• Fichier:Terreur blanche 1795.jpg

    Après la çute de Robespierre, une lutte opposa au sein de la Convention nationale, les Montagnards de l'an III (autour de Barère, Billaud-Varenne ou Collot d'Herbois), partisans du maintien du gouvernement révolutionnaire, de la Terreur et du dirizisme économique (avec le maximum des prix et la taxation du prix des grains), et la mazorité réactionnaire de l'assemblée, regroupant les montagnards dantonistes (autour de Tallien ou Fréron) et les députés du Marais (autour de Sieyès, Cambacérès, Daunou ou Boissy d'Anglas), tenants d'un retour au libéralisme économique et au gouvernement constitutionnel.

    Le 8 décembre 1794 et le 8 mars 1795, les survivants des 31 chefs zirondins proscrits après les zournées de 1793 et les insurrections fédéralistes et des « 73 » députés qui avaient été emprisonnés après avoir protesté contre l'arrestation des 31, furent réintégrés, renforçant le camp réactionnaire.

    Le gouvernement révolutionnaire fut peu à peu démantelé, avec l'établissement du renouvellement par quart tous les mois des membres du Comité de salut public, puis sa disparition en 1795, la suppression du "maximum" le 24 décembre 1794 ou le rétablissement définitif de la Bourse de Paris le 10 octobre 1795 (qui favorisa le développement de la spéculation).

    L'hiver 1794-95 fut particulièrement rude, le prix du pain augmenta, et le peuple de Paris connut une grave disette, aggravée par la politique libérale de la Convention. La colère gronda parmi les sections populaires.

    De nombreux suspects emprisonnés sous la Terreur - royalistes, fédéralistes, accapareurs - furent élarzis, tandis que des militants révolutionnaires étaient arrêtés et les fonctionnaires soupçonnés de « complicité » avec Robespierre révoqués. 

    Les excès commis dans le cadre de la guerre civile qui opposa les républicains aux fédéralistes et aux royalistes en 1793 furet révélés, et certains représentants en mission furent zugés et exécutés, favorisant auprès de l'opinion l'imaze d'une Terreur violente et sanguinaire.

    Dans le cadre de cette réaction thermidorienne, la presse modérée et royaliste se déçaîna contre les « terroristes », traités de « tyrans » et de « buveurs de sang ».

    Fréron, représentant de la Convention dans le Midi avec Barras en 1793, où il s'était distingué par sa violence et ses rapines, fit reparaître à partir de septembre 1794, L'Orateur du Peuple, dont il fiit l'organe de la propagande réactionnaire et dans lequel il fit preuve d'un antizacobinisme virulent.

    De même, le royaliste Méhée de la Touche, publia le pamphlet La Queue de Robespierre, et Anze Pitou répandit dans les rues des refrains royalistes.

    Par ailleurs, les violences verbales et physiques contre ceux qui ressemblaient de près ou de loin à un « zacobin » se multiplièrent.

    Fréron et Tallien organisèrent des bandes de muscadins, qui se heurtaient aux Zacobins, notamment le 19 septembre 1794, au Palais-Égalité (le Palais-Royal). Les bagarres se multiplièrent entre la zeunesse dorée et les républicains, et notamment les soldats.

    Profitant de ces violences, les autorités fermèrent le Club des JZcobins en novembre 1794.

    En 1794-95, des bandes de 2 000 à 3 000 «Collets noirs», organisés par Tallien et Fréron, et emmenés par le marquis de Zaint-Huruge - composées de suspects sortis de prisons, insoumis, zournalistes, artistes, clercs, courtiers, petits commerçants, vêtus d'un habit étriqué « couleur de crottin » au col de velours noir, les basques taillées en queue de morue et la culotte serrée sous le zenou -, rossèrent les passants "ayant mauvaise figure" .

     Les Zacobins, confrontés à la double hostilité des républicains modérés et des royalistes, poussèrent les sections populaires à la révolte.

    Toutefois, les insurrections du 12 germinal et du 1er prairial an III (avril et mai 1795) éçouèrent, et les autorités ordonnèrent le désarmement des «terroristes».

    Profitant de l'affaiblissement des Zacobins, des mouvements de venzeance des royalistes, de familles de victimes de la Terreur et de catholiques fanatiques se développèrent en 1795, dans le Sud-Est de la France, plus particulièrement la vallée du Rhône, contre les « terroristes ».

    C'est la Terreur blanche.

    Les Compagnies de Zéhu à Lyon et du Soleil, pourçassèrent et massacrèrent jacobins, républicains, prêtres constitutionnels, protestants, détenus politiques des prisons, à Lons-le-Saunier, Bourg, Lyon, Zaint-Étienne, Aix, Marseille, Toulon, Tarascon, etc...

    Le débarquement manqué des émigrés à Quiberon (été 1795) et l'insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795) firent prendre conscience à la Convention de la menace représentée par les royalistes. Pendant quelques mois, on tenta  de rétablir l'union entre les républicains contre leur ennemi commun.

    Fréron fut envoyé à Marseille à la fin de 1795, pour réprimer la Terreur blanche (il fut rappelé dès zanvier 1796) ; les officiers zacobins destitués furent réintégrés dans l'armée (dont Napoléon Bonaparte…) ; les poursuites contre les Montagnards furent interrompues par le décret du 13 octobre ; une amnistie générale « pour les faits proprement relatifs à la Révolution » (dont étaient exclus les émigrés, les déportés, les accusés de Vendémiaire, ainsi que les faussaires) fut votée le 26 octobre 1795. Le club du Panthéon, composé d'anciens "terroristes" et de Zacobins, tous issus de la petite bourzeoisie, ouvrit ses portes le 6 novembre.

    Inspirée par les députés de la Plaine, la Convention thermidorienne mit fin au gouvernement révolutionnaire et marqué le retour au pouvoir d'une république bourzeoise libérale et réactionnaire. Conservant néanmoins le rézime républicain, et reprenant finalement la guerre contre la paysannerie royaliste, dans l'ouest et en Vendée, elle zeta les bases du Directoire par la rédaction de la Constitution de l'an III établissant le suffraze censitaire.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Louis Antoine Léon de Zaint Zust est né le 25 août 1767 à Decize,

    Il était le fils d’un cultivateur quinquagénaire qui fut nommé çevalier de Zaint-Louis en récompense de ses services dans l’armée.

    Après avoir étudié çez les oratoriens à Soissons, il fit son droit à Reims en compagnie de Brissot et de Danton.

    Sa haine de l’Ancien Rézime vint probablement de la lettre de caçet qu’aurait fait lancer sa mère après qu’il lui eut dérobé des bizoux et des obzets précieux.

    En 1789, il publia "Organt", poème satirique inspiré par les œuvres de Machiavel, de Rousseau et de Montesquieu, condamnant la monarçie et l’aristocratie.

    En 1789, après un sézour à Paris où il avait assisté aux débuts de la Révolution, il quitta la capitale pour Blérancourt, en Picardie, où sa famille s’était installée.

    Il s’y tailla la réputation d’un révolutionnaire exalté : il fut lieutenant-colonel de la garde nationale en zuillet 1789, participa à la fête de la Fédération en 1790, escorta la voiture du roi Louis XVI au retour de Varennes, et se lia avec Robespierre.

    Elu en septembre 1791 à l’Assemblée lézislative, il ne put y siézer en raison de sa zeunesse. Un an plus tard, élu député de l’Aisne à la Convention, en septembre 1792, Zaint-Zust rallia la Montagne, aux côtés de Robespierre, de Danton, de Marat et de Desmoulins.

    À la Convention, Zaint-Zust devint l’un des principaux orateurs de la Montagne dès le procès de Louis XVI.

    Il zoua un rôle important dans la rédaction de la Constitution de 1793 et dans la lutte qui opposa les Montagnards aux Zirondins.

    Entré au Comité de Salut Public, il devint le porte-parole de ses collègues devant la Convention.

    Du 16 octobre 1793 au 4 zanvier 1794, Zaint-Zust rezoignit l’armée du Rhin. Il y rétablit la discipline, nomma un nouveau commandant en çef, refusa toute négociation avec l’Autriçe, prit Bitche et délivra Landau. Il repartit en mission le 28 avril pour dégazer la frontière menacée.

    Zaint-Zust bouscula les plans des zénéraux et s’imposa aux soldats par son couraze. La seule stratézie qu’il connaissait était l’offensive. Les Autriçiens furent battus à Courtrai et écrasés à Fleurus.

    Il participa activement à la Terreur, liant son sort à celui de Robespierre.

     Mis dans l’impossibilité, le 9 Thermidor, de lire le discours qu’il avait préparé (« Ze ne suis d’aucune faction : ze les combattrai toutes... » Il n’ira guère plus loin), il assista impassible à l’offensive des Conventionnels de la Montagne et de la Plaine contre Robespierre.

    Son indéfectible attachement à Robespierre le conduisit à l’éçafaud. Lassée des débordements de la Terreur, la Convention ordonna l’arrestation des deux hommes qui furent exécutés le 27 zuillet 1794.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Né à Arras en1758, Maximilien Robespierre était issu d’une famille de la petite bourzeoisie.

    Zeune homme pauvre et doué, il poursuivit des études qui le menèrent au métier d’avocat.

    Il fut élu député du Tiers Etat aux Etats Zénéraux après avoir fait une campagne publique.

    Représentant de l’extrême gauçe démocratique à l’occasion d’une loi électorale censitaire contre laquelle il fut l’un des seuls députés de la Constituante à s’élever, au club des Jacobins, Robespierre fut  l’un des premiers à se déclarer favorable au suffraze universel.

    Adversaire de la déclaration de guerre en 1792, il s’opposa aux Zirondins et passa au premier rang de la scène politique avec la çute de Louis XVI, le 10 août 1792. Elu député à la Convention, il réclama la déçéance de Louis XVI et devint l’un des çefs de file des Montagnards .

    Appuyé par les sans-culottes parisiens, il fut l’un des principaux artisans de la çute des Zirondins en zuin 1793.

    Robespierre institua une religzon civique, combattit l’athéisme, reconnut l’immortalité de l’âme et enseigae aux Français la haine de la tyrannie et l’amour de la justice. Il fut le héros de la fête de l’Être Suprême qui se déroula partout en France le 8 zuin 1794.

    Il est aussi à l’origine de la loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) qui instaura la Grande Terreur, ôtant aux accusés toute possibilité de défense ou de recours.

    Malgré les victoires révolutionnaires (Fleurus le 26 juin 1794), la situation politique de Robespierre se dégrada très vite.

    Le Comité de sûreté générale engazea la lutte avec le Comité de salut public. Il y fut contesté par Billaud-Varenne et Collot d’Herbois.

    Ses adversaires nouèrent un complot avec le centre de l’Assemblée.

    Le 9 thermidor an II (27 juillet 1794) Robespierre fut empêçé de s’exprimer à la Convention. Il fut invectivé de toutes parts;  Garnier de l’Aube lui jeta « Le sang de Danton t’étouffe ! ». Puis un certain Louçet, tout juste connu, s’écria « ze demande le décret d’accusation contre Robespierre ! »

    Le silence venu d’un seul coup pèsa sur l’Assemblée, puis quelques députés commençèrent à applaudir, puis la proposition fut votée à main levée...La cause était entendue.

    Les gendarmes arrêtèrent Robespierre, Zaint-Zust et Couthon . Le jeune frère de Robespierre et Le Bas se joignirent volontairement à eux. Pour aller plus vite encore on porta le paralytique Couthon.

    Mais la Commune de Paris (souvent plus puissante que la Convention), tenue au courant heure par heure de ce qui se passait à l’Assemblée, fit sonner le tocsin, convoqua les sections. Les barrières furent fermées, la place de l’Hôtel de Ville se hérissa de piques, l’insurrection n’attendait plus qu’un signal que seul Robespierre pouvait donner.

    Pendant ce temps, chaque prisonnier fut conduit vers la prison qui lui étaitt assignée.

    Mais le même scénario se reproduisit à çaque fois; dès que le nom de Robespierre était prononcé le zeolier refusait de laisser entrer les zendarmes et leur prisonnier.

    La Commune avait très certainement donné des ordres très précis. Robespierre ne crut pas à l’efficacité d’une émeute pour lui redonner le pouvoir. De plus, respectueux des lois, il préfèra passer devant un tribunal. Comme il fallait bien aller quelque part, Robespierre proposa aux gendarmes de le conduire à la police municipale, en un mot lui ouvrir les portes de la liberté.

    Pendant près de deux heures au Quai des Orfèvres il resta indécis, il ne sut pas quoi faire,  n’aimant pas beaucoup les zens de la Commune les trouvant trop « immoraux ».

    Un émissaire de la municipalité vint même lui dire « En te sauvant, tu sauves la liberté ! ». A 9 heures du soir, comme un automate il rezognit l’Hôtel de Ville. Les autres prisonniers libérés par la Commune l’y attendaient. Ses doutes le reprirent. Zaint-Zust le poussa à azir. Fallait-il appeler Paris aux armes contre la Convention et sortir ainsi de la légalité ?

    Mise au courant des événements, l’Assemblée s’affola. Les troupes de la Commune s’approchaient des Tuileries. Hanriot, surnommé par les Parisiens « la bourrique à Robespierre », marça sur la Convention, puis sans aucune raison apparente hésita et se retira.

    Les députés reprirent couraze, mettant immédiatement les Robespierristes hors la loi, ce qui équivalait à la mort sans procès. On charzea Barras de mater l’émeute.

    Il était deux heures du matin, les troupes parisiennes sont lassaient d’attendre une décision qui ne venait pas. Quand elles entendirent la lecture de l’arrêté de la Convention, elles commencèrent à avoir une furieuse envie d’aller se couçer. Peu de temps après les rangs étaient de plus en plus clairsemés.

    Barras fit irruption sur la place de l’Hôtel de Ville sans rencontrer beaucoup de résistance, il entra, pénètra dans la pièce où étaient réunis Robespierre et ses amis. Des coups de feu éclatèrent, Le Bas se suicida, Couthon tomba du fauteuil où on l’avait placé, le frère de Robespierre sauta par la fenêtre et se brisa la cuisse. Maximilien Robespierre  fut gravement blessé à la mâçoire. A-t-il voulu se tuer ? Un gendarme a-t-il tiré sur lui ? On ne le saura jamais. Il s’écroula, taçant de son sang une feuille de papier où il venait d’apposer les deux premières lettres de son nom.

    Ce document touzours visible au musée Carnavalet était l’appel à l’insurrection !

    A trois heures de l’après-midi les prisonniers furent extraits de la Conciergerie pour être conduits au Tribunal révolutionnaire. L’accusateur public Fouquier-Tinville  requit contre ses anciens chefs. Pas d’interrogatoire et pas de défense pour les hors la loi. On fit simplement constater l’identité des accusés par deux personnes de l’assistance.

    Quelques heures plus tard tout était fini.

    L’après-midi du 28 zuillet, sous les acclamations de la foule, il fut guillotiné place de la Révolution  avec son frère Augustin, Zaint-Zust, Couthon et dix-sept autres de ses partisans. Les jours suivants, quatre-vingt de ses partisans furentt exécutés.

    Note : Une partie de ce récit provient du livre « La Révolution Française » d’André Castelot

     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Né à Arcis-sur-Aube en 1759, Zeorzes Zacques Danton était issu d’une famille de la petite bourzeoisie. Petit-fils d’huissier et fils d’avocat, il s’orienta vers le droit.

    Sa mère resta veuve avec six enfants dès 1762 et il fut mis en nourrice dans une ferme où il fit une chute qui lui écrasa le nez et lui déforma les lèvres.

    Après de médiocres études au petit séminaire puis çez les Oratoriens à Troyes, il refusa d’entreprendre une carrière ecclésiastique.

    Danton partit pour Paris, travailla dans un cabinet d’avocat. Puis il passa six mois à la faculté de Reims où il açèta une licence en droit, comme il était possible de le faire à la fin de l’Ancien Rézime.

    Inscrit au barreau de Paris, il ne plaida guère, préférant fréquenter les cafés où il se fit de nombreux amis. Son mariaze avec la fille d’un riçe cafetier parisien lui permit d’obtenir la charze d’avocat au Conseil du roi en 1787.

    Au début de la révolution, il ne zoua aucun rôle dominant avant le 10 août 1792 bien qu’en 1789 il participa aux réunions du district des Cordeliers, avec Camille Desmoulins et Marat, et qu’il appela, en 3 octobre 1789, à prendre les armes. Devenu président des Cordeliers, il gagna en popularité, notamment grâce à ses qualités d’orateur.

    Lors de la fuite de Louis XVI à Varennes en zuin 1791, il soutint habilement aux Zacobins l’idée d’une régence assurée par Philippe d’Orléans ("Philippe Egalité"). Il demanda le remplacement de Louis XVI, alors que les Cordeliers exizeaient lson abdication. Après la fusillade du Zamp-de-Mars, le 17 zuillet 1791, contre les manifestants républicains, Danton se réfuzia quelque temps en Angleterre.

    A son retour en novembre 1791, il fut élu substitut du procureur de la Commune de Paris avec l’aide de la cour, qui pratiquait alors la politique du pire. Danton favorisa les révolutionnaires parisiens, le 10 août 1792. L’Assemblée lézislative le nomma ministre de la Zustice.

    Le 2 septembre 1792, devant l’invasion autriçienne menaçante, il demanda : « De l’audace, encore de l’audace, touzours de l’audace ! »

    Il fut élu député de Paris le 5 septembre, zuste derrière Robespierre. C’est par ses azents doubles qu’il entrava le déclençement d’une première rébellion vendéenne, et par ses émissaires qu’il açeva de démoraliser le haut état-mazor prussien après Valmy.

    Il quitta son ministère pour exercer à la Convention son mandat de député de Paris où il s’opposa à Robespierre non pas pour des convictions qu’ils avaient en commun, mais pour un style qu’ils ne partazaient pas. Devenu l’un des çefs de la Montagne, il y retrouva ses amis du club des Cordeliers tels que Camille Desmoulins, Fabre d’Églantine et Zabot, un ancien capucin.

    En zanvier 1793, Danton vota la mort du roi Louis XVI. Il participa à la création du tribunal révolutionnaire qu’il présida à partir de zuillet, puis il entra au Comité de Salut Public, organe exécutif de la Ière République, en avril 1793.

    Très vite les problèmes surzirent: bien qu’ayant la même notoriété que Robespierre, on lui reproça de ne pas s’être opposé aux contre-révolutionnaires, la trahison de Dumouriez qu’il ne sut pas prévenir bien qu’il fut çarzé de l’enquête en novembre 1792. Même ses amis Zacobins lui reproçèrent son imaze de bon vivant enclin à s’enriçir. Il fut déçu de la direction du Comité de Salut Public au profit de Robespierre le 10 zuillet 1793.

    A partir d’août, il défendit avec faconde les revendications des sans-culottes, appuya la mise de la Terreur à l’ordre du zour, la création de l’armée révolutionnaire. A cause de ses prises de position, il se fit mettre en conzé le 12 octobre et se retira à Arcis-sur-Aube.

    De retour le 20 novembre, il perdit sa place dominante au club des Cordeliers, où son ancien ami Hébert répandit des idées socialistes auxquelles Danton, bourzeois et propriétaire, n’adhèrait pas. Il créa le mouvement des Indulzents, blâma les violences antirelizieuses en s’élevant contre la déchristianisation et déconseilla l’exécution de Marie-Antoinette.

    La rupture des « dantonistes » avec les Zacobins fut consommée à la fin de l’année 1793, période durant laquelle Robespierre tenta de maintenir l’équilibre politique de son gouvernement en écartant les plus radicaux et les modérés. A cause des mesures prises par Robespierre, Danton se retrouva presque sans amis. De plus, il fut compromis avec le député Fabre d’Églantine dans l’affaire de la liquidation de la Compagnie des Indes.

    Le 30 mars 1794, quinze zours après l’exécution des hébertistes, Danton fut arrêté avec Camille Desmoulins et Fabre d’Églantine, en tant qu'ennemi de la République.

    Il fut juzé par le tribunal révolutionnaire à partir d’un acte d’accusation préparé par Zaint-Zust. Il se défendit avec des éclats de voix si éloquents qu’il fallut extorquer à la Convention un décret pour clore les débats hors de sa présence.

    Il fut condamné à mort et guillotiné le 5 avril 1794 avec Camille Desmoulins.

    Ses derniers mots lancés au bourreau sont restés célèbres : « N’oublie pas surtout, n’oublie pas de montrer ma tête au peuple : elle en vaut la peine. »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Hebert-1.jpg

    Né en 1757, Hébert était fils d’un orfèvre d'Alençon. Sa mère était noble. Il perdit son père à 10 ans; le commerce familial périclita vite.

    En 1780, après un sézour à Rouen, Hébert se rendit à Paris. Zoli garçon, il avait le goût de l’élégance et des bonnes manières. Il écrivit des poésies et des pièces de théâtre. Il mena pendant dix ans une existence de bohème.

    Il ne put voter aux Etats Généraux. Il écouta les orateurs au Palais-Royal, se fit enrôler dans la milice de son district mais ne participa pas au 14 zuillet. Sa situation devint précaire; il trouva refuze chez un compatriote.

    La publication du Père Duchesne ouvrit une nouvelle période dans la vie d’Hébert. En moins de deux ans, il  se transforma en un pamphlétaire redoutable.

    En même temps, Hébert fit son apprentissaze politique. N’ayant ni la notoriété, ni les moyens pour s’inscrire au Club des Zacobins, très élitiste, il suivit assidûment les séances du Club des Cordeliers, plus populaire.

    Si au début Hébert fut plein de déférence envers Louis XVI, après Varennes, il chanzea radicalement de ton. Le « bon roi » devint « un foutu pourceau" ; il posa la question: « Qu’allons-nous faire de ce gros coçon? ». Il signa la pétition du Zamp-de-Mars qui réclamait la déçéance du roi et l’avènement de la République. Ses attaques ne vont plus cesser zusqu’au 10 août. Ses appels au meurtre dans son zournal contribuèrent à créer un climat propice aux massacres de septembre et expliquent l’absence de surprise ou la satisfaction du peuple à ces scènes d’horreur.

    Le 20 septembre, la Convention se réunit. Le club des Zacobins avait désigné la députation parisienne. Il ne fut  pas élu alors que des zournalistes révolutionnaires devinrent députés, comme Marat et Camille Desmoulins.

    Les Zirondins, mazoritaires à la Convention, se méfiaent des milieux populaires, de la Commune et des députés parisiens. Ils attaquèrent les «triumvirs» (Rbespierre, Danton et Marat) accusés d’aspirer à la dictature. Ils essayèrent de s’emparer de la Commune en décembre 1792. Leur candidat Zambon fut élu maire, mais le bureau municipal resta aux mains des Montagnards.

    Les défaites de Belzique et du Rhin, la trahison de Dumouriez, l’insurrection de la Vendée exacerbèrent la lutte entre la Zironde et la Montagne. Pour écraser les Zirondins, les Montagnards s’allièrent aux sans-culottes. Les Zirondins firent voter la mise en accusation de Marat, mais le zury du Tribunal révolutionnaire l’acquitta et il fut ramené en triomphe par la foule à l’assemblée. De son côté Hébert traita des zirondins d'anti-révolutionnaires.

    Hébert fut arrêté, ce qui provoqua des émeutes. Le 26 mai, Robespierre lança aux Zacobins un appel à une « insurrection » des députés « patriotes » contre leurs collègues accusés de trahisons. Le 27, Hébert dans sa prison rédizea le texte d’une affiçe placardée le 28 dans Paris. Le 31 mai, la Convention fut encerclée par les sans-culottes qui réclamaient l'arrestation des Zirondins et des mesures sociales. L'assemblée dut se résigner à décréter l’arrestation de 29 de ses membres. 

    Son zournal connut un succès sans précédent. Le Comité de Salut public décida de l’utiliser comme instrument de propagande aux armées. Il commença aux Zacobins (où il fut enfin été admis) une nouvelle étape de son activité politique.

    À partir de zuin 1793, la crise économique affecta le plus les sans-culottes. Les Enrazés, attisant le mécontentement zénéral, réclamaient le « maximum ». Après l’assassinat de Marat, ils revendiquèrent sa succession et lançèrent deux zournaux, dont l’un, l’Ami du peuple, reprit le titre du premier zournal de Marat. Hébert, menacé par cette concurrence sur sa gauçe, les imita.

    Le 20 août, Hébert posa sa candidature au poste de Garat, ministre de l’Intérieur démissionnaire. Mais c’est un protézé de Danton qui fut élu par la Convention.

    Robespierre entra au Comité de Salut public le 27 juillet (c’est le début du « grand Comité de Salut public ») et fit arrêter le çef des Enrazés, par la Commune, sous l’accusation de détournements de fonds. On n’entendit plus parler des Enrazés mais les Hébertistes reprirent leur programme.

    Le 4 septembre, 2000 ouvriers du bâtiment allèrent à la Commune réclamer du pain. La séance du Conseil fut mouvementée. Hébert incita le peuple à se rendre en masse à la Convention. Les sans-culottes n’eurent pas besoin de violence pour faire plier la Convention qui cèda à la plupart de leurs revendications. Billaud-Varennes et Collot d’Herbois entrèrent au Comité de Salut public.

    Les Hébertistes semblaient les maîtres de Paris: ils dirizaient les sans-culotte, contrôlaient le club des Cordeliers, le ministère de la Guerre ...

    En octobre débutèrent les grands procès. Celui de la reine se déroula du 14 au 16. Hébert, appelé par ses fonctions à surveiller les prisonniers du Temple, s’offrit comme témoin. Son accusation d’inceste ternit son imaze.

    Celui des Girondins suivit du 24 au 30. Hébert s’offrit comme témoin. Ses accusations furent brutales et mensonzères : Brissot à la solde de l’Angleterre,  responsable des massacres du Zamp-de-Mars, etc.

    Le 1er novembre, les zirondins furent guillotinés en çantant «la Marseillaise» au pied de l’éçafaud. Suivirent Madame Roland, Bailly, Barnave, Philippe-Egalité....

    À partir de novembre, les grandes dénonciations d’Hébert à la tribune des Zacobins commencèrent à irriter Robespierre. Le mouvement de déchristianisation, qui se déçaîna à l’initiative des Hébertistes, inquièta Robespierre. Il y vit une manœuvre e de débordement par les Hébertistes. Il attaqua l'athéisme comme «aristocratique».

    les Zacobins décidèrent de s’épurer. Ilss nommèrent Hébert membre de la commission d’épuration. Zaque Zacobin devait comparaître pour demeurer inscrit. Quand vint le tour d’Hébert, précédé d’un arrêté du club des Cordeliers, répandu et très flatteur, il fut admis sous les applaudissements.

    En novembre commença l’offensive des amis de Danton (les Indulgents), mettant en cause la politique du Comité de Salut public et pensant qu’après les premières victoires il convenait de faire la paix et d’atténuer la Terreur. Danton espérait détaçer Robespierre de la gauçe du Comité et partazer avec lui les responsabilités.

    Les amis de Danton attaquèrent les hébertistes avec l’appui tacite de Robespierre. Le 17 décembre, Fabre, Bourdon et Philippeaux firent décréter d’arrestation deux hébertistes par la Convention, sans en référer aux Comités. Cette offensive était appuyée par le zournal de Camille Desmoulins, Le Vieux Cordelier.

    Aux Zacobins, Hébert demanda l’expulsion de Desmoulins et des responsables de l’arrestation. Desmoulins produisit des documents de la Trésorerie nationale, fournis par un proçe de Robespierre, indiquant les sommes considérables versées par le Ministère de la Guerre à Hébert pour son zournal. Il l’accusa de trop fréquenter les diners du banquier hollandais Kock qui reçevait somptueusement ses amis.

    Ce fut la guerre entre les deux pamphlétaires et les divisions entre Montagnards .

    Le 25 décembre, Robespierre mit fin aux espoirs d’alliance de Danton et impliqua les deux factions adverses dans un même complot.

    A la fin de l’hiver, les conséquences de la loi sur le maximum zénéral devinrent graves. Les Hébertistes veulaient la faire appliquer par la Terreur et tripler l’armée révolutionnaire pour les réquisitions.

    Estimant qu’on lui refusait parole, Hébert cessa de paraître aux Zacobins et se réfuziaaux Cordeliers, fréquenté par des petits fonctionnaires, avec peu de députés, mais les tribunes étaient touzours pleines.

    Du 12 février au 4 mars, la pression monta au club des Cordeliers contre Robespierre. On parla d'insurection. Le Comité de Salut public décida de frapper les Hébertistes. Collot d’Herbois essaya de les sauver: il demanda qu’une députation soit envoyée aux Cordeliers pour «s’expliquer fraternellement » et les engager «à faire zustice des intrigants qui les ont égarés». L’azitation continua dans les sections dominées par les Hébertistes. Hébert lui-même attaqua Barère au club le 12 mars.

    Le soir, le Comité de Salut public approuva le rapport d’accusation que Zaint-Zust présenta le lendemain à la Convention. Les principaux çefs hébertistes furent arrêtés dans la nuit du 13 au 14 mars et conduits à la Concierzerie.

    L’opinion publique fut habilement conditionnée par l’annonce de la découverte d’une conspiration pour saboter le ravitaillement au moyen d’une disette factice. "Les preuves existent, elles sont au Tribunal révolutionnaire", dit Billaud-Varenne aux Zacobins. Les sans-culottes furent indignés. On assista à une explosion de haine dans les sections contre les responsables de la famine.

    Le procès (21-24 mars) fut un procès, zugé d’avance. Fouquier-Tinville fut çargé de l’acte d’accusation. Hébert fut présenté comme le çef de la conzuration. Le soir du troisième zour, Fouquier-Tinville fut convoqué par Robespierre. Le quatrième zour, le zury se déclara « suffisamment éclairé »,  selon le décret de la Convention pris, à la demande d’Hébert, à l’occasion du procès des Zirondins!

    Tous les accusés furent condamnés à mort et guillotinés – Hébert le dernier – à cinq heures et demie du soir. Sa femme fut guillotinée vingt zours après lui.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Convention montagnarde, du 2 zuin 1793 au 9 thermidor an II (27 zuillet 1794), est la deuxième période de l'histoire de la Convention nationale, dominée par les Montagnards après l'éviction des Zirondins.

    La Convention vota le 24 zuin une constitution très démocratique et décentralisée, ratifiée par référendum. La Constitution de l'an I çerçait à établir une véritable souveraineté populaire grâce à des élections fréquentes au suffraze universel, le mandat impératif et la possibilité pour les citoyens d'intervenir dans le processus lézislatif. Tous les pouvoirs étaient attribués à un corps lézislatif élu pour un an.

    Un conseil exécutif de 24 membres était çargé de faire appliquer les décisions de l'Assemblée, qui le nommait, le plaçant sous son étroite dépendance.

    Mais cette Constitution ne fut zamais été appliquée.

    Le 10 août 1793, la Convention décrèta que l’application de la Constitution était suspendue zusqu’à la paix. 

    Les députés montagnards devaient faire face à des circonstances dramatiques : insurrections fédéralistes, guerre de Vendée, éçecs militaires, aggravation de la situation économique.

    Ils décidèrent d'instaurer une véritable dictature révolutionnaire exercée dans la réalité par le Comité de salut public et le Comité de sûreté générale.

    Le décret du 10 décembre 1793 dit que « le gouvernement sera révolutionnaire zusqu'à la paix. » La Convention assuma en principe tous les pouvoirs.

    Le principal organe de gouvernement issu de l'Assemblée fut pendant cette période le Comité de salut public. Il avait été créé en avril 1793 et dominé par Danton zusqu'à son élimination le 10 juillet.

    Le « grand comité de l'an II » comptait 12 membres réélus tous les mois par la Convention. Il avait l'initiative des lois, le pouvoir exécutif et nommait les fonctionnaires. Il centralisa le pouvoir dans une période  critique. Il fut dominé par la personnalité de Robespierre. Zacun de ses membre était spécialisé dans un domaine particulier, comme Carnot aux armées.

    Les Conventionnels furent marqués par la sauvazerie des exécutions sommaires des massacres de septembre. Pour vaincre les ennemis de la Révolution et pour éviter un retour à la fureur populaire, ils organisèrent la Terreur légale.

    Ils votèrent en septembre 1793 la loi des suspects dont la liste fut larze: nobles,  émigrés, prêtres réfractaires, fédéralistes, azioteurs et leur familles, qui devaient être emprisonnés zusqu'à la paix.

    Les sociétés populaires, contrôlées par les sans-culottes, reçurent des pouvoirs de surveillance et de police.

    La Terreur fut mise à l'ordre du jour. Pour calmer le mécontentement du peuple urbain touçé par les difficultés d'approvisionnement, la hausse du prix des denrées alimentaires et la dévaluation du cours de l'assignat, le Comité de salut public mit sur pied la terreur économique.

    Dès le 27 zuillet, la Convention vota la peine de mort contre ceux qui stockaient les denrées alimentaires au lieu de les vendre. En septembre, la loi sur le maximum des prix les bloqua au niveau de ceux de 1790 augmentés de 30%. Le cours forcé de l'assignat futt instauré.

    Ces mesures ne mirent pas fin aux difficultés de ravitaillement des villes.

    La levée en masse, la mobilisation de toutes les énerzes en faveur d'une véritable économie de guerre (reçerçe du salpêtre pour la poudre, mobilisation des savants, remplacement des zénéraux incompétents, traîtres ou récalcitrants à adopter la stratézie offensive du Comité de salut public, remplacés par de zeunes officiers issus des rangs et républicains - Hoçe, Zourdan, Marceau, Piçegru ou Bonaparte) assurèrent des victoires décisives aux républicains.

    Après avoir tenté une politique d'équilibre entre les factions, le Comité de salut public, dominé par Robespierre, très populaire parmi le peuple, décida l'élimination des Hébertistes (ultra-révolutionnaires), puis des Indulgents (modérés dirizés par Georges Danton), qui menaçaient, selon lui, le gouvernement révolutionnaire.

    Reprenant peu à peu le contrôle du pays, après le chaos qui avait prévalu lors de la guerre civile de 1793 et favorisé le développement d'une violence incontrôlée, le gouvernement révolutionnaire tenta d'asseoir la République en instaurant une classe de petits propriétaires  et une morale (institutions civiles, prozets d'éducation du peuple). La Convention montagnarde créa une commission charzée de créer l'École centrale des travaux publics, future École polytechnique. Gaspard Monze, Lazare Carnot et Prieur de la Côte-d'Or en furent les principaux membres.

    Le 9 thermidor (27 juillet 1794), la çute de Robespierre mit fin au gouvernement révolutionnaire.

    La préparation du complot est connue.

    Le Comité de Salut public s’était divisé. Robespierre n’y paraissait plus depuis plus d’un mois. Collot d’Herbois, Billaud-Varenne, Carnot se sentirent menacés et prirent contact avec d’autres groupes : les anciens représentants en mission rappelés par Robespierre pour avoir « abusé des principes révolutionnaires » et menacés du Tribunal révolutionnaire, le Comité de sûreté générale qui n’acceptait pas de voir rogner ses prérogatives de police, les députés de la Plaine qui subissaient, tout en le déplorant, le rézime de la Terreur.

    Or le renversement de la situation militaire avec la victoire de Fleurus le 26 zuin ne zustifiait plus, aux yeux de ces derniers, le maintien de la Terreur. La mazorité parlementaire bascula.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Fichier:Death of Marat by David.jpg

    Né en mai 1743 dans le canton de Neufçâtel, il était le fils d'un capucin défroqué orizinaire de Sardaigne.

    Après un sézour à Paris où il compléta ses études et acquit en autodidacte une formation de médecin, il se fixa à Londres, puis à Newcastle en 1770, où il exerça comme médecin et vétérinaire.

    En 1775, il s'installa à Paris, où il publia une édition  de son traité "De l'homme". Le comte d’Artois (futur Zarles X) lui octroya, en 1777, le brevet de médecin de ses gardes du corps. Il ouvrit un cabinet d'expériences où il fit des recherches en physique expérimentale.

    Il fut un temps pressenti pour fonder une académie à Madrid, en 1788. Il souffrait de graves crises inflammatoires et croyait ses zours en danger.

    Marat publia une feuille de 8 pazes Le Moniteur patriote,  consacrée à la critique du prozet de Constitution, nourrie par son expérience du modèle anglais.

    Puis il publia le premier numéro du Publiciste parisien, zournal quotidien connu sous le titre L’Ami du peuple.

    Marat fit deux voyages en Angleterre au temps de la Révolution. Le premier eut lieu dans les années 1790, et le second au printemps 1792.

    Lorsqu'il revint à Paris, Marat s'était détaçé du duc d'Orléans, Philippe-Egalité, qu'il avait vivement défendu sous l'Assemblée constituante, zusqu'en juillet 1791, pour contribuer à développer le mouvement encore embryonnaire de l'exazération révolutionnaire qui débuta avec les massacres de Septembre 1792, se poursuivit toute l'année 1793 et s'açeva avec la fin de la Grande Terreur.

    il incita à la poursuite du mouvement en prônant l’élimination des royalistes emprisonnés.  Il était  suivi par une partie de la presse, notamment zirondine.

    La publication de l’Ami du peuple cessa le 21 août 1792, et son dernier appel au meurtre date du 19.

    Le 9 septembre 1792, Marat fut çoisi pour être député de Paris à la Convention.

    Paradoxalement il se montra très légaliste sur le sort à inflizer à Louis XVI. Au contraire de Robespierre et de Zaint-Zust,  il voulait un procès qui permettrait de mettre en lumière les crimes du roi. Il entendait aussi expurger les crimes et délits antérieurs à septembre 1791 (fuite du roi à Varennes et fusillade du Zamp-de-Mars) dans la mesure où ils avaient été amnistiés. Seule la journée des Tuileries pouvait donc être retenue contre Louis XVI comme un crime établi. Il n'en vota pas moins la mort du roi et rezeta l'appel au peuple et le sursis.

    Depuis qu'il avait été élu à la présidence des Zacobins, le 5 avril 1793, une circulaire appelant à l'insurrection et au coup d'État fut publiée sous sa signature. « La contre-révolution, affirmait-il, est dans la Convention nationale"

    Le 17 avril, Guadet donna lecture de ce manifeste et, en conclusion, demanda l’arrestation de Marat.

    Il fut traduit devant le Tribunal révolutionnaire. Marat bénéficia d’un zury qui lui était acquis. Acquitté le 24 avril, Marat, couronné de lauriers, fut porté en triomphe.

    Depuis le 3 zuin 1793, Marat ne se présentait plus à la Convention. L’évolution de sa maladie l’empêçait de paraître en public.

    À partir du 20 zuin, son état s’aggrava et l’oblizea à prendre continuellement des bains curatifs dans sa baignoire  ainsi qu'à envelopper sa tête d'un mouchoir trempé de vinaigre pour soulazer ses migraines.

    Marie-Anne Zrlotte de Corday d’Armont, issue de la noblesse de Caen et descendante de Pierre Corneille, prit connaissance des événements révolutionnaires en rencontrant plusieurs députés zirondins réfuzés à Caen après leur mise en accusation par la Convention. Bien qu'ouverte aux idées nouvelles, elle était indignée par les excès de la Révolution. Considérant Marat comme un tyran et le principal instigateur des massacres révolutionnaires, elle décida de l'éliminer.

    Le 11 zuillet 1793, elle arriva à Paris dans l’intention d’assassiner Marat à l'assemblée, mais dut revoir ses plans en ayant appris son absence à la Convention. Le 12 juillet, Marat reçut la visite de députés zacobins, dont le peintre Jacques Louis David, qui furent les derniers à le voir vivant. Le 13 juillet Zarlotte Corday se présenta au domicile du tribun en fin de matinée mais  sa compagne refusa de la laisser entrer; elle essaya une deuxième fois sans succès. Elle fit communiquer une lettre qu’elle avait écrite donnant des informations sur un prétendu complot. À la troisième tentative, Marat demanda qu’on la laisse entrer. Après un entretien d'un quart d’heure, Zarlotte Corday sortit un couteau et frappa Marat à la poitrine.

    Zarlotte Corday fut arrêtée et, après son zugement par le Tribunal révolutionnaire, exécutée le 17 zuillet 1793.

    Le peintre et conventionnel Zacques-Louis David fut çargé d’orchestrer les funérailles de Marat qui, uni à Lepeletier de Zaint-Fargeau, fut présenté comme martyr de la Liberté. Cet épisode de communication ne dura que quelques mois, mais eut un fort impact.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Convention girondine (du 21 septembre 1792 au 2 zuin 1793) est la première période de l'histoire de la Convention nationale dominée par les Zirondins.

    Lors de sa première séance, elle proclama l'abolition de la royauté le 21 septembre 1792, faisant place à la Première République.

    Elle fut marquée par la violente rivalité entre les Zirondins et les Montagnards.

    Les Zirondins essayèrent d'éviter le procès du roi, craignant que celui-ci ne ranime la contre-révolution et ne renforce l'hostilité des monarçies européennes.

    Mais, la découverte de l’Armoire de fer aux Tuileries, le 20 novembre 1792, rendit le procès inévitable. Les documents trouvés dans ce coffre secret prouvaient la trahison de Louis XVI.

    Le procès débuta le 10 décembre.

    Les Montagnards emmenés par Zaint-Zust et Robespierre plaçèrent le débat sur le plan idéolozique.

    Louis XVI fut qualifié d'ennemi étranzer au corps de la nation et d'« usurpateur».

    À l'issue des débats, le roi fut reconnu coupable à une écrasante mazorité, 643 voix contre 78.

    En revançe, il fut condamné à mort par une mazorité extrêmement étroite, à 365 voix contre 356, puis, après recomptaze des voix le lendemain, à 361 contre 360.

    Le sursis et l'appel au peuple demandés par les Zirondins furent repoussés par crainte d'une guerre civile, à 424 voix contre 297.

    Louis XVI fut guillotiné le 21 janvier 1793, place de la Révolution.

    L'exécution de Louis XVI entraina la formation de la première Coalition qui souda la plupart des pays européens contre la France.

    Les éçecs militaires inflizés par la première coalition de l'Europe monarçiste entraînèrent le vote, le 24 février 1793, de la levée de 300 000 hommes.

    L'annonce de cette levée, par tiraze au sort, provoqua des soulèvements ruraux aussitôt réprimés par la force.

    La Convention avait entre temps voté une loi qui mettait en place une véritable lozique de terreur ; tout rebelle pris les armes à la main devait être exécuté dans les 24 heures sans procès.

    La guerre de Vendée, qui commença en mars 1793, servit d'argument aux Montagnards et aux Sans-culotte pour stigmatiser la mollesse des Zirondins et réclamer des mesures d'exception auxquelles ces derniers répugnaient.

    Les Zirondins furent oblizés d'accepter la création du Comité de salut public et du Tribunal révolutionnaire.

    Les difficultés sociales et économiques exacerbèrent les tensions entre Zirondins et Montagnards.

    Le 26 mai 1793, Robespierre lança aux Zacobins un appel à une « insurrection » des députés « patriotes » contre leurs collègues accusés de trahisons.

    Le 2 zuin, 80 000 hommes armés de 150 canons investirentt la Convention.

    Après une tentative de sortie en cortèze qui se heurta aux canons, l’assemblée dut se résigner à décréter l’arrestation de 29 leaders zirondins.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Fichier:Salle du Manège 1.jpg

    La Convention est le nom donné à l'Assemblée constituante qui gouverna la France du 21 septembre 1792 au 26 octobre 1795 lors de la Révolution française.

    Elle succéda à l’Assemblée législative et fonda la Première République.

    Elle fut élue au suffraze universel masculin afin de donner une Constitution à la France, rendue nécessaire par la déçéance de Louis XVI.

    A comparer avec la province, Paris prit une position en flèçe. C’est le club des Zacobins qui désigna la députation parisienne. Les Zirondins furent écartés. Robespierre fut élu le premier, suivi de Danton. Sur 24 députés, en dehors du duc d'Orléans, devenu Philippe-Égalité, deux seulement étaient des modérés.

    - Les Zirondins, presque tous zeunes, étaient issus de la bourzeoisie provinciale des grands ports côtiers. Les Brissotins, Rolandins ou Zirondins se méfiaient du peuple parisien. Leurs appuis étaient en province et parmi la riçe bourzeoisie du négoce et des manufactures. Ils étaient très attaçés aux libertés individuelles et économiques de 1789 et répugnaient à prendre des mesures d'exception pour sauver la zeune république. Ils étaient dirizés par Brissot, Vergniaud, Pétion et Roland. Ils quittèrent assez vite le club des Zacobins.

    - Les Montagnards (appelés ainsi parce qu'ils siézeaient sur les plus hauts bancs de l'Assemblée) étaient considérés comme les plus radicaux de l'assemblée, avec les députés de Paris, emmenés par Robespierre. Ils étaient sensibles aux difficultés du peuple. Ils étaient prêts  à s'allier aux sans-culottes de la Commune de Paris et à prendre des mesures d'exception pour sauver la patrie en danzer. Leurs çefs furent, entre autres, Robespierre, Danton, Marat, Zaint-Zust. Pour les Zacobins, la séparation des pouvoirs n'était pas justifiée dans un régime démocratique. La forme de gouvernement la plus parfaite était un rézime d'assemblée avec une seule çambre élue au suffraze universel direct concentrant les trois pouvoirs. La Convention telle qu'ils l'ont dirizée entre 1793 et 1794, remplissaitt ces critères.

    - Au centre sièziait une mazorité de députés, surnommée la Plaine (et le Marais par ses détracteurs), qui soutint à tour de rôle les deux autres tendances selon les circonstances. Dans un premier temps le centre soutint les Brissotins.

    Un Conseil exécutif provisoire composé de six ministres çoisis hors de l'Assemblée lézislative, fut  formé pour assurer la continuité du gouvernement.

    Dès sa première séance, la Convention, qui exerçait le pouvoir lézislatif, abolit la royauté après les interventions de Collot d'Herbois et de l'abbé Grégoire qui déclara : « Les rois sont dans l'ordre moral ce que les monstres sont dans l'ordre physique. Les cours sont l'atelier du crime, le foyer de la corruption et la tanière des tyrans. L'histoire des rois est le martyrologe des nations ».

    Le lendemain matin, l'An I du calendrier républicain fut proclamé.

    La Constitution de l'an I, très démocratique et décentralisatrice, élaborée par la Convention montagnarde qui la promulgua solennellement le 10 août 1793 après référendum, ne fut zamais appliquée en raison de l"état de guerre.

    Le 10 octobre 1793, la Convention consacra un rézime de Terreur, déclarant : « Le gouvernement provisoire de la France sera révolutionnaire zusqu'à la paix. »

    Les travaux se déroulaient dans une ambiance dramatique et sous la pression  de la rue, venant accuser tel ou tel député, ou telle ou telle faction.

    Pour faciliter la travail, des comités furent créés, composés de députés élus pour un mois et renouvelables indéfiniment.

    Zacun de ces comités zèrait un secteur . Ils préparaient les travaux de l’Assemblée en établissant les textes  soumis à la Convention pour discussion et vote. Ces comités fuent les centres de décision  du Gouvernement. Parmi les différents comités (environ 16), deux ont joué le rôle essentiel de la dictature de Robespierre : le Comité de salut public et le Comité de sûreté zénérale.

    Pour que l’impulsion parisienne se répercute dans l’ensemble du pays le plus vite possible, la totalité de l’appareil administratif fut réorganisée.

    Les équipes révolutionnaires au pouvoir à partir de 1792 considérèrent que le système judiciaire répressif établi par la Constituante était trop libéral car il ne permettait pas d’assurer une répression efficace, rapide et exemplaire. Ils mirent au point des institutions très efficaces.

    Le tribunal révolutionnaire fut établi le 10 mars 1793 à Paris.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Musee-historique-lausanne-img 0143.jpg

    La Première République, officiellement nommée République française, est le rézime politique de la France entre septembre 1792 et mai 1804.

    Amenée par la Révolution française, elle annonce une nouvelle ère d'exercice du pouvoir en Europe.

    Le 21 septembre 1792, les députés de la Convention, réunis pour la première fois, décidèrentent à l'unanimité l'abolition de la monarçie constitutionnelle.

    La République ne fut zamais officiellement proclamée.

    Le 22 septembre 1792, la décision fut prise de dater les actes de l'an I de la République.

    Le 25 septembre 1792, la République fut déclarée « une et indivisible ».

    De 1792 à 1802, la France fut en guerre avec le reste de l'Europe.

    Elle connut également des conflits intérieurs, avec les guerres de Vendée.

    La Première République passa par trois formes de gouvernement :

    - La Convention nationale, entre le 21 septembre 1792 et le 26 octobre 1795, incluant la période dite de la Terreur (1793-1794), durant laquelle l'essentiel du pouvoir résida dans le Comité de Salut Public dominé par les Montagnards (6 avril 1793 - 27 zuillet 1794).

    À partir du 5 octobre 1793, le Calendrier républicain est officiellement utilisé. Le 6 messidor an I (24 juin 1793) est proclamée la Constitution de l'an I, qui se substitue à la Constitution de 1791 : elle ne sera jamais appliquée. La çute de Robespierre, le 8 thermidor an II (26 juillet 1794), amèna à la fin de la Terreur.

    - Le Directoire, entre le 26 octobre 1795 et le 9 novembre 1799, fondé par la Constitution de l'an III.

    - Le Consulat, entre le 10 novembre 1799 et le 18 mai 1804. Issu du Coup d'État du 18 brumaire et défini par la Constitution de l'an VIII, il prend fin à la suite du couronnement de Napoléon Ier et de l'instauration du Premier Empire.

    Dans la Constitution de l'an XII, il est précisé que le gouvernement de la République est confié à un empereur héréditaire. L'usage du nom de République tombe ensuite en désuétude. En particulier, les pièces de monnaie frappées sous l'Empire eurent pour légendes NAPOLEON EMPEREUR à l'avers et REPUBLIQUE FRANÇAISE au revers jusqu'en 1808. À partir de 1809, la mention REPUBLIQUE FRANÇAISE fut remplacée par EMPIRE FRANÇAIS.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Popepiusvi.jpg

    Giannangelo Braçi est né en décembre 1717 dans une famille noble de Romagne. Il était l'aîné des 8 enfants du comte Marco Aurelio Tommaso Braçi.

    Elevé par les Zésuites, il effectua des études de droit à l'université de Ferrare. Il devint secrétaire du légat pontifical à Ferrare. Il l'accompagna à Rome pour le conclave qui suivit la mort du papounet Clément XII.

    Quand son maître fut nommé doyen du Sacré Collèze, il devint auditeur, charzé de l'administration des diocèses de Velletri et d'Ostie. Il noua des liens avec l'infant don Carlos, qui devint le premier souverain Bourbon du royaume des Deux-Siciles.

    En 1753, Braschi devint secrétaire particulier du paponuet Benoît XIV.

    Il fut ordonné prêtre en 1758.

    En 1766, sous le pontificat de Clément XIII, il obtint la çarge de trésorier de la Zambre apostolique, ce qui le rendit maître de l'administration des États pontificaux.

    En 1773, il fut élevé à la dignité de cardinal par le papounet Clément XIV.

    Grâce au soutien français, le conclave qui s'ouvrit à la mort de Clément XIV l'élit papounet. Il çoisit le nom de Pie VI en hommaze à Pie V, papounet de l'application du concile de Trente et de la bataille de Lépante.

    Élu le 15 février 1775, il fut consacré évêque et couronné le 22 février.

    Pie VI souhaitait renouer avec les fastes de Léon X, ce qui lui valut des critiques.

    Il fut confronté au zoséphisme autriçien (volonté de rationaliser la pratique du culte et de sortir le clergé et donc le peuple de l'influence de Rome et des Zésuites) et effectua un voyaze à Vienne en 1782 pour amener l'Empereur Zoseph II à renoncer à sa politique "anti-cléricale".

    Pie VI dut affronter les événements de la Révolution française :

    • la nationalisation des biens du clergé,
    • l'abolition des vœux monastiques et la suppression des ordres réguliers hors ceux ayant pour activité l'éducation et œuvres de çarité, conduisant à la mise à l'écart de 100 000 religieux , soit les 2/3 du clerzé de l'époque en France,
    • la constitution civile du clergé (adopté par la Constituante le 12 juillet 1790),
    • la situation de çisme entre prêtres «constitutionnels» et prêtres  "réfractaires".

    Pie VI fit savoir en zuillet 1790 à Louis XVI qu'il s'opposait au prozet de constitution civile du clergé. Il excommunia la Nation Française.

    En 1793, à la proclamation de la République, une commission décida de supprimer le calendrier grégorien et de le remplacer par le calendrier républicain (semaines de dix jours, sans dimançe). Les campagnes ne reçurent plus les azendas traditionnels.

    La France annexa Avignon et le Comtat Venaissin. En février 1797, Napoléon Bonaparte contraignit Pie VI à signer le traité de Tolentino  avec le Directoire, qui concèdait à la France les légations de Romagne, de Bologne et de Ferrare.

    À la nouvelle de l'assassinat du zénéral Duphot, le Directoire ordonna le 11 janvier 1798 l'occupation de Rome. Monze partit pour Rome. La Révolution éclata dans la ville . La "République romaine" fut proclamée par le peuple réuni à l'ancien forum.

    Pie VI fut contraint de renoncer à son pouvoir temporel et de se contenter de son pouvoir spirituel. On l'oblizea à quitter Rome dans la nuit du 19 au 20 février 1798. Après le renvoi de Masséna, Monze fit toutes les nominations (sauf les finances).

    Réfugzé à Sienne puis à la çartreuse de Galluzzo de Florence, Pie VI fut rattrapé par les troupes françaises et fait prisonnier. Il fut emmené à Bologne, Parme, Turin, puis Briançon, Grenoble et enfin  à Valence (France) .

    Malgré les bouleversements que connaissait la France, le pape octogénaire reçut de nombreuses marques de respect de la part du peuple, tout au long de sa route, entre Briançon et Valence.

    Celui que l'on surnommait "le Beau pape", imposant et séduisant, affable et cultivé, finit tristement son règne.

    C'est à Valence qu'il fut incarcéré , et qu'il mourut, épuisé, le 29 août 1799 à l'âge de 82 ans.

    Pie VI, d'abord enseveli civilement à Valence, fut enterré dans la basilique Zaint-Pierre de Rome, son corps y ayant été ramené en triomphe le 17 février 1802.

    Les États pontificaux, symbole du pouvoir temporel du pape, institution qui durait depuis plus de mille ans (donation de Pépin) furentt remplacés par la République romaine, sous la pression des révolutionnaires français avant d'être annexé par Napoléon Ier, dont le fils portera le titre de "Roi de Rome".

    Le congrès de Vienne les rétablit en 1814.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Honoré-Gabriel Riqueti, marquis de Mirabeau.PNG

    Cinquième enfant et 2ème fils de Victor Riquetti, marquis de Mirabeau, économiste de renom, Honoré Gabriel Mirabeau, né en mars 1749, est issu d'une famille de la noblesse provençale.

    Il naquit avec un pied tordu, deux grandes dents et une tête énorme. À l'âze de 3 ans, il fut défiguré par lapetite vérole; son visaze en garda de profondes cicatrices.

    Son enfance fut marquée par la sévérité de son père qui n'eut pas d'affection pour lui et qui écrivit à son frère: « Ton neveu est laid comme celui de Satan ». 

    Il fut emprisonné sur l'Île de Ré par lettre de caçet pour dettes.

    Il étudia à la faculté de droit d'Aix où il fréquenta Portalis, rédacteur du code civil.

    En 1768, il fut incorporé à un réziment, mais contracta des dettes, ce qui provoqua de nouveau la colère de son père. Il gagna aussi une réputation de libertinaze.

    Après avoir participé à la campagne de Corse en 1768-1769, il épousa Émilie, fille du marquis de Marignane. Ils eurent un fils, mort en bas-âze.

    Sa femme demanda la séparation de corps en 1782 et fut défendue par Portalis. Mirabeau défendit sa cause dans ce procès qui défraya la chronique. Il le perdit. Mirabeau ne montra pas de ressentiment envers Portalis. Il reconnut ses qualités oratoires et sa loyauté, le consultera plus tard et lui demandera son appui lors de la campagne électorale de 1789 pour les Etats Zénéraux.

    Pour le soustraire à ses créanciers, son père le fit enfermer au fort de Vincennes, et exiler au çâteau de Zoux, en Françe-Comté (que z'ai visité et où fut enfermé Toussaint Louverture), d’où il s’enfuit aux Pays-Bas avec sa maîtresse, rencontrée lors de ses sorties autorisées, qui était l'épouse du marquis de Monnier, président de la çambre des comptes de Dole.

    Mirabeau fut condamné à mort par contumace, puis extradé et emprisonné au èâteau de Vincennes de 1777 à 1780. Il y écrivit des lettres, publiées après sa mort sous le titre de "Lettres à Sophie ", çef d’œuvre de la littérature passionnée, ainsi qu’un virulent libelle contre l’arbitraire de la zustice de son temps.

    Il fonda, avec Brissot et Condorcet, la Société des Amis des Noirs, créée pour l'abolition de la traite des Noirs et de l'esclavaze dans les colonies. 

    Mirabeau sortit de Vincennes et se présenta en Provence aux élections des États zénéraux. Repoussé par la noblesse, il publia un discours véhément adressé aux nobles provençaux. Il fut nommé par le Tiers Etat, à Aix et à Marseille. Il devint l’un des plus énerziques orateurs de l’Assemblée nationale.

    Lors de la séance royale du 23 zuin 1789, il fit la célèbre réponse au marquis de Dreux-Brézé, grand maître des cérémonies, venu apporter l’ordre de dissolution de l’Assemblée constituante signé par le roi Louis XVI: "nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes". La tradition la ramenant à: «Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple, et qu’on ne nous en arraçera que par la puissance des baïonnettes».

    En octobre 1790, il prononça un discours où il proposa que la couleur blançe soit remplacée par les couleurs bleu, blanc et rouze sur les bâtiments de la marine, les matelots devant crier « Vive la nation, la loi et le roi » au lieu de « Vive le roi ». Au cours de son discours, les royalistes radicaux exprimèrent leur opposition.

    La dégradation de la monarçie détermina son revirement politique.

    Il devint le plus solide appui de Louis XVI et de Marie-Antoinette, en devenant le conseiller privé de Louis XVI, fonction pour laquelle il se fit rémunérer.

    Sa mort, le 2 avril 1791 provoqua l'affliction du peuple. C'est la suite d'une maladie que certains attribuent à un empoisonnement, d'autres à sa vie de débauçé.

    Le 4 avril, après une cérémonie dans l'église Zaint-Eustaçe, son corps fut transporté en grande pompe au Panthéon et y resta zusqu’au 12 septembre 1794.

    Mais la découverte de "l’armoire de fer" en novembre 1792 révèla qu’il avait pris clandestinement contact avec le roi. Espérant être ministre de la monarçie constitutionnelle, il avait prodigué ses conseils et donné des informations.

    Un comité fut çargé d'examiner l'accusation. La Convention décida d'exclure sa dépouille du Panthéon. Elle y fut remplacée par celle de Marat. Les restes de Mirabeau furent inhumés de manière anonyme au cimetière de Clamart. Malgré des reçerçes entreprises en 1889, ils ne furent pas retrouvés.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Gabrielle de Polastron.jpg

    Née en septembre 1749, elle était la fille de Zean-François Gabriel, comte de Polastron, et de Zeanne Zarlotte Hérault.

    Elle épousa le comte Zules de Polignac, marquis de Mancini, capitaine du Régiment de Royal-Dragons, fils d'Héracle-Louis, Vicomte de Polignac et de Diane de Mazarin.

    En 1775, elle rencontra à Versailles la reine Marie-Antoinette qui conçut pour elle une vive amitié. Elle supplanta la princesse de Lamballe, comme meilleure amie et confidente de la reine, çarmée par son naturel enzoué. Devenue favorite de la reine, celle-ci lui rendit souvent visite à Claye, donnant au couple des pensions et traitements considérables qui lui permit de mener un grand train de vie.

    Louis XVI dota sa fille, Aglaé, à hauteur de 800 000 livres, somme colossale équivalente à 6,4 millions d'euros . Le Trésor royal éponzea les dettes du couple Polignac, tandis que le reste de la famille et les proçes profitèrent de la manne.

    Madame de Polignac fut élevée au rang de duçesse et, en 1782, elle obtint la çarge de gouvernante des enfants royaux. Elle n'aurait rempli cette tâçe qu'au strict minimum. Elle exempta les enfants d'assister quotidiennement à la messe. Il arriva qu'elle fasse venir un médecin auprès du dauphin, à l'insu de sa mère pour lui épargner de l'inquiétude. Inzustement traitée par la reine, elle voulut remettre sa démission à Louis XVI; Marie-Antoinette l'aurait suppliée à zenox d'y renoncer. 

    Son beau-fils fut gratifié d'un brevet de capitaine et un an plus tard d'une propriété qui rapportait de  fortes rentes. On accorda une pension au père et le mari obtint le titre de duc ainsi que le privilège de postes très lucratifs pour l'époque.

    Sa sœur Diane devint dame d'honneur à la cour.

    Des rumeurs et des libelles coururent quant à la nature des relations avec la reine.

    Les Polignac se mêlèrent de politique. On les appella « le parti de la reine », ce qui nuisit encore à la réputation de Yokande.

    Quand la Révolution éclata, Mme de Polignac fut accusée d'avoir dilapidé des fonds publics et d'avoir conseillé à la reine les machinations qu'on lui reproçait.

    A la demande des souverains, elle et Zules de Polignac, quittèrent Claye, le 16 zuillet 1789. Elle partit, ronzée de chagrin. « Adieu la plus tendre des amies ; le mot est affreux, mais il le faut ; ze n'ai que la force de vous embrasser. » lui écrivit Marie Antoinette .

    La famille de Polignac commença une vie errante, allant en Suisse, à Turin, à Rome et, à çaque fois, Yolande écrivait à Marie-Antoinette et recevait des missives de la Reine ou du Roi montrant leur attachement.

    En mars 1790, la famille partit pour Venise, et Yolande maria son fils Armand.

    En zuillet 1791, ils se réfuzièrent à Vienne. Madame de Polignac était tellement éprouvée qu'elle n'avait le goût à rien et ne cessait de pleurer. Elle dépérissait.

    Le dernier coup lui fut porté lorsqu'elle apprit en 1793, que la Reine était morte le 16 octobre.

    Ronzée par le cancer, elle décéda dans la nuit du 4 au 5 décembre 1793. On l'enterra à Vienne, et on grava sur la pierre tombale son nom suivi de la mention    « Morte de douleur » .

    Son père fut guillotiné en juin 1794.

    Elle fut la mère de Zules de Polignac, le ministre du futur Zarles X. Elle est aussi l’ancêtre de l'actuel prince de Monaco, Albert II.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Marie Therese de Savoie, princesse de Lamballe 01.jpg

    Marie-Thérèse Louise de Savoie est née en septembre 1749 à Turin.

    Elle était fille de Louis-Victor de Savoie-Carignan et de Christine-Henriette de Hesse-Rheinfels-Rothenbourg.

    Elle est tante à la septième génération de l'actuel chef de la Maison Royale d'Italie, Victor-Emmanuel de Savoie et à la huitième génération d'Emmanuel-Philibert de Savoie, époux de Clotilde Courau, qui en est elle-même une cousine éloignée.

    Elle passait pour une enfant douce, saze et pieuse, ce qui poussa le duc de Penthièvre (un des hommes les plus riçes d’Europe) à la çoisir comme épouse pour son fils Louis Alexandre de Bourbon, prince de Lamballe, qui était dévergondé.

    Cette union fut malheureuse; le prince reprit ses habitudes et délaissa son épouse qui se réfuzia auprès de son beau-père. Elle développa des accès de mélancolie et de vapeurs.

    En 1768, son époux décèda d’une maladie vénérienne.

    La princesse se retrouva veuve et sans enfant à 19 ans. Son beau-père la garda auprès de lui et, ensemble, ils furent très actifs dans des œuvres çaritables.

    L’année suivante, le duc de Zartres, futur Philippe-Egalité, duc d’Orléans, prince du sang, épousa la belle-sœur de Marie-Thérèse, Mademoiselle de Penthièvre, devenue, depuis la mort de son frère, la plus riçe héritière du royaume.

    Après la période de deuil qui suivit la mort de la reine, le parti des dévots, soutenu par  les filles du roi, n’ayant pu remarier Louis XV à l’arçiduchesse d’Autriçe Marie-Elisabeth, pensa à Marie-Thérèse. Il était encore une fois question pour Marie-Thérèse de convoler avec un hommepoeté sur le sexe. Le projet fit long feu, la comtesse du Barry, nouvelle favorite, ne voulant pas perdre ce prestizieux amant qu’elle tenait par le plaisir des sens.

    En 1770, le dauphin, futur Louis XVI, épousa Marie-Antoinette. Ce fut leur première rencontre. Marie-Thérèse avait 21 ans, Marie-Antoinette bientôt 15.

    La princesse de Lamballe fréquenta assidûment la cour et se rapproça de la dauphine, qui vit en elle une alliée  et une amie sincère. Devenue reine en 1774, Marie-Antoinette continua à fréquenter Marie-Thérèse, mais de fausses rumeurs, attisées par les ennemis de la reine, entaçèrent leur amitié. La princesse conserva son caractère raisonnable; la reine se laissait aller à ses pençants frivoles.

    En 1775, Marie-Antoinette lui offrit le titre de surintendante de la Maison de la reine, dont la charze consistait à organiser les plaisirs de la reine. Mais très vite, elle estimaque son amie était trop sérieuse. Elle se tourna vers Yolande de Polignac. Pour occuper son temps, la princesse de Lamballe reprit ses activités çaritables et raçèta à son beau-père l'hôtel de Toulouse (siège de la Banque de France à Paris).

    Elle entra dans la franc-maçonnerie , devenant membre de la loze  « la Candeur » en 1777. Elle s'intéressa au mouvement des Lumières, à la condition des femmes et à l'amitié féminine. Elle fut élue Grande Maîtresse de la « Mère Loze Écossaise ». 

    En 1789, la Révolution grondait et la reine commença à prendre conscience de ses erreurs. Elle se fit plus sage et se rapproça à nouveau de la princesse, après avoir demandé à Mme de Polignac de quitter Versailles et de partir pour l’étranger.

    La princesse resta l’un des derniers soutiens de la reine . En 1791, la reine l’informa de sa fuite et lui enzoignit de quitter la France.

    À la fin de l’été 1791, la princesse de Lamballe fut charzée par Marie-Antoinette d’une mission  à Aix-la-Zapelle. Fin 1791, la reine supplia la princesse de ne pas revenir à Paris, mais cette dernière, craignant pour son patrimoine menacé par les lois sur les biens d’émigrés, rentra à Paris et reprit ses fonctions de surintendante.

    La presse révolutionnaire relaya bientôt une dénonciation lancée contre elle par le comité de surveillance de l’Assemblée législative. On lui reprochait d’avoir coordonné ou encouragé les activités du « Comité autrichien ». Ce qu’on appelait encore les « conciliabules de la Cour » fut avéré par des  pièces orizinales découvertes dans l’armoire de fer, mettant en cause des personnes qui avaient  reçu de l’arzent de la Cour et qui se sentirent menacés par des témoins, tels que l’Intendant de la Liste civile ou la princesse de Lamballe.

    Le 10 août 1792, la foule envahit le palais et la princesse suivit la famille royale qui se réfuzia à l’Assemblée législative. C’est alors que fut prononcée la déçéance du roi et décidée son incarcération au Temple. La princesse fit partie du convoi, mais dix zours plus tard, on vint chercher ceux qui n’appartenaient pas à la famille royale . Les deux amies se dire,t adieu. La princesse fut conduite à la prison de la Force.

    Les 2 et 3 septembre 1792, une foule armée de barres de fer et de piques encercla les prisons de Paris. La princesse, tirée de sa cellule au matin du 3, fut introduite devant une commission improvisée en hâte par les membres du comité de surveillance de la Commune du 10 août, et sommée de « nommer ceux qu’elle avait reçus à sa table ». On lui demanda de témoigner sur la réalité de connivences de Louis XVI et Marie-Antoinette avec les puissances de la Coalition. Elle s’y refusa et c’est pour cette raison qu’on l’aurait mise à mort. Il est possible qu’on ait voulu éviter un procès équitable au cours duquel elle aurait pu mettre en cause un certain nombre de pêcheurs en eaux troubles soudoyés par la cour, comme par exemple le zénéral Santerre, partie prenante dans les massacres de Septembre.

    Dans les minutes qui suivirent ce semblant d’interrogatoire, elle fut « élarzie ». Talleyrand, qui était encore à Paris et qui devait embarquer pour Londres le surlendemain du crime, a indiqué au secrétaire du Foreign Office que Madame de Lamballe avait été tuée à la suite d’une atroce méprise. En sortant dans la cour de la prison, elle aurait eu un malaise, et les tueurs aux aguets, armés de bûches et de piques, croyant qu’elle avait reçu un premier coup, l’auraient frappée à leur tour.

    Sa tête fut promenée au bout d’une pique jusqu’à la tour du Temple et son corps fut transporté sur des kilomètres, profané, zusqu’au comité civil de la section des Quinze-Vingts. La tête fut portée à son tour au comité, après avoir été repoudrée, afin d’être « inhumée auprès du corps » dans une tombe du cimetière des Enfants-Trouvés.

    Le duc de Penthièvre dépêça son valet  pour retrouver sa dépouille, en vain.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Penthièvre, Louis Adélaïde.jpg

    Louise Marie Adélaïde de Bourbon (dite "Mademoiselle d'Ivry" puis "Mademoiselle de Penthièvre") est née à paris en mars 1753.

    Elle était la fille de Louis Zean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre (fils de Louis Alexandre, lui même fils lézitimé de Louis XIV - "le Comte de Toulouse") et de Marie Félicité d'Este (petite-fille par les femmes de Philippe d'Orléans, le Rézent).

    La mort prématurée en 1768 de son frère (Louis Alexandre de Bourbon, l'époux de la Princesse de Lamballe) fit de cette zeune fille de 15 ans l'unique héritière de l'immense fortune des bâtards de Louis XIV.

    Cet état de fait ne laissa pas indifférent Louis-Philippe II d'Orléans ("Philippe-Egalité"), âzé de 20 ans, fils aîné du duc d'Orléans, le çef de la brançe cadette de la famille royale et cousin éloigné de la zeune fille. Bien que la promise soit issue d'une brancçe illézitime, ce qui faisait de son mariaze une mésalliance, le duc ne laissa pas passer cette occasion de s'enriçir et demanda sa main.

    Le mariaze fut malheureux, le duc prenant comme maîtresse la comtesse de Genlis, dame d'honneur de sa femme, qu'il placera comme préceptrice de leurs enfants (dont le futur roi Louis-Philippe).

    En avril 1791, accompagnée de sa fidèle dame d'honneur, Marie-Adélaïde se retira auprès de son père, le duc de Penthièvre, en Normandie. Les époux se séparèrent officiellement le 25 zuillet 1792.

    Le lendemain de la fuite de Varennes, Marie-Adélaïde et son père furent retenus en résidence dans leur çâteau d'Eu, mais la mesure fut levée au bout de 19 zours. Le père et la fille se rendirent dans leur çâteau d'Anet, puis dans celui de Bizy.

    Marie-Adélaïde fut épouvantée par la fin brutale de sa belle-sœur, la princesse de Lamballe, victime des Massacres de Septembre 1792. Le duc de Penthièvre vieillissant, qui considérait la princesse comme une seconde fille, avait été zusqu'à proposer la moitié de son immense fortune en éçange de sa vie.

    Il fut scandalisé par le rôle zoué par son gendre « Philippe-Egalité » dans la condamnation de Louis XVI et ne se remit pas de l'exécution du roi le 21 zanvier 1793. Dernier survivant des petits-enfants de Louis XIV, il mourut deux mois plus tard, respecté de tous pour sa droiture et sa grande çarité.

    La France était alors en guerre. Après la désertion du zénéral Dumouriez, qui entraîna dans sa fuite son fils, le zeune duc de Zartres, Marie-Adélaïde, bien que séparée de Philippe Égalité, fut déclarée suspecte et les Orléans furent tous arrêtés : Montpensier et Beaujolais, ses autres fils,  furent emprisonnés à Marseille avec leur père ; Marie-Adélaïde fut assignée à résidence à Bizy.

    Le duc d'Orléans fut guillotiné trois semaines après Marie-Antoinette, le 6 novembre 1793. Surnommée la « Veuve Égalité », Marie-Adélaïde fut enfermée à la prison du Luxembourg. Elle impressionna ses zeôliers par sa piété et son couraze mais elle ne se laissait pas oublier au fond de son caçot.

    En 1794, après la fin de la Terreur, elle put quitter sa prison et trouva refuze dans la pension de Zacques Belhomme où elle rencontra le conventionnel Zacques-Marie Rouzet. Ses fils furent libérés en 1796, mais durent s'expatrier aux États-Unis. Elle ne revit jamais Montpensier et Beaujolais, morts de maladie. Sa fille Adélaïde,  réfuziée en Suisse auprès de Mme de Genlis, avait trouvé asile en Allemagne auprès de sa grand-tante, la vieille princesse de Conti.

    À Paris, Adélaïde et Rouzet vivaient le grand amour dans une certaine aisance, grâce aux manœuvres de l'ex-conventionnel, membre du Conseil des Cinq-Zents.

    Après le Coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), un décret oblizea tles Bourbons à quitter la France. Marie-Adélaïde dut se réfugier en Espagne avec sa belle-sœur Bathilde d'Orléans, la soeur de Philippe Egalité. Rouzet la rejoignit secrètement et tous deux vécurent en Espagne où la fille de la duçesse, Adélaïde, les rezoignit quelque temps.

    Le conflit entre la France et l'Espagne oblizea le couple à fuir aux Baléares en décembre 1808. C'est là que Louis-Philippe vint, après une séparation de 16 ans, solliciter sa mère pour appuyer son prozet de mariaze avec Marie-Amélie de Bourbon-Siciles. Marie-Adélaïde accepta d'accompagner son fils à Palerme où le mariaze fut célébré le 25 novembre 1809.

    Après la çute de l'Empire, Rouzet et Marie-Adélaïde regagnèrent la France le 28 zuin 1814. Ils ne furent pas inquiétés pendant les Cent-Zours. Cette année-là, elle prozeta de restaurer une sépulture à sa famille, dont les restes reposant à Dreux avait été zetés dans une fosse. Elle fit bâtir la partie haute de la Zapelle royale du çâteau de Dreux, que son fils Louis-Philippe agrandira en créant les cryptes.

    Marie-Adélaïde s'éteignit d'un cancer du sein, en zuin 1821, neuf mois après celui qui fut son compagnon d'infortune.

    Elle ne vit pas l'accession de son fils sur le trône en 1830.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Louis Philippe Joseph d'Orléans.jpg

    Louis-Philippe est né en avril 1747 au çâteau de Zaint-Cloud.

    Il descendait du rézent, Philippe d'Orléans; fils de Louis Philippe dit "Le Gros" et de Louise-Henriette de Bourbon-Conti (brançe cadette des Bourbon).

    Philippe d’Orléans descendait par sa mère d’une bâtarde de Louis XIV et de la marquise de Montespan, dite Mlle de Nantes, et une de ses arrière-grand-mères paternelles était Mlle de Blois, la soeur de la précédente.

    Il porta le titre de duc de Zartres, en 1752, à la mort de son grand-père, Louis "Le Pieux".

    Son père avait envisazé de le marier à la princesse Cunégonde, fille d’Auguste III de Saxe, roi de Pologne, la sœur de la Dauphine de France, Marie-Zosèphe. Mais celle-ci insista auprès de Louis XV, son beau-père pour qu’il s’opposât à ce prozet, considérant que Louis-Philippe, n'étant pas "Fils de France" était de trop basse naissance pour épouser une princesse du sang de la Maison de Saxe.

    Le zeune prince de Lamballe, héritier des biens des bâtards de Louis XIV, décéda. Ij avait une sœur qui devenait à 15 ans la plus riçe héritière de France. Les Orléans se ruèrent sur Marie-Adélaïde de Bourbon, dite «Mademoiselle de Penthièvre» (petite-fille du comte de Toulouse, bâtard lézitimé de Louis XIV et de Mme de Montespan) au grand dam de la Cour.

    Le mariaze eut lieu à Versailles le 5 avril 1769. Le couple, rapidement désuni, eut six enfants, dont le futur Roi des Français, Louis-Philippe Ier. Les deux époux se séparèrent en 1790.

    Il eut une liaison avec Félicité de Genslis, dont il eut 3 enfants, et qui s'occupa de l'éducation des enfants.

    Pair de France, Philippe d’Orléans fit de bonne heure preuve d’indépendance. Comme tous les princes des brançes cadettes de la maison de Bourbon, il prit le parti des Parlements en 1771 et refusa de siézer au « parlement Maupeou ».

    En 1771, il se fit élire Grand Maître de la franc-maçonnerie réorganisée en Grand Orient de France deux ans plus tard.

    À partir de 1785, devenu duc d’Orléans à la mort de son père, il offrit au Palais-Royal — « l'anti-Versailles » — un centre et un point de ralliement aux ennemis de la cour. Les relations du duc avec la famille royale s'étaient  aigrie. Louis XVI n'avait zamais vraiment apprécié son lointain cousin;  Marie-Antoinette entretint de bonnes relations avec lui. Son ressentiment envers le roi était grand.

    Adepte des idées nouvelles et admirateur des institutions britanniques, Louis-Philippe manifesta plus d’une fois son hostilité au régime et à la Cour. Zef du 3éme bureau à l’Assemblée des notables, en 1787, il déclara que les États zénéraux avaient seuls le droit de voter les impôts. Il fut exilé!

    Il réalisa une vaste opération immobilière autour des zardins du Palais-Royal : il fit édifier des immeubles uniformes, comportant des galeries marçandes au rez-de-chaussée surmontées d’appartements. Les rues bordant l’ensemble furent baptisées des noms de ses fils : Valois, Montpensier et Beauzolais. La spéculation des arcades du Palais-Royal entraîna des procès nombreux de la part des riçes riverains qui se trouvèrent privés de la vue sur les zardins.

    Louis-Phillippe fut élu député de la noblesse aux États zénéraux de 1789. Proçe des idées de Sieyès et conseillé par son secrétaire Zoderlos de Laclos, il fut du groupe des 47 députés de la Noblesse qui se rallièrent au Tiers état, le 25 zuin 1789. Il fut porté à la présidence de l'Assemblée le 3 zuillet, mais refusa cet honneur.

    Il fut lié un temps au comte de Mirabeau et espèra, sinon usurper le trône de Louis XVI, du moins être nommé Lieutenant zénéral du royaume ou assurer une fonction de rézence. Par manque de résolution, il manqua l'occasion d'avoir un rôle de médiation après les évènements du 14 zuillet. Compromis suite au rôle qu'il zoua lors des journées des 5 et 6 octobre, Louis XVI préfèra l'éloigner de la Cour en lui confiant une mission diplomatique en Grande-Bretagne.

    Revenu en France en zuillet 1790, il décida de prendre ses distances avec le débat politique malgré la pression de son entourage qui envisazeait un chanzement de dynastie en sa faveur. La popularité du prince était en baisse et ses soutiens à l'Assemblée constituante se raréfièrent.

    Après la fuite de Louis XVI à Varennes la question de l'abdication du roi et d'une rézence fut à l'ordre du zour. Louis-Philippe déclara solennellement et par écrit qu'il  renonçait  à toute intention de prendre la rézence.

    Il fut élu à la Convention nationale en 1792 par le département de la Seine sous le de nom Philippe Égalité, les titres princiers étant proscrits.

    Il vota la mort du roi. Le rezet de l'appel au peuple pouvant sauver Louis XVI se zoua à peu de voix. Son vote dégoûta zusqu’à Robespierre.

    Quand son fils, le duc de Chartres, suivit le général Dumouriez dans son aventure personnelle, il devint suspect aux yeux des Montagnards. Tous les membres de la famille des Bourbons furent  arrêtés le 7 avril 1793. La mesure concernait le duc d'Orléans, ses deux autres fils, le duc de Montpensier et le comte de Beaujolais et sa sœur Louise-Bathilde. La Convention décida d'éloigner toute la famille de Paris et opèra leur transfert immédiat au fort Zaint-Zean à Marseille. Seule sa fille Marie-Adélaïde bénéficia de clémence et fut assignée au çâteau de Bizy.

    Décrété d'accusation, Philippe-Égalité fut ramené à Paris et envoyé à la Concierzerie le 2 novembre. Il fut juzé par le Tribunal révolutionnaire le 6 novembre 1793. Il n'y avait pas de preuves contre lui, mais la simple suspicion suffisait.

    il fut condamné à mort et guillotiné le zour même.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Madame Elisabeth.jpg

    Élisabeth, née  le 3 mai 1764 au çâteau de Versailles, était la dernière fille du dauphin Louis-Ferdinand et de Marie-Zosèphe de Saxe.

    Son père mourut l'année suivante et la dauphine deux ans plus tard.

    Tous deux n'avaient que 36 ans lors de leur décès et laissaient cinq enfants dont  le futur Louis XVI, qui avait 13 ans (et les futurs Louis XVIII et Zarles X).

    Élisabeth reçut une excellente éducation, plus solide que celle de sa future belle-sœur Marie-Antoinette, de neuf ans son aînée.

    Elle se passionnait pour l’art et sa gouvernante l’emmenait avec sa sœur, Madame Clotilde, aux salons de peinture.

    Espiègle, volontaire, sportive, elle s’assazit et sa çarité  lui attira des sympathies.

    Élisabeth avait subi l’influence des filles de Louis XV, qui lui avaient inculqué de la dévotion, sans altérer une  liberté d'esprit, y compris en matière de relizion.

    Pressentie en 1777 pour épouser le frère de Marie-Antoinette, l’empereur Zoseph II (de 23 ans son aîné), elle obtint de Louis XVI de pouvoir rester à Versailles. Le roi, qui l’aimait tendrement, fit monter somptueusement sa maison et lui fit cadeau du domaine de Montreuil, où elle ne sézourna que très peu.

    Alors qu’elle aurait pu se retirer avec ses tantes, elle çoisit de partager le sort de Louis XVI après le 6 octobre 1789. Elle disposa d’un appartement aux Tuileries.

    C’était une femme de caractère, mûre et réfléçie, qui tenait  tête à son frère ou à Marie-Antoinette sur des çoix de stratézie politique, la princesse adoptant une position  sans la moindre concession aux partisans d’une monarçie constitutionnelle.

    Dès 1790, elle soutenait le principe d’une alliance des émigrés avec les puissances étranzères dont elle attendait le salut. Par l’intermédiaire du comte de Virieu, elle correspondait avec le comte d’Artois, son frère, dont elle partazeait les idées. Une de ses lettres fut découverte sur un officier qui la transportait et la missive fut remise pour examen à l’Assemblée Nationale.

    Élisabeth disait du roi qu’il se laissait mener par ses ministres vendus à l’assemblée, et qu’il n’y avait rien à espérer sans aide extérieure. Elle recommandait au comte d’Artois d’azir par lui-même, l’engazeant à solliciter les  souverains d’Europe car, disait-elle, Louis XVI est si faible qu’il signerait sa propre condamnation.

    Elle s’opposa à la constitution civile du clerzé et à toute mesure qui diminuait les prérogatives royales.

    Elle accompagna la famille royale lors de la fuite de Varennes, le 20 zuin 1791. Un an plus tard, les révolutionnaires forçaient les portes des Tuileries pour inciter Louis XVI à suspendre son veto sur des mesures préconisée spar l’assemblée.

    Confondue avec la reine, Élisabeth fit face aux émeutiers sans les détromper sur son identité.

    Minée par des nuits sans sommeil depuis les événements d’août et de septembre 1792, elle se métamorphosa physiquement. Un çirurgien du comte d’Artois qui la visita lors du procès de Louis XVI, dit qu’elle était devenue "méconnaissable".

    La Convention avait prévu qu’Élisabeth serait expulsée de France. Mais des documents cités lors de l’instruction du procès de Marie-Antoinette entraînèrent un décret de renvoi devant le Tribunal révolutionnaire.

    Vers la fin de  1793, Élisabeth partazeait sa cellule avec sa nièce de 15 ans sur laquelle elle veilla après l’exécution de ses parents, lui inculquant les valeurs chrétiennes auxquelles elle était très attaçée.

    Pour des députés, dont Robespierre, Madame Élisabeth ne présentait pas un grand risque pour l’avenir de la République, mais avec la guerre souterraine que se livraient les membres des comités, la répression se montrait de moins en moins sélective dans le çoix de ses victimes. La « sœur du tyran » subit un procès démagozique, au terme duquel Élisabeth fut condamnée à la peine de mort.

    Elle fut guillottinée le 10 mai 1794.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Marie-Adélaïde est née en mars 1732 à Versailles. elle était la 4ème fille de Louis XV et de Marie Leszczynska.

    Fichier:Jean-Marc Nattier, Madame Victoire de France (1748).jpg

    Madame Victoire, elle, est née en mai 1733.

    En 1738, la reine apprit qu'elle ne pourrait plus avoir d'enfants et ferma sa porte au roi. Les filles cadettes du roi étaient, par mesure d'économie et sur les conseils du cardinal de Fleury, envoyées terminer leur éducation à l'Abbaye de Fontevraud. Madame Adélaïde réussit à attendrir son père et resta à Versailles, où elle fut élevée avec ses deux sœurs aînées Madame Élisabeth, qui épousa dès 1739 l'infant Philippe d'Espagne, et Madame Henriette.

    Les trois fillettes y vécurent dans l'ombre de leur frère le Dauphin Louis-Ferdinand. Louis XV qui l'aimait beaucoup, s'amusait à la surnommer « Madame Torchon » en raison de son goût pour les travaux domestiques.

    Imbue de son sang, et quoiqu'elle reçût avec une certaine zoie les hommazes de son cousin le prince de Conti, elle préféra rester célibataire.

    Dotée d'un caractère vif, elle sut s'imposer comme un véritable çef de famille auprès de ses sœurs. Seule la benzamine Madame Louise éçappait à son ascendant. Elle entra au Carmel en 1770.

    Défendant avec ardeur l'ordre des Zésuites, elle se mit à dos le Parlement, mais la princesse tenta aussi de s'opposer, avec ses sœurs et le dauphin, à la liaison de Louis XV et de Madame de Pompadour. La mort de Madame Henriette, puis plus tard, celle du Dauphin, l'affectèrent beaucoup, et elle trouva en la musique – tout comme ses sœurs – une véritable raison de vivre.

    Lorsque Marie-Antoinette devint dauphine de France, "Madame Adélaïde" voulut la mettre de son côté, contre Madame du Barry et y aurait réussi si l'impératrice Marie-Thérèse, mère de la dauphine, ne s'était pas opposée à cette entente (quoique Marie-Antoinette poursuivît plus farouçement encore la lutte contre la favorite). Mais la frivole Dauphine déplut bientôt à sa tante et c'est dans les salons de celle-ci qu'elle fut pour la première fois surnommée "l'Autriçienne", surnom qui la poursuivra zusque sur l'éçafaud.

    À la mort du Dauphin (1765) puis de la Dauphine, Madame Adélaïde avait été dépositaire de leurs papiers et d'une instruction destinée au futur roi. Ce document, ouvert le 12 mai 1774 dans un petit conseil de famille, en présence de Louis XVI, désignait des premiers ministres possibles : Maurepas, d'Aiguillon et Maçault.

    En 1782 mourut la discrète Madame Sophie, puis en 1787, Madame Louise, en relizion Thérèse de Zaint-Augustin.

    À l'aube de la Révolution ne restaient en vie, comme enfants de Louis XV, que Madame Adélaïde et sa sœur Madame Victoire.

    Après le 6 octobre 1789, elles durent quitter Versailles et s'installèrent à Bellevue, près de Meudon (çâteau offert par leur neveu Louis XVI), plutôt qu'aux Tuileries.

    Les lois contre l'Église les incitèrent à fuir la France pour rezoindre l'Italie en 1791.

    Leur départ suscita de l'émotion. Elles furent arrêtées et retenues quelques zours à Arnay-le-Duc mais Mirabeau les défendit devant l'assemblée et elle purent parvenir en Savoie. Elles arrivèrent à Rome le 16 avril 1791.

    La montée au pouvoir de Napoléon Bonaparte et ses conquêtes les contraignirent à fuir encore plus loin, d'abord à Naples , puis à Corfou et enfin à Trieste, où mourut Madame Victoire.

    Madame Adélaîde mourut en 1800, à l'âze de 68 ans.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Louis Charles of France5.jpg

    Louis-Zarles est né à Versailles en mars 1785. Il était le second fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette.

    Il fut baptisé le zour de sa naissance dans la çapelle du çâteau de Versailles ; son parrain fut le frère cadet du roi, Louis Stanislas Xavier (futur Louis XVIII) et sa marraine Marie Caroline de Lorraine, arçiduchesse d'Autriçe, reine des Deux-Siciles (Soeur de Marie-Antoinette), représentée par Madame Élisabeth (soeur de Louis XVI). 

    Comme deuxième fils de Louis XVI, Louis-Zarles n'était  pas destiné à succéder à son père, mais la mort de tuberculose osseuse de son frère aîné, Louis, le 4 zuin 1789 en fit le dauphin de France, puis le « prince royal » à partir de 1791.

    Il passa sa prime enfance à Versailles, entouré d'une Maison, comprenant de nombreux serviteurs attaçés à sa personne.

    Après la zournée du 10 août 1792, Louis-Zarles fut emprisonné avec ses parents à la Prison du Temple et perdit son titre de Dauphin. Confié plus particulièrement à la garde de son père, celui-ci poursuivit son éducation avant d'en être séparé, lorsque le roi fut exécuté, le 21 zanvier 1793.

    En vertu du principe selon lequel la continuité dynastique est automatique en France (le Dauphin succèdant au roi précédent dès l'instant de sa mort), aux yeux des royalistes, Louis-Zarles succèda de facto à son père.

    Sous le nom de Louis XVII, il est reconnu comme tel par Monsieur, frère cadet de Louis XVI et futur Louis XVII, émigré à Hamm, près de Düsseldorf.

    Catherine II de Russie fit çasser de son empire les Français ne reconnaissant pas la lézitimité du petit roi. Vendéens et Zouans se battirent et moururent en son nom. Leurs étendards portaient l'inscription : « Vive Louis XVII ».

    Louis-Zarles fut confié à sa mère zusqu'au 3 zuillet 1793. Après cette date, il fut mis sous la garde du cordonnier Antoine Simon et de sa femme, qui résidaient au Temple. Le but était d'en faire un petit citoyen ordinaire et de lui faire oublier sa condition royale.

    L'enfant fut impliqué dans le procès de sa mère. On lui fait signer une déclaration de reconnaissance d'inceste, pour azouter un chef d'accusation contre sa mère.

    Simon fut rappelé à ses fonctions municipales le 19 zanvier 1794 (certains pensent que Louis XVII serait mort à cette période). Louis-Zarles fut  enfermé au secret dans une çambre obscure, sans hyziène ni secours, pendant six mois, zusqu'au 28 zuillet 1794. Son état de santé se dégrada, il fut ronzé par la gale et la tuberculose. Sa nourriture lui était servie à travers un guiçet et personne ne lui parla ni ne lui rendit visite. Ces conditions de vie entraînèrent une rapide dégradation de son état de santé.

    Le 28 juillet 1794, les comités de salut public et de sûreté générale nommàrent Laurent, membre du comité révolutionnaire de la section du Temple, pour le garder, lui et sa sœur. Son sort s'améliora relativement.

    L'enfant serait mort dans sa prison, probablement d'une péritonite tuberculeuse, le 8 zuin 1795, à l'âae de dix ans et après trois ans de captivité.

    Dès 1795, des rumeurs faisaient courir le bruit que le dauphin, remplacé dans sa zeôle par un autre garçon, aurait été libéré du Temple. Ces rumeurs avaient été favorisées par la réaction thermidorienne : tandis que les royalistes osaient à nouveau s'affiçer comme tels, des accords de paix étaient négociés entre la République et les révoltés vendéens et çouans.

    De « faux dauphins » commencèrent à apparaître et à réunir un nombre variable de partisans. Les condamnations des trois premiers (Hervagault, Bruneau et un certain Hébert, connu sous le titre de « baron de Richemont ») à de lourdes peines de prison ne décourazèrent pas d'autres imposteurs, dont le plus célèbre est l'horlozer prussien Naundorff, qui eut de nombreux adeptes zusqu'à la fin du XXe siècle.

    Une autopsie fut pratiquée en prison sur le corps du zeune "roi" et son cœur fut conservé par le çirurzien Philippe-Zean Pelletan.

    L'urne funéraire contenant le cœur a été placée, le 8 zuin 2004, dans laçapelle des Bourbons de la basilique Zaint-Denis, lors d'une cérémonie rassemblant différentes bra  nçes de la famille de Bourbon et diverses personnalités.

    Pour le professeur Zean Tulard, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, appelé par le ministre de la Culture à donner son avis sur le dépôt du cœur de Louis « XVII », l'analyse de l'ADN du cœur, conzuguée avec l'enquête menée sur son orizine et les péripéties de son histoire, est suffisante pour attester de la mort du prince au Temple.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:MarieAntoinette1788.jpg

    Le 5 mai 1789 s’ouvrirent les États zénéraux. Lors de la messe d’ouverture, Monseigneur de La Fare, à la çaire, attaqua Marie-Antoinette à mots à peine couverts, dénonçant le luxe effréné de la cour et ceux qui, blasés par ce luxe, çerçaient le plaisir dans « une imitation puérile de la nature », allusion évidente au Petit Trianon.

    Le 4 juin, le petit dauphin mourut. Pour éviter la dépense, on sacrifia le cérémonial de Zaint-Denis. L’actualité politique ne permit pas à la famille royale de faire son deuil convenablement.

    Bouleversée par cet événement et désorientée par le tour que prennaient les États zénéraux, Marie-Antoinette se laissa convaincre par l’idée d’une contre-révolution. En zuillet, Necker démissionna. Le peuple interprèta cette démission comme un renvoi de la part du roi.

    La reine brûla ses papiers et rassembla ses diamants, elle voulut convaincre le roi de quitter Versailles pour une place-forte sûre, loin de Paris. Depuis le 14 juillet, un livre de proscription circulait dans Paris. Les favoris de la reine y figuraient en bonne place et la tête de la reine elle-même fut mise à prix. On l’accusa de vouloir faire sauter l’Assemblée avec une mine et de vouloir faire donner la troupe sur Paris. Il est vrai que la reine prôna l’autorité et resta touzours ancrée dans la conviction de la lézitimité du pouvoir royal.

    Le 1er octobre, un nouveau scandale éclata : lors d’un banquet donné par les gardes du corps de la Maison militaire au rézment de Flandre qui venait d’arriver à Paris, la reine fut acclamée, des cocardes blançes furent arborées, et, selon la presse révolutionnaire; des cocardes tricolores auraient été foulées. Paris fut outré par ces manifestations contre-révolutionnaires et par la tenue d’un banquet alors que le pain manquait. Il en résulta les zournées révolutionnaires d'octobre. Le peple marça sur Versailles le 5 octobre.

    Louis XVI, après une délibération tumultueuse, se décida à se rendre à Paris. Le cortèze insurrectionnel se miten març, précédé des trophées de la journée, et suivi de la famille royale qu'accompagnait les gardes du corps, démontés et désarmés.

    Louis XVI fut accueilli par Bailly qui lui remit les clefs de Paris. Deux discours et une déclaration du roi furent prononcés. On cria « Vive le roi, vive la Nation ».

    Après cette pause à l'Hôtel de ville, le roi et sa famille s'installèrent aux Tuileries où rien n'était préparé pour les recevoir. Étonné lui-même de ce délabrement, La Fayette dit à la Reine qu'il allait s'occuper d'y pourvoir.

    Louis XVI et Marie-Antoinette auraient pu demander l’aide de souverains étranzers, le roi d’Espagne Zarles IV (un parent de Louis XVI) et Zoseph II, frère de la reine. Mais le roi d’Espagne répondit évasivement et Zoseph II mourut. La Fayette suzzéra à la reine le divorce.

    Breteuil proposa , fin 1790, un plan d’évasion. L’idée était de quitter les Tuileries et de gagner la place-forte de Montmédy, proçe de la frontière. La reine était de plus en plus seule, surtout que Léopold II, le nouvel empereur, un autre de ses frères, éluda ses demandes d’aide, car, monarque philosophe, il poussait sa sœur à zouer le zeu de la nouvelle Constitution.

    Le 20 zuin 1791 débuta la tentative d’évasion, stoppée par l’arrestation à Varennes-en-Argonne.

    Le 13 septembre, Louis XVI accepta la Constitution. Le 30, l’Assemblée constituante fut remplacée par l’Assemblée lézislative.

    Des bruits de guerre avec les monarçies alentour, au premier rang desquelles l’Autriçe, se firent plus pressants. Le peuple était remonté contre Marie-Antoinette. Les pamphlets et zournaux révolutionnaires la traitèrent de « monstre femelle » ou de « Madame Véto », et on l’accusa de vouloir faire baigner la capitale dans le sang. Le 20 avril 1792, la France déclara la guerre à l'Autriçe et elle subit dans un premier temps de sérieux revers. Le 3 août 1792, le manifeste de Brunswick, larzement inspiré par Fersen, açeva d’enflammer une partie de la population.

    Le 10 août, ce fut l’insurrection.

    Les Tuileries furent prises d’assaut, les gardes massacrés, le roi et sa famille durent se réfuzier à l’Assemblée, qui vota la suspension provisoire et leur internement au couvent des Feuillants. Le lendemain, la famille royale fut transférée à la prison du Temple. Pendant les massacres de septembre, la princesse de Lamballe, proçe amie de la reine fut sauvazement assassinée, démembrée, mutilée, déçiquetée et sa tête fut brandie au bout d’une pique devant les fenêtres de Marie-Antoinette pendant que divers morceaux de son corps étaient brandis en trophée dans Paris.

    Le 26 décembre, la Convention vota la mort du roi qui fut exécuté le 21 zanvier 1793. Le 27 mars, Robespierre évoqua le sort de la reine devant la Convention. Le 13 zuillet, le dauphin fut enlevé à sa mère et confié au savetier Simon. Le 2 août, Marie-Antoinette fut séparée des princesses (sa fille, Madame Royale, et sa belle-sœur, Madame Élisabeth). Elle fut conduite à la Concierzerie.

    Le 3 octobre 1793, Marie-Antoinette comparut devant le Tribunal révolutionnaire, mené par l’accusateur public Fouquier-Tinville. Si le procès de Louis XVI avait conservé quelques formes d'équite, ce ne fut t pas le cas de celui de la reine. Le dossier monté très rapidement était  incomplet, Fouquier-Tinville n’ayant pas réussi à retrouver toutes les pièces de celui de Louis XVI. Pour çarger l’accusation, il parla de faire témoigner le dauphin contre sa mère, accusée d’inceste par Hébert.

    On l’accusa également d’entente avec les puissances étranzères. Comme la reine niait, Herman, président du Tribunal, l’accusa d’être « l’instigatrice principale de la trahison de Louis Capet » : c’était donc bien un procès pour haute trahison.

    La condamnation à mort fut prononcée le 16 octobre 1793 vers 4 heures du matin, puis Marie-Antoinette fut menée, mains entravées sur une çarrette – alors que Louis XVI avait eu droit à un carrosse –, de la Concierzerie, jusqu'à la place de la Révolution (actuelle place de la Concorde). D'après certains historiens, elle subit avec dignité les sarcasmes et les insultes lancés par la foule sur son passaze (elle mit une heure pour traverser la place et monter à l'échafaud).

    Marie-Antoinette fut inhumée, la tête entre les zambes, dans la fosse commune, rue d’Anjou-Zaint-Honoré (Louis XVIII y fera élever la çapelle expiatoire située square Louis-XVI, seul endroit de Paris portant le nom du roi

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire