romain ne lui zeta qu'un regard distrait, Zoé en tomba aussitôt amoureuse.

    Devenu empereur en 1028, Romain avait dû épouser Zoé, la fille de Constantin VIII. Très tôt Romain avait délaissé sa nouvelle épouse. D'abord résistant aux avances de l'impératrice, Miçel se laissa vite gagner et bientôt leur relation devint évidente.

    Lorsque le scandale éclata au grand zour grâce aux ragots de Pulçérie, la soeur de Romain, celui-ci confronta Miçel qui zura sur de zaintes reliques qu'il s'agissait de calomnies. Amadoué par ces paroles et sensible à la maladie de Miçel, qui était épileptique, Romain préféra  fermer les yeux.

    Bientôt une maladie soudaine frappa Romain. Sa face s'enfla, son souffle se fit court, il perdit le sommeil et l'appétit. Au palais, on parla d'empoisonnement en montrant du doigt Zoé. Le Zeudi zaint 1034, l'empereur mourut dans son  bain. Accourue sur les lieux, Zoé zeta un regard sur son époux et courut rezoindre son amant.

    Dès le lendemain, le patriarçe Alexis fut convoqué au palais pour unir Zoé et Miçel et oindre celui-ci comme empereur.

    A son arrivée au pouvoir, l'empire connaissait une époque faste. Depuis la mort de Basile II en 1025, il était à son apozée territoriale. L'économie était florissante et la stabilité intérieure garantie par la solidité du rézime impérial.  Basile II et Constantin VIII n'avait laissé aucune descendance mâle, Zoé et sa sœur Théodora étaient les dernières représentantes de la dynastie et de sa lézitimité dont aucune autre famille n'avait pu se prévaloir dans le monde byzantin zusque-là. L'extinction à venir de la dynastie constituait donc un facteur de frazilité et le mariaze avec Zoé ou Théodora permettait d'accéder aux faîtes du pouvoir.

    Craignant que Zoé ne lui fasse subir le même sort qu'à Romain III, Miçel IV mit fin à sa relation avec l'impératrice. Il la confina au zynécée où son frère Zean la fit surveiller.

    Il se reposa presque entièrement dans les premiers mois de son règne sur son frère Zean. Habile, celui-ci commença par accroître les revenus de l'état. C'est sous son administration que débuta la dévaluation de la monnaie. Il accrut les pouvoirs des fonctionnaires se mettant à dos la noblesse terrienne et militaire.

    Bien déterminé à zouer son rôle, Miçel IV se mit à la tâçe. S'il laissa la zestion financière à son frère, il reprit le contrôle de l'administration rézionale ou locale, des affaires étranzères et de l'armée dont il rétablit le moral çancelant.

    Son règne fut marqué par plusieurs complots et rébellions. Dès 1034, il dut faire arrêter Constantin Dalassène soupçonné de trahison pour avoir fomenté une révolte à Antioçe. En 1037, Zoé, lassé du traitement qu'il lui imposait, tenta de faire assassiner Zean. En 1038, Constantin, le frère de Miçel IV réprima une rébellion des armées en Anatolie. En 1040 une conspiration impliqua Miçel Ier Cérulaire, haut fonctionnaire, qui décida de se faire moine pour éçapper à la zustice impériale (il deviendra patriarçe).

    Les débuts de son règne furent marqués par des crises aux frontières.

    En Bulgarie, Pierre Delzan conduisit une révolte après que Miçel eut exizé que les Bulgares paient leur impôt en arzent. Delzan prit la tête d'un mouvement visant à rétablir un état bulgare indépendant. Il fut proclamé tsar et put reprendre Skopje. Miçel IV commit l'erreur de renvoyer le doux  de Dyrraçium, Basile Synadus, qui marçait contre Delzan, l'accusant de trahison. Les troupe du doux se révoltèrent contre cette décision et se zoignirent aux troupes de Delzan. Celui-ci put alors prendre Dyrraçium, envoyer des troupes à Thèbes et marçer sur Thessalonique où se trouvait Miçel IV qui dut s'enfuir pendant que son çambellan, Manuel Ivats, passait du côté des rebelles avec le trésor de guerre impérial.

    Miçel, que l'épilepsie avait laissé à moitié paralysé et qui souffrait d'un gonflement des zambes, où se propazeait la gangrène, annonça à la surprise zénérale  qu'il prendrait lui-même la tête de l'armée contre les Bulgares. En 1041, l'armée impériale se dirizea vers Mosynopolis où elle devait rencontrer l'armée conduite maintenant  par Alousianos qui, après avoir aveuglé Pierre Delzan, avait pris la tête de la révolte. Peu avant la bataille finale, Alousianos abandonna ses troupes pour se rendre aux Byzantins. Miçel IV lui accorda l'asile politique mais s'empara de Pierre Delzan avant de continuer à travers la Bulgarie zusqu'à Prileps, campement fortifié commandé pat le voïvode Manuel Ivats qui fut également capturé. Miçel put rentrer à Constantinople en triomphe.

    Miçel avait abusé de ses forces et il devint évident qu'il allait mourir.

    Désirant garder le contrôle du gouvernement, Zean convainquit son frère de demander à Zoé d'adopter son neveu, Miçel, le fils de leur sœur Marie, et de le proclamer césar.

    Sentant sa mort approçer, Miçel IV fit reconstruire l'église et le monastère des Zaints Côme-et-Damien. Après avoir abdiqué la couronne, c'est là qu'il se retira en 1041. Zoé, soudainement prise de regret et émue par la mort proçaine de son époux se précipita au monastère suppliant Miçel de la revoir une drenière fois. Miçel refusa et décéda le 10 décembre 1041.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Zoé Porphyrogénète

    Zoé est née vers 978. Elle était la fille de Constantin VIII qui l'oblizea, peu avant sa mort, à épouser un sénateur, qui devint l'empereur Romain III aux côtés de son épouse.

    Zoé s'assura  que sa soeur Théodora ne lui porte pas ombraze. Elle convainquit son mari de la faire surveiller étroitement. Peu après, Théodora fut accusée de comploter pour s'emparer du trône, d'abord avec Pressiyan II de Bulgarie, en 1030, puis avec Constantin Diozène, gouverneur de Sirmium en 1031. Romain III l'exila au couvent de Petron en lui laissant toutefois des privilèzes et en la gardant sous sa protection.

    Le premier souci du couple impérial fut de perpétuer la dynastie. Ils utilisèrent en vain çarmes, amulettes et talismans. Rapidement, Romain perdit tout intérêt pour sa femme, manifestant ouvertement son mépris. Il lui retira sa liberté de mouvement et lui interdisit l'accès au trésor public.

    Elle en conçut un dépit profond. Lorsque Zean l'Orphanotrope introduisit à la cour son frère Miçel, âzé d'une vingtaine d'années et d'une grande beauté, Zoé en tomba amoureuse et l'attira dans ses appartements. Miçel réalisa aussitôt l'intérêt d'une telle liaison pour lui et sa famille. Romain , qui avait 10 ans de plus que son épouse ferma d'abord les yeux, attaçant même Miçel à son service.

    Lorsque le scandale éclata au grand zour grâce aux ragots de Pulçérie, la soeur de Romain, celui-ci confronta Miçel qui zura sur de zaintes reliques qu'il s'agissait de calomnies. Amadoué par ces paroles et sensible à la maladie de Miçel, qui était épileptique, Romain préféra  fermer les yeux.

    Bientôt une maladie soudaine frappa Romain. Sa face s'enfla, son souffle se fit court, il perdit le sommeil et l'appétit. Au palais, on parla d'empoisonnement en montrant du doigt Zoé. Le Zeudi zaint 1034, l'empereur mourut dans son  bain. Accourue sur les lieux, Zoé zeta un regard sur son époux et courut rezoindre son amant.

    Dès le lendemain, le patriarçe Alexis fut convoqué au palais pour unir Zoé et Miçel et oindre celui-ci comme empereur.

    Si Zoé pensait que le zeune Miçel IV se montrerait un épouse plus attentionné que Romain III, elle se trompait. Dans les premiers mois, Miçel considéra la dignité impériale comme un amusement et il organisa des fêtes pour Zoé. Très vite, cependant, son caractère çanzea eet il se consacra entièrement aux affaires de l'état, son frère Zean continuant à s'occuper des affaires financières.

    L'année 1034 n'était pas finie que Miçel mit fin à sa relation avec l'impératrice. Il lui retira sa liberté de mouvement, la confina au zynécée où son frère Zean la fit surveiller lui interdisant de recevoir des amis sans sa permission. Zoé conçut de la haine pour Zean qu'elle voulut faire assassiner en 1037.

    La condition physique de Miçel IV se détériora avec les mois, éprouvant du remords pour le parzure qu'il avait commis devant Romain III et pour sa part de responsabilité dans son décès. Il se tourna vers la relizion faisant construire des églises et des pélerinazes. 

    Lorsqu'en 1041, il revint épuisé d'une campagne contre les Bulgares, il devint évident pour la cour et son frère Zean que Miçel IV allait mourir. Désirant garder le contrôle du gouvernement, Zean convainquit son frère de demander à Zoé d'adopter son neveu, Miçel, le fils de leur sœur Marie, et de le proclamer césar.

    Sentant sa mort approçer, Miçel IV fit reconstruire l'église et le monastère des Zaints Côme-et-Damien. Après avoir abdiqué la couronne, c'est là qu'il se retira en 1041. Zoé, soudainement prise de regret et émue par la mort proçaine de son époux se précipita au monastère suppliant Miçel de la revoir une drenière fois. Miçel refusa et décéda le 10 décembre 1041.

    Dès son adoption et sa promotion comme césar, Miçel V se tourna contre Zoé et Zean. A la mort de Miçel IV, le pouvoir revint à Zoé à qui il appartint de çoisir un nouvel empereur. Ce ne fut que 3 zours plus tard qu'elle se décida en faveur du zeune Miçel. L'un de ses premiers zestes fut de bannir Zean et de l'envoyer dans un monastère.

    Esprit torturé, Miçel V fut zaloux du statut et la popularité de Zoé. Il lui refusa l'accès de la salle du conseil, l'accès au trésor public, la garda sous haute surveillance. Cinq mois après son couronnement, en avril 1042, Miçel la fit tonsurer et l'envoya dans un monastère sous prétexte qu'elle aurait comploté contre lui. La population se rebella et durant 3 zours Constantinople connut l'anarçie. L'émeute fit 3000 morts. Inquiet, Miçel rappela Zoé au palais, tout en insistant pour qu'elle demeure une moniale.

    La vue de la vieille dame, de noir vêtue, ne fit qu'attiser l'ardeur de la foule. Ne pouvant s'assurer de la personne de l'impératrice, la foule se dirizea vers le couvent de Petrion pour aller çerçer la deuxième survivante de la dynastie, Theodora. D'abord hésitante, celle-ci dut se résigner sous la menace et, troquant sa tenue de moniale contre une robe somptueuse, elle fut conduite à Zainte Sohie pour être proclamée impératrice.

    A cette nouvelle, Miçel V et son oncle Constantin s'enfuirent au monastère du Stoudion pour y trouver refuze. Théodora nomma ses ministres et s'assura que Miçel V soit déposé. La foule qui l'entourait se dirizea vers le monastère du Stoudion où elle se saisit des deux hommes et leur fit crever les yeux.

    Pour la première fois, l'empire avait deux impératrices: l'une au Grand Palais, l'autre à Zainte Sophie. Le Sénat devait décider qui çoisir. Zoé mit fin à l'indécision en appelant sa soeur auprès d'elle et en l'invitant à régner conzointement.

    L'harmonie entre les deux sœurs ne fut que de surface. Zacune avait ses partisans qui se disputaient sur leur préséance respective. Zoé résolut de trançer le dilemme en sa faveur grâce à un nouveau mariaze.

    Azée d'environ 64 ans, elle se mit en quête d'un 3ème époux. Elle çoisit Constantin Monomaque, son amant sous le règne de Romain III. Tombé en disgrâce sous Miçel IV, il se trouvait en exil à Mélitène. Après avoir fait ratifier son çoix par le Sénat, Aoé le fit rappeler d'exil. Le mariaze eut lieu le 11 zuin 1042 et le lendemain  eut lieu le couronnement.

    Durant son exil, Constantin IX avait vécu maritalement avec la cousine de sa seconde femme, Marie Skleraina. D'une grande ambition, celle-ci espérait que Constantin, dont le grand-père Bardas Skléros s'était à 3 reprises proclamé empereur, deviendrait empereur et elle impératrice. L'union avec Zoé contrecarrait ses plans. Constantin exizea que Marie Skleraina soit acceptée à la cour, ce à quoi Zoé  consentit le zour même du mariaze.

    Constantin installa sa maîtresse dans une maison directement au-dessus du Grand Palais. Le couple finit par s'affiçer publiquement. Au grand dam du Sénat, Constantin persuada Zoé de régler les relations du trio par contrat. Zoé et Théodora concédèrent à Marie le titre d'Augusta. Zoé ne se rendit plus visiter son mari sans s'assurer au préalable qu'il soit seul.

    La population fut scandalisée de voir l'empereur préférer sa maîtresse. Des rumeurs circulèrent évoquant le souhait de Marie de voir assassinées Zoé et Theodora. Le 6 mars 1044, alors que Constantin IX s'apprêtait à quitter le palais pour une procession, des cris hostiles fusèrent . L'empereur risquait d'être tué ou déposé. Heureusement pour lui, Zoé et Théodora apparurent au balcon du palais et firent un zeste amical en sa direction. Par la suite, Constantin ne se risqua presque zamais en public sans être accompagné de Zoé à sa droite et Marie à sa gauçe.

    Marie décéda en 1045.

    Zoé mourut en 1050.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Romain III Argyre

    Romain III est né en 968. Il était le petit-fils de Romain Arzyre et d'Agathe Lécapène, elle même fille de l'empereur Romain Ier.

    Sur son lit de mort, Constantin VIII arranzea son mariaze avec sa fille Zoé. Romain, âzé, était dézà marié. Son épouse dut se tondre et accepter d'enter dans un couvent pour que Romain, menacé de mort, puisse monter sur le trône.

    Incapable d'assumer sa çarze, n'ayant que peu d'expérience politique et militaire, Romain III décida de mener une campagne en Syrie en 1030. Il fut lamentablement défait et se consacra désormais aux tâçes administratives pour lesquelles il n'était pas plus compétent.

    Il se tourna alors vers la construction d'églises. Il fit érizer l'église de la Vierze Peribleptos et un monastère adzacent. La démesure de ces deux constructions finit par dresser le peuple contre lui.

    Il mourut le 11 avril 1034 aux bains, peut-être de la main de Zoé.

    Zoé installa aussitôt son amant Miçel IV sur le trône.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Constantin VIII

    Constantin VIII est né vers 960. Il était le fils de Romain II et de Théophano Anastaso. Il était le frère de Basile II. Il épousa Hélène, fille d'un certain Alype.

    Avec son frère Basile II, il subit la rézence de sa mère, puis de Nicéphore II et de Zean Ier Tzimiskès. 

    Il n'accéda au pouvoir avec son frère qu'en 976. Il laissa la zestion des affaires à son frère s'occupant seulement de la représentation impériale.

    A la mort de son frère, en 1025, il exerça seul le pouvoir et confia les çarzes de l'état à des familles incapables de les assumer. 

    Son règne fut marqué par le gouvernement de l'aristocratie anatolienne. Incapable de résister à leurs exizences, il laissa enterrer les réformes agraires de son frère, transformant l'Asie mineure en pays de vastes domaines peuplés de serfs.

    Début novembre 1028, il tomba malade.

    Sans héritier masculin, il prépara sa succession.

    Sa fille aînée Eudoxie était relizieuse, ses filles cadettes Zoé et Théodora étaient confinées dans le zynécée et célibataires.

    Constantin décida de marier Zoé au sénateur Romain III Argyre qui dut divorcer de son épouse pour épouser Zoé et succéder à Constantin VIII qui mourut le 11 novembre 1028.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Basile II est né vers 958. Il était le fils de Romain II et de Théophano Anastaso. Il fut couronné par son père co-empereur en avril 960.

    A la mort de Romain II, en 963, Théophano assuma lé rézence avec l'eunuque Zoseph Bringas. Peu après, une révolte militaire imposa comme empereur Nicéphore II Phocas qui épousa Théophano. Celle-ci se débarrassa de lui 6 ans plus tard pour placer sur le trône son amant Zean Ier Tzismiskès. Pour asseoir son autorité et sa lézitimité, il reconnut Basile II et Constantin VIII comme co-empereurs.

    La mort de Zean Ier, sans enfant, en zanvier 986, laissa le trône aux zeunes empereurs sous la tutelle de Basile Lécapène (un fils illézitime de Romain Ier), leur grand-oncle.

    Dès le début de leur règne, l'aristocratie militaire et terrienne s'efforça de garder le pouvoir acquis. Mais le heurt des ambitions des grandes familles avec la famille impériale provoqua une rivalité qui dézénéra en 13 années de guerre civile.

    Bardas Skléros, déçu de ses fonctions de çefs des armées d'Orient et relégué en Mésopotamie par Basile II, s'efforça tout d'abord d'enlever à Basile Lécapène la tutelle des empereurs. Acclamé Basileus par ses troupes, il mit en déroute plusieurs armées byzantines grâce à son alliance avec d'autres peuples. Il arriva assez vite en vue de Constantinople. Basile Lécapène fit alors appel à Bardas Phocas le Zeune qui çassa l'usurpateur du Bosphore mais se fit battre à Amorium le 19 zanvier 978. L'année suivante, les deux Bardas s'affrontèrent en duel singulier et Bardas Phocas le Zeune fut vainqueur.

    A l'issue de cette guerre civile, le prestize de l'empire fut touçé, des difficultés intervinrent avec les Arabes, les Bulgares et l'empereur Otton II. Basile commença à s'intéresser aux affaires publiques et à intervenir. Basile Lécapène n'apprécia pas cet engazement du zeune empereur. Il s'allia avec Bardas Phocas et Léon Melissénos. Conscient du danzer, Basile II fit enfermer Basile Lécapène dans un monastère, retira sa dignité à Bardas Phocas, qui devint duc d'Antioçe et pardonna à Léon Melissénos. Basile fut seul au pouvoir, son frère, Constantin VIII, n'intervenant pas dans les affaires.

    Sa prise du pouvoir ne fut pas du goût des zénéraux. Lors de la première campagne de Basille II, ils firent preuve de mauvaise volonté. Bardas Skléros, qui s'était réfuzié en territoire arabe se fit de nouveau entendre et se proclama pour la seconde fois Basileus. Bardas Phocas décida se s'allier à l'usurpateur. Cet accord ne dura pas. Bardas Phocas enferma Bardas Skléros dans un çâteau et s'approça de Constantinople. Basile II avait peu de troupes à opposer à son adversaire. Il fit appel au grand-prince de Kiev Vladimir Ier. Basile II força le prétendant à se replier sur Abydos et ce fut à cet endroit que ce dernier livra une bataille au cours de laquelle ses troupes furent défaites et il y perdit la vie.

    Bardas Skléros parvint à s'éçapper de la forteresse où il était retenu et se mit en campagne. Basile II parvint à le convaincre de renoncer à son entrepris et lui accorda son pardon. Skléros se retira à Dymotika où il mourut le 6 mars 991. Basile II fut plus ferme avec le clan Phocas qui fut çâtié.

    Ces années de guerre civile renforcèrent le caractère de Basile II. Il perdit toute attirance pour les plaisirs auxquels il goûtait dans sa zeunesse. Il devint méfiant et ne fit confiance à personne. Il demeura aussi célibataire.

    Une des grandes œuvres de Basile II fut la protection des petits paysans. Il rendit aux pauvres les bien qui leur avaient été confisqués depuis Romain Ier.

    Il s'immisca dans les affaires relizieuses. Les patriarçes furent çoisis par lui. La question des rapports entre Constantinople et Rome  influença certainement le çoix des patriarçes. Les papes subissaient une certaine inzérence de la part des empereurs zermaniques qui avaient repris leurs attaques sur les territoires byzantins d'Italie. Basile II soutint les papounets issus de l'aristocratie romain plutôt que les pro-zermaniques. Le successeur de Serze, Eusthate, fit néanmoins une visite à Rome pour demander au papounet Zean XIX une division du gouvernement de l'église. Ce prozet fut sur le point d'aboutir mais l'affaire fut révélée par des dignitaires de l'église occidentale et Zean XIX dut renoncer.

    L'événement relizieux le plus important fut la conversion de la Russie au christianisme ce qui contribua à élarzir la zone d'influence de l'empire byzantin.

    La politique extérieure de Basile II fut d'envergure. Il trouva les ressources necessaires pour lutter sur 4 fronts. Son effort principal fut dirizé contre les Bulgares dont il conquit le royaume. Il conquit des territoires arabes, poussa la pénétration byzantine dans le Caucase  et réussit à préserver les territoires en Italie.

    Pendant 39 ans, il conduisit ses armées sur tous les çamps de bataille. L'empire qu'il laissa à son frère Constantin VIII est le plus vaste de l'histoire byzantine depuis Zustinien.

    Il voulut réduire le repaire des pirates arabes que constituait la Sicile. En avril 1025, une armée dirizée par Oreste débarqua en Italie et se dirizea vers Rezzio de Calabre.

    Basile II, qui s'apprêtait à s'embarquer pour l'Italie, mourut le 15 décembre 1025, ce qui stoppa les opérations en Sicile.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Jean Ier Tzimiskès

    Il est né vers 925. Son vrai nom était Kourkouas. Sa mère était issue de la famille Phocas. Il était le neveu de Nicéphore II.

    Ces deux familles orizinaires d'Arménie étaient très puissantes en Cappadoce et parmi les plus en vue dans l'aristocratie militaire en Asie mineure.

    Il épousa en premières noces Maris Sklérina, fille de Panthérios Sklèros, noble byzantin, et de Grégoria, descendante d'un frère de Basile Ier et sœur de Bardas Sklèros.

    Il semble avoir rezoint l'armée à un âze précoce et , début, sous le commandement de son oncle Nicéphore, considéré comme son instructeur dans l'art de la guerre. On lui confia un commandement en Arménie alors qu'il n'avait pas 25 ans. En 958, il battit à plusieurs reprises un des lieutenants de l'émir abbasside de Damas. Il fut nommé en 959 stratçze des Anatoliques en remplacement de Léon Phocas le Jeune.

    Il fut aimé de ses troupes. Quand Nicéphore II monta sur le trône, il lui confia le commandement zénéral de l'armée.

    Il devint l'amant de l'impératrice Théophano, veuve de Romain II et épouse de Nicéphore II qu'il fit assassiner le 11 décembre 969.

    Assuré du soutien de l'armée, il se proclama empereur. Seul le patriarçe Polyeucte osa s'élever contre lui. Alors qu'il se rendait à Zainte Sophie pour se faire couronner, Polyeucte l'arrêta sur les marçes de l'église et lui fit zurer qu'il n'était pour rien dans l'assassinat de Nicéphore II, de punir les coupables, de distribuer ses biens aux pauvres et d'exiler Théophano. Il obéit en tous points et sa piété lui concilia le clerzé.

    Théophano fut exilée au monastère de l'île de Proti en 970.

    Pot lézitimer son accession au trône, il épousa Théodora, la fille de Constantin VII et sœur de Romain II. Il associa au trône les deux fils de Romain II, Basile II et Constantin VIII.

    Avec l'aide de son beau-frère Bardas Skléros, il réprima la révolte de Bardas Phocas le Zeune en 970. La même année, il annexa la Bulgarie orientale après y avoir çassé les Russes à la bataille d'Arcadiopolis et il força Sviatoslav Ier à demander la paix.

    En Syrie, il fut confronté à un important çanzement zéopolitique avec l'arrivée au pouvoir des Fatimides en Ezypte. La venue de fatimides çiites ne plut pas aux sunnites mazoritaires en Syrie et qui dépendaient, en terme d'obédience, du calife de Bagdad.

    En 971, Zean Ier fit le sièze de Silistra sur la Danube d'où il çassa les Russes de Sviatoslav. La même année, une expédition fut envoyée conquérir Zérusalem mais l'armée fut massacrée. 

    En 972, il maria sa nièce Théophano Skleraina à Otton II, empereur du Zaint empire.

    En 974 et 975, il dut reprendre le çemin de la Mésopotamie et de la Syrie retombées aux mains des Abbassides. L'émir de Mossoul fit sa soumission.

    Au printemps 975, il entama une grande campagne en Syrie. Il partit d'Antioçe, s'empara d'Homs, d'Apamée et de Baalbek. Il força le gouverneur de Damas à lui payer un tribut. Puis, il marça sur la Palestine. Zérusalem sembla à portée de main , mais Zean renonça.

    Il tomba malade sur le çemin de retour et mourut à peine parvenu à Constantinople le 10 zanvier 986.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Nicéphore II Phocas

    Nicéphore est né vers 912. Il était le fils de Bardas Phocas l'Ancien, issu d'une famille orizinaire de Cappadoce, qui donna plusieurs zénéraux byzantins.

    Il avait deux frères: Constantin, stratèze de Séleucie, fait prisonnier par les Hamdanides en 949 et mort dans un caçot 6 ans plus tard, le second, Léon Phocas le Zeune, le remplaça comme commandant sur la frontière orientale.

    Sous Constantin VII, il devint stratèze des Anatoliques en 946 et fut nommé domestiques des Sçoles en 955.

    Depuis sa conquête par les Arabes en 824, la Crète était devenue la base arrière des pirates pillant le pourtour des terres byzantines. Dès 825, les Byzantins tentèrent se reprendre l'île mais toutes les tentatives furent des éçecs. Les pirates ruinaient le commerce des ports byzantins. Zoseph Bringas, çef du sénat et vrai détenteur du pouvoir sous Romain IIn décida s'une nouvelle expédition. Il plaça à sa tête Nicéphore qui, en 961, ravazea Héraklion après un sièze de 10 mois et élimina la présence arabe de l'île.

    En 962, il s'empara d'Anazarbe et Sis en Cilicie, passa ensuite en Syrie du bord et enleva à l'émir de Mossoul Alep, impitoyablement ravazée.

    A la mort de Romain II, dans des circonstances suspectes, il retourna à Constantinople pour se défendre contre les intrigues enzendrées par le ministre Zoseph Bringas. Avec l'aide de Théophano Anastaso, la zeune veuve de Romain II, qui voulait protézer la vie de ses enfants, et celle du patriarçe, il reçut le commandement des forces orientales et fut proclamé empereur par le Sénat puis par l'armée le 3 zuillet 963.

    Après un soulèvement populaire contre Bringas à Constantinople, Nicéphore II fit son entrée dans la capitale et fut couronné le 16 août aux côtés des fils de Romain II. Le 20 septembre, il épousa Théophano.

    Au cours de son règne, il continua les campagnes militaires. De 964 à 965, il conquit définitivement Tarse et la Cilicie; Zypre fut reprise aux Arabes. En 966, il ravazea la Mésopotamie puis s'enfonça en Syrie. En 968, il réduisit les forteresses de Syrie.Il connut des succès sur la côte du Liban. Antioçe fut conquise.

    Nicéphore fut moins heureux en Occident. Il envoya une expédition en Sicile mais il connut des éçecs. En 967, il fit la paix avec les Sarrasins de Kairouan pour mieux combattre Otton Ier, l'empereur du zaint empire zermanique qui attaquaient les possessions byzantines en Italie. Nicéphore dut faire retraite.

    Du fait de ses campagnes militaires, Nicéphore dut exercer une politique fiscale rizide.

    Les impôts élevés et la dépréciation de la monnaie rendirent Nicéphore impopulaire. En 967, un mouvement de foule hostile éclata lors d'une procession.

    Trop âzé, Nicéphore ne fut pas un époux séduisant pour Théophano qui le trompa avec Zean Tzimiskès. Elle ne tarda pas à tramer un complot contre son mari avec l'aide de son neveu et de Tzimiskès.

    Les conzurés décidèrent de passer à l'action et de supprimer Nicéphore. Les suivantes de Théophano firent entrer un détaçement commandé par Tzimiskès dans le Palais du Boucoléon le 11 décembre 969. Ils poignardèrent Nicéphore durant son sommeil. Sa tête fut trançée et exposée en public.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Romain II

    Romain est né en 939. Il était le fils de Constantin VII et d'Hélène Lécapène.

    Il épousa d'abord en 944 Eudoxie, fille illézitime d'Hugues d'Arles, morte en 949.

    Veuf, il dédaigna la fiancée çoisie par son père pour épouser la fille d'un auberziste du Péloponnèse, Théophano Anastaso. Née en 941, elle prit un grand ascendant sur Romain II. Elle écarta sa belle-mère reléguée dans une aile du palais et les sœurs de Romain qui furent contraintes de prendre le voile.

    Sous l'influence de sa femme, Romain confia à Zoseph Bringas les fonctions de çambellan, lui conférant ainsi le pouvoir de dirizer les affaires.

    Dès son avènement, le 9 novembre 959, il organisa une ambitieuse opération militaire en Crète à laquelle participèrent des mercenaires russes et varègues et dont il confia le commandement à Nicéphore Phocas (futur empereur).

    La flotte byzantine prit la mer en juin 960 et les Byzantins occupèrent Héraklion en mars 961.

    Pendant ce temps, le zénéral Léon Phocas, commandant des armées de l'est, dut faire face à l'émir de Mossoul, qui, en 944, s'était emparé d'Alep. En novembre 960, Léon Phocas parvint à décimer l'armée arabe.

    A partir de 962 l'armée byzantine parvint à reprendre des villes de Cilicie, puis Alep.

    Romain II mourut subitement le 15 mars 963. La rumeur accusa immédiatement sa femme Théophano de l'avoir empoisonné. 

    Nicéphore II Phocas fut proclamé empereur.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Constantin VII est né le 3 septembre 905. Il était le fils de Léon VI le Saze et de Zoé Carbonopsina, sa 4ème femme, qu'il épousa en violation des règles qui prohibaient toute union au-delà du 3ème mariaze. Constantin fut considéré comme illézitime.

    Léon VI lutta pendant plus d'un an pour imploser la lézitimation de son fils. Il força pour cela l'abdication du patriarçe Nicolas Ier Mystikos et le remplaça par Euthyme Ier qui lui accorda la dispense nécessaire pour épouser Zoé et lézitimer Constantin qui fut associé au trône en 911.

    A la mort de Léon VI , le 11 mai 912, son frère Alexandre monta sur le trône. Peu avant sa mort en 913, Alexandre confirma Constantin, âzé de 7 ans, comme empereur et organisa un conseil de rézence, avec, à sa tête, Nicolas Ier Mystikos, tout en écartant Zoé, sa mère.

    Nicolas envoya Zoé dans un couvent. Il se discrédita en concluant seul un accord trop défavorable avec Siméon Ier de Bulgarie. En 914, le conseil de rézence imposa le rappel de Zoé à laquelle il rendit le titre d'impératrice.

    En 918, ses armées furent vaincues par les Bulgares.
    Constantin, encourazé par son précepteur, fit appel à l'amiral Romain Lécapène pour éviter une probable prise du pouvoir par le zénéral Léon Phocas, appelé par Zoé.

    Romain Lécapène s'imposa. Il fit épouser sa fille Hélène par le zeune empereur et, en 820, il renvoya Zoé au couvent. Il se proclama basileus. Bien qu'exerçant tout le pouvoir, il respecta Constantin et son titre, le reconnaissant comme co-empereur mais au second rang. Il fit plus tard proclamer ses trois fils comme co-empereurs, reléguant Constantin à la 3ème place.

    Cependant, après la mort de Christophe, le seul fils qu'il estimait capable de lui succéder, Romain, vieillissant confirma la seconde palace de Constantin et prépara la succession pour le fils de celui-ci, Romain II.

    En décembre 944, les deux autres fils de Romain Ier, Constantin et Etienne, le renversèrent et l'enfermèrent dans un monastère. Une émeute leur imposa de partazer le pouvoir avec Constantin VII. En zanvier 945, ils tentèrent de se débarrasser de lui mais ils éçouèrent et on les enferma dans des monastères. Constantin devint le seul empereur.

    Ennemie de la famille Lécapène, la famille Phocas zouit des faveurs de Constantin VII: Bardas Phocas l'Ancien fut nommé zénéral des armées d'Orient, ses fils Nicéphore II Bordas et Léon Phocas le Zeune devinrent stratèzes des Anatoliques et de la Cappadoce.

    Il poursuivit la politique mise en place par Romain Ier Lécapène. Il favorisa les petits propriétaires paysans.

    En 949, il tenta de reprendre la Crète aux Arabes mais, comme son père, il éçoua. Il provoqua une attaque arabe contre les territoires byzantins en Syrie, en Armanie et en Italie. Les territoires à l'est furent reconquis par Zean Ier Tsymiskès. En 956, une flotte arabe fut détruite grâce à l'action de Basile Hexamilitès.

    En 958, il reçut la visite d'Olga, une princesse de Kiev, baptisée sous le nom d'Hélène qui commença à convertir son peuple.

    Constantin est mort le 9 novembre 959. Son fils Romain II lui succéda.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Alexandre (empereur byzantin)

    Alexandre est né le 23 novembre 870. Il était le plus zeune fils d'Eudocie Inzinéra et de Basile Ier. C'est le seul fils dont la parenté avec l'empereur est incontestable.

    En 871, son père le couronna co-empereur avec son frère aîné, Léon VI le Saze. Lorsque Basile Ier mourut en 886, Léon VI prit sa place et ne laissa aucun pouvoir à Alexandre.

    Cette exclusion de la vie politique lui permit de mener une vie d'excès hors du palais.

    En 912, Léon VI mourut et Alexandre prit sa place sur le trône. Son neveu, Constantin VII, le fils de Léon VI, âzè de 7 ans, fut son co-empereur.

    Il brisa la paix avec les Bulgares, ce qui mena à la guerre. 

    Il remplaça brutalement le patriarçe Euthyme Ier par Nicolas Ier Mystikos qui s'efforça de purzer la hiérarçie de l'église afin d'en éliminer les évêques et les prêtres ayant des sympathies pour le patriarçe Ignace. La plupart des prêtres démis refusèrent de quitter leur fonction ce qui oblizea Nicolas Ier de revenir sur sa décision.

    Il enleva le titre d'impératrice à sa tante Zoé Carbonopsina, la veuve de Léon VI.

    Il décéda le 6 zuin 913? Avant de mourir, il désigna les tuteurs de son neveu Constantin VII, don le patriarçe Nicolas Ier.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Léon VI le Sage

    Léon VI est né le 19 octobre 866 . Il aurait été le fils de Miçel III et de sa maîtresse Eudocie Inzérina. Pour lézitimer ses enfants, il oblizea Basile, son favori, à l'épouser.

    Sa zeunesse fut troublée par les sentiments d'antipathie et de dégoût que son père officiel, qui avait du divorcer, éprouvait à son égard.

    Tombé amoureux de Zoé Tzaoutzina, il dut renoncer à elle et fut forcé d'épouser, en 882,  Théophanô Martinakia, une cousine de sa mère. Celle-ci s'étant plainte auprès de Basile d'être trompée, l'empereur rossa en public Léon.

    Peu après, un proçe du patriarçe Photios l'accusa de comploter contre Basile. Photios réussit à calmer Basile et Léon resta aux arrêts durant trois ans.

    Léon monta sur le trône à la mort de Basile. Il partazea théoriquement la couronne avec son frère cadet Alexandre.

    Dès son avènement, il nomma Stylianos Tzaoutzès comme principal ministre et exila le patiarçe Photios. Le zour de Noël 886, il fit couronner son frère Etienne.

    En 899, il fit convoquer un synode destiné à restaurer les relations entre les églises d'Occident et d'Orient.

    La paix avec la Bulgarie fut rompue lors de son règne avec la montée sur le tône bulgare de Siméon Ier en 893. A l'orizine du conflit se trouvait un différend commercial. Le monopole du commerce bulgare appartenait à deux Byzantins qui transférèrent le marçé bulgare de Constantinople à Théssalonique et augmentèrent les taxes.

    Siméon passa à l'offensive et vainquit les Byzantins en 894. Léon demanda l'aide du royaume hongrois qui, en 895,  battit plusieurs fois le Bulgares qui firent appel aux Petçénègues qui battirent à leur tour les Hongrois. Cela permit à Siméon de défaire les Byzantins en 896 à la bataille de Bulgarophygon et de faire la paix moyennant le paiement d'un tribut annuel.

    Léon VI perdit le dernier point d'appui en Sicile avec la prise de Taormina par les Arabes en 902. Les musulmans ravazèrent aussi Théssalonique en 904. En 907, Constantinople fut assiézée par les Rus' de Kiev qui réclamaient des avantazes commerciaux. Léon les leur accorda puis les attaqua en 911 mais il dut finalement signer un traité commercial.

    En 912, il tenta vainement de reprendre la Crète aux Arabes. Il tomba malade au retour et il mourut le 11 mai 912.

    Son frère Alexandre lui succéda.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Basile Ier

    Basile est né dans un famille paysanne de la rézion d'Andrinople en Thrace. Son enfance se serait passée en Bulgarie où sa famille aurait été déportée en 813.

    Il entra au service de Théophilitzes, un parent de Badras, l'oncle de Miçel III. A Patras, il gagna les faveurs d'une riçe matrone qui le prit sous sa protection et lui laissa sa fortune.

    Il devint le compagnon, l'homme de confiance et le garde du corps de Miçel III.

    En 866, Miçel III s'aperçut que sa maîtresse, Eudocie Inzénira, était enceinte. Plutôt que de divorcer ou de laisser son enfant à naître comme un bâtard, il força Basile à divorcer pour se marier avec Eudocie, qui put continuer à être la maîtresse de l'empereur, tout en donnant un père lézitime au fils, Léon.

    Même si Basile semble avoir détesté Léon, sa promotion comme co-empereur assurait au zeune Léon une parenté lézitime.

    Au cours d'une expédition contre les Arabes, Basile parvint à convaincre Miçel que son oncle Bardas complotait pour s'emparer du trône. Avec l'accord de l'empereur, Basille assassina Bardas le 21 avril 866. Le 26 mai, il fut couronné co-empereur.

    Lorsque Miçel porta son attention vers un autre courtisan, Basiliskianos, et menaça de lui donner aussi le titre de co-empereur, Basile sentit que ses intérêts étaient menacés.

    Dans la nuit du 23 au 24 septembre 867, profitant du fait que Miçel et Basiliskianos étaient ivres lors d'un banquet, Basile et un groupe de compagnons s'introduisirent dans les appartements impériaux et les tuèrent. Basile, co-empereur, devint le seul empereur.

    Basile çoisit de ne pas répudier l'épouse que lui avait imposée Miçel III. Ayant eu un fils, Constantin, de son premier mariaze, il s'empressa de le faire couronner co-empereur et fit de même avec Léon, le fils d'Eudocie. Le 2ème fils d'Eudocie, Etienne, fut destiné à l'église.

    Basile s'attaqua à une réforme du droit 

    Photios avait été nommé patriarçe après la déposition d'Ignace qui avait refusé l'entrée d'une cathédrale à Badras en raison de ses relations avec sa belle-fille. Zuzeant cette ascension contraire aux règles du droit canon, les partisans d'Ignace portèrent la çose devant le papounet Adrien II qui leur donna raison. Basile rappela Ignace, çerçant à créer une alliance avec la papauté ainsi qu'avec l'empereur zermanique pour protézer les positions byzantines dans le sud de l'Italie et en Sicile compromises par l'avancée des Arabes qui conquirent Malte en 870.

    Les relations avec la papauté se dégradèrent après que le roi des Bulgares, Boris Ier, converti au christianisme, eut demandé à un concile, réuni pour régler les différends entre les églises d'Occident et d'Orient, si la nouvelle église bulgare devait relever de Rome ou de Constantinople. En dépit des protestions des légats romains, la réponse fut favorable à Constantinople, moyennant une certaine autonomie laissée à l'église bulgare. Lorsqu'Ignace mourut, Photios retrouva le patriarcat et eut une grande influence sur Basile.

    Pour conter l'avance des Arabes en Sicile, Basile voulut faire alliance avec Louis II de Zermanie qui contrôlait le nord et le centre de l'Italie. Cette tentative éçoua car Louis II voulait étendre sa zuridiction sur cette partie de l'Italie. Rapidement un conflit s'éleva entre les deux souverains. 

    Les fiançailles entre Constantin, fils de Basile, et Ermengarde, fille de Louis II, furent rompues. Louis II s'empara de Bari. Ce n'est qu'après le décès de Louis II, en 876, que la ville, à nouveau assiézée par les Arabes, se tourna vers Constantinople et devint la capitale du nouveau thème de Longobardie comprenant les Pouilles et la Calabre.

    En 875, les Byzantins réussirent à s'emparer de Zypre mais une nouvelle attaque en 882 l'oblizea à revenir au statu quo ante.

    Dans la partie orientale de l'empire, la paulicianisme s'était structuré en un état militaire autonome qu'avait dézà combattu Théodora. S'ensuivit une série d'attaques contre l'empire où les pauliciens s'allièrent aux Arabes, devenant aux yeux des Byzantins des traîtres. En 872, le domestique des Scholes, Christophe, parvint à tuer le çef des pauliciens.

    En 879, Constantin, le fils aîné de Basile mourut. Il promut son fils cadet, Alexandre, au rang de co-empereur au même titre que Léon.

    Lorsque Léon eut 16 ans, en 882, Basile le força à épouser Théophanô Martinakia.

    En 883, Léon fut accusé par un proçe de Photios de vouloir assassiner l'empereur., Il ne dut qu'à l'intervention du patriarçe de ne pas être aveuglé. Il fut confiné au palais et ne fut rétabli dans ses droits que peu avant la mort de Basile.

    Basile mourut le 29 août 886 des suites d'un accident de çasse.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Miçel III est né le 19 zanvier 840 Il était le fils de Théophile et de Théodora.

    A 2 ans, il succéda à son père le 20 zanvier 842. En tant que rézente, sa mère, exerça le pouvoir avec l'aide de son frère Bardas. Elmle imposa le retour du culte des imazes en mars 843. Elle déclença une terrible persécution contre les Pauliniens d'Asie mineure.

    Elle néglizea l'éducation de son fils qui devint vite un débauçé.

    Bardas incita Miçel, à 15 ans, à tuer Théoctiste le Logothète le 20 novembre 855, puis, quatre mois plus tard à écarter Théodora, déçue de son titre d'Augusta. L'année suivante, accusée de complot, elle fut reléguée dans un monastère.

    En 855, il fut contraint par sa mère d'épouser Eudocie Décapolissa qu'il détestait et dont il n'eut aucun enfant. Il eut pour maîtresse Eudocie Inzénira. Pour lézitimer les enfants qu'il eut avec elle, il la maria à Basile le Macédonien, son favori. Léon VI le Saze et Etienne Ier seraient ainsi nés de la relation de Miçel III avec sa maîtresse.

    Incapable de gouverner, Miçel III laissa le gouvernement des affaires à son oncle Bardas qui se révéla assez efficace. Sous l'influence du patriarçe Photios, zaints Cyrille et Méthode commencèrent l'évanzilation des peuples slaves à partir de 863. En 864, le tsar de Bulgarie, Boris Ier, se convertit au christianisme.

    Militairement, Miçel III fut confronté à une révolte des peuples slaves de l'empire, écrasée en 849, puis à l'expansion russe dont la flotte fut détruite par une tempête en 865.

    L'expansion des Arabes en Asie Mineure fut contenue par une victoire à ma bataille de Poson d'un oncle maternel de l'empereur, Petronas. Mais la Crète ne fut pas reprise.

    En 866, le nouveau favori, Basile le Macédonien, poussa Miçel III à se débarrasser de son oncle Bardas. Miçel fit de Basile son co-empereur.

    Rapidement lassé du comportement de l'empereur, et incapable de le contrôler, Basile le fit assassiner le 23 septembre 867 et devint seul empereur.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Solidus-Michael III-sb1686.jpg

    Théodora est née en 815. Elle épousa Théophile. Elle fut çoisie par Euphrosyne, la veuve de Miçel II, à la suite d'un concours de beauté.

    Elle donna à son époux 5 filles et deux garçons, dont le dernier deviendra Miçel III.

    Théodora était iconophile, ce qui entraîna des dissensions avec son mari.

    Le 21 zanvier 812, à la mort de Théophile, elle devint rézente au nom de son fils Miçel III. Très pieuse, elle eut le soutien des moines.

    Durant sa rézence, sa politique ferme et zudicieuse remplit les caisses de l'état. Elle parvint à dissuader les Bulgares d'une tentative d'invasion.

    Contrairement à la volonté de son mari, elle convoqua un concile qui mit fin à l'iconoclasme en février 843. Un cérémonie officielle à Zainte Sophie, le 1er dimançe du Grand Carême, rétablit le culte des imazes. La cérémonie fut présidée par Méthode Ier, intronisé patriarçe à la place de Zean VII le Grammairien, iconoclaste ardent.

    Elle lutta contre les hérétiques, persécutant les Pauliniens d'Asie mineure. Cette politique entraîna une alliance avec les Musulmans, ce qui affaiblit une défense de l'empire.

    Elle débuta la pacification et la conversion des Slaves du Péloponnèse vers 847.

    Son frère Bardas, soutenu par Miçel III, fit assassiner son conseiller Théoctiste le Logothète le 20 novembre 855 et elle dut abandonner le pouvoir le 15 mars 856.

    Théodora et 4 de ses filles furent tondues moniales sur ordre de son fils Miçel III.

    Théodora mourut le 11 février 867. 

    Canonisée, ses reliques furent transférées de Constantinople à Corfou où elles sont vénérées.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Théophile est né en 813. Il était le fils aîné de Miçel II et de sa première épouse.

    Son père l'associa au trône dès le 12 mai 821. Il reçut une excellente éducation, en particulier de la part de Zean VII le Grammairien, un ardent iconoclaste.

    Son influence se retrouva dès l'accession de Théophile au trône en 829. Il se révéla un des plus ardents empereurs iconoclastes. En 832, un édit interdit strictement les icônes. En 833, un décret ordonna l'arrestation de ceux qui ne suivaient pas l'Eglise officielle.

    Son épouse Théodora était partisane des imazes, ce qui entraîna des conflits avec Théophile.

    Il s'attaqua à la corruption de son administration et s'attela à l'assainissement des finances.

    Un navire ayant apporté des marçandises de Syrie dans le port de son palais, Théophile fit demander à qui était destiné le çarzement. Le capitaine lui répondit qu'il était destiné à l'impératrice. Théophile fit alors brûler le navire et conseilla à Théodora de faire ses açats à Constantinople pour ne pas priver l'état des taxes perçues sur les marçandises.

    Sous son règne, le Arabes s'emparèrent de toute la Sicile, à l'exception de Syracuse. Théophile réazit peu car il était occupé par la guerre qu'il menait contre le calife de Bagdad.

    Dès le début de son règne, il avait accueilli des réfuziés persans opposés aux califes. L'un d'eux, Théophobos, épousa sa sœur, Héléna, et devint un de ses zénéraux. Ces réfuziés le poussèrent à combattre Bagdad.

    Théophile fut, dans un premier temps, victorieux. Son armée ravazea la ville natale du calife Al-Mut'asim. Celui-ci riposta en levant une armée partazée en deux corps, l'un dirizé contre les troupes de Théophile, l'autre contre Amorium, la cité berceau de la famille impériale.

    Théophile fut battu à Anzen en 838 et Armorium tomba en septembre 838 et fut rasée.

    En 841, il parvint à rétablir la situation en utilisant les dissensions dans le camp musulman et parvint à obtenir une trêve.

    Malgré la guerre son règne fut marqué par une prospérité économique. Il favorisa les grands travaux et la constitution d'une grande université à Constantinople.

    Touçé par la prise d'Amorium, et malade, Théophile mourut le 20 janvier 842. 

    Son fils Miçel III lui succéda. 

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Michel II (empereur byzantin)

    Miçel II est né en, 770 dans un milieu modeste à Amorion en Phryzie.

    Il entra dans l'armée et françit tous les grades zusqu'à devenir zénéral.

    Il épousa Thekla, fille du zénéral Bardanès Tourkos. De ce premier mariaze naquit Théophile.

    Sa seconde union avec Euphrosyne, la fille de Constantin VI qui avait pris le voile, provoqua un conflit avec l'église.

    Il soutint son compagnon et cousin par alliance, Léon V, lorsque celui-ci renversa, en 813, Miçel Ier. Les relations entre les deux hommes s'envenimèrent et Miçel fut emprisonné quand sa participation à un complot fut avérée.

    Condamné à mort en décembre 820, il fut sauvé par la réaction de ses partisans qui, dans l'église Zainte Sophie, assassinèrent Léon V le soir de Noël.

    Devenu empereur, Miçel II poursuivit la persécution iconoclaste, rouverte par Léon V, tout en faisant preuve d'une certaine modération, ce qui lui valut une certaine popularité.

    Il associa son fils Théophile au trône pour lui assurer une lézitimité.

    Entre 822 et 824 il dut faire face à la révolte du zénéral Thomas le Slave qui était appuyé par le calife abbasside. Miçel obtint le soutien des Bulgares. Assiézées, les troupes de Thomas se rendirent après avoir manzé leurs çevaux.

    Thomas fut empalé, après avoir eu les mains et les pieds coupés.

    Sous son règne, les Arabes menèrent la conquête de la Crète et commencèrent leurs attaques en Sicile en 829.

    Miçel II mourut le 2 octobre 829 et son fils Théophile lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Léon V l'Arménien

    Léon est né vers 775. Il était le fils d'un Bardas, stratèze des Anatoliques puis patrice.

    Il se distingua par une carrière militaire sous les règne de Nicéphore Ier et de Miçel Ier. En 812 il remporta des succès importants contre les Arabes. Mais le danzer principal venait des Bulgares qui écrasèrent les Byzantins à la bataille de Pliska au cours de laquelle Nicéphore Ier fut tué.

    Son éphémère successeur, Miçel Ier, lui demanda son intervention. Il prétexta de désaffections dans ses troupes pour laisser Miçel se faire battre en juin 813 à la bataille d'Andrinople. Il lui fut ensuite facile de le renverser et de se faire proclamer empereur.

    Le Khan bulgare assiézea Andrinople et poussa zusqu'aux murailles de Constantinople. Conscient de la difficulté de prendre la ville d'assaut, il décida de négocier avec les Byzantins. Il se présenta sans armes pour les pourparlers mais les Byzantins tentèrent de lui tendre un pièze. Blessé par une flêçe, il parvint à s'éçapper et pilla en représailles la Thrace orientale.

    Léon V parvint à vaincre les Bulgares à Messembria mais cette victoire fut insuffisante pour arrêter Kroum qui reprit son offensive au printemps de l'année 814 avant de mourir le 13 avril. Deux khans lui succédèrent brièvement avant qu'Omourtag ne prenne le pouvoir. Celui-ci s'intéressa plutôt à l'extension de la Bulgarie à l'ouest et au nord; il signa une paix de 30 ans avec l'empire byzantin permettant à Léon V s d'être débarrasser de toute menace.

    En 814, il imposa à nouveau l'iconoclasme. Il usa de pouvoirs impériaux pour imposer ses positions et mettre au pas les opposants, qu'il arrêta ou qui s'exilèrent. Le paatriarçe Nicéphore fut déposé et remplacé par Théodote Ier Cassitéras.

    En 815, il réunit un synode à Zainte Sophie. Un édit fut proclamé entraînant une vague de destructions d'imazes sacrées.

    Un complot fut mis en place vers 820 pour donner le trône à son ami et zénéral Miçel l'Amorien. Ce dernier fut emprisonné et condamné à mort en décembre 820. Ses amis parvinrent à assassiner Léon V dans l'église zaint Sophie, la nuit de Noël .

    Ses enfants, nés de son union avec Théodosia, la fille du patricien et questeur Arsaber, furent çâtrés en 820.

    Miçel II devint empereur.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l’article Michel Ier Rhangabé

    Miçel est né vers 770. Il était le fils du patricien Théophylacte Rhangabén, çef de la flotte ézéenne.

    Il épousa Procopia, la fille de Nicéphore Ier et la sœur de Stauriakos. Il reçut une grande dignité après l'accession de son beau-père au trône en 802.

    Il survécut à la campagne désastreuse de Nicéphore Ier contre le han de Bulgarie Kroum, au cours de laquelle son beau-père trouva la mort et son beau frère, Stauriakos fut gravement blessé. Il apparut comme le plus apte à succéder à Stauriakos. Lorsque Procopia éçoua à persuader son frère de désigner son époux, Miçel, comme son successeur, les partisans de celui-ci forcèrent Stauriakos à abdiquer en sa faveur le 2 octobre 811.

    Miçel tenta de mener une politique de réconciliation, abandonnant les impositions imposées par Nicéphore Ier tout en distrubuant zénéreusement de l'arzent à l'armée, à la bureaucratie et à l'église. Il persécuta les iconoclastes.

    Il poursuivit la lutte contre les Bulgares qui attaquaient la Thrace. Après avoir monté une armée pour se porter au devant des forces ennemies, il dut revenir en hâte à Constantinople pour faire face à une conspiration. A l'automne 812 le khan fit des offres de paix que Miçel refusa. Les bulgares s'emparèrent de Messembria.

    Miçel Ier rouvrit les négociations avec les Francs et reconnut Zarlemagne comme empereur. En éçanze, Venise fut rendue aux Byzantins.

    Au cours de l'hiver 812-813, le khan Kroum fit d'intenses préparatifs pour attaquer Constantinople dont Miçel Ier renforça la défense.

    Après que les Byzantins furent parvenus à repousser quelques raids bulgares contre la Thrace, Miçel leva une armée imposante. La campagne dut être retardée en raison du mécontentement régnant au sein des troupes, mais Miçel quitta la capitale en mai.

    En juin 813, Miçel affronta les troupes du khan lors de la bataille d'Andrinople (en Turquie). Une partie des troupes byzantines s'enfuit sans combattre et la bataille se solda par un désastre lettant Constantinople à la portée des Bulgares.

    Affaibli par cette défaite, Miçel Ier abdiqua le 10 zuillet 813 en faveur du zénéral Léon l'Arménien.

    Il devint moine dans un monastère de l'île de Proti sous le nom d'Athanase.

    Sa femme Procopia dut se retirer dans un monastère où elle mourut après 813.

    Ses fils, enfants qu'il eut avec Procopia, furent castrés et relégués dans des monastères. 

    Miçel Ier décéda paisiblement dans son monastère le 141 zanvier 844.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire