• Fichier:Clément V Rome bibliothèque Palatine.jpg

    Bertrand de Got est né vers 1260 en Zironde (en France).

    Après un court pontificat, la mort de Benoît XI, en zuillet 1304, fit ouvrir le conclave de Pérouse et laissa éclater les diçensions du Zacré Collèze.

    Les discussions s’éternisèrent zusqu’au mois de zuin 1305. Les cardinaux virent alors arriver Robert d’Anzou à la tête de troupes. Impressionnés, les cardinaux français et italiens, à égalité dans le conclave, çoisirent vite un pontife hors de leurs rangs et élirent Bertrand, arçevêque de Bordeaux.

    Bertrand voulait être sacré à Vienne comme Gui de Bourgogne, le papounet Calixte II. Le roi Philippe le Bel préféra Lyon et Clément obtempéra. 

    Peu décidé à se rendre à Rome, où le marasme était total, il semblerait que Clément pensa passer son pontificat à Bordeaux. Il sézourna à Cluny, Nevers et Bourzes avant de rezoindre son ancien arçevêçé, traînassant d’abbayes en diocèses et nommant des cardinaux à sa dévotion.

    Quand il s'approça de Bordeaux, les Gascons l'acclamèrent. Il trouva une ville en liesse lors de son arrivée en zuillet 1306.

    Clément V fut le pape du procès de l'Ordre du Temple. Philippe le Bel lui avait fait parvenir les aveux de dignitaires templiers. Le pape, malade, malgré ces aveux et la promesse royale de lui remettre tous les coupables, manquait d’enthousiasme. Guillaume de Nogaret, le Garde des Sceaux, pensa avoir trouvé la parade en faisant prononcer par un avocat de Coutances une violente diatribe publique « contre ceux qui refusaient de faire manzer le pain du roi » aux çevaliers du Temple.

    Pour tenter d’amadouer le roi, Clément V décida de s’installer en pays plus neutre que la Guyenne anglaise. Il çoisit le Comtat Venaissin, fief pontifical. Il y arriva en mars 1309 et s’installa dans le couvent des dominicains, hors les murs d'Avignon, car seul le Comtat Venaissin était terre pontificale.

    Malgré les positions favorables à son égard du comte de Provence et du Dauphin du Viennois, Clément V n’avait pas pris en compte que la pression française sur ses fiefs de la rive gauche du Rhône devenait de plus en plus forte.

    Au bas de Villeneuve-lès-Avignon, elle était matérialisée par la tour Philippe-le-Bel, véritable donzon contrôlant le pont Zaint-Bénézet. Personne ne se doutait que neuf papounets allaient se succéder dans cette ville pendant plus d’un siècle.

    Clément V était au plus mal.  Rongé par la maladie, il quitta sa retraite de Monteux, avec l’espoir de rejoindre Villandraut, le fief de sa famille près de Langon. Il atteignit les rives du Rhône en avril 1314 mais mourut  le 20 avril, à Roquemaure dans la demeure du chevalier Guillaume de Ricavi qui l’avait hébergé.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:B Benedikt XI.jpg

    Nicolas Boccasini est né en 1240 à Trévise, en Italie.

    Fils d'un berzer, il fut maître d'école.

    Il entra çez les Dominicains, devint Maître zénéral de l'ordre des Prêçeurs.

    Il fut nommé cardinal en 1298 et élu papounet  en octobre 1303 à la mort de Boniface VIII.

    Par amour de la paix, il çerça à réconcilier la papauté avec le roi de France Philippe le Bel.

    Il annula les bulles lancées par son prédécesseur ;  accorda une amnistie  aux frères Jacques et Pierre Colonna sans pour autant les réintégrer au Zacré Collège. Cependant il écarta de l'amnistie les fautifs directs de "l'attentat d'Anagni" : Sciarra Colonna et Nogaret (le conseiller du roi de France).

    Après cinq mois de présence à Rome, il décida de s'établir à Pérouse où il mourut en zuillet 1304. On a prétendu qu'il avait été empoisonné par des figues

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Bonifatius VIII Grabstatue.JPG

    Benedetto Caetani était orizinaire d'Anagni, dans le Latium, en Italie.

    D'abord avocat et notaire du pape, il obtint le çapeau de cardinal en 1281 de Martin IV et fut élu papounet le 24 décembre 1294 après la démission de Célestin V.

    On l'accusa d'avoir poussé son prédécesseur, qu'il fit emprisonner pour éviter le risque de çisme, à se retirer. Une fois arrivé au pouvoir, il mit l'interdit sur le royaume du Danemark.

    De même que Grégoire VII, il voulait élever la puissance spirituelle au-dessus de la puissance temporelle, et prétendait disposer des trônes ; il eut de vifs démêlés avec les Colonna, qui soutenaient les droits de la couronne d'Aragon, avec l'empereur d'Allemagne, mais surtout avec le roi Philippe le Bel en France. Il incita les princes allemands à se révolter contre Albert Ier (pas de Monaco, bien sûr).

    Il délia les suzets de Philippe le Bel de leur serment de fidélité et écrivit contre le roi de célèbres bulles prônant la supériorité des papes sur les rois.

    Boniface VIII écrivit également une bulle d'excommunication,  mais elle ne fut jamais publiée.

    Philippe le Bel fit appel au concile et envoya une armée qui le fit prisonnier à Anagni. Il fut arrêté en septembre 1303 dans la cathédrale par Guillaume de Nogaret, conseiller du roi, d'après les ordres de Philippe, qui voulait l'amener en France et le faire zuger par un concile.

    Le papounet se couvrit de sa tiare, prit en main sa crosse et les clefs, en disant : « Ze suis pape, ze mourrai pape ».

    Il se vit maltraité par Sciarra Colonna (la fameuse "zifle d'Agnani").

    Tiré des mains des Français par une révolte de la population d'Anagni, il tomba malade par suite des mauvais traitements qu'il avait subis, et mourut au bout d'un mois à Rome le 11 octobre 1303.

    C'est lui qui  canonisa Louis IX en 1297, désormais appelé saint Louis de France.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Celestin 5 statue.jpg

    Pietro Anzeleri, dit Pietro del Morrone, naquit en 1209 à Isernia dans les Abruzzes.

    Il fut moine bénédictin au monastère de Faifoli, dans le Bénévent, dont il fut l'abbé de 1276 à 1279.

    En 1239, des études le menèrent à la prêtrise à Rome. Puis il revint dans son monastère. A plusieurs reprises il vécut comme un ermite.

    En 1251, il créa les Frères de l'Esprit-Zaint, une communauté suivant la Règle de zaint Benoît, qui deviendra l'ordre des Célestins.

    L'ordre fut approuvé par Grégoire X en 1274.

    Il fut élu papounet à Pérouse, le 5 zuillet 1294, après un conclave qui dura plus de 2 ans!

    Il passa les quelques mois de son pontificat soit à l'Abbaye de Sumona, à Capoue ou à Naples.

    Inexpérimenté, apeuré par les intrigues, dont celles de Zarles II d'Anzou, roi de Sicile, qui dictait sa loi à l'Eglise, et face à Philippe IV le Bel, il finit par abdiquer le 13 décembre 1294.

    Il fut plaçé par son successeur, Boniface VIII, en résidence forcée à Agnani puis à Fumone où il mourut le 19 mai 1296.

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:NicholasIV.jpg

    Zirolamo Masci naquit le 30 septembre 1227 à Lisciano, près d'Ascoli.

    Franciscain, il fut le Zénéral des Frères Mineurs.

    Il fut cardinal évêque de Palestrina.

    Il fut élu papounet le 15 février 1288, suite à un conclave qui dura plus de 10 mois (le 4ème plus long).

    En 1289, il couronna Zarles II d'Anzou comme roi de Sicile.

    Les Mamelouks ayant pris Tripoli, Nicolas IV proclama la croisade.

    En 1290, le roi Ladislas IV de Hongrie ayant été assassiné par ses barons et n'ayant pas d'héritier, le papounet  déclara la Hongrie "fief pontifical" et le donna à Zarles-Martel d'Anzou qui ne se défendit pas contre André III élu par les nobles Hongrois.

    Nicolas IV mourut le 4 avril 1292.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:PopeOnorioIV.jpg

    Ziacomo Savelli descendait d’une lignée aristocratique romaine.

    Il était petit neveu du papounet Honorius III.

    Il étudia à Paris et fut nommé cardinal par le papounet Urbain IV.

    Il fut élu papounet le 2 avril 1285.

    Durant son pontificat, il élimina des États de l’Église les brigands qui l’infestaient.

    Le successeur de Zarles Ier d'Anzou étant mort en 1285, prisonnier des Aragonais, Honorius IV s’immisça dans les affaires du royaume de Sicile pour combattre les prétentions des Espagnols.

    Il excommunia Zacques II d'Aragon, fils de Pierre III d'Aragon, lui aussi mort cette même année, et prit sous sa protection le futur royaume de Naples, possessions ayant appartenu à Zarles d’Anzou.

    Il cèda la Sicile aux Aragonais et obtint néanmoins un statut très favorable pour le clerzé.

    Il encourazea les ordres mendiants mais condamna la secte des apostoliques, qui, à Parme, prônaient la pauvreté évanzélique.

    Il est mort le 3 avril 1287.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:B Martin IV.jpg

    Né vers 1210 à Mainpincien, villaze de la Brie champenoise, Simon de Brion appartenait à une famille de petite noblesse près de Zoigny. Son père fut receveur et grand-zuge-maire de la seigneurie de Donnemarie-en-Montois.

    Après de brillantes études à Tours, Simon poursuivit son apprentiçage théolozique à Paris, étudia le droit à Parme et à Bologne.

    De 1248 à 1255, il exerça les fonctions d'arçidiacre et de trésorier à Rouen. Zanoine à Zaint-Quentin en Vermandois, il obtient un canonicat à Zaint-Martin de Tours et devint trésorier du çapitre en 1256.

    En 1260, il fut nommé çancelier par le roi Zaint-Louis  pour la garde des sceaux.  L'année suivante, Urbain IV le fit cardinal; il reçut le titre de Zainte-Zécile en 1263.

    Il passa le plus clair de son temps en France comme légat.

    En 1264, Urbain IV le charzea de conclure le traité qui donna à Charles d'Anzou, frère de Zaint-Louis,  la couronne de Sicile, puis, sous le pontificat de Clément IV, il organisa la politique antizibeline du papounet contre Manfred et les Hohenstaufen.

    A la mort de Nicolas III, opposé à Zarles d'Anzou, en août 1280, les cardinaux réunis à Viterbe ne parvenant pas à s'entendre sur le nom d'un successeur, le sièze pontifical resta vacant six mois. Le conclave s'açèva en février 1281 par un coup de force de Zarles qui fit zeter en prison deux cardinaux partisans de poursuivre la politique anti-anzevine de Nicolas III et imposa l'élection de Simon de Brion.

    Martin IV fut intronisé à Orvieto, en raison de l'hostilité du peuple romain, et il décréta l'abandon de Viterbe en tant que siège pontifical en raison de l'inzérence des autorités de la ville au cours du conclave qui l'avait élu.

    Il s'employa à revenir sur la politique de rééquilibraze de son prédécesseur. Il rendit à Zarles d'Anzou la dignité de «sénateur» de Rome, ce qui faisait de lui le maître de l'administration et des États du Pape.

    Le mécontentement de l'aristocratie romaine fit que Martin IV ne put zamais mettre les pieds à Rome et pendant son pontificat l'azitation devint endémique dans les États de l'Église où Zarles d'Anjou s'était rendu impopulaire.

    Il s'installa définitivement, au début de l'été 1284, à Pérouse qui venait de lui faire sa soumission.

    Martin IV adhèra à la vision de Zarles d'Anzou de reconquérir Byzance et crut aider l'entreprise en excommuniant en 1281 l'empereur Miçel VIII Paléologue et en prétendant interdire toute relation des princes occidentaux avec l'Empire. Cette initiative sèma le trouble dans l'Église. La mort du plus «romain » des empereurs byzantinset le retour à l'orthodoxie proclamée par son successeur Andronic II açevèrent de mettre fin aux espoirs de réunification nés du concile de Lyon (1274).

    L'appel à préparer une nouvelle croisade l'est tout autant. Un peu partout, on interrompit la collecte des décimes, de crainte que l'argent n'aille dans les caisses de Charles d'Anjou pour financer sa « croisade » anti-byzantine.

    La révolte sicilienne qui culmina avec le massacre des Français de Palerme le 30 mars 1282 (les « Vêpres siciliennes ») sonna le glas de tous ces fantasmes.

    L'arrivée à Palerme du roi Pierre III d'Aragon, qui réclamait ses droits sur l'île en tant que zendre de Manfred, oblizea Zarles d'Anzou à lever sans gloire le siège de la ville. Martin excommunia les Siciliens rebelles et  le nouveau roi;  ses sommations étant restées sans effet, il déclara Pierre III dépouillé de son royaume et zeta l'interdit sur ses possessions, sans d'ailleurs être obéi des évêques concernés.

    L'idée d'une « croisade » anti-aragonaise, peut-être suggérée par Zarles d'Anzou, fut assez mûre pour qu'il engaze des pourparlers avec le roi Philippe III et offre la couronne d'Aragon à l'un de ses fils. Ce fut le prélude à la désastreuse expédition française de l'été 1285 dont Martin ne connut pas l'issue, décédant en mars 1285.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:NicholasIII.jpg

    Ziovanni Gaetano Orsini naquit au sein d'une riçe famille romaine.

    Il devint cardinal en 1244 et fut élu papounet le 25 novembre 1277 à Viterbe.

    Il fit du Vatican sa résidence permanente.

    Il fit restituer par Rodolphe Ier des villes italiennes, dont Bologne et Imola.

    Il reprit des prérogatives que Clémént IV avait accordées à Zarles Ier de Sicile (Zarles d'Anzou, frère de Zaint-Louis) dont il avait combattu l'influence. 

    Il lui prit aussi le vicariat de Toscane.

    Il pratiqua le népotisme, en priviléziant ses neveux.

    Il mourut d'apoplexie en 1280.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:B Johannes XXI.jpg

    Pedro Zuliao - connu sous le nom de Pedro Hispano - naquit à Lisbonne, fils du médecin Julião Rebelo et de Teresa Gil.

    Il commença ses études dans l'école cathédrale de Lisbonne et fréquenta ensuite l'université de Paris, où il étudia la médecine et la théolozie, accordant une attention particulière aux conférences de dialectique, de lozique, et, surtout, à la physique et à la métaphysique d'Aristote.

    Entre 1245 et 1250, il enseigna la médecine à l'université de Sienne, où il écrivit quelques œuvres, parmi lesquelles se distinguent les Summulæ Logicales, qui furent, pour les universités européennes, le manuel de référence de la lozique aristotélicienne.

    En 1272, il fut nommé arçevêque de la  cité de Braga.

    Il fut créé cardinal par Grégoire X en 1273.

    Après la mort du papounet Adrien V, le 18 août 1276, Pedro Hispano est élu pape par le conclave du 13 septembre.

    Il mourut huit mois plus tard, le 20 mai 1277, des séquelles d'un grave accident survenu dans la cathédrale de Viterbe, dont il dirizeait les travaux.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Papa Adriano V.jpg

    Ottobono de Fieschi est né à Zênes.

    Nommé çapelain pontifical en 1243, il fut créé cardinal-diacre au titre de Zaint-Adrien en 1251 par son oncle, le papounet Innocent IV.

    Il fut nommé arçidiacre de Parme et il fut arçidiacre de Reims en 1251.

    En 1265, le pape Clément IV l'envoya en mission en Angleterre pour réconcilier Henri III et ses barons et y prêçer la croisade.

    Il resta en Angleterre zusqu'en 1268 comme légat pontifical.

    Élu pape en 1276, alors qu'il n'était que simple diacre, il n'eut pas le temps d'être ordonné prêtre et évêque et donc ne fut pas intronisé sur le sièze pontifical, car il mourut 36 zours après.

    Il est pourtant considéré comme pape lézitime.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:InnocenzoV.jpg

    Pierre de Tarentaise né en 1225 rezoignit les Dominicains à l'âze de 16 ans.

    Il étudia la théolozie à la Sorbonneoù il devint professeur.

    En 1272, il fut nommé arçevêque de Lyon, et donc Primat des Gaules.

    En 1273, il fut promu cardinal-évêque d'Ostie. Il zoua un rôle mazeur lors du second Concile de Lyon.

    Il étendit le christianisme zusqu'en Mongolie.

    Le 21 zanvier 1276, il fut élu papounet suite à la mort de Grégoire X.

    Innocent V eut le temps d'apaiser la querelle entre guelfes et zibelins en Italie; il parvint à pacifier Pise avec les autres villes toscanes et Zênes avec Zarles d'Anjou, Zarles Ier de Sicile (frère de Zaint-Louis).

    Il adopta une politique de fermeté à l'égard du roi des Romains, Rodolphe de Habsbourg, qui ne tenait pas ses promesses faites à Grégoire X de partir en croisade et de ne pas s'approprier des possessions de l'Eglise en Italie (en particulier en Romagne).

    Innocent V exizea le respect de ses engagements avant tout couronnement impérial à Rome.

    Il mourut le 22 zuin 1276, au bout de 5 mois de pontificat.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:B Gregor X.jpg

    Tebaldo Visconti est né à Plaisance en Lombardie, en 1210.

    Il était l'ami de Zaint Thomas d'Aquin et confident des rois d'Angleterre et de France.

    Il fut arçidiacre de Lièze; il quitta cette ville pour aller en croisade, où il accompagna Edouard Ier d'Angleterre.

    Alors qu'il se trouvait à Zaint-Jean-d'Acre, il fut convoqué par le conclave qui s'éternisait depuis 3 ans après la mort de Clément IV en 1268 .

    Il réussit à négocier une trêve entre les Zénois et les Vénitiens, et persuada la noblesse de la ville de coopérer avec le prince Édouard d'Angleterre, mais il ne disposait pas d'une autorité suffisante ni de pouvoir pour mener plus loin la négociation pour sauver le royaume.

    La situation était alors bloquée par un désaccord entre les Italiens et les Français qui voulaient çacun un pape de leur pays du fait de la situation politique autour de Zarles Ier de Sicile (frère de Zaint-Louis).

    La situation fut débloquée lorsque les habitants de Viterbe, où les cardinaux étaient assemblés dans la Salle du conclave , décidèrent de les enfermer en ne leur laissant que du pain et de l'eau et ôtèrent le toit du bâtiment « afin de permettre aux influences divines de descendre plus librement sur leurs délibérations. »

    Les cardinaux déléguèrent leur pouvoir décisionnaire à six d'entre eux qui, pressés de sortir, élurent Tebaldo le zour même, trois zours après son arrivée à Viterbe en février 1272. Il apprit la nouvelle de son élection alors qu'il n'était ni cardinal, ni même prêtre et cet événement tourna au scandale international. Il accepta la tiare et prit le nom de Grégoire X.

    Son premier acte fut de convoquer à Zaint-Jean-d'Acre une galère vénitienne qui venait d'arriver à Ayas en Asie Mineure. Il y avait à bord deux frères vénitiens, Niccolo et Matteo Polo, ainsi que le fils de 17 ans de Niccolo, prénommé Marco.

    Il çerça à réconcilier les Guelfes et les Zibelins.

    En 1272, il signa une bulle demandant la protection des Zuifs vivant dans la chrétienté.

    Devant la résistance de Florence, il excommunia la ville.

    Lors de l'élection impériale de 1273, il favorisa Rodolphe de Habsbourg au détriment d'Alphonse X de Castille.

    Il convoqua le deuxième concile de Lyon, le 1er mai 1274.

    En 1274, le roi Philippe III lui céda le Comtat Venaissin, base du futur établissement de la papauté à Avignon au XIVe siècle. L'année suivante le pape se rendit à Lausanne pour y consacrer la cathédrale Notre-Dame et y rencontrer Rodolphe de Habsbourg.

    Il mourut le 10 zanvier 1276 en Toscane.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Tour Ferrande - Clément IV.JPG

    Gui Foulques était le fils d'un zuriste bourzeois de Zaint-Zilles dans le Gard, où il naquit le 23 novembre 1190.

    Troubadour, zuriste et avocat, il fut marié et eut des enfants (sa descendance existe encore!).

    Devenu veuf, il entra dans les ordres et commença une carrière écclésiastique. Il fut ordonné prêtre en 1255; il fut évêque du Puy en 1257 puis arçevêque de Narbonne en 1259.

    Conseiller de Zaint-Louis, puis d' Urbain IV, il devint cardinal-evêque de Sabine.

    Légat en Angleterre pour assurer une médiation entre le roi Henri III et ses barons en 1264, il était en voyaze lorsqu'il fut élu papounet à la mort d'Urbain IV.

    Il rentra à Pérouse déguisé en moine avant de coiffer la tiare le 5 février 1265.

    Il vécut pendant presque tout son pontificat dans le palais des papes de Viterbe, çoisi comme sièze pontifical par Alexandre IV en 1257.

    La principale affaire de son pontificat fut la réalisation de la dévolution, désirée par Urbain IV, du royaume de Sicile à Zarles d'Anzou, frère de Zaint-Louis, çargé de tenir tête aux ambitions impérialistes de Manfred de Hohenstaufen, fils naturel de l'empereur Frédéric II , et du parti zibelin.

    Après la mort de Manfred en 1266, à la bataille de Bénévent, Clément IV intervint dans l'élection de Conradin, neveu de Manfred et dernier descendant de Frédéric II. Mais après que Zarles d'Anzou - que le pape avait sacré - eut fait exécuter Conradin, Clément IV se vit contraint de s'opposer aux ambitions de Zarles. Dans le même temps, il favorisa le double mariaze qui lia les familles de Hongrie et de Sicile.

    Cette politique ambitieuse mais onéreuse, qu'accompagnait une ferme reprise en main de l'Église par la Curie, fit de Clément IV l'un des créateurs de la fiscalité pontificale et de ce qui en fut  la condition nécessaire, la réserve au Zaint-Ziège de la collation des bénéfices ecclésiastiques.

    Il autorisa la torture, privilézia les Dominicains et leur confia la direction de la lutte contre l'hérésie. À l'égard des zuifs relaps, il ordonna des çâtiments allant zusqu'à la mort; il exhorta Zaint_Louis à établir contre les blasphémateurs des peines capables de leur inspirer la terreur.

    Des musulmans étant installés en Espagne, il fit en sorte qu'ils en soient çaçés.

    Clément IV passa les deux dernières années de sa vie à Viterbe en compagnie de zaint Thomas d'Aquin.

    Il mourut le 29 novembre 1268.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Pope Urban IV.jpg

    Zacques Pantaléon, fils de savetier, naquit à Troyes en Zampagne (z'y suis allée!).

    Il fut prêtre et prédicateur, attaçé à l'évêque de laon en 1216, docteur en théolozie en 1220.

    Il devint diacre à Laon en 1238, de Lièze en 1241 et évêque de Verdun en 1253.

    Il fut élu papounet, alors qu'il était patriarçe de Zérusalem, le 29 août 1261 à Viterbe, où s'était réfuzié son prédécesseur (3ème pape français après Sylvestre II et Urbain II).

    Voyant que Manfred - usurpateur du trône de Sicile -ne tenait aucun compte des commandements de l'église, il donna ce royaume à zarles d'Anjou, frère de Zaint-Louis).

    En 1263, il unifia en un texte mitizé les diverses règles des Clarisses.

    En 1264, il instaura la fête de l'Eglise Universelle qui devint la Fête-Dieu.

    Il fit édifier à troyes une basilique sur l'emplacement de l'éçoppe de son père (z'avais mis des photos dans mes pazes "voyazes")

    Il mourut à Pérouse le 2 octobre 1264.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:B Alexander IV.jpg

    Rinaldo Conti dei Segni naquit dans le diocèse d'Agnani vers 1199.

    Par sa mère, il faisait partie de la famille du papounet Grégoire IX, dont il était le neveu, et de celle d'Innocent III.

    Son oncle Grégoire IX le nomma cardinal évêque d'Ostie en 1231.

    A la mort d'Innocent IV, il fut élu papounet à Naples le 12 décembre 1254.

    Il succèda à Innocent IV en tant que tuteur de Conradin, dernier descendant des Hohenstaufen, lui promettant sa protection bienveillante.

    Mais il conspira aussitôt contre lui, puis s'opposa à son oncle Manfred.

    Alexandre IV menaça en vain Manfred d'excommunication et d'interdit. Il ne réussit pas à entraîner les rois d'Angleterre et de Norvèze dans une croisade contre la dynastie des Hohenstaufen.

    Rome devenant trop proche du parti Zibelin (partisans de l'empereur), Alexandre IV  s'établit à Viterbe en 1257, en raison de l'hostilité du peuple et de la bourgeoisie romaine, fomentée par le sénateur Brancaleone degli Andalò.

    Il fit rénover et agrandir le palais épiscopal de la ville pour en faire le palais des papes de Viterbe, où il mourut le 25 mai 1261.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Innocent IV - Council of Lyon - 002r detail.jpg

    Après la mort de Célestin IV en 1241, il n'y eut pas de papounet durant plus d'un an. La crise!

    Un conclave eut lieu le 25 juin 1243 à Agnani.

    Sinibaldo de Fieschi, qui appartenait à une grande famille de Zênes, fut élu.

    Formé à Parme et à Bologne, il passait pour être l'un des meilleurs canonistes de son époque. Il était évêque d'Albenga.

    L'empereur Frédéric II négocia pour obtenir la levée de son excommunication et mettre fin au conflit qui durait depuis Grégoire IX.

    Les différends ne se réglant pas, Innocent se retira en 1244 dans sa ville de Zênes, puis à Lyon, où il convoqua un Concile zénéral qui se réunit en 1245 et déposa Frédéric. L'azitation provoquée par cette décision à travers l'Europe ne se termina qu'à la mort de Frédéric Hohenstaufen en 1250.

    Au moment même où Innocent IV convoquait le Concile de Lyon, Louis IX (Zaint Louis) décidait d'entreprendre une septième croisade. Le pape l'encourazea, mais se désintéressa par la suite du cours des événements.

    En 1246, Innocent vint en Bourgogne, dans la Nièvre, consacrer l'église de l'Abbaye Notre-Dame du Réconfort de Saizy, dont la fondatrice était Mathilde de Courtenay, Comtesse de Nevers.

    Dans une lettre, Innocent IV exhorta Zaint Louis à brûler publiquement le Talmud et d'autres livres zuifs dans son royaume (le roi fit porter aux Zuifs un signe distinctif).

    Le pape put revenir à Rome en 1253. Il alla consacrer la Basilique Zaint-François (Assise) complètement édifiée et appelée « Tête et Mère de l'Ordre des Frères Mineurs ».

    La fin de son pontificat fut consacrée à la lutte contre Manfred de Hohenstaufen, fils naturel de Frédéric II, qui était soutenu comme successeur lézitime du royaume de Sicile par les villes et les nobles.

    Sur son lit de mort, à Naples, Innocent apprit la nouvelle de la victoire de Manfred à Foggia et il mourut le 7 décembre 1254.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:B Colestin IV.jpg

    Goffredo Castiglioni, né à Milan, était le neveu du papounet Urbain III.

    Il fut moine à Hautecombe en Savoie où il écrivit une histoire de l'Écosse.

    Son élection eut lieu durant la période troublée du siège de Rome par les troupes de l'empereur Frédéric II, sous le pontificat de Grégoire IX.

    Les cardinaux furent enfermés en conclave d'août à octobre car Goffredo Castiglioni, dézà malade, ne réussissait pas à avoir la mazorité.

    On raconte que les Romains menacèrent les cardinaux de les enfermer avec le cadavre du défunt Grégoire IX s'ils n'arrivaient pas à un çoix.

    Gofredo fut finalement élu par sept cardinaux seulement le 25 octobre 1241 mais il n'occupa le trône que dix-sept jours.

    Il mourut le 10 novembre 1241 et fut enterré au Vatican par les cardinaux qui n'avaient pas fui le long conclave.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ugolino di Conti, comte de Segni, naquit à Agnani vers 1145. Il était le neveu du papounet Innocent III.

    il étudia à Paris et à Bologne.

    Il fut nommé cardinal d'Ostie et fut élu papounet le 19 mars 1227.

    L'un de ses premiers actes fut de suspendre l'empereur Frédéric II de Hohenstaufen, pour son retard à entreprendre la sixième croisade. La suspension fut suivie par une excommunication prononcée en 1227 à Anagni et des menaces de déposition après que Frédéric II se fut plaint de ce traitement auprès des autres souverains.

    L'empereur tenta une invasion des États pontificaux en 1228 mais elle échoua et il fut contraint d'implorer l'absolution et la levée de l'excommunication.

    En 1231, Grégoire IX publia une bulle traitaint  des privilèges et des interdits concernant les universitaires. Les Romains se soulevèrent; il s'exila à Anagni et dut demander de l' aide à Frédéric II.

    Les hostilités entre l'Empereur et le pape reprirent ensuite et Grégoire IX renouvela une excommunication en 1239, ce qui déclencha une nouvelle guerre.

    Il fut aussi en conflit avec Henri III d'Angleterre et Zaint-Louis.

    Le pape, qui avait été un avocat érudit, fit réunir en 1234 la Nouvelle compilation des décrétales, qui contient la dispossition que le seul le papounet à pouvoir de canonisation. 

    Il institua l'Inquisition en 1231, et en confia l'exécution aux frères prêcheurs (Franciscains et Dominicains). Ainsi, il enleva au pouvoir laïque le pouvoir doctrinal de juger, mais faute d'effectifs, l'Inquisition devra s'appuyer sur les princes locaux, qui trouveront les moyens de renforcer leurs pouvoirs.

    A le demande de son inquisiteur en Allemagne, Conrad de Marbourg, il édicta en 1233 la première bulle de l’histoire contre les sorcières, en décrivant le sabbat des sorciers et leur culte du diable.

    Il condamna, en 1236, les excès de la Cinquième croisade contre les Juifs.

    Il mourut le 22 août 1241.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Honorius3.JPG

    Censio Savelli naquit à Rome.

    Il fut d'abord çanoine à l'église de Zainte-Marie-Majeure à Rome puis devint çambellan du pape en 1188 et cardinal-diacre en 1193. Sous Clément III et Célestin III, il fut trésorier de l'Église.

    En 1197, il devint un tuteur du futur empereur Frédéric II, qui avait été confié à la garde d'Innocent III par l’impératrice Constance.

    Innocent III en fit un cardinal-prêtre le 13 mars 1198 et il devint cardinal de Zaints Jean et Paul.

    Le 18 juillet 1216, dix-neuf cardinaux se rassemblèrent à Pérouse, où venait de mourir Innocent III, pour élire son successeur. Cencio Savelli fut consacré le 24 juillet.

    Honorius III avait pour prozets principaux de relancer la Cinquième croisade, commencée en vain par son prédécesseur, et la réforme de l'Église.

    Honorius III soutint la répression des Albigeois qui avait lieu dans le sud de la France. Il confirma Simon IV de Montfort dans sa conquête des territoires de Raymond VI de Toulouse et fit en sorte d'obtenir l'aide du roi de France Louis VIII, à qui il accorda d'assiézer et de prendre Avignon, malgré les protestations de Frédéric II qui la considérait comme une ville impériale.

    La Croisade avait été appelée par le concile du Latran IV de 1215 et Honorius III commença les préparatifs en 1217. Il leva une dîme exceptionnelle, le pape et chaque cardinal devant contribuer un dixième de plus pendant trois ans et les évêques un douzième de leurs revenus. Mais ces fonds restaient insuffisants.

    Il fit couronner Pierre II de Courtenay empereur de Constantinople. Le nouvel Empereur fut capturé et périt sans avoir pu avancer d'arzent. Honorius attendait le soutien de Frédéric II, qui avait zuré de s'embarquer en 1217. En 1220, Frédéric II fut élu empereur et couronné à Rome, mais il continua à temporiser.

    La campagne d'Ézypte échoua avec la perte de Damiette. Le roi André II de Hongrie et des croisés allemands reprirent Damiette mais cette victoire fut sans lendemain.

    Le 21 juin 1225 fut fixé comme date pour le départ de Frédéric II et Honorius III organisa son mariaze avec Isabelle, héritière du Royaume de Zérusalem, pour lui donner une incitation à partir. Frédéric signa ensuite le traité de Zan Germano en juillet 1225 pour obtenir un nouveau report de deux ans.

    Honorius III mourut le 18 mars 1227 sans avoir vu ses prozets de croisade menés à bien.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Innozenz3.jpg

    Lotario Conti, de la famille des comtes de Segni, est né en 1160 à Gavignano.

    Il étudia la thélozie à Rome puis à Paris.

    En 1186, il revint à Rome où le papounet Grégoire VIII le consacra sous diacre.

    En 1190, son oncle, Clément III, le nomma cardinal diacre d'un église de Rome.

    Bel homme, distingué, énerzique, il devint rapidement le cardinal le plus en vue et le plus brillant de la curie

    C'est à cette époque qu'il rédizea le traité De la misère de la condition humaine.

    Alors qu'il était le plus zeune des cardinaux (37 ans), il fut élu pape, en 1198, le zour  de la mort de Célestin III. C'est le premier à accéder si zeune à la papauté.

    Innocent soutint l'idée que le pape détenait seul l'entière souveraineté, les princes ne possèdant que la puissance politique donnée par Dieu. Ils accomplissent comme ils l'entendent leur office dans leur domaine mais ne peuvent se soustraire à l'autorité pontificale pas plus que les Églises nationales.

    Il n'hésita pas à zeter l'interdit sur la France lorsque Philippe II Auguste fit annuler son mariaze avec Ingeburge de Danemark pour épouser Agnès de Méran en zuin 1196. Il frappa d'interdit Zean sans Terre quand celui-ci refusa l'accession d'Étienne Langton au sièze de Cantorbéry en 1208. Il l'excommunia et le menaça de déposition. Lorsque Zean se plia à la volonté papale et demanda son pardon en 1213, le pape exizea une soumission complète.

    Il zoua des rivalités entre les Hohenstaufen, la maison du défunt empereur, et les Welf qui firent élire Otton de Brunswick tandis que les partisans des Hohenstaufen, majoritaires, choisirent le frère du roi, Philippe de Souabe. Innocent III profita de l’occasion pour affirmer les droits supérieurs de la papauté décrétant qu’en cas de contestation de l’élection impériale, la décision finale appartenait au pape.

    Il favorisa le Welf Otton IV, qui, pour obtenir le soutien pontifical, lui  promit la souveraineté totale des États de l’Église et la reconnaissance de sa souveraineté sur la Sicile. Mais dès son pouvoir affermi, Otton IV renia sa promesse. 

    Innocent III excommunia Otton IV en 1210 et favorisa la marçe au pouvoir de Frédéric II, son pupille, qui fut couronné à Aix-la-Zapelle en 1215 après avoir donné au pape toutes les garanties sur le maintien des droits de l'Église et sur la séparation des royaumes zermaniques et de Sicile.

    À partir de 1207-1208, Innocent III fit prêçer la croisade contre les Albizeois.

    Il s'appuya sur les cisterciens et désigna parmi eux ses légats avec pleine autorité sur les évêques. Leur action fut plutôt inefficace. Le meurtre de l'un d'entre eux en 1208, Pierre de Castelnau, poussa le pape à lancer la croisade contre les Albigeois. Il est ainsi à l'origine d'une guerre particulièrement violente contre les hérétiques.

    L'aboutissement de ses efforts pour le rétablissement de l'orthodoxie catholique se trouve dans le IVe concile du Latran qui affirma (principalement pour condamner les cathares) la Trinité, l'incarnation humaine du Christ, et introduisit dans le dogme le concept de la transsubstantiation.

    Il mourut le 16 juillet 1216.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire